Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Quoi de beau en 2011 ?

Publié le par yanshkov

Quoi de neuf ?

 

2010-0350.JPG

 

Déjà 6 semaines de passées depuis l'Ultra des Vagues . Alors que beaucoup en ont profité pour préparer les grands rendez-vous de fin de saison (Templiers/Réunion et/ou Saintélyon ...), j'ai rangé les chaussures au placard pour 1 mois de repos complet et j'ai repris depuis 2 semaines avec des footings courts (40 minutes maxi) et réintroduction progressive de séances VMA . Le fait d'arrêter si tôt la saison est un choix volontaire et au risque de me répéter je suis certain (en tout cas pour moi) que si je veux durer en trail (être performant au moins jusqu'à ......... 67 ans !) je dois respecter ces périodes de repos plus ou moins longues (plusieurs  jours en saison et un mois ou + pendant l'intersaison) .

 

Quelques chiffres : en 1 an (du 30 octobre 2009 au 31 octobre 2010) j'ai fait 1800km à pied et 6400km en vélo pour un total de 420h alors que sur la même période entre 2008 et 2009 j'ai cumulé 1450km à pied et 8600km en vélo pour un total de 476h . Grand partisan de l'entraînement croisé (vélo/cap) je constate malgré tout qu'il n'y a pas de secret et que pour être performant en trail il faut faire ..... du trail ! Ainsi cette année c'est presque du 50/50 alors qu'auparavant j'étais plus proche du 35% à pied et 65% en vélo . Au vu de mes sensations durant la saison je pense que c'est un bon compromis et je vais continuer ainsi .

 

Augmenter ma cote Rodio

 

L'objectif en 2011 est de continuer à prendre du plaisir à courir en nature dans des décors extraordianaires mais aussi de progresser sur ultra . Prendre du plaisir et être performant en ultra ça signifie être capable de courir plus de 100km sans problème (crampes, courbatures, problèmes digestifs ...) tout en étant pas trop loin de la tête de course . Tout un programme !! Concrètement cela passe par une amélioration de la VMA (objectif de cet hiver) qui devrait aboutir à une augmentation de ma cote Rodio .

 

Pour ceux qui ne connaissent pas, cette méthode de cotation inventée par Daniel Pertuy alias Rodio sur les forums permet de mesurer la valeur relative d'une performance sur trail . Sur route, le chrono parle de lui-même mais en trail (quelque soit la distance) beaucoup de paramètres entrent en jeu (état du terrain, dénivelé, distance ...) . Ainsi grâce à Rodio, chaque performance peut être située sur une échelle allant de 0 à un peu plus de 1700 (du gars qui ne court jamais à un gars comme Kilian Jornet dans un très grand jour) . Par exemple Thomas St Girons (je le cite parce que c'est pour moi un modèle tant sur le plan gestion de course que gestion de l'entraînement) vaut sur l'Endurance Trail 2010 1510 tandis que j'étais autour de 1350 sur les 2 ultras courus cette année . Mathématiquement cela signifie qu'en étant bien préparé, je mets 12% de temps en plus que St Girons sur un ultra de 100 bornes (en gros 1h30 de plus sur 12h si tout se passe bien pour moi !) . D'où l'intérêt d'augmenter mon "rodiométrage" sur ultra . Perso je suis donc fervent de la cotation Rodio sachant pertinemment que la douce incertitude du sport n'est pas prête de disparaitre et que rien n'est acquis tant que la ligne d'arrivée n'est pas franchie .

 

"Faire une Curien"

 

yann-curien.jpg 

 

A ce sujet on ne peut que se réjouir de la grosse performance réalisée par Yann Curien, deuxième des Templiers pas très loin de Lorblanchet . Au vu de ses résultats précédents, un top 15 aurait déjà été énorme . Comme quoi il est encore possible de venir bousculer la hiérarchie établie et c'est tant mieux . Attention la chance n'a rien à voir dans la performance réalisée par Yann Curien car en y regardant de plus prêt son programme de course n'était pas énorme avec quelques manches du Challenge Salomon (10ème du classement final) et une approche de l'objectif assez légère en terme de compétition (3 trails de 40km durant les 4 mois pré-templiers) . Ajoutez à cela un entraînement orienté toute l'année vers l'objectif et des favoris qui courent un peu trop et on voit le résultat !! Pour l'anecdote j'ai couru 2 fois avec Yann en 2010 . Au Trail du Ventoux, je termine 4'51" derrière lui et au Marathon du Mont Blanc je finis avec 5'15" d'avance !! Ca sert à rien mais c'est sympa de le souligner ...

 

flo-racinet.jpg

 

Dans la série c'est pas le hasard, j'ai aussi aimé la belle troisième place de Florian Racinet sur l'Endurance Trail . Blessé en début de saison et quasiment pas de course jusqu'en juin, Flo a profité de sa "fraîcheur" pour prendre une bonne 14ème place sur la CCC et donc terminer 3ème à Millau . A méditer ...

 

Mon planning 2011 a donc pour but de progresser encore et de m'amener je l'espère en grande forme du côté de Chamonix fin Août et de Millau fin Octobre ...(faudra juste être pris au tirage au sort mais j'ai un plan au cas où ...) .  

 

 

Programme 2011

 

 

23 janvier  Pilat Winter Raidlight Trail  21km

 

19 février  Belledonne Gelon Raidlight Trail  31km

 

6 mars  Trail Beaujolais  18km

 

13 mars  Trail du Grand Vignoble  23km

 

9 avril  Ultra Montée du Salève

 

17 avril  Beaujolais Villages Trail  45km

 

2 au 4 juin  3 jours de Chartreuse  20km/km vertical/45km

 

12 juin  Trail de la Fontaine des Anes à Rivolet  30km

 

3 juillet  Tour des Glaciers de la Vanoise  70km

 

25 août  Sur les Traces des Ducs de Savoie  100km

 

21 octobre  Endurance Trail  111km

 

 

Voilà, y 'a plus qu'à se mettre au boulot et tenter de "faire une Curien" !! J'ai déjà le prénom c'est un bon début non ??

Publié dans programme

Partager cet article

Repost 0

Belle-Ile en Trail

Publié le par yanshkov

 

Belle-Ile-en-trail-2010-002.jpg

 

Je crois que j'ai été un des premiers inscrits au Trail de Belle-Ile, dès le mois de janvier ! J'ai tout de suite été séduit par l'idée de faire le tour de l'île, certain d'en prendre plein les yeux . Alors après l'Ultra du Salève puis celui du Beaufortain, l'Ultra des Vagues (nom donné à l'épreuve) sera mon troisième et dernier objectif 2010 .

 

Nous arrivons le jeudi avant la course après un périple de presque 11h entre bus, métro, train,car et bateau !! L'accueil dans notre studio de location est très chaleureux (merci Mme Dutour!) comme tout ce qui se déroule à Belle-Ile . 

 

Vendredi nous nous baladons un peu sur l'île en faisant du stop (tu lèves le doigt et la première voiture s'arrête !!) et je peux ainsi repérer 2-3 passages de la course . Nicolas Le Goff avec qui nous partageons l'appart nous rejoint en fin de journée et nous allons ensemble retirer les dossards et manger à une pasta-party de haut-niveau : salades froides de riz, pâtes, pommes de terre , boulgour ... fromages secs et frais et tarte aux pommes excellente . Dommage qu'il y ait une course le lendemain parce que je me serais bien servi une troisième fois !! 

 

avec-Nicolas.jpg

avec Nicolas au départ 

 

Je passe une bonne nuit et me réveille un peu plus d'une heure avant le départ . Faut dire que nous logeons en plein centre et nous pouvons quitter le studio juste avant le coup d'envoi . Nous sommes un peu moins de 300 à nous réunir sous l'arche gonflable, il ne fait pas froid et la journée s'annonce belle . A côté de moi, une petite dame en tenue de trail me demande si elle peut boire une petite gorgée à mon bidon car elle a oublié les siens !!! Elle a 72 ans et viendra à bout des 83km de course !!

 

départ

 

6h50 Le Palais le départ est donné à 7h au son de la corne de brume et au milieu des feux de bengale . Je suis de suite aux avant-postes, faut dire que ça part tranquillou . Un petit bonjour à Frédéric Laureau, l'homme à la caméra (je vous conseille ses vidéos mais uniquement quand vous serez venus à bout de mon CR !!) et je me cale en 4-5ème position . Nous quittons assez vite les ruelles éclairées du palais pour nous engouffrer dans la nuit noire . Une petite côte, que j'avais repérée la veille, nous emmène au-dessus de la ville, le long des fortifications . Mes sensations sont excellentes, moi qui craignais une mise en route difficile comme à l'Ultra Beaufortain . Un air de binious résonne au loin et se fait de plus en plus fort au fur et à mesure que nous nous rapprochons de la porte Bangor . Folklorique et bien sympathique ! Je fais gaffe où je mets les pieds car il y a quelques racines bien piégeuses . Nous quittons les fortifications par un large chemin à découvert où la frontale n'est déjà plus trop nécessaire . Puis très vite nous empruntons le premier sentier côtier tandis que le soleil se lève et innonde l'océan d'un voile orangé (je m'enflamme là !!) .

 

La vidéo du départ par Fred Laureau, l'homme à la caméra !!

 

 

8h29 Locmaria : le premier ravitaillement du parcours se trouve dans ce petit village du Sud de l'île, au sommet d'une petite côte goudronnée . Ca fait déjà 17km que nous sommes partis et le scénario n'est pas vraiment celui que j'avais prévu . Alors que je pensais partir tranquille en 15-20ème position pour ne pas me griller, me voici déjà 3ème en train de naviguer 2' devant le groupe Malardé-Pasquio ! Pour autant je suis vraiment parti sans me mettre dans le rouge, en ne me fiant qu'à mes sensations et en jetant souvent un oeil sur le cardio . Et dès les premiers kilomètres j'ai senti que j'avais les jambes ... Pas pour suivre le duo parti en éclaireur dans la nuit dès la sortie des remparts de la ville mais en tout cas pour me permettre le luxe d'être .... pas trop loin derrière ! Mais je ne suis pas seul et Benoit de Préville m'accompagne . Je reste longtemps dans son sillage, son rythme pas trop rapide me permettant de m'économiser . Pendant presque 1 heure ni l'un ni l'autre n'ose échanger un mot . Peut-être le fait de courir au bord de l'océan et de voir le soleil se lever ... Mais après le passage le long de la Plage des Grands Sables et tandis que je passe devant mon compagnon de route, nous commençons les présentations . Benoit est surpris quand je lui dis que je sais qu'il vient de remporter le trail du Galibier, une course pas facile facile ! Il est tout aussi étonnée de savoir que je viens de Lyon pour courir ici en Bretagne ! Mais ça vaut le coup non ? Le fait de courir ainsi à deux est vraiment sympa et les kilomètres défilent assez vite . Seule une petite hésitation au niveau du hameau de Samzun en raison d'un balisage limite nous fait perdre une trentaine de secondes . Rageant sur le coup mais anecdotique au final !

 

Je ne traîne pas au ravito, juste le temps de remplir un bidon et me voilà reparti sous les encouragements de Jean-Michel Vincent Faure et Thomas Véricel venus coacher les Salomon's Boys .  L'objectif pour le moment est de repousser le plus loin possible le retour des cadors et c'est bien sur les ravitos que je peux leur reprendre du temps ! Je sais aussi qu'ils ne seront pas nombreux les mecs à pouvoir suivre le duo Malardé-Pasquio quand ils se décideront à mettre les watts et que ceux qui essayeront vont se brûler les ailes .. Tout bénéfique pour Benoit et moi . En tout cas c'est ce que nous pensons tous les deux !

 

Juste après le ravito, je profite d'un moment de répit sur la route pour appeler Murielle et lui indiquer ma position . C'est vrai que je suis un peu en avance sur les temps de passages que j'avais estimés en lisant quelques CR de mecs ayant fait des reconnaissances du parcours . Mais je compte sur ma chérie et son chauffeur du jour (merci beaucoup Christophe !!) pour me ravitailler au prochain poste car il n'y a ni coca ,ni bananes sur les tables . Et moi je carbure au coca-bananes !! (heureusement que je me suis renseigné la veille sur le contenu des ravitos ...)  

 

 

avec-la-mer-en-fond.jpg

 

9h28 Pointe de St Marc : 28ème kilomètre, les côtes se succèdent toujours, toutes assez courtes  mais bien raides, bien plus que ce que je m'étais imaginé .  Je suis toujours en compagnie de Benoit mais cette fois accompagné de David Pasquio, Christophe Malardé et Denis Caillibot, rien que ça !! Et comme prévu les autres sont loin derrière . Je félicite au passage Christophe d'être le parrain d'un trail se déroulant dans un tel cadre . Avec Benoit nous restons à notre rythme sans chercher à suivre le trio même si à ce moment là sur une partie assez plate la différence de vitesse n'est pas énorme . On garde les cadors en point de mire pendant un moment et je dis à Benoit qu'au moins on ne sera pas à 1h à l'arrivée !!

 

Belle-Ile-en-trail-2010-091.jpg

Michel Verhaegue et Olivier Le Guern en tête à Bangor 

 

10h15 Bangor : il faut rentrer un peu dans les terres pour atteindre le deuxième ravito de la course dans le petit village de Bangor . Depuis quelques kilomètres j'ai les cuisses qui commencent à se raidir, un peu tôt à mon goût !! Je décide de prendre un peu mon temps au ravito d'autant que Murielle est là avec Christophe son chauffeur de luxe . Je fais le plein des bidons et j'installe sur les brides du sac une bouteille de 50cl de St Yorre et une autre de Coca . Quand je dis que je prends mon temps c'est par rapport à Benoit qui ne traîne pas pour se ravitailler. Mais perso j'ai dû rester à peine 1 minute !! Je repars seul en continuant de bien m'hydrater pour essayer de retrouver des jambes moins raides . Le retour vers le sentier côtier se fait en forêt et j'aperçois régulièrement Benoit quelques centaines de mètres devant . Je refais mon retard sans accélérer et retrouve très vite mon compagnon de route . Ouf ! J'avais pas trop envie de faire le reste tout seul !!

 

avec-Benoit-II.jpg

 

On retrouve alors le sentier côtier et les petits singles en toboggan . Par moment nous traversons de toutes petites plages de sable fin . Denis Caillibot ne se trouve pas très loin devant nous, il n'a pas tenu le rythme des gars de Salomon . Dans un p'tit moment d'euphorie j'accélère légèrement et revient coller au basque du coureur rennais . Mais je n'y reste pas très longtemps car son rythme est un peu trop rapide . Je regrette un peu ma stratégie et espère ne pas avoir laissé trop de plumes dans l'affaire ...

 

Belle-Ile-en-trail-2010-103.jpg

 

11h0O Port Goulphar : Depuis quelques kilomètres j'ai un peu du mal à enchaîner les côtes en raison de crampes sur les quadriceps . Je suis obligé de marcher dans les forts pourcentages et de faire des petits pas pour ne pas trop pousser sur les cuisses . En plus mon genou droit me fait un petit peu souffrir ... Du coup Benoit m'a pris quelques centaines de mètres d'avance et l'idée de tout arrêter là me traverse l'esprit .

 

port-goulphar.jpg

 

Mais très vite l'envie d'aller au bout de cette boucle belliloise reprend le dessus . Et puis je retrouve Murielle et Christophe assis au bord d'un sentier et j'en profite pour me délester d'une bouteille ...

 

Belle-Ile-en-trail-2010-123.jpg

 

A Port Coton je suis une trentaine de secondes derrière Benoit mais le tracé rentre dans les terres d'abord sur un chemin agricole tout droit en direction du Grand Phare puis sur des petites routes goudronnées . 

 

Belle-Ile-en-trail-2010-124.jpg

 

Ce profil plat me convient bien et je grignote mètre par mètre mon retard sur mon compagnon que je retrouve après une longue poursuite . Notre vitesse de course n'est pas très élevée (12km/h à la louche) mais les kilomètres défilent tout de même bien . Et à la sortie d'un virage, surprise, Denis Caillibot est au bord du chemin en train de s'étirer !! Benoit lui demande si c'est la fatigue ou les crampes et il nous répond que c'est les deux !! On l'encourage à venir avec nous, en lui disant que nous ne sommes probablement pas mieux que lui et courir à trois peut être utile pour se motiver . Mais une descente bien raide se présente (avec un panneau obligeant les cyclistes à descendre de vélo !!), Benoit se lâche un peu, j'emboîte le pas et Denis est irrémédiablement lâché . 

 

apothicairerie.jpg

 

12h12 Apothicairerie : Le ravito du 58ème km est le bienvenu car j'ai besoin de faire le plein de flotte . Je suis toujours avec Benoit, on s'entend bien, lui faisant le rythme en côte (où les crampes ne sont jamais bien loin) et moi sur les parties plates . Mais alors que nous sommes arrêtés au ravito depuis environ 2 minutes, un coureur arrive déjà . Benoit repart aussitôt et je l'imite quelques secondes après .

 

apothicairerie-II.jpg

 

Si on commence à se faire rattraper, le final va être dur mentalement !!  Hélas, le profil est encore bien casse-pattes et je dois laisser partir une nouvelle fois mon compagnon . Pire, notre poursuivant fond sur moi et me double sans que je puisse m'accrocher . Je n'ai pourtant pas l'impression de faiblir tant que ça mais lui semble en pleine bourre !!

 

pointe-des-Poulains.jpg

 

Nous traversons un golf tout près de la Pointe des Poulains et je parviens à stabiliser l'écart avec celui qui vient de m'enrhumer ! Je commence même à me rapprocher de lui malgré des côtes toujours aussi raides . Et avant Sauzon où se trouve l'ultime ravito (70ème km), je recolle à ses basques . Présentation rapide, il me dit qu'il a faim (!!!) et j'apprends qu'il a terminé 17ème des Templiers 2009  (!!!) . Je passe devant et arrive à Sauzon quelques secondes avant Jerôme Lucas (c'est son nom) .

 

Belle-Ile-en-trail-2010-147.jpg

Benoit demande de mes nouvelles à Murielle ! 

  

13h13 Sauzon : Le passage dans le port de Sauzon n'est que pur bonheur ! La veille nous étions venu avec Murielle s'y balader et j'avais trouvé le coin bien sympa avec ces nombreux restos le long du quai . Aujourd'hui les terrasses sont pleines , c'est l'heure de manger !!

 

Belle-Ile-en-trail-2010-146.jpg

 

Malgré les bonnes odeurs je n'ai pas tellement faim et je me contente au ravito de remplir mes bidons et de diluer le coca qu'il me reste avec de l'eau . Je repars en marchant afin de finir de manger un Tuc puis je reprends mon p'tit rythme de croisière .

 

Belle-Ile-en-trail-2010-150.jpg

 

A la sortie de Sauzon il y a une belle petite bosse repérée la veille alors je ne suis pas surpris . Je profite en montant pour me retourner et constater que Jerôme a vraiment pris son temps au ravito . En tout cas je ne le vois plus . Une descente bien raide permet de rejoindre la route en contrebas . Les crampes semblent me laisser tranquille et la petite douleur au genou n'a pas empiré depuis son apparition .

 

3.JPG

 

Le parcours fait à ce moment là le tour d'un bras de mer et Murielle peut ainsi me voir de l'autre côté tandis que je remonte le long d'une plage de sable . Elle m'encourage de toutes ses forces et je lui fais signe avant de me lancer à l'assaut des derniers kilomètres .

 

5.JPG

 

Au pied d'une belle côte bien raide, un vieux bonhomme planté là me prévient que ce n'est pas fini et qu'il y a encore de grosses difficultés . Même pas peur !! Il reste environ 11km et le moral est au beau fixe, je vais boucler la boucle et faire un joli classement . D'après mes calculs (et oui je calcule beaucoup quand je cours) il doit rester 1h d'effort avant de franchir la ligne d'arrivée . J'ai envie d'en terminer mais en même temps je veux savourer et prendre le temps de contempler le paysage . Le sentier côtier est magnifique et la vue sur l'océan tout aussi belle . Au prix d'un bel effort, Jerôme revient sur moi et on fait à nouveau cause commune . On décide de ne pas se tirer la bourre et de finir ensemble à la 6ème place de l'épreuve (en fait nous sommes 5ème car nous ne savons pas que David Pasquio a abandonné) . Mais sans vraiment le vouloir et alors que les sensations ne sont pas trop mauvaises je distance à nouveau Jerôme . Je l'attends au carrefour suivant car j'ai un doute sur le balisage qui ne suit plus le GR côtier (la flèche de direction plantée a en fait été retourné par le vent !) . On retrouve très vite le bon chemin mais une fois de plus je m'échappe, parvenant à trottiner sur les derniers coups de culs de la journée . Je décide de rester à mon rythme et de finir sur une bonne note .

 

generation trail

 

Je passe à côté du sémaphore de la Pointe Taillefer et découvre enfin les murs de la citadelle et les bateaux reliant Quiberon au Palais . J'ai hâte de retrouver le sentier emprunté hier lors d'une petite reco autour de la ville, signe d'une arrivée très proche . Et enfin le voilà le chemin puis la traversée à l'intérieur du fort . Mentalement je l'avais préparé ce moment et pas grand chose n'aurait pu m'empêcher de le vivre ... 

 

Belle-Ile-en-trail-2010-025.jpg

 

Pour les mêmes raisons la dernière côte permettant de se hisser vers le dessus de l'arrivée se passe bien car je m'y étais préparé . Une fois la porte Vauban atteinte il ne me reste plus qu'à me laisser descendre vers la place centrale où beaucoup de monde s'est rassemblé pour attendre les coureurs .

 

arrivee.jpg

 

Je passe sous l'arche d'arrivée après 83km et presque 2300m+ en à peine 7h45 , à la 5ème place derrière une belle brochette de champions . Benoit vient me voir immédiatement pour savoir comment ça va et Jérôme nous rejoint juste après .

 

Belle-Ile-en-trail-2010-181.jpg

 

Je suis vraiment content d'avoir participé à cette première édition et d'être un peu un pionnier !! Dommage que les organisateurs n'aient pas pensé à offrir un cadeau de finisher, les souvenirs ne seront que mentaux ...

 

D'un point de vue physique j'ai été un peu limite à partir de la mi-course, sans doute en raison d'un terrain auquel je ne suis pas trop habitué . Les petits bobos pendant et après la course (genou, releveur, courbatures) sont en tout cas des signes que je ne prends pas à la légère . Place maintenant à une grosse période de repos pour digérer ma belle saison 2010 .

 

Par contre mentalement je suis très satisfait car j'ai jamais baissé les bras . Je parviens toujours à positiver même dans les moments délicats, ce qui est un atout quand on fait de l'ultra .

 

courbe.JPG

 

une belle courbe cardiaque qui montre une baisse de régime après 4h ...

 

temps-de-passage.JPG

 

les temps de passage (cliquez-dessus pour afficher en plus gros)

 

on se rend compte du final impressionnant de Christophe Malardé !!

 

Belle-Ile-en-trail-2010-127.jpg

 

Comme tout trail qui se respecte, celui-ci se termine par un bon repas !!

 

Belle-Ile-en-trail-2010-201.jpg

 

A lire aussi le récit de Benoit De Préville

 

 

photos : Murielle, Jean-Michel (Salomon) et Fabien (Génération-Trail) 

Publié dans récits 2010

Partager cet article

Repost 0