La Foulée des 1000 Pattes 2012

Publié le par yanshkov

foulée 2012

 

C'est en cherchant une épreuve relativement courte et roulante à intégrer dans ma prépa Saintéylon que je suis tombé sur cette Foulée des 1000 Pattes se déroulant dans la campagne maconnaise . 16km et 300m+, alternance de routes et de chemins, exactement ce qu'il me faut en ce moment pour améliorer ma vitesse et ma capacité à tenir une allure élevée .

 

Depuis 2 semaines et les foulées fleurinoises, les entraînements ont été sérieux et je devrais normalement avoir de meilleures sensations que lors de ma course de reprise . Pour autant, je ne l'aborde pas comme un objectif mais comme une bonne séance d'entraînement et un bon test . D'ailleurs la veille je me suis fait 17km de sentiers sur un rythme pas des plus reposants !

 

Sur la ligne de départ, nous sommmes 128 et je dois dire qu'à part Didier Ballandras, avec lequel j'ai déjà bien bagarré cette saison sur plusieurs trails, je ne vois pas d'autres têtes de "cadors" connus . Il va fallloir attendre les premiers hectomètres pour se faire une idée des forces en présence . Quoi qu'il en soit, nous avons le droit à un breafing en français puis en anglais, la présence d'une grosse délégation de Rotterdam expliquant cela !!

 

A62A2132.JPG

 

A 9h30, le départ est donné . Ca ne part pas très vite (par rapport à Fleurieux) et Ballandras accélère au bout de quelques centaines de mètres et prend vite une bonne longueur d'avance . Je temporise un peu, attendant de voir si d'autres concurrents sont capables de le suivre mais je me rends rapidement compte que personne ne peut y aller . Ni une ni deux, je remonte sur la gauche et sans me mettre dans le rouge, je reviens sur Didier .

 

Arrivé à sa hauteur, je lui lance un : "c'est parti !" . Nous passons le premier kilomètre en 3'24" . Le début du parcours se déroule sur une route sans grosse difficulté . Nous en profitons pour parler un peu et prendre des nouvelles avant que la pente ne s'accentue . Cette fois, plus personne ne parle et j'entends la respiration de mon compagnon dans mon dos . Nous nous engageons sur un chemin et ça continue de monter régulièrement mais ce n'est pas très raide. Nous nous relayons régulièrement et Didier me fait bonne impression lorsqu'il prend la tête . Nous traversons la forêt de Sennecé en faisant gaffe aux zones bien boueuses puis retrouvons une petite route de campagne du côté d'Hurigny et de son château . L'allure est toujours soutenue et Didier se révèle un adversaire coriace . Nous approchons de la mi-course et donc du point culminant de l'épreuve . Il reste une dernière côte pour l'atteindre, un tout droit au milieu des vignes . Et alors que je mène le train à mon rythme au pied, Didier me double, accélère et me distance mètre par mètre . Je ne m'affole pas et reste à mon tempo, de toute façon les cuisses me brûlent déjà bien assez ! 

 

Au sommet, Didier possède une quinzaine de secondes d'avance, tandis que nous évoluons sur une petite route de crête . J'ai un peu de mal à relancer mais je retrouve très vite une bonne foulée . Je maintiens l'écart mais force est de constater que je ne parviens pas à le réduire ! Nous avalons à vive allure une longue portion descendante qui nous amène au 10ème kilomètre . La petite bosse suivante casse le rythme mais c'est surtout la longue portion en faux plat montant juste après qui me donne du mal . Didier creuse l'écart sur moi qui suit incapable d'aller plus vite . 20 puis 30 secondes, c'est l'écart que je constate à ma montre . Je sais que Didier n'est pas très bon descendeur mais la descente qui nous ramène sur la route menant à l'arrivée n'est pas assez technique et beaucoup trop courte pour que j'en profite .

 

A62A2394.JPG

 

Les 2 derniers kilomètres sont ceux empruntés à l'aller et sont donc assez plats mais un léger vent de face ajoute un peu de difficulté à ce final . Je vois Didier au loin qui va décrocher la victoire en tout juste 1h tandis que je franchis la ligne 47" seconde après .

 

A62A2397.JPG

 

Bien sûr j'aurais aimé gagner et finalement ça ne se joue à pas grand chose mais je n'ai pas abordé cette course comme un objectif avec tout ce que cela implique . Au risque de me répéter, l'objectif est ailleurs et l'important est de continuer à bien s'entraîner et de régler quelques problèmes ostéopathiques qui m'enquiquinent encore et me font entre autre forcer beaucoup plus sur la cuisse droite .

 

les-cinq-premiers-n-ont-pas-trop-souffert-dans-les-passages.jpg


CLASSEMENT

 

Prochain dossard à l'occasion du Marathon des Causses le 27 Octobre . Ca sera une toute autre paire de manches !

Publié dans esprit-trail

Commenter cet article

Will 18/10/2012 08:52


Bravo Yann, belle perf et très bon entrainement avant la STL.
Au plaisir de te croiser à Millau ou à Saint-Etienne
Will