Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ultra Tour du Beaufortain

Publié le par yanshkov

 

 trophee-utb.JPG

 

3h55 Queige lac : ça y est, j'y suis . Dans quelques minutes je vais prendre le départ de mon premier ultra (103km et 5800m+) .  Depuis le début de l'année mon entraînement est orienté vers ce rendez-vous et j'ai hâte de partir sur les sentiers du Beaufortain . La nuit au camping juste à côté a été très courte mais j'ai emmagasiné du sommeil les nuits précédentes . Je suis un peu stressé , plus que lors des autres épreuves courues cette année . Je pars avec des certitudes comme celle de pouvoir être "frais" en arrivant à la mi-course . Mais comment vais-je être par la suite ?? Des douleurs vont-elles apparaître ? Est-ce que je vais pouvoir m'alimenter convenablement tout au long de la course ? Et est-ce qu'il y aura des orages ?? 

 

Dans l'aire de départ je suis au côté de David (Uliana) avec qui j'ai co-voituré et co-tenté (!!) et Vincent (Sauzon) , les potes traileurs du Beaujolais .  On se souhaite bonne course au moment où le compte à rebours est déclanché . 5...4....3....2....1....c'est parti .......... enfin !! 

 

depart.JPG

 

4h02 : Sur les premières centaines de mètres c'est un peu "chaud" sur un sentier assez étroit où ça frotte beaucoup et où il faut faire attention à ne pas se prendre un coup de baton . Mais très vite on tourne à droite et hop ! c'est parti pour une très longue ascension à la queue leu leu . Je suis derrière David et Vincent, environ en 15ème position . Je ne pensais pas que les premiers allaient partir si vite et je suis vraiment étonné de voir à quelle allure les ronds lumineux des frontales s'éloignent au-dessus de moi . Mes jambes ne sont pas super, un peu "flageolantes" . Sans doute la conséquence d'un entraînement quasi nul depuis 10 jours et aussi du stress . Je ne m'inquiète pas plus que ça, la route est longue . Sur les quelques mètres de goudron moins pentus je reviens assez vite sur les gars qui me précèdent si bien que rapidement je viens me positionner en 9ème position, aux côtés de Guillaume Millet (Lafuma) .

 

vers-la-roche-pourrie.jpg

 

L'ascension passe vite, bien plus qu'il y a 2 semaines lors de ma reconnaissance des 30 premiers kilomètres . Je grimpe à un peu plus de 1000m+/h et pourtant devant je ne vois plus personne . Pas grave, je me concentre sur mon effort et boit très régulièrement ma boisson Maxim Energy Mix Neutre et au bout d'une heure j'ingurgite une bonne banane ! Le jour s'est levé et il fait grand beau ! Les alpages sont franchis sans encombre et me voilà plus très loin du Col de la Roche Pourrie . Je reviens sur Pierre-Henri Jouneau non loin du sommet et nous le  passons ensemble . 

 

5h30 Col de la Roche Pourrie (2050m) : Les pointeurs installés là nous indiquent que la tête est passée il y a 8 minutes . Je trouve ça énorme !! 8 kms et déjà 8 minutes dans la vue !! Je me dis qu'il y a vraiment des motos à l'avant et que nous ne sommes pas dans la même catégorie derrière . Mais au fond je sais bien que certains vont payer ce départ trop rapide ... Après le col il y a une courte descente pas très raide vers le chalet de l'Aulpe de Tours . Il y a 2 semaines j'y avais croisé un magnifique renard . J'ai beau regardé il n'est pas là ce matin ! Nous sommes maintenant 3 coureurs ensemble car nous sommes revenus sur Jean-Claude Mathieu .

 

vers-le-col-des-Lacs.JPG

 

Nous traversons un pierrier en suivant toujours le balisage du GRP du Beaufortain et arrivons au bout de 2 heures au Col des Lacs après 12,5km et 1835m d'ascension . 

 

6h Col des Lacs (2250m) :  Je m'arrête quelques secondes au sommet, pour plier et ranger mes batons dans mon sac . Je connais la suite du parcours jusqu'au Lac de St Guérin et j'estime que je peux m'en passer . J'ai remarqué que j'étais plus à l'aise en descente avec les deux mains libres . J'en profite aussi pour manger une barre Overstim's protéinée au chocolat . Mes 2 compagnons prennent un peu d'avance mais je reviens tranquillement sur eux par la suite . Par contre un gars nous double comme un fou !! J'ai jamais vu quelqu'un descendre aussi vite et avec autant d'aisance . En bas de la descente alors que nous rejoignons une large piste, Pascal Bertres, puisqu'il s'agit de lui, est déjà très loin !! Mais c'est une chose de descendre à bloc, c'en est une autre d'être attentif au balisage . Et Pascal rate le petit sentier sur la gauche qui part rejoindre à travers les alpages le Col de la Bâthie (1889m) . Malgré nos appels il file tout droit sur la piste ... Heureusement pour lui la piste rejoint aussi le col mais par une belle petite rampe ! Du coup, je passe au sommet en compagnie de mes 3 vétérans . Pascal repart dans la petite descente suivante et je suis à distance . Après un kilomètre le parcours remonte à droite pour une très courte ascension, à peine 100m+, mais qu'il ne faut pas négliger . Au pied je m'arrête faire un petit pipi et je repars juste devant mes autres compagnons qui avaient été un peu distancés . Je suis assez bien dans cette grimpette , toujours autour de 1000m+/h mais sans être à fond . Les autres soufflent beaucoup plus que moi ! Au sommet, j'ai presque recollé à Pascal Bertres et c'est de quelques secondes qu'il me précède au refuge des Arolles, 17ème km et premier ravito de la journée .  

 

6h35 Refuge des Arolles (1900m) : Je ne traîne pas, je remplis juste mes 2 bidons et mange une poignée de fruits secs . Je repars en discutant avec Pascal tandis que les 2 autres prennent un peu plus leur temps . Il me remercie de l'avoir appelé lors de son erreur de toute à l'heure . Puis il me distance à nouveau sur les 500m descendant vers les Combettes . Je n'essaie pas de suivre et garde ma stratégie qui consiste à être relâché le plus possible pour ne pas me fusiller les quadriceps . Je reviens sur Pascal dès les premières pentes menant au col des Bonnets Rouges . Nous marchons beaucoup sur cette partie assez escarpée mais je relance de temps en temps sur les rares parties planes . J'en profite pour faire un peu mieux connaissance avec mon compagnon de route et surtout pour en savoir plus sur sa facilité en descente . Le secret ??? Des descentes à bloc dans des pierriers !!!

 

pascal-bertres-2.jpg

Pascal Bertres (4ème de l'Ultra 6000D et du TGV 2009 entre autres ...) 

 

Devant nous se dresse le Grand Mont (2686m) mais il n'est pas prévu d'y monter . Court moment d'escalade le long d'un ruisseau puis magnifique passage au bord du Lac Tournant avant de regrimper jusqu'au col des Bonnêts Rouges . J'ai pris quelques longueurs à Pascal qui devrait sans problème revenir dans la descente ... 

 

7h10 Col des Bonnêts Rouges (2150m) : Des gars de l'organisation sont là pour pointer et j'en profite pour demander à l'un d'eux de prendre mon bidon plein dans le sac à dos et de l'interchanger avec le vide de ma ceinture porte-bidon .

 

Une traversée dans un pierrier permet à Pascal de revenir et il me passe en me disant que je le reprendrai par la suite . Alors à tout à l'heure dans le col du Coin mec !!

 

pierrier-des-bonnets-rouges.JPG

 

Je sais que je vais perdre beaucoup de temps sur lui dans la descente vers le barrage de St Guérin mais peu importe, je ne dois pas m'emballer pour le moment ! Le début est assez roulant sur les pistes de ski et les kilomètres défilent quand même bien . On emprunte ensuite un joli sentier en balcon jusqu'au chalet des Rognoux avant de s'enfoncer dans la forêt et de plonger sur le lac de St Guérin . Je suis content de moi car malgré les racines nombreuses je ne suis pas trop mal . Et le sol est beaucoup moins glissant qu'il y a 2 semaines . Enfin j'aperçois le lac à travers les sapins .

  

lac-de-St-Guerin.jpg

 

Un petit kilomètre tout plat le long de la berge permet de rejoindre le barrage où m'attend mon assistance . Je suis sûr qu'avec les jumelles Murielle a vu que j'arrivais . D'ailleurs André vient à ma rencontre et m'accompagne quelques instants .

 au-st-guerin.jpg 

7h45 Barrage de St Guérin (1559m) :

  st-guerin-avec-Andre.jpg

 

Je suis content de retrouver Murielle, ça fait 2 semaines qu'on ne s'est pas vu puisqu'elle bosse à Arêches tout le mois de juillet . Elle a pris son samedi pour m'encourager, si c'est pas de l'amour ça !! J'avais prévu de remplir mes bidons avec du Maxim mais on s'est mal compris avec ma mère et la bouteille n'est pas prête . André sprinte vers la voiture mais elle est garée un peu loin et je décide de me passer de cette boisson car le prochain ravito n'est pas très loin . Mon staff semble être plus gêné que moi par cette petite erreur . C'est pas grave, faut savoir parer à tout évenement imprévu . Ca fait 3h45 que je cours (28,5km et 2350m+), je suis bien et ma chérie est là et m'accompagne quelques mètres pendant que je finis de manger une barre fraise-céréales . Et après avoir tronqué ma frontale par mon bob et fait un petit bisou à ma chérie, je laisse ma p'tite famille et retrouve la solitude du coureur d'ultra ! 

 

Le parcours continue autour du lac et je cours tout le long sur un sentier toboggan très agréable . Je m'étais arrêté au barrage lors de ma reconnaissance mais je connais l'ascension jusqu'au Col du Coin pour m'y être baladé un été avec Murielle . Ce n'est pas très raide et il est possible de beaucoup courir . J'alterne marche dans les passages pentus coupant la grosse piste 4X4 et trot dès que c'est moins dur . Et surprise je vois non loin Pascal mais aussi un autre gars que je rattrape très rapidement . Il s'agit du jeune Jean-François Philippot qui ne m'a pas l'air au mieux . Je l'encourage en passant mais le distance très rapidement . Puis je recolle aux basques de Pascal . Y'a pas à dire, il descend très bien mais je suis largement au-dessus quand ça grimpe . Je reste quelques instants avec lui et je le trouve un peu marqué . Faut dire qu'il commence à faire chaud et qu'il n'y a pas d'ombre . Dans un passage plus pentu je le distance à nouveau et c'est tout seul que je rejoins la piste menant au 2ème ravito de la journée . Je passe en courant les 400m en faux plat montant et débouche au Cormet d'Arêches après 34km et 2900m+ .

  

au-Cormet-d-Areches.jpg 

8h35 Cormet d'Arèches (2109m) :

 ravito-Cormet-d-Areches.jpg

 

Les bénévoles sont aux petits soins et je n'ai qu'a leur demander ce que je veux pour être servi comme un prince !! Je fais le plein des bidons dont un dans lequel je mélange coca et eau . Je mange aussi quelques abricots secs et range dans mes poches filets quelques morceaux de banane pour la suite . Je reste environ 3 minutes et je suis surpris de ne voir personne revenir de l'arrière . Je repars donc en solo sur un joli petit sentier  vers la Croix du Berger qui se trouve juste au-dessus . Je double quelques randonnneurs et on se souhaite une bonne journée !

 

vers-la-Croix-du-Berger.jpg

 

samedi17-2-20217.jpg

 

Après le passage à la Croix du Berger je retrouve mes potes Manu (Odin) et Rémy (Viala) qui sont partis ce matin du St Guérin . C'est cool de les retrouver ici . Manu reste un peu avec moi et me fait le point sur les gars qui sont devant . D'après lui certains semblent être déjà dans le rouge ! Rémy après sa belle victoire non loin de là à la Frison Roche a un peu de mal à suivre ! On traverse des alpages au milieu des vaches et heureusement que Manu est là et qu'il connait le coin comme sa poche parce que la signalétique est un peu légée ici . On retrouve les points roses du balisage un peu plus loin . Une dernière grosse grimpette et je me hisse au sommet du Col du Coin (km 37) .

 

9h08 Col du Coin (2398m) :  La vue est splendide là-haut, la Pierra Menta se dresse au milieu des montagnes . Mais je ne traîne pas et m'engage rapidement dans la courte descente en lacets . Manu reste derrière moi et m'explique un peu par où il va falloir passer . Le chemin passe au milieu d'un pierrier puis on arrive au Lac d'Amour (2248m) . Là encore c'est paradisiaque, je vous le conseille pour un pique-nique ! Perso je n'ai pas le temps de sortir le pain et le saucisson, j'ai une rude grimpée vers le col à Tutu qui m'attend ! Je prends juste quelques secondes pour tremper mon bob dans l'eau fraîche du lac . Manu me laisse au pied du col pour attendre Rémy . Mais très vite je perds le balisage et grimpe tout droit dans la pente ... J'ai beau regarder je ne vois pas de rubans blancs flotter au vent . Je me retourne et aperçois Rémy puis Manu un peu plus bas . On se crie quelques mots et je dois redescendre car le bon sentier est un peu plus bas . Merci les gars ! Je ne perds que quelques minutes mais je me rends compte qu'un coureur en rouge est en train de se rapprocher ... Les 300m+ menant au col sont raides mais je garde une bonne vitesse ascentionelle autour de 800m+/h . Le décor est très sauvage, je me régale ...

 

9h45 Col à Tutu (2570m) :  Je me fais pointer au sommet et mes potes me laisse partir définitivement . Encore une fois le col est suivi d'une courte descente très raide et je me sers de la corde installée là . C'est pratique mais ça brûle les mains !! Je vois au loin le refuge du Presset où se tient le 3ème ravito . Il y a environ 2km de traversée au milieu des pierres pour rejoindre le refuge . Je m'y arrête quelques instants pour faire le plein des bidons et comme d'habitude on s'occupe vraiment bien de moi . Un gars m'indique du doigt par où je dois passer pour rejoindre le Col du Grand Fond, point culminant de l'épreuve . Je repars avant que mon poursuivant n'arrive . Quelques traversées de névés plus loin et je suis presque au sommet du Grand Fond . Mon poursuivant qui n'a pas dû s'arrêter très longtemps au ravito est déjà revenu sur moi et j'ai l'agréable surprise de voir qu'il s'agit de Guillaume Millet .

 

10h25 Col du Grand Fond (2671m) : On passe le sommet ensemble . Déjà 43km et 3800m+ dans les pattes mais je me sens encore bien . Ca tombe bien il reste encore 60 bornes !! J'engage la conversation avec Guillaume en lui disant que je suis un copain de David . "Ah c'est toi Yann, le vainqueur du Salève !" . "Euh oui c'est bien moi ! " . 

 

On continue quelques instants sur un sentier pierreux avant de passer par la Brèche de Parozan (2660m) . Il y a un peu de brouillard mais rien d'affolant . Je plonge en tête dans l'impressionnante descente . C'est tout en dérapage contrôlé (ou non !) pendant quelques minutes avant de retrouver une pente plus douce au niveau de l'alpage de Parozan .

 

avec Guillaume après la brèche

 

Le lac de Roselend apparait sur notre gauche, c'est trop beau !

 

au-dessus-de-Roselend.jpg 

Le ravito de la mi-course approche et je demande à Guillaume si il compte s'arrêter quelques minutes car  j'aimerais bien y changer de maillot et de chaussures . Il me dit qu'il va juste remplir ses bidons et qu'il s'arrêtera plus longtemps au col du Joly . D'un côté j'aimerai bien prendre quelques minutes à Plan Mya mais de l'autre j'ai envie de continuer le plus longtemps possible avec Guillaume car ça ne peut qu'être bénéfique pour moi . Ce mec a fini 3 fois dans le top 10 de l'UTMB et je peux apprendre beaucoup à ses côtés . 

 

Nous attaquons la courte remontée vers le chalet de la Petite Berge avant de plonger vers le refuge de Plan Mya où se tient le ravitaillement . André est venu à ma rencontre et me dit que tout est prêt ! Mon siège et le sac de change n'attendent que moi ! 

 

plan-mya.jpg

 

11h25 Plan Mya (1860m) : La pause dure environ 5 minutes . Je suis content de voir que Guillaume s'est assis et qu'il prend son temps . Il m'emprunte même mon tube de Nok pour les pieds . Moi tranquillement je quitte mon maillot pour un sans-manche et je change de chaussettes et de chaussures . Au pied maintenant les Salomon S-Lab car c'est roulant maintenant !! Les bénévoles mais aussi Murielle et le reste de la troupe sont surpris de me voir si frais . Apparemment les premiers sont beaucoup plus marqués . Mais on n'est qu'à mi-course et j'avais comme objectif d'y arriver frais . Pour le moment tout va donc bien .

 

ravito.jpg

Aurélien Brun et Chris Near au ravito 

 

Je repars avec André qui m'accompagne jusqu'à la traversée de la route du Cormet de Roselend au refuge du Plan de la Laie . Ensuite c'est tout plat sur un large chemin mais devant se dresse le col des Sauces (2307m) . Je décide d'attendre Guillaume qui est quelques centaines de mètre derrière et j'en profite pour manger une banane . On attaque ensemble l'ascension vers le col . J'imprime le rythme, entre 700 et 800m+/h . A proximité du col, le sentier s'aplanit et je relance en courant si bien que nous atteignons assez vite le sommet . Mais ce n'est pas fini et il faut grimper à droite sur la Crête des Gîtes pendant encore bien 250m+ . Le ciel s'est un peu couvert mais pas d'orage en vue pour le moment .

 

12h35 Crête des Gittes (2538m) : Encore une belle ascension de faîte . Près de 4600m+ depuis le départ, ce qui veut dire qu'il ne reste que 1200m à grimper . Mais 47km quand même, va falloir courir ! On passe au refuge de la Croix du Bonhomme et empruntons en sens inverse le parcours de l'UTMB . Il y a beaucoup de monde, des randonneurs et des traileurs en pleine préparation . La descente vers le Col du Bonhomme est très technique et je ne prends aucun risque . Je reconnais au loin la petite cabane du col où l'on s'était arrêté il y a 2 ans lors de la reco du Tour du Mont-Blanc . Guillaume est quelques mètres devant moi et donne la cadence en descente .

 

photo julien W 3

 

On retrouve au passage du col l'ami Julien Woznica . C'est marrant car on le connait tout les deux et il nous accompagne tout en discutant jusqu'à Plan Jovet, au pied du col de la Fenêtre .

 

photo julien W 2 

Le début de l'ascension n'est pas très dure et on arrive à courir par endroit mais la fin est vraiment raide pour atteindre le col après 67km et 5000m+ . 

 

14h Col de la Fenêtre (2245m) : Nous sommes dans le brouillard au sommet et nous ne nous arrêtons pas, je décide même de garder les bâtons à la main car la descente vers le col du Joly est assez courte . Sans vraiment m'en rendre compte je prends un peu d'avance sur Guillaume dans la partie en faux plat descendant menant au col du Joly .

  au-col-du-joly.JPG

 

14h25 Col du Joly (1889m) : C'est devenu une habitude, André m'accompagne sur les denrières centaines de mètres menant au ravito . Encore une fois je surprends tout le monde avec mon visage tout frais ! Apparemment Aurélien Brun est en grosse difficultée pas loin devant . Mais je ne veux pas zapper ce ravito et je prends le temps de remplir mes bidons et de bien me restaurer . Pour la première fois depuis le départ, je prends un peu de salé, des Tucs, et je goûte la soupe de légumes juste parce que les bénévoles insistent et que je ne veux pas les fâcher !!  La pause dure un peu plus de 5 minutes et Guillaume est arrivé . Je repars avec Murielle qui m'accompagne . On marche sur la piste 4X4, le temps de finir de grignotter les quelques trucs pris au ravito . En nous retournant nous constatons qu'un gars en vert n'est pas très loin derrière nous !!! Mais d'où il sort celui-là ?? C'est pas possible est tel retour !! En fait il nous faut quelques secondes pour nous rendre compte que Guillaume a changé de maillot ! Je fais un bisou à ma chérie et repart en courant . Au moment de quitter la piste pour un petit sentier en balcon, j'encourage Guillaume qui se trouve environ 200m derrière . Puis je continue sur mon rythme . La grosse descente qui suit ne me pose aucun problème, je suis vraiment contant de ne pas avoir de crampes ni de douleur au genou ou à la cheville . Je me retourne à plusieurs reprises et je ne vois plus de Guillaume derrière ... Soit il a craqué, soit je suis encore très bien ... ou alors les deux !! 

 

En étudiant bien le road-book, j'avais vu que les 35 derniers kilomètres étaient assez roulant et mon but était d'y arriver relativement frais pour pouvoir courir et prendre du plaisir . Mais je ne pensais pas que je pouvais y être aussi bien . Je négocie sans problème les traversées d'alpages et les quelques montées bien raides sur les crêtes . La seule chose qui m'embête un peu c'est que le ciel est maintenant très menaçant et je sens l'orage pas loin . J'aime pas ça .... alors je fonce ! Et je me régale ! Ces passages où après plusieurs heures de courses il faut courir entre 10 et 12km/h  sur le plat et même plus vite quand ça descend légèrement j'adore !! Les 19km entre le col du Joly et les Saisies passent en moins de 2h . Je retrouve un peu de civilisation à l'approche de l'ultime ravitaillement . Des chalets tout neufs, des traversées de routes, des télésièges, y 'a pas de doute j'arrive aux Saisies .

 

16h25 Les Saisies (1620m) : André m'attend juste en bas des pistes de ski et me guide dans la traversée de la station car c'est vrai que le balisage est difficilement repérable au milieu des touristes, des magasins de cartes postales et des terrasses de bistrots ! Il me dit qu'il y a un anglais vraiment pas loin et qu'il a eu beaucoup de mal à descendre les 6 ou 7 marches d'escaliers sur lesquelles j'arrive ... Pour moi aucun souci mais alors vraiment aucun ! Sachant qu'il faudra finir par 1400m de négatif, je préfère être dans mon état que dans le sien !!  Au détour d'une ruelle je vois Aurélien Brun qui repart tout juste . Du coup je vais un peu plus vite pour recharger mes bidons et me ravitailler . Je sens un peu d'excitation autour de moi, de la part de mes proches et de Titi de Cap Chulemo qui est venu m'encourager .

 

pascal-cuit-aux-saisies.jpg

Pascal Giguet au ravito des Saisies ... 

 

Il reste 15km, c'est à dire plus grand chose alors c'est pas le moment de traîner . André repart avec moi et m'encourage à bloc avant de me laisser filer . 

  

aux-saisies.JPG

 

J'ai un petit moment de panique lorsqu'au pied des pistes de ski je perds toutes traces de balisage . Je demande à un couple en train de descendre par un chemin si ils ont croisé des coureurs . Ils me disent que non mais m'indiquent où se trouve le Signal de Bisanne qui est le dernier sommet de la journée . Heureusement j'aperçois un concurrent avec des batons en train d'attaquer droit dans la pente . Je coupe à travers le champs et retrouve le balisage . J'ai perdu 1 ou 2 minutes mais c'est pas grave je ne suis plus très loin de reprendre le galois Chris Near . Mais un épais brouillard m'empêche de voir quel est l'écart avec lui . Cette dernière côte droit dans le pentu n'est pas facile mais je la négocie autour de 700m+/h .

  

17h Signal de Bisanne (1941m) : Au sommet je recroise Titi mais aussi Antoine Guillon qui est en balade par là . Je lui demande où sont les mecs devant et il me dit qu'il doit y avoir 3' qu'Aurélien Brun est passé et 1'30" pour Chris Near . Le bougre n'a rien perdu dans la montée, bien au contraire ... Par contre Antoine me dit que je suis bien plus frais qu'eux . Sur le haut le brouillard est vraiment très épais et un bénévole me fait brièvement le topo de la suite du parcours pour que je ne me trompe pas . D'abord sur une large piste, il faut prendre ensuite à gauche  un tout petit sentier qui doit un peu plus loin redéboucher sur la piste . Je trouve sans problème ce sentier mais perds au bout de quelques centaines de mètres le balisage . Heureusement j'arrive sur la piste et le brouillard est de moins en moins présent . Je continue à descendre malgré l'absence de rubalise en me disant que je devrais bien retrouver le sentier débouchant sur la piste . Effectivement plus bas me voilà à nouveau sur le "droit" chemin !! 

 

Je rattrape très vite Chris Near . Je lui tape sur l'épaule et l'invite à prendre ma foulée mais il ne peut visiblement pas . Je redoutais cette descente après 94 km de course mais j'arrive à y prendre beaucoup de plaisir . Faut dire que ce n'est pas trop technique, au milieu de la forêt, sur un sol relativement souple où il faut quand même faire gaffe aux souches et racines . J'ai juste une légère petite gêne sur le devant du genou droit mais ça ne m'empêche pas de courir . Par contre je jette très souvent un oeil à l'altimètre parce que je trouve que l'altitude ne baisse pas très vite !! Quelques passages sur route me permettent d'allonger la foulée et je dois pas être loin des 15km/h par moment . Je commence à apercevoir la route de la vallée à travers les arbres et bientôt j'entends les paroles du speaker . La traversée du village de Queige est sympatique, on passe dans de toutes petites ruelles .

 

Ca y est je suis tout en bas et j'ai bien chaud !! Je me vide ce qu'il me reste d'eau sur la tête, ça fait du bien ! Passage dans le souterain qui permet d'éviter la route et je débouche sur le terrain de foot du camping . J'en fais le tour, passe  devant notre campement et m'engage dans le petit single en forêt le long de la rivière . Dans quelques instants je vais en terminer avec mon premier ultra ...  

 

UTB-2010-0062.JPG 

18h06 Queige Lac : Il y a pas mal de monde autour de l'arche d'arrivée et les applaudissements font plaisir . Un petit bisou à Murielle et je passe la ligne en 14h06 à la 5ème place . Je retrouve Pascal Giguet en train de récupérer, il est arrivé il y a un peu plus de 10 minutes . Puis c'est Aurélien Brun qui vient me serrer la main en me disant que je l'ai obligé à se mettre bien à fond sur la fin . Venant de sa part je suis très flatté !!

 

On se félicite avec mes proches, on a tous fait du bon travail aujourd'hui !!  

 

au-micro.jpg

 

Ca mérite bien de boire une p'tite mousse tout ça ...

 

UTB-2010-0065.JPG 

Les arrivées se succèdent jusqu'au petit matin et je ne ferme pas l'oeil de la nuit, la tente étant planté sur le passage du trail !!

 

La remise des prix à lieu dimanche midi juste avant le repas de clôture et sa polenta-diot . J'ai comme les 10 premiers du scratch droit à un superbe trophée réalisé par un artiste du coin mais aussi à un gros panier très bien garni ...

 

podium.JPG 

Bravo à Thierry Bochet et Stéphane Eveques Mourroux, les enfants du pays, 1er et 2ème sans contestation . Bravo à Julia Fatton pour sa victoire chez les filles . Bravo aussi à Werner Schweizer, toujours présent sur les plus belles épreuves . Bravo à tous les participants .

 

Merci à François Camoin et à l'ensemble de son équipe, je reste persuadé que courir 103km dans les montagnes est beaucoup plus facile que d'organiser un tel évenement !!

 

Merci aux photographes et à Yanic de m'avoir si vite répondu ! Merci aussi à Laurent de terratrail pour les 2 photos franchement pas râtées !

 

Merci à Martine, Murielle et André pour leur présence, à David pour la compagnie !

 

Place maintenant au second objectif de l'année du côté de Belle-Ile en mer ...

 

RESULTATS

 

Publié dans récits 2010

Partager cet article

Repost 0

Ultra Tour du Beaufortain à chaud

Publié le par yanshkov

Je termine mon premier ultra trail à la 5ème place après une course très bien gérée et un final en boulet de canon ! Ces 103km autour du Beaufortain m'auront permis de prendre un max de plaisir (si si c'est possible en courant pendant 14h!) mais aussi de valider ma façon de m'entraîner pour l'ultra . Motivant pour la suite !

 

Place maintenant à du repos et à la rédaction du CR ... 

 

photo-pelloche.JPG

  photo Pelloche (coursensavoie.1fr1.net)

 

CLASSEMENT

Publié dans courses

Partager cet article

Repost 0

En interview ...

Publié le par yanshkov

 

 

 

En attendant retrouvez-moi en interview sur le site du Team Raidlight et sur le blog de mon copain David (cliquez sur les photos) ...

 

photo-arrivee.JPG 

avec le Dav

Publié dans esprit-trail

Partager cet article

Repost 0

Marathon du Mont Blanc

Publié le par yanshkov

2010-0057.JPG

 

C'est une tradition depuis 2008 que d'organiser tous les ans un week-end trail en famille (Ma maman, ma soeur et ma chérie pour l'assistance et André et moi pour le sport !) . Après le Trail du Tour de la Grande Casse et le Trail du Galibier, nous avions décidé avec André que cette année notre course commune serait le Marathon du Mont Blanc . Pour moi, à 3 semaines de l'Ultra du Beaufortain cette épreuve tombe à pic pour un dernier test grandeur nature . Et pour André, après deux échecs sur des épreuves un peu trop longues et pauvres en participants, cette belle épreuve populaire semble être idéale . 

 

Comme le veut la coutume, le rendez-vous est fixé chez nous pour le repas de samedi midi . Nous rejoignons Chamonix dans l'après-midi, passage au retrait des dossards puis installation au centre UCPA de l'Argentière qui a un petit air de colonie de vacances en cette veille de course . Vers 20h traditionnelle pasta party, puis une petite tisane avant d'aller se coucher, les affaires du lendemain bien prêtes au pied du lit (configuration ultra avec ceinture porte-bidon + sac à dos avec veste et bâtons rangés dedans) . Je trouve facilement le sommeil et passe une bonne nuit (je suis le seul d'ailleurs !!) .

 

Réveil un peu avant 4h30, passage sous la douche avant un tour au petit dej pour un thé et mon gâteau sport . Puis direction Chamonix . Nous arrivons sur la place du Triangle de l'Amitié une petite heure avant le départ . Le temps de déposer le sac qui sera transféré vers l'arrivée, de faire un petit passage aux toilettes et de discuter avec les copains rencontrés (Olivier Morin, Patrick Gaucher, Julien Woznika, Mickael Horeau , Mickael Van Exe, Hervé Giraud-Sauveur, Jean Marc Dulong  ...) et de se placer dans les premières positions il est déjà l'heure du départ ... 5...4...3...2...1.... top !

 

Il y a foule dans les rues de Chamonix et nous passons entre une haie de spectateurs . Je suis très vite aux avants postes au côté de Dawa Sherpa, Christophe Malardé, David Pasquio, Pascal Giguet et compagnie .

 

marathon-mont-blanc-2010-015.jpg

 

Je discute brièvement avec Seb Gauthier qui souffre d'une cheville (mais qui finira très bien sa course en compagnie de Maud Giraud) puis me concentre sur mon effort . Nous remontons la vallée de l'Arve sur un chemin tout plat et je regarde très fréquemment mon cardio afin de ne pas me mettre dans le rouge . Les sensations ne sont pas géniales et je me dis que je suis parti peut être un peu vite mais la présence à mes côtés de Maud me rassure à ce sujet .

 

avec-Maud.JPG

 

Un hélicoptère nous survole de très près, c'est grisant mais il ne faudrait pas que ça dure toute la course quand même !! A plusieurs reprises nous apercevons Jean Michel Touron en plein reportage photo (la plupart sont de lui dans mon CR) .

 

coucou-Jean-Michel.JPG

 

Dans ce groupe de tête je retrouve aussi Olivier Morin que je n'avais pas recroisé depuis l'Ultra du Salève . Je lui dis qu'une course où il faut redescendre en téléphérique, c'est pour nous !!! Une centaine de mètres devant, Hervé fait cavalier seul . Si c'était une course de vélo, je crois que j'aurais mis une attaque pour le rejoindre mais là, ça serait vraiment pas une bonne idée !!

 

avec-Arnaud-Perrignon.JPG

 

Les premiers petits raidillons dont m'avait parlés mon pote Steph Vinot se présentent . Le rythme en tête est régulier et tout le monde est bien concentré . Mais je sens que je suis juste à la limite de mes possibilités du jour et je lève un petit peu le pied . Je laisse filer tout en gardant les premiers en ligne de mire . Je passe à l'Argentière en 47' en 21ème position .

 

a-l-Argentiere.JPG

 

Tout va bien puisque j'avais prévu d'y passer en 50 minutes (temps de passage établi à l'aide du logiciel softrun.fr et de la cotation prévisionnelle de Rodio) . La remontée de la vallée continue ensuite avec des traversées de champs et une belle petite côte passée en marche rapide avant de redescendre par un petit sentier sur le village de Montroc puis d'atteindre celui de Tré le Champ . Les positions sont clairement établies et personne ne me passe  tandis que je ne double personne .

 

 

col des Montets

 

Le col des Montets (1461m) se présente enfin et Murielle m'y passe un bidon plein . Je lui dis vite fait que les sensations sont moyennes et que j'ai hâte d'arriver à Vallorcine pour enfin commencer à grimper vraiment !

 

Il faut à peine 15 minutes pour y arriver après la descente roulante et sans difficulté du chemin des Diligences . En passant je me souviens qu'en juillet 2008, lors de ma reco UTMB, je n'avais pas pu courir la partie entre Champex et Chamonix en raison d'une grosse tendinite et que j'avais fait l'étape dans le minibus ... Quel pied de courir aujourd'hui !!! A proximité du ravito, je décroche mon sac à dos pour y extraire mes bâtons . Je suis le seul en tête de course à les utiliser mais le but est de les tester en situation réelle . J'utilise les Trail Pole pliables de RaidLight et je dois dire que j'en suis assez satisfait . Ultra léger, ils se font vite oublier dans le sac à dos et le système pour les déplier est assez simple et ne demande que quelques secondes . Ainsi je ne m'arrête que brièvement au ravito de Vallorcine, non sans avoir pris le temps d'ingurgiter quelques morceaux de bananes et un verre de coca . J'ai alors 5 minutes d'avance sur mes prévisions, ça va pas trop mal .

 

En partant je croise Jérémie Chapuis puis quelques mètres plus loin il faut tourner à droite et bing !! dré dans le pentu ! Je passe en mode "ultra", c'est à dire marche rapide à l'aide des bâtons . Au bord du sentier je croise Jean Michel Vincent Faure, le responsable du Team Salomon et lui dis que j'ai aux pieds les chaussures gagnées sur le site du team en mai 2009 . " C'est vrai ?? Mais c'est toi Yanshkov ? " . Oui en personne ! 

 

au-pied-des-Posettes.JPG

 

C'est donc parti pour 700m positif jusqu'au col des Posettes . Je suis bien en rythme, les pulsations entre 170 et 175 bpm à une vitesse moyenne de 1000m+/h . Deux gars me suivent dont un que j'avais repéré tout à l'heure, habillé tel un marathonien et sans porte-bidon . En l'écoutant respirer si vite et si fort je me dis que le gaillard ne va pas tenir le rythme bien longtemps ... Il lâchera un peu plus haut ... Par contre un autre mec nous passe, tout en courant et me fait forte impression mais je ne m'accroche pas et reste avec mon autre compagnon de route . On papotte un peu, son objectif est de faire mieux que 4h20' , temps obtenu sur le marathon des Causses . D'après mon tableau de marche, c'est possible mais il ne faudra pas connaître de coup de mou . Sa montre sonne, il m'indique que nous venons de passer au semi-marathon . Ca fait 1h55 que nous courons et nous voilà déjà à la moitié de l'épreuve .

 

marathon-mont-blanc-2010-021.jpg

 

Le final vers le col est une large piste un peu monotone mais les montagnes qui apparaissent à nos yeux sont de toute beauté . C'est magnifique !! 

 

marathon-mont-blanc-2010-022.jpg

 

Nous arrivons au col en 2h50, pile poil dans les temps prévus . Au ravito, on me remplit mon bidon et je bois quelques gorgées de coca .

 

Du col on aperçoit devant la longue crête qui doit nous emmener vers l'Aiguillette des Posettes . Je repars derrière mon compagnon mais très vite je repasse devant et lui prend quelques longueurs . Je suis à l'aise sur cette petite trace grimpant au milieu des rochers mais dès le début de la descente, c'est une autre affaire ... C'est vraiment pentu et technique et je n'arrive pas trop à me lâcher . Le leitmotiv est cependant de ne prendre aucun risque et d'assurer tranquillement la descente . Cependant personne ne me revient dessus, ca doit être dur pour tout le monde (finalement les 800m négatifs sont avalés en moins de 20 minutes) . Sur le bas je rattrape Martin Reyt, une petite tape sur l'épaule pour l'encourager car il a l'air bien cuit et je continue mon petit bonhomme de chemin . Mais, alors que les difficultés techniques sont derrière moi,  je me retrouve en une fraction de seconde à plat ventre sur le sentier . Pas eu le temps de la voir venir celle là !! Plus de peur que de mal, je me relève immédiatement, l'épaule et le genou égratignés et repart aussitôt . Faut vraiment être vigilant à chaque instant ... J'arrive dans le petit village du Tour où a lieu un nouveau pointage . Après 28km en 2h49' je suis en 24ème position . Il reste 3 petits kms avant le ravito de Tré le Champ où nous repassons pour la seconde fois de la matinée . Le parcours pour y aller est très roulant et descendant et j'arrive à bien allonger la foulée si bien que je rattrape plusieurs coureurs . Il y a encore beaucoup de monde à Tré le Champ pour nous encourager, j'avais rarement vu ça avant !! Une dernière petite côte me permet de revenir dans le sillage d'Olivier Morin et c'est ensemble que nous arrivons au ravito .

 

tre-le-champs.JPG 

Je ne m'arrête pas longtemps, une bénévole me remplit mon bidon, je bois, je vous le donne en mille, du coca et mange, vous l'aurez deviné, quelques morceaux de bananes ! Et c'est parti pour le final menant à Plan Praz via la Flégère . Je reste un petit moment avec Olivier puis je décide d'y aller tout seul car je sens que j'ai de la ressource . Je déplie à nouveau mes bâtons, devant des spectateurs surpris par ce système . "Raidlight messieurs dames" !!!

 

Ca ne monte pas franchement tout de suite, c'est plutôt en toboggan sur un petit single au frais dans la forêt . Les sensations sont bien meilleures que ce matin durant les premiers kilomètres et je sens que je peux finir "vite" . Je reviens sur un gars du Team PLATINIUM NUTRITION COMPRESSPORT (Yann Curien) au moment où la pente s'accentue . J'adore ces passages bien raides où il faut pousser sur les cuisses !! Un peu plus haut, je double encore un mec, lui aussi à l'air bien HS ... A la sortie de la forêt je débouche sur une large piste qui grimpe bien loin devant moi . Avec les randonneurs un peu de partout, difficile de voir si il y a des coureurs à porté de fusil . Je continue à mon rythme, en m'aidant des bâtons et en courant sur les rares endroits de replat . Un oeil au chrono et je constate que si j'étais sur les bases de 4h15-4h20 jusqu'à Tré le Champ, je ne suis plus dans les temps désormais  (je n'ai pas pris en compte la baisse de vitesse inhérente au final tout en bosse . A réévaluer avec softrun) . Pas grave, je suis en 18ème position, pas blessé et il fait beau et chaud !

 

Passage à la Flégère où se trouve le dernier ravito . Eau et coca, ça va de soi . Et j'entame même une petite chanson avec le trio de musicos chargé de l'animation : "Personne dans la vie ne choisit sa couleur ... ! " Bon c'est pas le tout il reste encore quelques kilomètres à parcourir et on entend pas très loin le speaker à l'arrivée . Je suis revenu sur un gars en Salomon et je crois un instant qu'il s'agit de David Pasquio (en fait il s'agit de Najim Chilhi un de ses potes bretons) . Nous traversons l'un derrière l'autre une magnifique combe avec traversée de pierriers et alors que je ralentis pour prendre une photo, le bougre accélère, je ne le reverrai qu'au sommet !! Pas grave, la photo est belle !

 

marathon-mont-blanc-2010-026-copie-1.jpg

 

L'arrivée est en vue et personne n'a l'air de revenir de l'arrière, je vais pouvoir finir sans pression . Louis Chantre, le sympathique organisateur de l'Ardéchois, me croise alors qu'il redescend et me félicite pour ma régularité . Merci Loulou, à l'année prochaine sur ton trail ! Je passe au milieu d'une petite ola et remercie tous les bambins .

 

marathon-mont-blanc-2010-027.jpg

 

Un peu plus haut les "hop ! hop! hop!" des spectateurs m'obligent à relancer et je  recours sur quelques mètres . Je suis dans le dernier mur, l'arche d'arrivée est juste là .

 

a-l-arrivee.JPG

 

4h33 au chrono, tant pis pour l'objectif entre 4h15 et 4h30, je suis pleinement satisfait de ma course .

 

courbe.JPG

 

Je retrouve Hervé Giraud Sauveur juste après la ligne, il est arrivé il n'y a pas très longtemps et c'est une belle satisfaction pour moi car c'est un tout bon !! 

 

avec-Herve.JPG

    

L'attente de l'arrivée d'André tout là-haut à 2050m passe assez vite entre les discussions avec les copains, le casse-croûte et la bière (mais aussi je vous livre un secret de ma récupération, un ........... Yop !) . Et grâce au suivi live de la course nous savons exactement à quel endroit il se trouve et lorsqu'il apparaît tout petit en contrebas, je descends quelques centaines de mètres pour l'accompagner dans son final .

 

arrivee-avec-Andre.JPG

   

2010-0094.JPG

 

Le retour sur Chamonix se fait en télécabine puis on mange un bout au buffet d'après-course . Là encore l'organisation est au top avec du choix, de la qualité et de la quantité !!! Puis il est temps de reprendre la route vers Lyon (non sans un petit arrêt sur l'aire d'autoroute du téléphérique du Salève !) .

 

Maintenant place à une nouvelle aventure et à un saut dans l'inconnu pour moi avec l'Ultra Beaufortain. Le plus gros de l'entraînement est fait depuis aujourd'hui (lire samedi 3 juillet) avec une reco des 30 premiers kilomètres histoire de ne pas partir totalement dans l'inconnu . Pour le reste du parcours, ça sera reco sur carte ...

 

PS : j'ai gagné une paire de lunettes Julbo au concours de pronostic puisque j'ai donné le temps exact du vainqueur ! Celles perdues en Ardèche sont remplacées !

 

RESULTATS

Publié dans récits 2010

Partager cet article

Repost 0