Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bonne année !

Publié le par yanshkov

BONNE ANNEE 2013 !

 

la-thuile-II.JPG

 

Partager cet article
Repost0

Saintélyon 2012

Publié le par yanshkov

saintélyon

 

23h50 Saint Etienne : Me voilà à quelques minutes du départ d'une nouvelle Saintélyon . Que le temps est passé vite depuis la dernière édition . Ma 7ème place m'avait laissé augurer de belles choses pour la saison 2012 mais je dois bien avouer que je n'ai pas vraiment été à la hauteur de mes espérances . La pression est donc sur mes épaules pour finir l'année sur une bonne note même si je sais très bien qu'il sera extrêmement difficile de faire mieux cette fois-ci . En plus la préparation a été perturbée ces dernières semaines et il y a quelques jours de ça je n'étais même plus trop sûr de participer en raison d'une douleur aux ischio-jambiers . Heureusement mon ami Rémy Viala m'a remis le pied à l'étrier en début de semaine et c'est un peu grâce à lui que je suis parmi les 6000 participants prêts à en découdre sur les 70km de course.

 

depart-copie-8.JPG

 

A minuit le départ est donné au milieu d'une foule nombreuse . Comme prévu ça part très vite, plutôt sur une allure semi-marathon qu'ultra-trail (en tout cas pour moi !) . Le fait de partir avec les relayeurs des différentes formules (de 2 à 4 coureurs) et les grands boulevards relativement plats sur 6kms se prêtent bien à ce départ rapide . Je ne cherche pas à suivre à tout prix le gros groupe de tête qui s'échappe et j'essaie de ne m'occuper que de moi . Je sens de suite que les jambes ne sont pas terribles pour le moment mais une semaine sans le moindre footing y est peut-être pour quelque chose . La course est longue et je ne m'affole pas.

 

L'arrivée à Sorbiers marque le début de la longue ascension vers St Christo . Après presque 30' entre 15 et 16km/h la vitesse chute un peu même si les pourcentages ne sont pas très élevés . Je perds pas mal de places dans la traversée du village . Stephane Celle, Hervé Giraud-Sauveur, Benoit Nave, mon copain du Team Augustin Guibert, Jérôme Ossedat, Arnaud Brémond et quelques autres me passent. 

 

A la sortie de Sorbiers  où il y a encore beaucoup de monde pour encourager et mettre l'ambiance, nous quittons la civilisation pour nous enfoncer dans l'obscurité . Il est alors temps d'allumer la frontale . Le premier sentier nous met de suite dans l'ambiance : il va y avoir beaucoup de verglas et pas mal de neige !! Devant moi il y a un long serpentin lumineux, signe que je suis assez loin au classement . Je me répète en boucle dans ma tête que je ne dois m'occuper que de moi et que le plus important pour le moment est de ne pas tomber, de garder des forces pour plus tard et de bien s'alimenter . Je reste donc très prudent dans les passages verglacés et ne cherche pas à aller trop vite dans la neige qui se fait de plus en plus épaisse au fil de la montée.  

 

St-Christo.JPG

 

1h10 Saint Christo : C'est le premier ravitaillement, au 15ème km . Encore beaucoup de monde pour applaudir malgré l'heure . Bizarrement je ne regarde pas ma montre pour savoir si je suis dans les temps par rapport à l'objectif . J'ignore aussi la place à laquelle je suis mais me doute bien qu'il y a pas mal de monde devant ( 46ème ) . Pour autant je suis toujours dans ma bulle et alors que j'avais prévu de marcher dans la côte bien raide à la sortie du ravito, je me surprends à trottiner jusqu'en haut et à bien relancer au sommet . Alors que j'avais tendance à me faire doubler jusqu'à présent, je commence à grignoter quelques places et à prendre un peu plus de plaisir. 

 

Il y a vraiment beaucoup de neige sur la crête, parfois jusqu'aux genoux et le brouillard très présent vient renforcer la sensation de froid . Moi qui ne suit pas très à l'aise dans la neige, je trouve que je m'en sors pas si mal . Je vise avec mes pieds les traces laissées par mes prédécesseurs en évitant des mouvements trop amples, bouffeurs d'énergie . Je rejoins et double des coureurs connus . Stéphane Celle, Arnaud Brémond, Guillaume Vimeney et j'en passe . Je n'ai pourtant pas l'impression d'avoir accéléré mais malgré tout je remonte au classement, sans me mettre dans le rouge . Pour moi la course commence à Soucieu, dans plus de 20 km, alors autant en garder sous le pied.  

 

Ste-Catherine.JPG

 

2h12 Sainte Catherine : Juste avant la courte descente menant au 2ème ravitaillement, je rejoins Michel Verhaeghe a priori pas dans un grand jour . Doubler un tel coureur me booste (2 fois 3ème de la Saintélyon) mais je n'en oublie pas pour autant de remplir mon petit bidon (600ml) avec de l'eau et de prendre quelques morceaux de banane . Là encore, je ne regarde pas ma montre et personne ne m'indique mon classement (27ème) . Je ressors de la tente ravito en compagnie de Jérôme Ossedat, ex-cycliste avec qui j'ai partagé pas mal de courses depuis la catégorie cadet . On discute un peu de la suite du parcours et je lui indique que les prochains kilomètres sont plus techniques et casse-pattes que ce que nous avons fait jusque là . Un peu plus loin, nous rattrapons Hervé Giraud-Sauveur et nous faisons un petit bout de chemin ensemble . Mais sans le vouloir vraiment je distance mes deux compagnons alors que se présente la descente du Bois d'Arfeuille . C'est un peu glissant mais je m'attendais à pire . Pour autant je suis un peu crispé et j'ai du mal à me lâcher.

 

A la sortie d'un virage, je me retrouve nez à nez avec une frontale . C'est Augustin qui est tombé et qui dans la chute a perdu sa montre . Désolé de ne pas mettre arrêté, l'important c'est que tu l'ais retrouvée !  Malgré ma prudence, je me retrouve à mon tour par terre en 2 temps 3 mouvements . Mon genou tape violemment le sol, je me relève rapidement mais je boite un peu . Heureusement je retrouve assez vite un geste normal malgré une petite douleur.   

 

3h Saint Genoux : Passage au 3ème ravitaillement, je ne m'arrête pas, le bidon est encore bien rempli . De temps en temps je suis doublé par un coureur de relais mais pas de solo en vu . Je suis surpris d'ailleurs parce que j'ai l'impression de traîner un peu ... Au passage dans un hameau on m'informe que je suis 20ème . Je me dis que c'est pas si mal mais que si je veux conserver ce classement, il ne va pas falloir trop mollir . 

 

J'appréhende un peu les prochains kilomètres inédits du parcours . 2 descentes suivies chacune d'une bonne remontée . Je ne suis pas venu reconnaître ce secteur mais on m'en a beaucoup parlé . La première descente dans le bois de la Gorge n'est pas technique du tout . Ca ne m'empêche pas de descendre doucement et de perdre pas mal de temps . D'ailleurs Hervé accompagné de Didier Verchère me redouble un peu plus loin . Ils semblent bien mieux que moi et j'ai du mal à accrocher ce wagon .

 

La descente dans le bois de la Dame est plus délicat . Plus technique et plus long, je ne m'y fait pas tellement plaisir mais je me rassure en me disant qu'il s'agit du dernier passage technique et qu'après il n'y a plus qu'à courir jusqu'à Lyon (ou enfin presque ...) . Dans la remontée, je marche à un bon rythme et commence à doubler beaucoup de marcheurs qui sont partis de Sainte Catherine à 23h . En haut je retrouve la route de l'ancien parcours.

 

Je tente d'augmenter un peu l'allure puisque maintenant il n'y a plus trop de raison de s'économiser ... Mais les jambes ne répondent pas bien et ne veulent pas passer la vitesse supérieure . En plus il faut faire très attention à la présence de verglas ici et là . C'est légèrement en descente jusqu'à Soucieu et je maintiens tout de même une allure autour de 13km/h jusqu'au ravitaillement. 

 

4h06 Soucieu : C'est clair, je suis moins fringant que l'année dernière . Je m'arrête remplir mon bidon et boire quelques verres de coca accompagnés de bouts de banane . En repartant, mon genou qui s'est refroidi un peu me fait mal et boiter . Il me faut quelques centaines de mètres pour que ça passe . Je sais maintenant qu'il me reste environ 2h de course et en jetant un oeil à la montre je comprends que je ne serais pas sous les 6h et probablement pas dans le top 15 . Mais vu les sensations et les conditions de course, je me contenterais bien du top 20 . C'est pas gagné puisque Alexandre Hayetine puis Mickael Lemaitre me doublent à tour de rôle . Ils ne vont pas beaucoup plus vite mais je ne peux pas suivre leur allure . Mais si les jambes ne sont pas au rendez-vous, le moral est bien là et je sens qu'il ne faut rien lâcher car tout peut arriver dans les derniers kilomètres . La perspective de retrouver ma chérie au pied des Aqueducs de Beaunant sous peu m'aide aussi à tenir le coup.

 

Je négocie sans problème le passage du Garon et sa courte mais raide remontée . L'année dernière j'y avais ressenti de bonnes crampes mais rien cette année ... Je me motive en me disant qu'il peut y avoir des défaillances et me rappelle que j'avais doublé Thierry Breuil pas très loin d'ici la dernière fois.   

 

5h18 Beaunant : J'arrive enfin au dernier ravito, à 10km de l'arrivée . Malgré la fin proche, je m'arrête rapidement prendre un verre de coca, quelques bananes (la routine quoi !) et quelques cookies qui me font envie sur la table . Je repars en marchant la bouche bien pleine . Juste après le ravito, je suis encouragé par Régis Durand et un peu plus haut m'attendent Murielle, ma maman et André .

 

avec-ma-cherie.JPG

 

J'ai aussi la surprise d'y croiser Rémy venu à ma rencontre en vélo . Je ne m'arrête pas mais leur présence me motive . Ils m'annoncent que je suis 18ème (en fait je suis 21ème ...)

 

Je négocie la dure grimpée vers Ste Foy en marchant mais une fois la pente moins raide, je reprends la course . Je demande à Rémy de faire un pointage sur les poursuivants et il m'indique que j'ai au moins 3 minutes d'avance . Beaucoup et peu à la fois car j'ignore leur état de forme.

 

La proximité de l'arrivée me redonne des forces et je retrouve une bonne allure . Un ou deux relayeurs me doublent et me permettent de relancer l'allure . Chaque kilomètre est désormais indiqué par un panneau, le compte à rebours a commencé...

 

sur-les-quais.JPG

 

Sur les quais il ne reste plus que 5 km . Je cours encore bien, autour de 13km/h . Il y a un peu de lassitude, j'ai hâte d'en finir et je rêve au fond de moi que la fin ait été raccourcie ... Ce n'est pas le cas mais le fait de connaître parfaitement les derniers kilomètres aide à tenir le coup.

 

Alors que je double régulièrement des participants de la Saintexpress avec des dossards à 5 chiffres, j'aperçois devant moi le n°70 de Lemaitre . En passant à ses côtés je lui demande si ça va et je vois à sa tête qu'il est cuit . L'idée qu'il y a peut-être encore une ou deux places à gagner me fait accélérer et je parviens même à courir aussi vite que les relayeurs autour de moi . J'entends enfin au loin la voix d'Eric Garcia qui anime l'arrivée.

 

par-la-petite-porte.JPG

 

6h16 Palais des Sports de Gerland : Je rentre dans le Palais des Sports par la célèbre porte sur le côté . Un sourire en passant auprès de la famille et je passe sous l'arche d'arrivée après 70,7 km et 6h16'41" de course à la 20ème place.

 

avec-Alex.JPG

avec Alex Mayer, 4ème

 

 

CLASSEMENT

 

Certe l'objectif n'est pas atteint et je fais moins bien qu'en 2011 mais pour autant je suis content . Content d'avoir tenu le coup et d'être allé au bout d'une édition rendue difficile par les conditions climatiques . Pour faire un peu mieux, il aurait fallu prendre des risques (le vainqueur Manu Gault a dû tomber une dizaine de fois) mais j'ai préféré assurer .

 

Après une saison difficile, cette course va me permettre de passer un bon hiver et de préparer sereinement la saison 2013 . Et il y a de grandes chances que je sois au départ de la 60ème édition de la Saintélyon ... J'aime cette course, son ambiance, son profil qui me va bien ... Ne pas y aller serait un peu comme ne pas faire Noël !!

 

Mais dans l'immédiat place au repos . Alors bonne fin d'année à tous et rendez-vous l'année prochaine !

Publié dans courses

Partager cet article
Repost0

Saintélyon 2012 à chaud

Publié le par yanshkov

au-micro.JPG

 

Quelle fût difficile cette 59ème édition de la Saintélyon . Une épaisse neige sur les hauteurs et du verglas sur pratiquement 50km, il fallait un peu de chance et un gros moral pour en venir à bout .

 

Je n'avais pas les jambes des grands soirs alors j'ai du compenser avec la tête . Alors même si je suis loin de l'objectif initial, je dois dire que je suis finalement assez satisfait de venir à bout des 71 km de course,  20ème en 6h16'14"

 

Place maintenant à une grosse période de repos . Psychologiquement et physiquement j'en ai bien besoin pour repartir sur de bonne base en 2013 .

 

Un grand bravo à tous les participants et mention spéciale à Manu Gault qui accroche enfin la doyenne de l'ultra à son palmarès et à mon pote du Team Raidlght Alex Mayer qui échoue au pied du podium . 

 

CLASSEMENT 

 

CR complet à venir d'ici quelques jours ...

Publié dans courses

Partager cet article
Repost0

Un peu de pression à quelques heures de la Saintélyon ...

Publié le par yanshkov

Lu sur le site Génération-Trail


Il faudra bien se couvrir...
Des conditions hivernales attendent les quelques 10 000 coureurs ce week-end entre St Etienne et Lyon. Températures négatives, vent et certainement de la neige sur les Monts des Lyonnais, la 59ème édition risque de ressembler à l'édition 2010 où les conditions climatiques avaient été très mauvaises. Il faudra donc bien vous équiper pour arriver au bout des 42km ou des 70km... et pour éviter de passer une nuit de galère.

Côté coureurs, la bagarre promet d’être belle avec un plateau de qualité : Le team Asics composé d'Emmanuel Meyssat, Emmanuel Gault (3 fois second de l'épreuve) et Benoit Nave devrait jouer les premiers rôles mais il faudra aussi compter pour la victoire sur Romuald De Paepe, Michel Verhaeghe, Jérôme Challier, Yann Nourry
, Alexandre Mayer, Ramzi Boujday, Nizar Sghaier, Fabien Chartoire, Antoine Allongue, Olivier Freycenon, Benjamin Beaume, Pascal Giguet, Pierre Laurent Viguier, Didier Pontivianne, Florian Racinet, Oswald Cochereau (2 fois vainqueur de la Saintexpress), Jean-Franck Proietto, Benoit De Préville...

Chez les femmes, il faudra être aussi très costaud pour aller chercher la victoire avec les présences au départ de Karine Herry, Lauréline Gaussens, Anne-Sophie Austrui, Anne Ruelen, Cathy Dubois, Liliane Cléret, Anne Ruelen...

Sur la Saintexpress, on suivera pour la victoire Benoît Holzerny, Sébastien Jeu...

Le relais de 2 aura la présence d’une équipe de choc composée de Corinne Favre et Nathalie Mauclair (la nouvelle championne de France de Trail) et du duo Franck Bussière / Jean Christophe Bette.

Enfin sur le relais 4 on aura le tout nouveau champion de France de Trail long, Fabien Antolinos.

Le programme :
>
La Saintélyon 70 km solo chrono. Départ le 02 décembre à 0h00.
> La SaintExpress 42 km solo. Départ le 01 décembre à 23h00
> La Saintélyon relais 2 : 28/42 km. Départ le 02 décembre à 0h00.
> La Saintélyon relais 3 : 28/19/23 km. Départ le 02 décembre à 0h00.
> La Saintélyon relais 4 : 16/12/19/23 km. Départ le 02 décembre à 0h00.
> La Saintélyon 70 km solo Rando. Départ le 02 décembre à 0h00.


Photo : Claude Essertel


depart-copie-7.JPG
                                                                                                                                                                                                                             Et oui, malgré une saison bien moyenne, la presse spécialisée ne m'a pas oublié, ça fait plaisir .... mais ça met un peu de pression ! Je mentirais en disant que je suis serein et en grande forme à quelques heures du départ . Gastro, rhinopharyngite, fatigue et gêne au niveau des ischiojambiers m'ont bien occupé ces dernières semaines . Heureusement je suis a priori guéri et un passage chez Rémy mon ostéopathe ce mercredi semble m'avoir remis sur pattes ! Bon j'ai pas beacuoup couru ces derniers jours mais pour positiver on va dire que j'ai fait pas mal de jus ! Reste à bien appréhender les dernières heures, bien dormir, soigner l'alimentation avant et pendant l'épreuve et surtout courir intelligemment ... La bagarre va faire rage à l'avant et je n'ai pas la prétention de m'y mêler sous peine d'exploser !

Moins de 6h et/ou un top 15 serait déjà un énorme résultat après une saison difficile .
Bilan à chaud dimanche après-midi sur le blog ...

Pour me suivre : Dossard n°32 (à partir de samedi minuit)

Publié dans esprit-trail

Partager cet article
Repost0

Marathon des Causses 2012

Publié le par yanshkov

Direction Millau et sa grande fête du trail pour ce dernier week-end d'octobre . La route vers l'Aveyron est un peu longue et il nous faut plus de 5h pour rejoindre l'hôtel où nous devons passer la nuit en compagnie des autres membres du Team Raidlight . Nous retrouvons dès notre arrivée Juliette et Alex qui viennent à peine d'en finir avec l'Endurance Trail avec à la clé de grosses perfs (2ème et 4ème) . On arrose ça raisonnablement autour d'un verre (de panaché pour moi !) en discutant longuement puis Murielle et moi prenons notre repas vers 21h . Je me laisse tenter par des brochettes d'agneaux avec du riz,un gateau aux châtaignes et une p'tite mousse au chocolat ... Nous ne nous couchons pas trop tard afin de récupérer de la route et laissons Alex aller accueillir notre manager Clément qui court en nocturne le Trail du Viaduc .

 

avec-alex-et-clement.JPG

avec Alex et Clément

 

Car c'est ça le Festval des Templiers, une multitude de courses pendant 3 jours . Il y en a pour tous les goûts mais il est parfois un peu difficile de s'y retrouver dans tous les classements . A titre personnel, j'ai choisi de participer au Marathon des Causses qui en est à sa 5ème édition. Les collègues ont mis la barre très haute et je sais que ça va être très difficile de faire aussi bien qu'eux . Mon but est avant tout de ne pas me blesser et de voir où j'en suis réellement à 5 semaines de la Saintélyon .

 

Le départ est prévu à 13h15 et nous retrouvons le village départ environ 2h avant . Nous pouvons nous y mettre au chaud car dehors ça caille pas mal ! Je croise un bon nombre de connaissances avec qui j'échange quelques mots mais le temps passe vite et il est déjà l'heure de sortir s'échauffer un peu . Malgré la température, j'ai choisi de courir relativement léger : short, maillot céramik et manchettes . J'opte aussi pour courir sans les chaussettes de contention et voir ce que cela donne car ses derniers temps je ne suis plus certain de leur efficacité à l'effort .

 

Il y a un peu de retard et le départ est repoussé d'une dizaine de minutes mais à 13h25 l'hymne de la course retentit et les presque 900 coureurs sont lachés sous les applaudissements de la foule très nombreuse .

 

depart.jpg

Ca part assez vite à 17km/h mais je garde le contact avec la tête . Nous sommes une douzaine à nous dégager et je reconnais dans le lot Manu Meyssat, Martin Reyt, JC Bette, Joel Pellicier ou encore Guillaume Lenormand . Je jette un oeil régulier au cardio qui me confirme que je ne suis pas en sur-régime malgré la vitesse élevée . Au bout de 2km de route nous attaquons la grosse bosse du parcours, la côte de Carbassas . Le début sur un beau chemin n'est pas très difficile mais je ne cherche pas à suivre à tout prix le groupe de tête . Pour moi c'est clair, il faut que j'atteigne le sommet et ses 500m de dénivelé positif sans me mettre dans le rouge . Je laisse donc s'éloigner doucement la tête même si je profite d'un petit plat de 500m pour relancer un peu l'allure avant d'attaquer les gros pourcentages . J'opte pour la marche rapide sur des pentes avoisinantes par endroit les 27% . Pas mal de coureurs me rattrapent et me doublent en trottinant mais je reste dans ma bulle sans m'affoler . A proximité du sommet je suis même doublé par Stéphanie Duc et je dois être alors pas loin de la 25ème place ...

 

en-haut-1ere-cote.JPG

 

Heureusement la portion qui suit m'est beaucoup plus favorable . Quasiment tout plat pendant 8km avec une alternance de larges pistes forestières et de petits singles en forêt et en bord de falaise où le panorama sur le viaduc de Millau, la vallée du Tarn et ses environs est fantastique. Sans avoir vraiment l'impression d'accélérer, je reviens sur pas mal de coureurs et les double sans qu'ils puissent s'accrocher . Je prends vraiment du plaisir sur cette section malgré quelques petites lourdeurs dûes probablement au repas mal digéré de la veille ...

 

Vers le 14ème km, je rattrape un trio où je reconnais Jérémy Pouge, ancien champion du monde d'aviron avec qui j'avais fais du vélo il y a quelques années . Nous attaquons alors une partie beaucoup plus technique avec une descente de presque 250m- jusqu'au fond du ravin de Font Auzal . Guillaume Lenormand nous double, très à l'aise dans cet exercice périlleux . Moi, je suis assez bien mais je ne veux prendre aucun risque et je ne cherche pas à suivre à tout prix . Une fois au fond du ravin, il faut remonter . Je marche sur la majeure partie des 200m+ en relançant de temps en temps en trottinant en compagnie de Jérémy tandis que Le Normand et les 2 autres coureurs qui nous accompagnaient en profitent pour se faire la malle . On nous annonce alors en 14ème et 15ème position . C'est la mi-course et nous courons depuis environ 1h30 .

 

Une nouvelle section roulante se présente alors . C'est un peu plus vallonné que la précédente mais je m'en accomode bien . Je décroche Jérémy et progressivement revient sur un autre coureur avec lequel je rejoins le ravito du 22ème km . Sans perdre de temps, une bénévole me remplit mon bidon et je repars illico . Une longue ligne droite me permet de constater qu'il y a 4 ou 5 coureurs pas très loin devant . Les sensations sont encore assez bonnes et depuis le départ j'ingurgite régulièrement des gels et de la boisson énergétique afin de prévenir toute défaillance .

 

Une nouvelle portion technique se présente . J'ai doublé un coureur qui marchait, sans doute blessé et suis revenu sur Tony Sbalbi avec qui j'attaque la descente dans le ravin du Monna . Encore une fois la prudence est de mise sur des rochers glissants mais je me sens assez à l'aise . Une fois en bas, il faut remonter et les encouragements de Nicolas Martin me font à ce moment là bien plaisir . 

 

Ca grimpe sévère sur plus de 300m+ et la course est quasiment impossible . Tony, plus à l'aise (c'est un skieur alpiniste !!) me lâche malgré mon rythme pas des plus lents variant autour des 1400m+/h . D'ailleurs je rattrape Martin Reyt qui semble bien dans le dur aujourd'hui (5ème des Templiers 2011 quand même !) . Il m'annonce que cette montée est une vraie boucherie (sic) !! Je le lâche rapidement mais un autre coureur revient de derrière et me double tout en force . Nous sommes quasiment au sommet et j'ai de très légères prémices de crampes aux mollets mais je reviens rapidement sur lui à la faveur d'une nouvelle section plane en forêt . Un peu de neige fondue se met à tomber brièvement tandis que j'arrive à la ferme de Cade où se tient le dernier ravitaillement . J'y entre en 13ème position tandis que le 11ème et le 12ème en sortent juste . Il me reste encore un peu de flotte dans mon bidon et très peu de kilomètres pour rejoindre l'arrivée alors je décide de ne pas m'arrêter et d'essayer de finir en boulet de canon à l'image d'Alex hier sur l'Endurance Trail (même si je n'ai pas la même vitesse de base !!) . Je reviens alors très vite sur Guigui Lenormand et je l'encourage en lui disant qu'il lui reste une belle descente pour se refaire . Devant j'ai en point de mire le maillot orange Technica du 11ème et juste avant d'attaquer une petite descente je reviens sur lui et gentiment il me laisse passer m'annonçant qu'il descend très mal . En fait ça ne descend pas vraiment et nous restons ensemble jusqu'à l'antenne du Puncho d'Agast qui surplombe Millau .

 

Il reste à peine 3km mais près de 400m-, autant dire que ça descend sec !! Le début est très pentu et il faut sauter de rochers en rochers tout en gardant équilibre et accroche sous peine d'aller très vite à la faute . Je m'attends à descendre directement sur Millau que j'aperçois tout petit en contrebas mais en fait il y a encore un single en bord de falaise, alternance de très courtes montées/descentes sur un sol truffé de petits rochers et de souches qui ne permettent pas d'aller très vite .

 

La "vraie" descente se présente enfin . Raide et glissante, je m'aide des branches d'arbres à de nombreuses reprises et quelques glissades incontrolées me provoquent des débuts de crampes aux ischios . Heureusement ça passe immédiatement et ne m'oblige pas à m'arrêter.

Le dernier kilomètre est beaucoup plus facile, sur un large chemin en faux plat . Je double des concurrentes de la course réservée aux filles et arrive enfin sur l'aire d'arrivée . Une centaine de mètres hyper boueux salissent mes chaussures restées propres jusque là et je franchis l'arche en 11ème position après 34,5km et 1400m+ de course en 3h12'13" .

 

arrivee-copie-6.JPG

d'après Murielle je suis arrivé trop vite !

 

Même si je ne suis pas dans le top 10, je suis satisfait de la façon dont j'ai couru et de mes sensations . Ca faisait bien longtemps que je ne m'étais pas autant fait plaisir sur un trail .

 

Pour faire mieux sur cette épreuve, il aurait fallu prendre des risques en descente et être beaucoup plus efficace dans les côtes mais ça ne correspond pas vraiment à ce que je fais actuellement à l'entraînement . Donc aucun regret !

 

Bien que je n'ai aucune courbature ni aucune tendinopathie, je vais observer 4 à 5 jours de repos avant d'attaquer un dernier gros bloc de préparation à la Saintélyon . A ce sujet je vous rappelle que j'organise avec l'ami Arnaud Brémond une reco du parcours entre Sorbiers et Soucieux en Jarrest le 10 novembre prochain . Avis aux amateurs .

 

avec-manu-meyssat.JPGavec Manu Meyssat qui écrase la course et me colle 25 minutes !


Un merci à Endurance Shop pour le dossard et à Raidlight pour la logistique .

 

resultat.png

RESUME VO2.FR

 

   

Publié dans courses

Partager cet article
Repost0

La Foulée des 1000 Pattes 2012

Publié le par yanshkov

foulée 2012

 

C'est en cherchant une épreuve relativement courte et roulante à intégrer dans ma prépa Saintéylon que je suis tombé sur cette Foulée des 1000 Pattes se déroulant dans la campagne maconnaise . 16km et 300m+, alternance de routes et de chemins, exactement ce qu'il me faut en ce moment pour améliorer ma vitesse et ma capacité à tenir une allure élevée .

 

Depuis 2 semaines et les foulées fleurinoises, les entraînements ont été sérieux et je devrais normalement avoir de meilleures sensations que lors de ma course de reprise . Pour autant, je ne l'aborde pas comme un objectif mais comme une bonne séance d'entraînement et un bon test . D'ailleurs la veille je me suis fait 17km de sentiers sur un rythme pas des plus reposants !

 

Sur la ligne de départ, nous sommmes 128 et je dois dire qu'à part Didier Ballandras, avec lequel j'ai déjà bien bagarré cette saison sur plusieurs trails, je ne vois pas d'autres têtes de "cadors" connus . Il va fallloir attendre les premiers hectomètres pour se faire une idée des forces en présence . Quoi qu'il en soit, nous avons le droit à un breafing en français puis en anglais, la présence d'une grosse délégation de Rotterdam expliquant cela !!

 

A62A2132.JPG

 

A 9h30, le départ est donné . Ca ne part pas très vite (par rapport à Fleurieux) et Ballandras accélère au bout de quelques centaines de mètres et prend vite une bonne longueur d'avance . Je temporise un peu, attendant de voir si d'autres concurrents sont capables de le suivre mais je me rends rapidement compte que personne ne peut y aller . Ni une ni deux, je remonte sur la gauche et sans me mettre dans le rouge, je reviens sur Didier .

 

Arrivé à sa hauteur, je lui lance un : "c'est parti !" . Nous passons le premier kilomètre en 3'24" . Le début du parcours se déroule sur une route sans grosse difficulté . Nous en profitons pour parler un peu et prendre des nouvelles avant que la pente ne s'accentue . Cette fois, plus personne ne parle et j'entends la respiration de mon compagnon dans mon dos . Nous nous engageons sur un chemin et ça continue de monter régulièrement mais ce n'est pas très raide. Nous nous relayons régulièrement et Didier me fait bonne impression lorsqu'il prend la tête . Nous traversons la forêt de Sennecé en faisant gaffe aux zones bien boueuses puis retrouvons une petite route de campagne du côté d'Hurigny et de son château . L'allure est toujours soutenue et Didier se révèle un adversaire coriace . Nous approchons de la mi-course et donc du point culminant de l'épreuve . Il reste une dernière côte pour l'atteindre, un tout droit au milieu des vignes . Et alors que je mène le train à mon rythme au pied, Didier me double, accélère et me distance mètre par mètre . Je ne m'affole pas et reste à mon tempo, de toute façon les cuisses me brûlent déjà bien assez ! 

 

Au sommet, Didier possède une quinzaine de secondes d'avance, tandis que nous évoluons sur une petite route de crête . J'ai un peu de mal à relancer mais je retrouve très vite une bonne foulée . Je maintiens l'écart mais force est de constater que je ne parviens pas à le réduire ! Nous avalons à vive allure une longue portion descendante qui nous amène au 10ème kilomètre . La petite bosse suivante casse le rythme mais c'est surtout la longue portion en faux plat montant juste après qui me donne du mal . Didier creuse l'écart sur moi qui suit incapable d'aller plus vite . 20 puis 30 secondes, c'est l'écart que je constate à ma montre . Je sais que Didier n'est pas très bon descendeur mais la descente qui nous ramène sur la route menant à l'arrivée n'est pas assez technique et beaucoup trop courte pour que j'en profite .

 

A62A2394.JPG

 

Les 2 derniers kilomètres sont ceux empruntés à l'aller et sont donc assez plats mais un léger vent de face ajoute un peu de difficulté à ce final . Je vois Didier au loin qui va décrocher la victoire en tout juste 1h tandis que je franchis la ligne 47" seconde après .

 

A62A2397.JPG

 

Bien sûr j'aurais aimé gagner et finalement ça ne se joue à pas grand chose mais je n'ai pas abordé cette course comme un objectif avec tout ce que cela implique . Au risque de me répéter, l'objectif est ailleurs et l'important est de continuer à bien s'entraîner et de régler quelques problèmes ostéopathiques qui m'enquiquinent encore et me font entre autre forcer beaucoup plus sur la cuisse droite .

 

les-cinq-premiers-n-ont-pas-trop-souffert-dans-les-passages.jpg


CLASSEMENT

 

Prochain dossard à l'occasion du Marathon des Causses le 27 Octobre . Ca sera une toute autre paire de manches !

Publié dans esprit-trail

Partager cet article
Repost0

Foulées Fleurinoises 2012

Publié le par yanshkov

Un mois presque jour pour jour après mon abandon à la TDS, j'ai remis ce matin un dossard à l'occasion de la 1ère édition des Foulées Fleurinoises, organisées de main de maître par l'Association des Joggers de la Chouette .

 

Cette nouvelle épreuve du calendrier tombe à pic pour recommencer sérieusement l'entraînement, à 9 semaines de la Saintélyon . La distance relativement courte (14km), le parcours vallonné (325m de dénivelé +/-) et varié (alternance de petites routes, de chemins de halage et de passages en sous-bois assez semblables au parcours de la Saintélyon), la proximité avec la maison et la confiance en l'équipe organisatrice ont vite faite pencher la balance vers cette course nature .

 

foulees-fleurinoises.JPG

 

Nous sommes un peu plus de 300 à prendre le départ, sous une température idéale de 12°C et un ciel qui semble vouloir attendre un peu avant de pleuvoir . Il y a pas mal de très bons coureurs (Clément Couzon, Philippe Barbet, Didier Girard, Martial Billet, Fabien Tanguy ...) et je ne me fais pas trop d'illusion concernant le podium . L'objectif est ailleurs ...

 

Ca part assez vite, Clément Couzon, le grand favori se détache de suite en compagnie d'un autre coureur qui craquera assez vite . J'accroche le groupe de chasse pendant 3km (11' et des poussières ...), les sensations sont pas vilaines mais je sens que je suis quand même limite et je lève un peu le pied histoire de ne pas exploser en vol !! Je prends alors une allure de footing (très) rapide, dévalant sans problème les quelques descentes piégeuses mais en étant un peu dans le dur dans les faux-plats montants . Malgré tout, les kilomètres défilent vite et je retrouve dans le final les ressources nécessaires pour conserver ma 9ème place menacée un temps par Dany Davesne et rejoindre l'arrivée après 56'13" d'effort .

 

14km et 325m+ à 15km/h de moyenne, y'a pire comme reprise . Mais c'est sûr, il y a du boulot si je veux être en forme pour les échéances qui arrivent, à commencer par le Marathon des Causses dans 1 mois . Mais je ne m'attendais pas à beaucoup mieux de ma part aujourd'hui, après les 3h de vélo sous la pluie de la veille et quelques réglages ostéopathiques qui se font sentir ...

 

Encore bravo aux organisateurs pour cette première ! 

 

CLASSEMENT

 

Côté matos, j'ai utilisé pour la première fois les pads Dynamic dans mes chaussures R-Light 001 . Très utiles sur ce type de parcours mixte où il faut courir assez vite, ils permettent aux chaussures d'être aussi bien adaptées pour les passages techniques où il faut de l'accroche (grâce à la semelle) et les parties de route . Pour une Saintélyon en somme !


Publié dans courses

Partager cet article
Repost0

Programme automnal

Publié le par yanshkov

L'été est derrière nous, place à l'automne !!

 

Voici le programme de courses que je me suis bâti pour finir l'année en beauté !

 

Pour commencer 2 "petites" courses natures d'une quinzaine de kilomètres . En cette fin de saison, j'ai envie de retrouver ces sensations de vitesse un peu perdues ces derniers mois consacrés à la préparation ultra-trail . Et de la vitesse, il en faudra pour grimper à nouveau sur le podium de la Saintélyon !

 

Dimanche 30 Septembre

 

72quh-Flyer_INternet.jpg

 

Dimanche 14 Octobre

 

foulee_2012.jpg

 

Mais il faudra aussi un peu de foncier surtout avec la nouvelle portion technique ajoutée, le kilométrage total sera de 70km . C'est pourquoi je participerai au Festival des Templiers le dernier week-end d'octobre . Pas sur l'épreuve "reine" et encore moins sur l'Endurance Trail mais sur le Marathon des Causses . 38km et un mixte de roulant et de technique, de quoi faire une bonne répétition à 5 semaines de la Saintélyon . Ce sera aussi l'occasion de passer quelques jours avec les membres du Team et voir pas mal de copains .

 

Samedi 27 Octobre

 

montage photo site

 

L'année dernière j'avais couru le semi-marathon du Beaujolais 2 semaines avant la Sainté . A priori cela avait été un bon choix ! Pour autant je ne le referai pas cette année, le programme étant déjà bien chargé en octobre . 

 

Pour autant je ne peux pas louper cette grande fête populaire de la course à pied dont l'arrivée a lieu à quelques centaines de mètres de chez moi . Je serai donc au départ de la 12 du Beaujolais, pour une dernière grosse séance de vitesse . 

 

Samedi 17 Novembre

 

affiche.jpg

 

Puis se sera la période d'affûtage avant :

 

Samedi 1 Décembre

 

saintelyon.JPG

 

Il sera bien difficile de réitérer la performance de 2011 mais je vais faire tout mon possible pour y parvenir . Et tordre le coup à la théorie jujutrailesque qu dit qu'on ne réussit jamais aussi bien que lors d'une première participation !!

Publié dans programme

Partager cet article
Repost0

Sur les Traces des Ducs de Savoie 2012

Publié le par yanshkov

1 an après ma première participation à la TDS (lire le CR ici), me voilà de retour à Courmayeur pour une nouvelle édition . Un peu déçu d'avoir raté le top 10 et de ne pas être passé par le Passeur de Pralognan en raison des risques d'orage en 2011, j'ai donc décidé en début d'année de retenter ma chance . Hélas le début de saison est chaotique avec 2 entorses de la cheville gauche et la forme difficile à trouver . Néanmoins depuis le début du mois d'Août, je retrouve espoir , la cheville a retrouvé toute sa mobilité et les sensations commencent enfin à être bonnes . Alors même si je manque de courses longues et de dénivelé, je suis finalement assez serein au moment de m'élancer pour les 114km et 7100m+ au programme . 

 

depart-copie-6.JPG

 

Sur la ligne de départ, je suis au côté de David Uliana chez qui j'ai logé la veille et je retrouve avec plaisir pas mal de connaissances : Florian Racinet, Olivier Morin, Benoit De Préville, Bruno Durand, tous candidats au top 10 . Les minutes avant le départ s'égrainent en musique et l'enthousiaste organisatrice Catherine Poletti nous donne les dernières recommandations . Malgré la pluie qui devrait tomber d'ici 1h, l'atmosphère ne sera pas électrique et nous devrions faire le parcours dans sa totalité .

 

depart-II.JPG

 

A 7h, les 1465 participants sont lachés dans les ruelles de Courmayeur, sous les nombreux applaudissements de la foule et accompagnés par le tintement des cloches et le bruit de l'hélicoptère au-dessus de nos têtes . Je me retrouve tout de suite en tête de course au côté de tous les favoris (Guillon, Blanc, St Girons,Trivel,Sherpa,Le Saux) . Après 2 petits kilomètres sur route, nous laissons le bitume et attaquons sur notre gauche l'ascension du Col de la Youlaz . Je me surprends à courir au milieu des cadors alors qu'en 2011 j'avais opté pour la marche dès le pied . Thomas Saint Girons a pris quelques mètres d'avance mais il déplie ces batons et se met à marcher . Derrière la plupart l'imite dont moi . Je prends alors mon rythme de croisière sans me soucier trop de l'écart qui se creuse alors avec les gars devant moi . Je me retrouve au côté de Damien Trivel, un peu comme lors de la précédente édition . On discute un peu, échangeant sur nos différents déboires de la saison (le ménisque pour lui) si bien que nous atteignons presque sans nous en rendre compte le Col Chécrouit après 54' de course . J'ai presque 3' d'avance par rapport à 2011, tout va bien . Il commence à tomber quelques gouttes mais rien de bien méchant .

 

Le sentier menant au pied du col de la Youlaz permet de courir un peu mais la partie finale dans le pierrier est toujours aussi raide . Je mène un groupe d'une dizaine de gars, à mon rythme, jusqu'au sommet que nous atteignons après 1h44'45" de course , avec 1 minute d'avance sur les temps de 2011 . Je prends le temps de coincer les batons sur le côté du sac et de refermer mon gilet avant de m'élancer dans la descente vers la Thuile .

 

Cette descente n'est pas du tout technique, juste un peu boueuse et glissante au début dans les alpages . Pour une fois je me régale dans du dénivelé négatif, j'allonge la foulée sans me mettre dans le rouge si bien que je reviens et double rapidement un gros groupe d'une quinzaine de coureurs . Un espagnol m'accompagne et nous rattrapons un peu après Olivier Morin sur la route en lacets menant à proximité de la Thuile . Une légère crampe se déclenche au niveau de l'adducteur droit dans l'unique passage un peu raide et technique . Je m'empresse de croquer un sporténine que j'arrose d'une grosse gorgée de boisson . Tout rentre dans l'ordre rapidement . 

 

J'arrive à la Thuile (21km) après une très belle descente et avec environ 5' d'avance sur le timing 2011 . Cependant le ravitaillement a été déplacé et il faut faire quelques centaines de mètres supplémentaires dans les petites ruelles de la ville . Là encore il y a beaucoup de spectateurs, qui forment une véritable haie d'honneur . On m'annonce 10ème à l'entrée de la salle où se tient le ravitaillement (je suis en fait 13ème) . Je fais rapidement le plein de bidons avec de l'eau et de la poudre énergétique avant de repartir . 

 

la-thuile.JPG

 

La suite du parcours passe par un grand parking vide où je cherche un peu le balisage puis dans un parc en sous-bois où nous zig-zagons à travers les arbres . L'ascension vers le Col du Petit St Bernard commence alors sur une large piste bien pentue . Je prends un bon ryhme, aidé par les batons que j'ai décroché du sac lors du ravitaillement . Je suis un peu étonné de ne pas voir de rubalise mais suis presque certain qu'il n'y avait pas d'autres chemins possibles . Je continue en me retournant régulièrement mais force est de constater que personne ne me suit . Pour je ne sais quelle raison, je m'obstine encore quelques minutes à grimper mais un peu plus haut je dois bien me rendre à l'évidence, je me suis planté quelque part ! J'envisage un moment de continuer en me disant que je retrouverai bien le sommet du Petit St Bernard plus haut (complètement con comme idée !) mais finalement je fais demi-tour et m'élance dans une descente à toute vitesse (meilleure comme idée !) . Et je retombe en bas sur une file de coureurs qui eux ont bien vu le balisage s'enfonçant dans les herbes hautes sur leur droite ... 

 

Moi qui me demandait comment on pouvait se perdre sur un trail, je le sais maintenant ! J'essaie de relativiser en me disant que les 20' perdues (quand même !) ne pèseront pas lourd après 16h de course . Et je commence alors à remonter quelques coureurs et revient rapidement sur Roland Terrier, croisé à plusieurs reprises sur des rassemblements Raidlgiht . Il est tout surpris de me voir et je lui explique brièvement ma mésaventure et lui demande en quelle position nous nous trouvons . A priori autour de la 50ème ...

 

Je laisse Roland et revient sur un petit groupe au moment d'attaquer une partie bien raide en forêt . Je reconnais Juliette,collègue du team, à l'arrière du groupe et je reste un moment dans son sillage . Elle est aussi toute surprise de ma présence . Je lui explique vite fait et lui demande si il y a des nanas devant . A priori non, Juliette mène donc la course des filles . Elle semble très bien puisqu'elle double les gars du groupe pour prendre la tête, je remonte avec elle histoire de ne pas m'endormir et prendre un faux rythme .

 

Nous retrouvons sur quelques mètres la route goudronnée du Col du Petit St Bernard avant de s'engager sur une piste roulante . Je laisse alors mes compagnons et en rattrape d'autres régulièrement . Jusqu'à présent le parcours est le même qu'en 2011 mais les organisateurs ont décidé de modifier le final vers le col pour éviter justement cette piste roulante . Donc rapidement le balisage part sur la droite, sur un petit single bien boueux et légèrement montant . Le col semble encore bien loin et bien haut alors qu'il ne reste normalement pas beaucoup de kilomètrres pour le rejoindre .

 

XTF_4547.JPG

 

Nous contournons le Lac Vernet par sa gauche, contrairement à l'année dernière où nous l'avions survolé par la droite . Devant nous se dresse alors un véritable mur pour rejoindre le Col du Petit St Bernard .

 

XTF_4539.JPG

 

Je grimpe doucement , en essayant de ne pas y laisser trop de force, la route est encore bien longue . En haut, je retrouve ma mère, André et nos amis d'Arêches Jean-Robert et Danielle . Je peux les rassurer au passage car ils se faisaient du souci de ne pas me voir arriver . Je fais le plein des bidons et bois une petite soupe avant de partir à l'assaut de la longue descente vers Bourg Saint Maurice . 

 

petit-st-bernard.JPG

 

Pour le moment je suis dans le timing prévu si je tiens compte de la vingtaine de minutes perdues à la Thuile et du rallongement d'environ 2km engendré par la modification de parcours . Je fais une bonne descente à travers le brouillard et rattrape encore quelques mecs . Je rejoins le suisse Candide Gabioud, très bon coureur de montagne et qui n'est autre que le frère de Jules-Henri, vainqueur entre autre du Tor des Géants 2011 . Je fais un bout de chemin dans son sillage, au moment où la descente est plus technique et plus raide . Je ne suis pas au top dans ce genre de passage et 2 coureurs plus à l'aise en profitent pour me doubler . Mais la partie finale menant à Bourg Saint Maurice est beaucoup plus à mon avantage et je maintiens un excellent rythme sur les 3km assez plat menant au ravitaillement . L'année dernière, j'avais très mal négocié ce passage, sous la canicule, en étant obligé de marcher par endroit . Alors quel pied d'aller relativement vite et de doubler encore et encore des concurrents ! J'arrive au ravitaillement après 5h45 de course et 46km . 

 

Je retrouve mon assistance . Je m'assois, André remplit mes bidons pendant que ma mère s'occupe d'épingler mon dossard sur un maillot sec . Moi je mange une tranche de jambon et 2 pommes de terre vapeur avant de remplir mes poches avec des barres et des gels . Il y a beaucoup de monde et un peu trop de coureurs à mon goût à ce ravito . Et ouais, l'année dernière j'étais passé en 14ème position ici alors que là je suis 49ème ...

 

Je repars avec un nouveau maillot manches longues et doit présenter mon sac à la sortie du ravitaillement pour un contrôle du matos obligatoire . En fait les gars ne contrôlent que si nous avons bien téléphone portable (oui chef !), coupe-vent (oui chef !!) et maillot première couche (oui chef !!!) . Je peux enfin partir à l'assaut du Passeur de Pralognan, 1900m au-dessus de nos têtes . Les jambes répondent bien dès le début de la grimpée et je me dis qu'à ce rythme je vais pouvoir gagner encore pas mal de places au classement . Je grignote d'ailleurs encore 5 ou 6 places dès le pied . Mais l'euphorie est de courte durée et je n'arrive hélas pas à maintenir la cadence . Quelques coureurs que j'avais laché plus bas reviennent dans mon sillage, c'est pas bon signe . En plus j'ai un peu chaud avec mon maillot manches longues et je transpire beaucoup . J'essaie de rester motivé et de ne pas trop cogiter . Un peu plus haut nous sortons de la forêt et nous avons une vue bien dégagée sur le long chemin bien raide menant au fort de la Platte . Il y a une belle file de coureurs et je reconnais l'allure de mon copain David U . Il n'a pas l'air au mieux et je le rejoins alors que nous atteignons le fort . Nous échangeons quelques mots et je continue sur ma lancée . Le brouillard est présent et il ne faut pas trop mollir sous peine d'attraper froid . 

 

Le passage qui suit est bien le plus sauvage du parcours . Dommage qu'il ne fasse pas très beau pour contempler le décor . Je trottine à mon rythme sur le petit sentier menant à la partie finale vers le Passeur de Pralognan . La pente se redresse alors mais le sommet est atteint assez rapidement . Un petit coucou à François Hivert qui, blessé, ne participe pas mais est venu donner un coup de main à l'organisation et je plonge en direction du Cormet de Roselend .Le passage est très raide, heureusement qu'il y a des cordes pour s'accrocher . Je ne prends pas de risques inconsidérés et préfère assurer la descente . Tout en bas, le ruisseau et la piste menant au Cormet apparaissent minuscules . Pour autant j'ai vite fait de les rejoindre et j'avale les 2 derniers kilomètres sur un bon rythme de course . J'arrive au ravitaillement après 9h25 de course en 42ème position . Je suis bien loin de mes prévisions avec près d'1 heure de retard sur le timing ...

 

Roselend1.jpg

 

Ma mère et André m'attendent et je leur dis de ne pas trop stresser, je vais prendre le temps de bien m'alimenter (fruits secs salés, pommes de terre, jambon) et de changer à nouveau de maillot . J'aperçois Florian Racinet qui est malheureusement contraint à l'abandon sur blessure et j'échange quelques mots avec Thierry Bochet, vainqueur de l'Ultra Tour du Beaufortain en 2010 . 

 

André m'accompagne à l'extérieur de la tente puis reste à mes côtés sur la piste menant aux alpages du col de la Sauce . On discute un bout en marchant puis il me laisse attaquer le col . J'alterne trot et marche suivant les endroits en essayant d'être le plus économe possible . Le but maintenant est de rejoindre Chamonix, j'ai fait une croix sur le top 20 et sur une arrivée avant minuit . Le col de la Sauce est atteint sans encombre et je plonge direction le fameux passage du Curé . C'est drôle, j'ai l'impression d'être un peu plus à l'aise dans les parties caillouteuses que l'année dernière . Faut dire que mes chaussures Team R-Light 001 amortissent vraiment bien, j'apprécie ! Par contre avec la pluie et l'eau dans les chaussures, mes pieds glissent sur l'avant et je commence à avoir bien mal au niveau des pouces .

 

Un hélicoptère surgit de nulle part et vient briser le silence des montagnes pendant quelques instants avant de disparaitre derrière les falaises . Le sentier menant au refuge de la Gitte que je peux voir tout petit en contre-bas est boueux et très glissant . J'ai l'impression d'être sur des skis mais je m'en sors pas trop mal, sans tomber . Je croise Muriel U qui monte chercher David et je lui dis au passage que j'espère que la veste de finisher est jolie ! C'est sûr pour le moment je compte bien arriver au bout .

 

Néanmoins, je prends le temps de remplir mes bidons à la fontaine de la Gitte et de me rafraichir un peu le visage . J'entends qu'on annonce la première féminine et effectivement je vois Agnès Hervé arriver . Je lui demande où est Juliette et elle me répond qu'elle la doublée il n'y a pas très longtemps . Je lui emboite le pas mais Agnès s'écarte pour me laisser passer . C'est gentil mais je n'ai pas les jambes pour aller plus vite qu'elle et je lui dis que son rythme régulier me va bien . En plus avec Juliette en chasse derrière, je ne vais quand même pas lui donner un coup de main ! Nous faisons une bonne montée et mes jambes vont encore pas trop mal . Mais alors que la pente s'adoucit pas mal et que nous retrouvons une large piste, je ne peux suivre la cadence d'Agnès . Moi qui suis normalement à mon avantage sur ce genre de relief, rien ne va plus .

 

La pluie fait une nouvelle fois son apparition et je me couvre alors de ma veste Top Extreme . Je reviens sur Agnès qui s'est elle aussi arrêtée s'habiller alors que les gouttes sont de plus en plus insistantes . Cette fois c'est une grosse averse à laquelle nous avons droit . Le sentier se transforme rapidement en rivière et il est presque impossible de ne pas y tremper les pieds . 

 

Le ciel est complètement noir et la nuit semble bientôt là . Ca me fout un bon coup au moral, moi qui espérait rejoindre les Contamines de jour et n'avoir que la descente du Tricot à faire de nuit . Mes pieds sont trempés et une petite gêne à l'aine commence à me titiller . De plus les coureurs qui m'accompagnaient jusque là m'abandonnent ... Quasiment d'un coup, je perds toute motivation . Je ne cours plus et je commence à avoir froid aux mains . Chamonix semble bien loin et penser qu'il me faut encore près de 6h pour rejoindre l'arrivée me met un gros coup derrière la tête . J'ai envie que tout s'arrête et lorsque Juliette me double, je lui annonce que j'arrête au Col du Joly . D'autres coureurs me rattrapent dont Roland . Je suis frigorifié et tremblant, faut vraiment que ça s'arrête . Il fait de plus en plus nuit et avec le brouillard il est impossible d'apercevoir la tente du ravito . Heureusement il y a de la musique bien forte qui m'indique que je suis proche de la délivrance ... Je vois enfin des lumières, ça y est, je vais pouvoir me réchauffer !

 

profilFC_tds.png

 

Il est 20h30 et ma TDS est terminée, après 82km et 5435m+ . J'ai trop froid et je mets quelques longues minutes avant de me réchauffer . David arrive à son tour, dans un état pire que le mien . Il abandonne lui aussi ici et est très vite pris en mains par les gentilles bénévoles . Une fois réchauffés, nous profitons des 4x4 de l'organisation pour rejoindre la famille aux Contamines puis filer prendre une douche bien chaude à Chamonix ...

 

Je suis évidemment très déçu de l'issue de ma course même si je peux me consoler en me disant que près de 57% des coureurs ont abandonné sur cette édition très difficile . Il y a bien sûr cette erreur de parcours qui me coûte cher mais je ne crois pas que j'aurais atteint l'objectif de finir avant minuit et dans le top 10 avec les jambes du moment  . Là encore pour me consoler, je me dis que je ne suis pas le seul à m'être trompé ce week-end puisque notre champion du monde Erik Clavery a lui aussi fait un peu de rab sur la CCC . Comme quoi ça arrive aux meilleurs !!

 

A l'image de mes collègues de Team, Juliette, finalement 2ème sur la TDS, Maud et Augustin 2ème et 5ème sur la CCC (compte-rendu du team Raidlight), j'aurais bien aimé faire un podium pour faire plaisir à tous ceux qui nous soutiennent via les rassemblements et la plate-forme Raidlight . Mais la saison n'est pas finie, loin de là, et je compte bien la clôre de la plus belle des façons ! 

 

Pour finir un grand merci à ma maman et André pour leur soutien, à la famille Uliana pour l'accueil, à Clément, mon team manager de choc, à Rémy et ses mains d'or, à Thomas Leparquois pour les séances de proprio, à René Sornet pour ses semelles magiques et à tout ceux qui me suivent de près ou de loin .

 

Et un grand bravo à tous les participants aux courses de l'UTMB . Mention spéciale à François D'Haene et petit message en passant : je compte bien m'entraîner plus souvent avec toi  !! 

 

MES TEMPS DE PASSAGES 

 

CLASSEMENT DE LA TDS


Publié dans courses

Partager cet article
Repost0

Nouvelles de Chamonix après la TDS

Publié le par yanshkov

Quand ça veut pas, ça veut pas ! Ma TDS est à l'image de ma saison : ratée !

 

Après un très bon départ, sans me mettre dans le rouge je passe au ravitaillement de la Thuile (21ème km) en 13ème position, idéalement mis sur orbite ... Mais une faute d'inattention un peu plus loin me fais quitter le bon parcours et perdre une bonne vingtaine de minutes et une cinquantaine de places ... Je ne m'affole pas et commence à remonter doucement mais les forces commencent à me manquer après Bourg Saint Maurice (47ème km) . Une n-ième averse de pluie et l'arrivée de la nuit, plus tôt que prévu, aura raison de moi et c'est transi de froid que j'abandonne au col du Joly .

 

Merci pour tous les messages reçus avant, pendant et après la course . Je rassure tout le monde, pas de blessure, tout va bien . Cet échec me servira dans le futur .

 

Un CR complet courant semaine prochaine ...

Publié dans esprit-trail

Partager cet article
Repost0

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 30 > >>