Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Trail du Ventoux

Publié le par yanshkov

C'est le premier "gros" trail de l'année pour moi . Ca fait longtemps que j'avais envie de venir faire le Ventoux à pied (en vélo c'est fait et plusieurs fois même !) et comme de nombreux copains étaient partants je n'ai pas hésité au moment de m'inscrire . Je n'ai pas vraiment d'objectif précis pour ce premier rendez vous de 2010 . Je n'ai pas du tout travaillé la vitesse et j'ai axé mon début de saison sur le dénivelé en prévision du Salève . J'ai juste envie de prendre un max de plaisir sur les pentes du Géant de Provence ...

Avec Murielle nous arrivons en début d'après-midi à Bédoin où nous mangeons notre petite salade de riz avant de boire un café sur une terrasse . Puis direction le village départ où je retire mon dossard . Je salue Ludovic Pommeret et je croise Jérémie Chapuis . La rumeur circule que demain nous n'irons pas au sommet .... Je suis un peu déçu mais je fais confiance aux organisateurs . Si on n'y va pas, c'est que c'est plus prudent ! 

Nous retrouvons Rémi, Marcel, Kiki, Stéphane et Pilou puis direction le gîte où nous devons passer la nuit . Ne me demandez pas où il se trouve, je peux juste vous dire que c'est au milieu de nulle part (merci le GPS !) et entouré par des centaines de cerisiers ... 

trail-du-ventoux-2010-011.jpg
Enrique nous rejoind en début de soirée et à l'apéro au coin du feu succède le traditionnel repas de pâtes ...   

trail-du-ventoux-2010-009.jpgc'est pas mon verre !

Réveil à 6h, j'ai bien dormi et pas de stress en vu ! Le jour se lève, le temps est un peu couvert mais il ne devrait pas pleuvoir . C'est déjà ça ! Le GPS nous permet de rejoindre le départ sans (trop de) problème . Il y a une grosse effervescence, ça court dans tous les sens . Je croise le Dav, venu sans son compère Stéph mais bien là quand même et retrouve Patrick Gaucher

Je trottine quelques minutes histoire de ne pas partir à froid .

Quelques instants avant le départ, nous grugeons un peu avec le Dav afin de ne pas nous retrouver à l'arrière du peloton de plus de 1000 coureurs . Nous prenons place juste derrière les cadors et faut dire qu'il y en a beaucoup ... Il y a de l'ambiance sous l'arche de départ et les corses venus en nombre se font entendre . Je n'entends pas vraiment ce qui se dit au briefing mais pas grave, je sais que l'on ne fera pas le sommet du Ventoux et qu'il devrait y avoir un peu moins de kilomètres que prévus . On verra bien ! 

1
8h30 ! Le départ de la première manche du Challenge Salomon 2010 est donné . Ca joue un peu des coudes, ça se bouscule et je me laisse emporter par le flot des coureurs . J'adresse un petit coucou à Murielle qui s'est hissée sur une grosse pierre pour nous voir passer .

Les premiers kilomètres se déroulent sur une petite route goudronnée au milieu des vignes . Je suis au côté de Patrick et cette fois je ne reproduis pas l'erreur des Templiers et je reste sagement à mon rythme autour de la 70-80ème place . Je surveille le cardio afin de ne pas monter trop haut mais pour le moment pas de souci . Le premier chemin arrive puis le célèbre passage dans les Ocres . J'aime bien ces moments où j'ai l'impression de rentrer dans les photos des magazines tant et tant de fois parcourues ! Des petites dunes, du sable, une couleur rouge orangée ... c'est magnifique . J'aperçois le peloton de tête à la faveur d'une courbe . Les premiers ne sont pas si loin finalement . 

2.jpg
La première côte se présente et je commence à bien transpirer . Je regrette presque de ne pas avoir mis le short mais je sais bien qu'un peu plus haut je devrais être content d'avoir couvert mes petits genoux . Je rattrape Enrique qui n'a pas l'air au mieux puis Stéphane qui lui me dit que ça va . Nous sommes dans le sillage de la jolie Lisel Dissler (Team Altec) qui avance vraiment bien . Moi je n'ai pas de supers jambes (en tout cas j'en ai déjà eu des meilleurs !) mais je sais qu'à ce rythme je peux tenir longtemps et que peut-être je serais mieux sur la fin . Et puis j'attends la bifurcation des 2 parcours pour voir à quelle place je suis réellement sur le grand . 

3.jpg
Nous longeons ensuite un single en bordure de falaise . Là encore j'ai l'impression de rentrer dans une carte postale . Je contemple la vue tout en restant vigilant car il y a quelques marches en pierre à franchir . Nous sommes tous à la queuleuleu et je reste au contact du coureur qui me précède . Dans une nouvelle côte, Guillaume Bernard alias Guitoune nous passe à toute vitesse . Même pas le temps de le saluer !! Un autre gars me double, un peu moins vite puis me demande si je ne suis pas Yann Nourry . En effet c'est bien moi . Il s'agit de Damien Vogoyeau, un copain des 3D . Nous nous connaissons via internet et là encore le virtuel devient réalité . J'adore ! Nous nous mettons à discuter et allons faire un long bout de chemin ensemble . 

4.jpg

Surprise au sommet de la côte je reconnais la silhouette d'Hervé Giraud-Sauveur . Ca motive de se savoir si près de lui même si je me doute qu'il ne doit pas être au mieux .  Il me le confirme au moment où nous le doublons, dans une côte bien raide en plein coeur de la forêt où nous passons tous en marchant . Moi je suis bien mieux dans ce passage très pentu . Autant je peine un peu dans les faux plats, autant là je suis bien . Mais je ne m'enflamme pas pour autant car la route est encore longue . Nous débouchons sur une crête, Damien et Patrick sont toujours là  mais Enrique qui ne semblait pas terrible tout à l'heure est decroché aussi . La vue est belle de là-haut et Patrick pour qui tous les moyens sont bons pour me lâcher m'oblige à prendre une photo !!! 

5.jpg
S'ensuit une partie plus roulante, légèrement descendante dans la forêt domaniale de Malaucène . Je cours toujours au côté de Damien tandis que Patrick est un peu décroché . J'attrape des petits points de côté qui me gênent un peu et ce n'est pas la première fois que ça m'arrive dans ce genre de descente ( en discutant à l'arrivée il s'avère que je ne respire pas assez dans les descentes, me laissant aller et en bloquant ma respiration ... il faudra y songer les prochaines fois) . Ca passe dès que nous attaquons une nouvelle grimpette . Jusqu'au ravito du 14ème kilomètre c'est une succession de montée-descente dans la fôret, le long de la D974 bien connue des cyclistes puisqu'elle permet de rejoindre le Mont Ventoux par Malaucène . 

Trail_Ventoux_2010_093.JPGentre Ayrton et Vogoy, je filme ...

Le ravito est atteint au bout d'une heure trente de course . Malgré ce qui était annoncé il y a bien des gobelets plastiques pré-remplis sur les tables !! Je bois 2 ou 3 verres de coca, attrape un 1/4 de banane et repart illico derrière Vogoy . Au pied d'un gros raidard en fôret je m'arrête quelques instants faire un petit besoin naturel et au moment de repartir j'aperçois Hervé en train de revenir derrière . Lui qui comptait abandonner tout à l'heure, il a des ressources le bougre ! En haut de la côte c'est la bifurcation des 2 parcours . A gauche il reste 25km et à droite à peine 9km . Je n'hésite pas un instant malgré des sensations pas optimales . L'objectif est aussi de faire une longue sortie aujourd'hui . Et à ma grande surprise tous les coureurs qui me précèdent et me suivent font comme moi . Je pensais gagner un max de places et ben non ! Tous motivés ! 

6.jpg
Hervé me double sur une large piste montante dans la forêt et je ne parviens pas à l'accrocher . J'ai vraiment du mal dans ces portions et je dois alterner marche et course malgré une pente pas très prononcée .  Je le garde en ligne de mire quelques kilomètres, jusqu'au passage dans la neige . 

7.jpg
Au début ça va, il n'y a pas trop épais et je passe dans trop de problème . Mais ensuite c'est un vrai champ de bataille pour moi qui n'ai pas l'habitude . Les appuis sont fuyants , ça glisse, on s'enfonce jusqu'aux genoux . La galère !! J'essaie de ne pas laisser trop de jus dans l'aventure mais  vu que c'est plat et même en descente par la suite il faut bien courir quand même !! 

Et là une fusée arrive ! C'est Enrique à toute vitesse ! On dirait qu'il ne court pas sur le même revêtement que nous ! Je l'encourage du mieux que je peux et très vite il s'éloigne ... Son passage me booste tout de même et j'essaie d'accélérer un peu . Mais mes points de côté reviennent à nouveau et m'empêche de me lâcher complètement . 

Enfin nous laissons la neige derrière nous pour attaquer des mono-traces en sous-bois . C'est très technique avec de la caillasse et des racines et je reste vigilant . Des prémices de crampes se font sentir alors que nous n'avons même pas fait 25km . J'essaie de boire plus régulièrement et je prends un comprimé de Sporténine (à l'arrivée je me rendrais compte que je n'ai bu qu'un litre de flotte !!) pour les faire passer . 

8.jpg
Patrick est revenu et Damien est toujours là . Nous sommes un petit groupe de 5 ou 6 et nous discutons allègrement . D'un coup quelqu'un demande si ce n'est pas inquiétant de ne pas avoir vu de rubalise depuis un petit moment ... C'est vrai ça, il n'y a pas de rubalise en vue . Je vois bien des traces de pas au sol mais il semblerait bien que nous ayons râté un balisage . Des secouristes qui descendent en contre-sens nous confirment que ce n'est pas le chemin . Merde alors, qu'est-ce qu'on a foutu ??!!?? Nous repartons dans l'autre sens et un peu plus bas retrouvons les rubalises . Le balisage était immanquable mais nous ne l'avons pas vu !!! Nous perdons bien 5 à 6 minutes dans l'affaire et quelques places mais tant pis fallait faire gaffe au lieu de papoter !!! 

Maintenant j'attends avec impatiance le ravito du Chalet Reynard où m'attend Murielle . Mais au passage à un carrefour je lis sur un panneau que c'est à 1h20 de marche en partant sur la gauche . En courant ça devrait aller vite mais le problème c'est que le balisage part sur la droite . Je comprends alors que nous n'allons pas aller au Chalet Reynard et que le ravito se trouve ailleurs . Pourvu que ma chérie ait eu l'info ....

9.jpg
Niveau sensation c'est toujours moyen . J'alterne marche et course là où je devrais passer en courant . Mais je crois que je suis en mode rando depuis quelques temps ... Je dois en plus jongler avec les crampes aux adducteurs ... Un sporténine, une gorgée de boisson et ça repart . Le parcours est difficile , tout en monotrace et c'est assez technique . On enchaîne les montées et les descentes courtes . C'est vrai que j'aurais préféré des grimpettes plus raides et bien plus longues comme au Trail de la Sainte Victoire car là je manque de rythme . 

J'arrive au second ravito (27,5 km 3h15) . Vogoy et Patrick ne sont plus avec moi depuis un petit moment déjà . Ils ont du avoir un petit moment de moins bien car à coup sûr ce n'est pas moi qui ai accéléré ! J'ai beau cherché, pas de Murielle en vue . Je m'en veux de lui avoir dit d'aller au Chalet Reynard, on aurait dû se renseigner au départ !! Je prends un peu de coca et c'est tout . Je n'ai vraiment pas faim et la barre que j'ai mangée durant les premières heures semble être suffisante . Je regarde où en est la boisson dans le camel-back et vu ce qui reste pas besoin de recharger . Je repars alors assez rapidement ... 

trail-du-ventoux-2010-031.jpg
La suite c'est encore une succession de single-tracks vallonés . C'est du pur trail ! Dans une descente assez rapide je vois les gars qui me précèdent de quelques mètres sauter par dessus un tas de branches signalisées par les organisateurs au moyen d'un panneau marqué d'une grosse croix rouge . Alors que je m'apprête à faire de même, je me rends compte que le panneau n'est pas là pour signaler un danger mais pour indiquer que ce n'est pas par là qu'il faut aller !! Des petites rubalises sont en effet accrochées le long d'un petit single qui part à droite . Sans hésiter je crie un bon coup pour prévenir les gars qu'ils se sont plantés . Décidemment faut être vigilant !! 

Je ne sais pas si c'est un manque de vigilance mais dans une petite descente caillouteuse ma cheville gauche se tord et je ressens immédiatement une douleur . Heureusement pas de craquement et je regarde aussitôt sous la guêtre si ce n'est pas enflé . Pas le moindre gonflement . Ouf !! Je boite quelques instants puis j'arrive à faire avec une petite douleur qui s'estompera petit à petit . Pour autant je suis obligé de redoubler de vigilance et dans les passages caillouteux , c'est pas le pied ! 

trail-du-ventoux-2010-033.jpg
A la sortie de la monotrace, nous arrivons sur une large piste forestière en faux plat montant . J'ai en ligne de mire un mec qui m'accompagne pratiquement depuis le début de la course . Tantôt devant, tantôt derrière ... Il s'agit de Jean Philippe Lanfranchi alias Ayrton sur kikourou  (je ne l'apprendrai que bien plus tard ...) . Je me motive pour courir tout le long sur cette interminable piste . A chaque virage j'espère que l'on va basculer mais non, faut grimper encore un peu !! Mais je tiens le choc, j'ai de la ressource . 

Avant de basculer je rattrape un gars et nous attaquons la descente ensemble avant qu'Ayrton ne revienne à son tour . Il va plus vite que moi même si je ne suis pas mécontent de mes sensations en descente aujourd'hui . Les cuisses semblent solides et la cheville se fait oublier . Ca me rappelle un peu certains passages des Templiers par moment, c'est hyper raide par endroit avec de grosses marches . Puis ça devient plus roulant, dans les Combes .

trail-du-ventoux-2010-034.jpg
Je dois m'arrêter car les crampes s'acharnent . Je me fais doubler par un gars puis je repars . Un autre qui arrive derrière moi trébuche sur une racine et je parviens in-extremis à le rattraper avant qu'il ne s'effondre à terre . Le pauvre est à son tour perclu de crampes et je le laisse à son triste sort . 

Enfin on m'annonce qu'il reste 2km ... La fin est très roulante et je déroule du mieux que je peux . Je dépasse même quelques concurrents qui semblent au bout du rouleau . Pour moi malgré les crampes je sens que je pourrais faire encore quelques kilomètres ... J'entends le speaker, la fin est proche et je débouche à la sortie de la forêt en plein coeur du centre de Bélézy . Mais il faut faire encore une petite boucle de quelques centaines de mètres dans un pré avant de franchir la ligne d'arrivée et un mec revient fort derrière . Pour le geste j'accélère afin de ne pas me faire passer si près du but et je constate que j'ai de la ressource . J'ai même le temps de faire un bisou à Murielle avant de passer sous l'arche en 56ème position après 40km et 2200m+ en 4h36 . (peux mieux faire mais la saison est longue et j'ai d'autres échéances ...)

La suite c'est comme toujours du pur bonheur . Je retrouve les copains qui arrivent les uns après les autres et après une bonne douche bien agréable on se retrouve tous pour le repas de clotûre . J'y croise un autre copain bloggeur en la personne de Mickaël alias Tachorun .

trail-du-ventoux-2010-037.jpgavec Jérémie, Patrick et Stéphane

trail-du-ventoux-2010-039.jpgKiki, Martxel, Pilou et Rémi

Une analyse et des nouvelles de la cheville encore un peu douloureuse à venir ...

Publié dans récits 2010

Partager cet article

Repost 0

Trail du Ventoux à chaud

Publié le par yanshkov

Pas de sommet du Ventoux cette année en raison de conditions climatiques difficiles en altitude (du  coup je vais être obligé de revenir en 2011 mais pas forcément sur ce trail !! )  mais un parcours hyper technique sans temps mort de 40km et 2200m+ . 

Trail_Ventoux_2010_161.JPGmerci à jutrail30 de kikourou pour la photo

Un super week-end avec les copains, une course avec des sensations moyennes et une 56ème place en 4h36 à un peu moins d'une heure du premier Francois D'Haene (Team Salomon) . Des crampes arrivées un peu vite, une légère erreur de parcours et quelques minutes de perdues, une cheville qui vrille mais résiste malgré une petite douleur ... Quelques motifs de satisfaction dont je reparlerai et ce soir aucune courbature . De bon augure pour les trails plus longs à venir ... 

CR à venir dans la semaine ...

En attendant, repos complet à pied jusqu'au Trail Expérience By Asics samedi à Lyon et du vélo .

Publié dans courses

Partager cet article

Repost 0

Ultra Montée du Salève c'est dans 1 mois ...

Publié le par yanshkov

L'Ultra Montée du Salève, c'est le 10 avril, donc dans tout juste 1 mois ... Je me suis fait une reconnaissance de la grimpée hier en compagnie d'une grosse dizaine de kikoureurs . Le but était de faire une sortie en bonne compagnie, un bon entraînement et aussi de pouvoir estimer un peu les temps que je devrais pouvoir faire le jour J . 

reco saleve 1
Nous avons fait une première montée relativement cool pour bien repérer le parcours qui se perd parfois en hors-piste . La première impression c'est que ça va être dur !!!

reco saleve 2
Le pied de l'ascension n'est pas très raide mais très vite la pente s'accentue avant d'arriver à 2 séries de marches d'escaliers .

reco saleve 3
Hier certaines marches étaient gelées de chez gelé et il fallait obligatoirement se cramponner à la rembarde pour passer . Heureusement dans un mois ce ne devrait plus être le cas .

reco saleve 12
reco saleve 4
Au tiers du parcours, un petit replat  de quelques centaines de mètres permet de relancer avant d'attaquer une nouvelle côte . Au début ce n'est pas hyper raide mais cela va crescendo et arrivent des passages verticaux où il faut s'aider de ses mains et bien pousser sur les cuisses . 

reco saleve 5
Un nouveau replat permet de récupérer et/ou de relancer mais il est très court avant de se lancer dans les 200 derniers mètres positifs d'ascension . Ca se déroule toujours dans la forêt, pratiquement un tout droit dans la pente . Devant on aperçoit le soleil à travers les arbres et on devine l'arrivée au sommet . 

reco saleve 8
Il ne reste alors plus qu'à traverser une prairie en faux plat sur environ 400m pour rejoindre le téléphérique . 

reco saleve 10
Nous avons mis 44' pour effectuer les 663m+ ce qui d'après mes calculs doit permettre de faire 6 montées le jour J . C'est un rythme relativement cool, tout en marchant, que j'ai fait en endurance fondamentale (70% du max) . 

Nous sommes redescendus tranquillou par les chemins, en faisant gaffe aux passages encore gelés sur les hauteurs avant d'effectuer une nouvelle montée . 

Cette fois mon objectif est de monter vite pour avoir une idée réelle de ce qu'il est possible de faire le jour de l'épreuve . Suite à la première montée, je décide de ne pas prendre les bâtons . Il y a trop de passages où il faut mettre les mains et sur les replats où il faut relancer je les trouve inutiles  . Je pars donc sur un bon rythme et cours jusqu'à l'attaque des escaliers . Là les marches sont bien hautes et je les passe 2 par 2 en marchant et en m'aidant parfois de la rambarde métallique sur le côté . J'enchaine toutes les marches de cette façon et continue de marcher vite jusqu'au premier replat où je relance en trottinant . Ce n'est pas facile mais c'est à mon avis obligatoire car on peut gagner ou perdre pas mal de temps . Je passe pas trop mal les passages verticaux, en m'aidant des arbres et des rochers qui me servent de prise . Les cuisses et lombaires sont mises à rude épreuve et je commence à bien transpirer . Pour autant je ne suis pas en sur-régime et je reste au milieu de ma zone de seuil . Je relance en de très rares occasions en trottinant mais l'essentiel est fait en marchant, les mains posées sur les cuisses pour pousser . Je ne reprends le trot que dans la dernière partie en faux plat menant à l'arrivée . C'est dur de relancer mais on sait que c'est la fin et que l'on pourra récupérer quelques instants en haut et dans le téléphérique . J'arrête le chrono : 32 minutes soit une montée à presque 1300m+/h .  Ca se précise quand au nombre de montées qu'il sera possible de faire pendant 6 heures ...

reco saleve fransescamerci francesca pour cette très instructive reco ...

Tout le monde se regroupe au sommet et nous repartons pour une nouvelle descente . En bas, personne ne veut tenter une troisième fois l'aller-retour mais je ne suis pas venu pour rien et j'ai vraiment envie de voir si les 32 minutes sont réalisables plusieurs fois . Je repars donc seul, en courant . Les jambes commencent à accuser le coup et j'attaque la marche rapide un peu plus tôt que précédemment . Les sensations sont moins bonnes que tout à l'heure mais je reste concentré jusqu'au sommet malgré un petit mal au bas du dos . Je ne regarde ma montre qu'une fois en haut et surprise, je suis en moins de 33' (32'40") . Cool ! 

Cette fois je redescends par la route afin d'allonger la foulée et de finir un peu vite, ça pourrait servir dans une semaine au Ventoux !!

Le bilan de la journée est bon : un gros entraînement (21km 2085m+ environ 3h30) et pas mal d'enseignements . 

reco saleve9
Je suis donc capable de grimper en 32'  . Reste à savoir combien de fois je suis capable de le faire ... Je peux par contre gagner près de 3kg d'ici 1 mois . En effet j'ai grimpé avec mon sac camel-back ainsi que mes bâtons ce qui représente 2kg . Je compte aussi perdre 1 voir 1,5kg pour tomber à un poids de 62kg . Je serai aussi vêtu plus légèrement le jour J . Tout ça pour dire que je pense que les 32' sont réalisables sur les premières montées . Je pense aussi que la première grimpée sera un poil plus rapide en raison de l'euphorie du départ, de l'émulation d'être en groupe et de la fraîcheur physique . 

Ainsi d'après mes prévisions les plus optimistes il m'est possible de réaliser 8 montées (5300m+ quand même !!!) .

NOMBRE DE
MONTEES

TEMPS DE MONTEE

HORAIRE AU
DEPART

1

31'

10h42

2

32'

11h25

3

32'

12h08

4

33'

12h52

5

34'

13h37

6

35'

14h23

7

36'

15h10

8

?

 

 

Dans cette prévision je tiens compte des 800m de plat entre la sortie du téléphérique et le début de l'ascension et que j'estime possible de faire autour de 3 minutes (j'ai mis 3'18" lors de la reco mais tranquillou) et le temps d'attente et de descente du téléphérique soit a priori 8 minutes maxi .

Un aspect très important du règlement est qu'il faut arriver à la sortie du téléphérique avant 15h15 pour pouvoir faire une dernière montée . Il s'agit donc de bien gérer son affaire car ce serait rageant d'être arrêté à 15h16 !!! Dans mes prévisions j'ai une marge de 5', ce n'est pas énorme mais le but sera d'augmenter ce laps de temps en essayant de faiblir le moins possible et de faire la 7ème ascension comme si c'était la dernière . Il doit être possible de gagner du temps au niveau de l'attente du téléphérique et de gagner suivant comment ça se goupille jusqu'à 2 minutes par ascension .

Ensuite en ce qui concerne l'ultime montée le but sera d'arriver au sommet avant 16h car après la montée ne sera pas comptabilisée . Et oui c'est cruel !! Mais bon, y'aura un peu de marge, car au plus vite il faudra grimper en 43 minutes et à moins d'être complètement cuit c'est réalisable . 
 
Voilà, tout ça sera réajusté en temps réel lors de l'épreuve mais il faudra tout faire pour arriver avant 15h15 au pied afin de pouvoir tenter la 8ème ascension et dépasser les 5000m+ . Il faudra donc ne s'occuper que de soi pour réaliser cet objectif . En ce qui concerne les meilleurs, y'aura-t-il quelqu'un capable d'enchaîner 9 montées donc de faire l'ascension en 28' à chaque fois ???

Reste à mettre en place une bonne gestion alimentaire le jour J afin d'éviter les coups de mou . Je ne suis pas encore fixé sur ce que je vais faire mais j'y réfléchi sérieusement ...

reco saleve 11
     Place au Ventoux à la fin de la semaine et je croise les doigts afin que l'on puisse grimper jusqu'en haut . Je vais ajouter aussi quelques séances de gainage à mon programme et tout faire pour arriver à 62kg d'ici 1 mois . J'suis motivé !!!!

Publié dans esprit-trail

Partager cet article

Repost 0

Trail du Beaujolais

Publié le par yanshkov

4 mois après les Templiers me voilà de retour sur les sentiers avec un dossard . L'envie est belle et bien présente de réaliser une belle course mais j'ai aussi quelques interrogations en tête . Aurais-je suffisament de vitesse pour accrocher les premiers ? Et est-ce que ce foutu rhume que je traîne depuis 4 jours va m'empêcher de m'exprimer pleinement ? J'ai cependant quelques certitudes, sur mes capacités à tenir la course et sur le fait que je vais passer une sympathique matinée avec tous les copains . Il y a les "vieux" potes de vélo Fred et Philippe, les copains d'Endurance Shop David, Muriel, Vincent ... , Sylvain venu accompagner en VTT, ma maman qui ne s'arrête plus de courir (!!!) Seb des Passe-montagnes, quelques Daï de Capchulemo et j'en passe ...  Le soleil est aussi au rendez-vous et rend la température négative plus supportable . 

Au moment de retirer mon dossard je vois arriver quelques coureurs du club d'athlé de Villefranche dont Julien De Paoli et Hicham Ait Gaouzguit et je me dis que ça va être bien difficile d'aller succéder au palmarès de mon pote Juju . Je vois aussi qu'il y a Fabien Pélissier d'inscrit et ce nom ne m'est pas inconnu dans le haut des classements de trails (en fait il ne sera pas au départ) . 

Je fais un bon petit échauffement en compagnie de Philippe puis très vite il nous faut rejoindre l'arche de départ . Malgré le froid je suis en T-Shirt car je sais que l'on va avoir très vite bien chaud dans la longue montée vers le St Bonnet . Je me suis aussi badigeonné le torse avec du Vicks Vaporub et à quelques secondes du coup d'envoi je me prends un p'tit gel à l'eucalyptus, histoire de diminuer au maximum les effets du rhume . 

depart.jpg


Allez top c'est parti ! Nous sommes un tout petit peu moins de 200 à nous élancer dans les rues du Perréon . Le rythme n'est pas trop rapide, aux alentours de 15km/h et on a le temps de discuter encore un peu avec David et Philippe qui veut mettre une attaque comme en vélo ! . Seul un coureur est parti un peu vite et fait légèrement le trou mais cela ne nous inquiète pas plus que ça . Je suis calé en 6-7ème position et je suis tranquillement les premiers . Une légère descente goudronnée me permet d'allonger un peu la foulée et de revenir me placer dans le trio de tête, au côté de Julien De Paoli et d'un autre gars que je ne connais pas . Nous abordons les premiers mètres de la longue ascension vers le St Bonnet légèrement détachés et je prends même quelques instants la tête pour voir . Julien a l'air assez bien tandis que l'autre perd petit à petit le contact avec nous . Mes jambes ne semblent pas trop mal et le moral est bon même si je me demande si ce n'est pas un peu tôt pour faire l'effort . Julien repasse devant et je prends son sillage . Au début ça va, je me dis que l'on va pouvoir faire un bout de chemin ensemble mais le bougre accélère légèrement et je ne peux pas suivre . Je reste à mon rythme en me disant qu'il en fait peut- être un peu trop et qu'il faut que je reste patient . Une très courte descente me permet de me relâcher quelques secondes mais au moment d'attaquer la suite de la bosse mes cuisses me font un sale coup !! J'ai l'impression qu'elles pèsent une tonne et qu'elles sont encrassées comme pas possible . Je m'oblige à courir comme lors de mes entraînements non-stop mais j'ai l'impression de ne plus avancer ... Je tiens le coup quand même jusqu'à l'amorce d'une nouvelle petite descente où FX, P'tit Louis et Tanguy (venus faire la promo du trail des Passe-montagnes au départ) se tiennent pour nous encourager . S'ils n'avaient pas été là je crois que j'aurais marché ...

col du St Bonnet


Je profite à nouveau de ce répit pour récupérer un peu avant d'attaquer à nouveau dans une pente bien raide . Dès le pied je décide de me ménager un peu et marche jusqu'au replat suivant . Un coureur en profite pour me passer et me distancer légèrement . En me retournant j'aperçois mon Philippe avec un autre gars, vraiment pas loin . Je suis bluffé ! Il ne court pas depuis bien longtemps mais déjà dans les premières positions !!

Le plus dur est passé et je me remets à courir sur le chemin légèrement montant en plein coeur de la fôret . J'ai toujours le deuxième juste devant et mon copain pas loin derrière . J'apprécie ce passage car les jambes répondent assez bien mais encore une fois je bute sur le mur suivant ! Font chier ces "grosses" cuisses !!! Philippe me revient dessus en compagnie ni plus ni moins d'Hicham Ait Gaouzguit . Au sommet c'est quand même moi qui relance et paradoxalement c'est Hicham qui décroche . C'est vrai qu'il est loin d'être affuté, je dirai même qu'il est bien grassouillet et qu'il doit être loin d'avoir la forme lui permettant de tourner le 10 bornes en moins de 31' ... Je me retrouve alors au coude à coude avec Philippe sur une nouvelle partie roulante . Je m'imagine déjà arriver avec lui et partager la troisième place du podium . Mais avant ça il y a encore quelques difficultés au programme . A commencer par le mur final vers le haut du St Bonnet . On attaque bille en tête, je conseille à mon pote de faire de petits pas pour s'économiser . Quelques mètres plus loin, au plus fort de la pente, alors qu'Hicham est revenu à nouveau, Philippe me demande s'il ne faudrait pas mieux marcher . Allez, tu as raison, on ira aussi vite ! Devant nous l'autre gars marche aussi . Pour autant nous montons assez vite et arrivé au point culminant, je relance assez fort . Je sais que durant presque 5km le profil va être descendant et j'ai envie de voir comment répondent mes gambettes . La réponse ne tarde pas, elles répondent bien ! Je dévale la pente jusqu'au ravito du Col de St Bonnet où je reçois les encouragements de Philippe et Annie Clerc de Cap Chulemo ainsi que de ma chérie . Mais je ne m'arrête pas car je suis parti avec un bidon . 

Je ne me retourne plus car je sens bien que je creuse l'écart sur mes poursuivants . Les sensations sont à nouveau assez bonnes sur cette partie roulante et c'est un peu paradoxal . J'ai axé mon entraînement sur le dénivélé depuis 7 semaines mais c'est sur le plat et en descente que je suis le mieux ! Sûrement le rhume et aussi une semaine très légère où il aurait fallu peut-être faire un petit rappel en côte plutôt que 2 mini footings rataplats .  C'est pas grave, l'essentiel est que j'arrive à bien dérouler ma foulée et à grignoter le maximum de temps avant l'enchaînement des 2 dernières bosses . D'ailleurs le fait de connaitre parfaitement le parcours m'aide beaucoup dans la gestion de l'effort aujourd'hui .

Passage express vers le poste où se tient André et je jette ma ceinture porte-bidon afin de me délester . Il m'annonce le deuxième vraiment pas loin mais je ne l'ai pourtant jamais en ligne de mire . Je prends beaucoup de plaisir dans cette descente roulante, aucun problème de cheville, tout va bien et je commence à songer sérieusement au podium . En bas de la descente, je retrouve la route et ma tante Danielle qui sécurise un carrefour : "Allez Yann, c'est mon voisin qui est juste devant !! " . Ca y est je sais enfin qui est ce coureur qui me précède . C'est Didier Claverie, un triathlète de Villefranche, 3ème l'année dernière de ce trail . Juste après Murielle est là et me file un gel énergétique que je glisse dans mon cuissard " Le deuxième est passé il y a 25-30" " me dit-elle .

pied-de-la-cote.jpg


Et effectivement alors que j'attaque la côte, je le vois juste devant . Ce point de mire me booste un max et je passe toute la bosse en courant en grignotant mètre par mètre mon retard . Au sommet mes cuisses me brûlent, j'ai l'impression de me traîner mais je ne lâche rien et me lance tant bien que mal dans la descente au milieu des vignes . Je sens que la deuxième place est possible, je connais parfaitement le final et je me sens capable de finir très vite .... Claverie est à porté de fusil et je continue de réduire mon retard . J'ai un peu de mal dans le dernier coup de cul mais lui aussi et je relance bien dans la partie finale . Il est à quelques mètres devant moi et d'un coup se met à marcher . Je comprends immédiatement à sa posture qu'il est pris de crampes . Je fonds alors sur lui et le double en l'encourageant au passage . Je fais rapidement le trou et aborde la partie finale tout content d'aller chercher ce bon résultat derrière un De Paoli affûté par une magnifique saison de cross et à la VMA bien supérieure à la mienne (enfin je pense ...) . Pour autant je ne ralentis pas et j'essaie d'allonger la foulée . Pour moi pas la moindre sensation de crampes ou de quelques douleurs que ce soit et si il fallait partir faire un second tour, j'irai sans problème . Je retrouve la route et une bénévole faisant la sécurité me félicite d'être le premier  . Je me dis qu'elle a dû arriver en retard et qu'elle a loupé le passage de Julien . Mais non un peu plus loin on m'annonce encore premier . La route sur laquelle je cours surplombe l'aire d'arrivée et c'est vrai que je n'aperçois pas la moindre effervescence  . Sylvain venu en sens inverse avec son VTT me confirme que je suis bien en tête et que Julien a dû abandonner . Bizarre ! Mais le fait est que je suis en train d'aller remporter la seconde édition du Trail du Beaujolais en 1h22'58" et ça fait bien plaisir ! 

arrivee.jpg


Je n'en fait pas trop en passant sous l'arche d'arrivée, conscient que ce n'est pas le plus fort qui gagne aujourd'hui . Une grosse minute après, Julien arrive, dépité . Il s'est trompé de parcours au sommet de la dernière côte et a continué de grimper alors qu'il fallait plonger dans les vignes ...

de-paoli-2eme.JPG


Juste après Didier Claverie en finit et sauvegarde sa place sur le podium pour une poignée de secondes devant Mickaêl Champely .

claverie-3eme-malgre-les-crampes.JPG

Didier Claverie complète le podium, comme en 2009 

Et mon Philippe arrache une superbe 6ème place après une course pleine de panache . On va en reparler de celui-là !!

philippe.JPG

Philippe entre le jeune Champely et Ait Gaouzguit

Je passe quelques minutes à l'arrivée, je réponds au journaliste du Progrès, je retrouve Murielle ainsi que tous les copains qui en termine puis j'enfile une couche en plus et part chercher ma maman qui en finit en un peu plus de 2h20 (1ere V3) relativement fraîche !

Puis c'est l'heure des récompenses, la coupe et le bouquet de fleur que j'offrirai à belle-maman dont c'est l'anniversaire !!

podium.jpg


Je tiens à souligner le fair-play de Julien de Paoli qui malgré une énorme déception ne s'en est pris qu'à lui-même et a tenu des propos que j'ai vraiment apprécié . Chapeau Julien . Et bravo aux organisateurs dont l'épreuve commence à être bien rôdée : parcours magnifiques avec un minimum de route, balisage impeccable (si si Julien !!) et des bénévoles aux petits soins . Seul bémol : des récompences minimalistes, sans classement par catégorie qui font toujours plaisir même si ce n'est pas l'essentiel ! 

Article du Progrès du lundi 8 mars

article-le-progres.JPG


Voilà, l'année commence bien et je n'ai pas loupé l'une des rares occasions de gagner que je vais avoir cette année, même si ce fût de façon très opportuniste . Si je dois retenir un mauvais point ce serait les sensations dans les côtes mais le rhume et une dernière semaine très light mais nécessaire pour encaisser les entraînements y sont pour quelque chose .

Prochain rendez-vous le 21 Mars au Trail du Ventoux ... Une toute autre paire de manches . Hélas les conditions climatiques du moment vont probablement nous empêcher de monter sur le toit du géant de Provence . Mais le parcours de replis sera sans nul doute magnifique aussi 

Publié dans récits 2010

Partager cet article

Repost 0

Trail du Beaujolais à chaud

Publié le par yanshkov

Premier trail de l'année et une jolie victoire ce matin au Trail du Beaujolais . Je m'impose à l'issue des 18km et 800m+ en 1h23 avec un peu de chance car, alors que j'étais en deuxième position le premier (Julien De Paoli) s'est trompé de parcours . Mais c'est le jeu !

col-du-St-Bonnet.JPG

 
CR complet à venir ...

RESULTATS

Il commence à y avoir de sacrés vainqueurs à ce trail, n'est-ce pas Juju ???

Publié dans courses

Partager cet article

Repost 0