Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Trail de la Côtière

Publié le par yanshkov

En ce dernier dimanche du mois d'avril, 3 possibilités s'offrent aux coureurs de la région lyonnaise : le marathon et les 10 km de Lyon et le trail de la Côtière à Beynost . Si l'idée de faire un temps sur un dix bornes plat me trotte dans la tête, ma préparation axée trail me fait prendre la direction de la Plaine de l'Ain pour une sympathique épreuve de 16km et 420m+ (loin des 566m+ annoncés sur la brochure) .

Sur la ligne de départ, sous un magnifique ciel bleu, nous ne sommes pas très nombreux, à peine 70 . Sans doute la faute à un calendrier riche en évènements mais qui s'en plaindrait ? Je ne connais pas grand monde hormis
Caroline avec qui j'échange quelques mots . On se connait uniquement à travers nos blogs et c'est bien sympa de se croiser en "vrai" !  Un autre visage m'est familié, celui de Franck Bussière du Team Asics , 2ème aux Cabornis début mars . 

Le départ est donné . Ca part assez tranquillement et discute un peu . Mais très vite la route s'élève et je prend la tête du peloton au côté de Bussière . Après 1 kilomètre nous nous engageons sur le premier sentier . Je suis assez bien et cours devant, à mon rythme . Des petits passages techniques s'enchaînent mais rien de trop dur en ce début de course . Cependant à la sortie d'un single-track, alors que l'on retrouve la route, j'ai pris quelques longueurs d'avance sur le coureur du Team Asics ! Est-ce bien raisonnable ? Est-ce du bluff de sa part ? Quoi qu'il en soit j'ai pas trop envie de courir tout seul, on n'a même pas encore fait 10 minutes . Je ralentis un peu et le laisse revenir à mes côtés . Nous sommes sur un plateau et c'est donc tout plat pendant un petit moment . Je me retourne pour constater que le trou est fait avec les poursuivants . Je suis bien content de la situation, en tête d'un trail avec Franck Bussière, ça le fait non ? La folle idée de l'accompagner jusqu'au bout me traverse même l'esprit . On discute vite fait et je suis flatté d'apprendre qu'il connait mon blog ! Mais pas question de me disperser, il faut rester concentré pour la descente qui arrive . Et je suis là aussi satisfait d'avoir retrouvé des bonnes sensations dans cet exercice si particulier . Je descends relativement relâché, le pied quoi !
 


On chemine ensuite sur un petit sentier en montagnes russes dans un sous-bois avant d'atteindre le premier ravito . Je n'y prends rien, j'ai pris le camel avec moi ( il doit bien faire une vingtaine de degrés) . Par contre Franck prend le temps de boire un coup et je prends à nouveau quelques mètres d'avance . Mais je n'en profite pas et il recolle très vite à mes basques . Par la suite, on manque de peu de partir dans une mauvaise direction . Le motard qui nous ouvre la route ne connaît pas mieux que nous l'itinéraire et à un embranchement il s'engage sur la gauche . Mais il m'a semblé voir de la rubalise accrochée au bord du chemin partant sur la droite . On suit la moto une cinquantaine de mètres mais persuadés que nous commettons une erreur nous faisons demi-tour . Sage décision, nous étions bien en train de nous égarer . 

A l'amorce d'un long faux plat montant, sur un large chemin, mon compagnon accélère un peu, suffisamment en tout cas pour me distancer légèrement . La pente s'accentue par la suite et je finis en marchant le petit single-track qui nous ramène sur le plateau . J'ai toujours Franck en point de mire sur une longue portion plate où nous courons sur un chemin assez roulant, à l'orée d'un bois, le long de champs agricoles .  J'ai repris une bonne vitesse de croisière mais le mal est fait et l'écart avec la tête est déjà conséquent . Je fais le point rapidement : ma montre m'indique que nous avons fait 300m de dénivelé et qu'il doit donc rester de belles côtes avant l'arrivée . Je me retourne et j'aperçois un maillot rouge au loin, en embuscade . Il ne va pas falloir trop faiblir pour conserver la deuxième place . 

Après cette longue section de plat, nous retrouvons de la descente . Pas évidente celle-ci, bien prononcée et recouverte de gros galets . Mais mes progrès dans les descentes sont à nouveau confirmés et je suis optimiste quant à la conservation de ma place . Le final du parcours revient sur les chemins initiaux mais en sens inverse . Je sais donc à quoi m'attendre et je ne m'affole pas dans la côte qui une fois de plus nous permet de grimper sur le plateau . Je passe en marchant dans les gros pourcentages et relance sur le chemin en faux plat montant qui suit . J'ai à nouveau le premier en vue mais loin quand même ... Derrière aussi je vois mon poursuivant mais pas de souci, il ne recollera pas . Un peu de goudron où j'allonge la foulée, une dernière descente technique et pour finir une surprise : un passage très raide qui semble avoir été crée juste pour le trail . C'est certes pas très long mais ça fait bien mal aux cuisses ! Je franchis la ligne en 1h05 après un dernier kilomètre en faux plat descendant sur la route .

Bilan très positif donc, j'ai retrouvé de bonnes sensations en descente et j'ai bien géré ma course aujourd'hui, en atteste la courbe de ma fréquence cardiaque . J'ai essayé d'appliquer la méthode "Nico Darmaillacq" qui consiste à gérer les montées et descendre vite derrière . On constate bien qu'il n'y a pas de baisse conséquente de mes pulses, hormis lors de la première descente où au lieu de parler avec Franck, j'aurai dû lui mettre un peu la pression ...!! Mais je suis à 2 minutes à l'arrivée donc je crois qu'il n'y avait pas grand chose à faire contre lui . Dire qu'il court le trail du Nivolet-Revard la semaine prochaine et qu'il ne s'est probablement pas livré totalement aujourd'hui . J'ai encore du boulot moi !! Place quand même à la récupération avant le trail du Pont du Gard le 8 mai .

 

Merci à la gentille ostéopathe qui m'a confirmé que mes petites tensions au niveau du cou n'étaient pas bien grave . Bravo à Ph pour sa course et sa première place en espoir, félicitations à Caro, une gagne de plus !


Et un bravo aux organisateurs : le tracé est agréable, pas trop difficile et accessible à tous . Deux suggestions cependant . Il faudrait mettre un peu plus l'accent sur le balisage afin d'éviter d'avoir besoin que des motos ouvrent la route . Et pour les T-Shirt offerts, pensez aux tailles S ou M, merci ...

Publié dans courses

Partager cet article
Repost0

Prépa Trail des 3 Dents acte 1

Publié le par yanshkov

Samedi 29 mars : premier footing depuis le Trail des Cabornis soit presque 2 semaines sans course à pied . L'envie est là, la preuve 7km en 30' en bord de saône  !!! Je finis par des exercices de renforcement musculaire dans les escaliers . 

Dimanche 30 mars : CO en run&bike à l'occasion de la
Montazimut : 27km dont 15km à pied .


Lundi 31 mars : petit footing de 4,5km avant les exercices de renforcement dans les escaliers .

Mardi 1 avril : aller-retour au boulot en vélo (57km 2h)

Mercredi 2 avril : aller-retour au boulot en vélo (57km 2h) puis 9.6km de footing (13.8km/h) et escaliers .

Jeudi 3 avril : 22km en 2h à l'occasion de la
CO organisé par Fx à Trévoux .

Vendredi 4 avril : aller-retour au boulot en vélo (56km 1h47) . Je rentre à plus de 36km/h, vent dans le dos et Cosmic Carbone Ultimate sur le biclou ....

Samedi 5 avril : 12km (13.3km/h) en bord de Saône .

Dimanche 6 avril : 130km de vélo à l'occasion de
la Bisou .

Lundi 7 avril : 10.7km de footing puis travail dans les escaliers .

Mercredi 9 avril : reprise en trail pendant 1h, le temps de grimper au Mont Thou et de redescendre sur St Romain en améliorant de 6 minutes le temps mis lors du Trail des Cabornis !!!!  11.6km et 430m+

Vendredi 11 avril : fartleck sur le parcours du Trail Givré : 5 fois 3' vite/3' récup . Les fractionnés s'effectuent aussi bien sur du plat qu'en côtes ou en descentes . Je retrouve d'ailleurs des sensations dans les dénivelés négatifs . Plus inquiétant, une gêne dans le pied gauche à la fin de la séance . 16km en 1h10 280m+

Samedi 12 avril : 97km de vélo en 3h40 avec les Passe-montagnes . J'ai de bonnes sensations quand ça grimpe, c'est un peu plus dur sur le plat ...

Dimanche 13 avril : 12 km du Vinatier (8ème/152 en 43'56") . Bien loin de mes meilleures performances sur route d'il y a 2 ans .

Lundi 14 avril : aller-retour au boulot en vélo (57km 1h54)

Mardi 15 avril : aller-retour au boulot en vélo (57km 2h) puis trail (11,3km 595m+ 1h10) avec Ph, Julien Lantuejoul et son collègue de raid Laurent Dechavanne . Très bon entraînement, je cours souvent seul et de se retrouver à plusieurs, ça stimule et oblige à se bouger un peu !!!! D'autant que mes collègues n'ont pas un petit niveau .....

Mercredi 16 avril : aller-retour au boulot en vélo (57km 2h)

Jeudi 17 avril : Nouveau ! Je rentre du boulot en courant . Pas jusqu'à Albigny mais jusqu'à chez ma mère soit 16km sur petites routes de campagne et chemins . Allure footing soit .......... 13.2km/h . Toujours un peu gêné par le pied gauche ...

Vendredi 18 avril : de retour sur la piste de Cibeins où j'enchaîne 6x250m en 45" récup 30" puis 2x500m en 1'32" et 1'34" puis 1000m en 3'16" . Les temps ne sont pas trop mal étant donné qu'il pleut, qu'il y a du vent, que la piste fait un peu plus de 250m et qu'elle est en sable !!!!!!

Dimanche 20 avril : Sortie vélo de 143km pour un peu plus de 5h, avec le club de Gleizé . Rythme assez cool même si on se tire la bourre dans les 3 cols au programme . Je prends beaucoup de plaisir malgré des sensations moyennes ( mais je me suis fait à l'idée que je ne serai plus coureur cycliste !!! )  



Analyse
: 160km en 3 semaines ce n'est pas énorme comparé aux bornes à pied que certains peuvent se taper . Mais je ne veux pas brûler les étapes et je dois être prudent par rapport aux différentes blessures contractées . Donc, le vélo fait partie intégrante de l'entraînement, surtout pour le foncier . Je n'ai pas prévu de longues sorties à pied avant le trail des 3 Dents qui fait 40km pour 1500m+ . Tout le foncier se fera à vélo avec parfois des sorties de 5h, pas nécessaires à court terme mais qui entrent dans l'optique de la prépa Templiers .
Par contre je compte faire beaucoup de rythme à pied, sur la piste de Cibeins ou peut-être sur une vraie piste d'athlétisme . Cet entraînement n'est pas facile à faire seul mais je reste persuadé de son intérêt . Et puis j'ai envie de retrouver les sensations que j'avais il y 3 ans lorsque je pouvais jouer les premiers rôles sur certaines épreuves natures et sur routes . Nostalgique, je me remémore souvent le trail de Montanay 2005 où j'avais accompagné un long moment Eric Mercier, multiple vainqueur de l'épreuve ou encore mes gagnes à la Corrida de Cogny et aux 10kms d'Attignat 2004 . Du rythme aussi à l'occasion de sortie trail à plusieurs . J'y ai gouté cette semaine avec Juju, Ph et Lolo Dechavanne et cela permet sur une petite heure de travailler (dans la bonne humeur) de nombreux aspects du trail .
Des compétitons sont au programme des prochaines semaines pour compléter les entraînements : Trail de Beynost le 27/04 16km, Duathlon VTT de Guéreins 3.6/18/3km et Trail du Pont du Gard le 8/05 .Quelques footings et du vélo aussi pour assimiler tout ça .   

Ah oui j'oubliais : un passage chez l'ostéopathe vendredi soir pour résoudre mes soucis de pied gauche et une petite douleur au niveau cervical . La routine quoi ...

Publié dans entraînement

Partager cet article
Repost0

12km du Vinatier

Publié le par yanshkov

Ce n'était pas prévu au programme mais comme Murielle souhaitait pour une fois faire une petite course à pied, j'en ai profité pour finir ma semaine de reprise par une compétiton . Et c'est donc à Bron, dans le parc du Vinatier que nous avions rendez-vous dimanche matin, 5km pour elle et 12km pour moi . Objectif atteint pour ma tendre qui voulait finir en moins de 30' . Résultat : 29'55" !!!! . Quant à moi, le but était de faire une belle séance, au train, sans trop taper dedans .

Je manque de peu de rater le départ et j'arrive sur la ligne 10" avant le coup de pistolet, après un sprint effréné . J'ai décidé de faire ma propre course, sans me soucier des autres concurrents . C'est ainsi qu'un groupe de costaud avec Cazorla et Abate de Spode, Niabenda de l'ASRispoli, Picout de l'Asvel et 2 ou 3 autres gars prennent rapidement les devants . Je passe au premier kilomètre "tranquillou" en 3'30" et j'ai l'impression de pouvoir continuer un bon moment sur ce rythme . Cependant je perd 4 à 5" tous les kilomètres mais je ne m'affole pas . D'ailleurs un mec qui est revenu sur moi probablement trop rapidement ne parvient pas à rester dans mon sillage . Le parcours est tracé au milieu de l'Hopital du Vinatier, sur de longues allées goudronnées, avec pas mal de relances . On n'est pas embêté par les voitures mais bon, le cadre n'est pas idyllique . A partir du 5ème kilomètre j'accélère un peu si bien que je boucle la borne en 3'26" . Je reviens sur un gars et le dépose immédiatement . C'est motivant, c'est pas souvent que ça m'arrive sur ce genre de course . Bien souvent je pars trop vite et craque sur la fin . Les 4 derniers kilomètres me paraissent un peu monotone, je passe aux 10kms en 36'33" et boucle l'épreuve en 43'55" pas trop fatigué à la 8ème place .

Je me rend compte que j'ai beaucoup perdu en vitesse en 1 an 1/2 . Je courais alors régulièrement sur 10 kilomètres entre 34'30" et 35' . Mon entraînement n'est plus le même et je dois dire que je n'ai plus l'habitude de "bouffer" des séances de 400m et 800m . Mais là où j'ai perdu en vitesse, j'ai gagné en sagesse !!

Quoiqu'il en soit j'ai bien repris l'entraînement en vu du Trail des 3 Dents dans 8 semaines .  Des footings en bord de Saône, autour de 45' entre 13 et 14km/h , des séances de renforcements musculaires dans les escaliers d'Albigny, du fartleck du côté de Montanay et ses petites côtes assassines, du seuil dans le Mont Thou et du travail rapide en descente .

L'envie est là, la motivation aussi même si je suis encore un peu en délicatesse avec mon pied gauche depuis cette putain d'entorse . Quelques douleurs sous le pied et des orteils parfois endoloris . Je dois consulter à nouveau dans les jours qui viennent ...

Le détail des entraînements en fin de semaine ... 

Publié dans courses

Partager cet article
Repost0

La Bisou

Publié le par yanshkov

Retour aux sources en ce premier week-end du mois d'avril . Un peu moins de 3 ans après avoir couru ma dernière course cycliste (lamentablement terminée le nez sur le bitume...), j'ai repris place dans un peloton à l'occasion de la cyclosportive La Bisou . De nombreuses raisons à cela . La première, tout simplement parce que depuis un bail, nous souhaitions avec mes potes stéphanois se retrouver sur une telle épreuve et cela depuis nos années au pôle espoir . La deuxième parce que c'est une épreuve que j'affectionne particulièrement : vainqueur en 2004 et artisan de la victoire de Romain en 2005 , le parcours me convient assez bien avec des bosses de 2 à 4 km . De plus, l'équipe organisatrice est une bande de jeunes qui se démène depuis la première édition en 2003, en souvenir de leur ami Bisou décédé tragiquement, renversé par un chauffard alors qu'il partait bosser en vélo ... Et la troisième parce que j'avais envie de me lancer un petit défi sportif, moi qui ne fais plus exclusivement du vélo .


Au départ, pas de stress particulier . Avec mes potes, venus coucher à Albigny la veille, nous sommes venus en toute décontraction . En témoignent les quelques Leffe "tombées" la veille ... Nous nous présentons sur la ligne de départ à seulement 2 minutes du coup d'envoi, en toute dernière position d'un imposant peloton de 500 unités . Avec Max et Bibi, nous ne nous quittons pratiquement pas et c'est presque tranquillement que nous remontons vers l'avant pour retrouver la tête de course après une bonne dizaine de kilomètres . Nous avons perdu Matthieu dès le début mais avons une pensée pour lui durant toute la course, lui qui ne roule pratiquement plus .... Je salue quelques vieilles connaissances cotoyées durant mes années vélo et rencontre même un ancien membre des Passe-montagnes qui a reconnu mon maillot .

La première difficulté arrive assez rapidement, au bout de 25km . J'appréhende un petit peu même si je suis assez confiant . Je passe assez bien les Esses de Treffort et leurs 3 km d'ascension . Je ne suis pas trop haut dans les pulses même si les jambes brûlent légèrement sur le sommet . L'écrèmage s'est fait par l'arrière et après la descente qui suit nous restons une petite centaine dans le peloton de tête . La bosse suivante arrive là encore très vite . 4km d'ascension vers Arnans . Comme à Treffort, c'est le maillot jaune, vainqueur de l'édition 2007, qui fait le tempo en tête . Et là encore ça saute par l'arrière si bien que nous ne sommes plus qu'une trentaine devant . Le rythme n'est pas trop élevé, autour de 21 km/h, ce qui permet de mettre le petit plateau (38 pour moi) et de ne pas trop s'entamer les jambes . Je serre un peu les dents sur le haut mais je bascule sans problème . J'attrape une bouteille au ravito, une boisson énergétique à l'orange, qui complètera bien les 1,5L de Maxim réparti dans mes 2 bidons . Les portions de plat et les descentes qui suivent permettent à quelques groupes de rentrer et de reformer un peloton d'une soixantaine de mecs . Moi je commence à prendre bien confiance puisque je monte les côtes dans les 15-20 premiers et je m'applique à bien m'alimenter .

La troisième difficulté se présente au kilomètre 66 après un peu moins de 2h et une petite incursion dans le Jura . Je l'aborde très bien placé, dans la roue du maillot jaune Denis Courthaliac, toujours aussi impressionnant . Ca monte pendant 5km jusqu'au dessus de Corveissiat, avec pas mal de replat . Cette fois il y a quelques attaques qui font que la côte est montée par à-coup . Je ne suis pas vraiment capable moi aussi de placer des mines mais au métier je ne m'affole pas et je reste au contact .
Maxime Bouet, le néo-pro d'Agritubel récent vainqueur du prologue du Tour de Normandie, resté en retrait jusque là accélère un peu sur la fin si bien que je passe le plateau (51 dents) pour basculer, les mains en bas du guidon, presqu'au sprint . Et de 3 !!! Je me retourne dans la descente pour constater les dégats et oh! surprise nous ne sommes plus qu'une petite vingtaine, les autres étant assez loin derrière . C'est très bien pour la confiance avant la montée au Grand-Corent, par une interminable ligne droite de 3km .

Lors d'une énième tentative, le dossard n°1 arrive à s'extraire du groupe, flanqué d'un Suisse à 500m du pied de la côte . On ne le reverra plus ! Moi, avec Max à mes côtés, je monte au métier mais aussi au courage . L'échappée se scinde en plusieurs petits groupes dans l'ascension et je ne peux pas rester avec les premiers . Mais pas d'affolement, je gère bien, pas dans le rouge malgré des cuisses en feu et tout rentre dans l'ordre dans la descente . Les 2 hommes de tête ont déjà plus d'une minute d'avance alors que derrière, sur des routes vallonées, mon groupe ne s'est pas relevé . J'essaie de récupérer, de me relaxer un peu, dans les dernières positions . Je suis hyper content, d'être dans une telle position, après déjà 100 bornes au compteur . Et ça fait aussi énormément plaisir de partager ce moment avec mes potes .

Mais il reste une dernière difficulté, la côte de St Martin du Mont et j'ai le souvenir d'une longue rampe assez raide . En fait il y a bien du pourcentage mais seulement 300 ou 400 mètres au pied et la même chose sur le sommet . Entre les deux, du plat et même un peu de descente . Apparemment dans le groupe tout le monde sait qu'après il y a une grosse vingtaine de kilomètres de plat avec pas mal de vent . Ainsi nous montons sans attaque si bien que je bascule en tête au GPM . Enfin derrière les 2 hommes de tête et un troisième parti en chasse-patate un peu auparavant . Quoiqu'il en soit, ma matinée est réussie .

Dans le final, nous nous organisons pas trop mal même si les relais ne sont pas toujours bien réguliers et du bon côté par rapport au vent . J'ai encore un peu de force et pas question pour moi de rester derrière . Je commence à penser à une belle place à l'arrivée et tout le monde commence à s'observer à partir des derniers kilomètres . Ca flingue et je filoche en me disant que je vais essayer de refaire le même coup qu'il y a 4 ans lorsque j'avais démarré à 500m de la ligne . Bibi tente sa chance à la flamme rouge et lorsqu'il se fait reprendre aux ............................ 500m, je contre . Mais je n'ai plus les mêmes cannes que lorsque je courais en Nationale si bien que je dois rapidement me rasseoir et suis dépassé de tous les côtés . Pas grave, ma 14ème place mais surtout mes sensations me satisfont complètement . Max règle le sprint et prend donc la 4ème place .

Bilan très positif, j'ai vécu une bien belle cyclosportive et ressenti des sensations assez bonnes alors que je n'avais pas spécialement préparé mon affaire . 130km en 3h45 soit presque 35km/h de moyenne, pas mal pour un traileur !!! Et puis j'ai adoré rouler au côté de mes potes, ça faisait bien longtemps ....

Coup de chapeau au vainqueur, Denis Courthaliac, ex-champion de kayak, reconverti avec succès dans le cyclisme depuis peu . Bravo aussi à Maxime Bouet pour son comportement exemplaire durant toute la course . Il n'est pas venu interférer dans le déroulement de l'épreuve lui qui avait logiquement les jambes pour l'emporter . Je l'ai même vu pousser des mecs dans les Esses de Treffort ! Et puis félicitations Matthieu, t'es allé au bout ...

Place maintenant aux entraînements trail , les 3 Dents c'est dans 8 semaines ...



Publié dans courses

Partager cet article
Repost0

Encore un peu de CO ...

Publié le par yanshkov

Jeudi soir, nous étions une bonne quinzaine à répondre à l'invitation de François-Xavier , alias Fx,  dans son bel appartement du centre de Trévoux .  Pas pour un apéro ou un gueuleton, non non ! Mais pour une course d'orientation ... Il y a là ses collègues Alstom Riders et quelques Passe-Montagnes dont je fais parti . Le salon se transforme rapidement en vestiaire puis, après un rapide breafing par le maître des lieux, en sas de départ . Nous nous élançons à tour de rôle toutes les minutes, attrapons sur le palier la carte avec les balises puis dégringolons les escaliers en colimaçon pour se retrouver seuls au milieu de la rue piétonne du Port . C'est un peu avant 19h45 que je m'élance à la recherche des 21 balises . La règle est claire : un temps limite de 120' à ne pas dépasser sous peine de prendre 4' de pénalité par tranche de 1' et deux catégories de balises à aller relever : les plus proches qui retrancheront 4 minutes au temps final et les plus lointaines 8 minutes . C'est clair non ?

Voilà à quoi ressemble notre terrain de jeu :  


Je pars d'abord à la recherche des balises se situant de l'autre côté de la Saône . Je cours à un bon rythme, la carte à la main, en la faisant pivoter en fonction de la direction dans laquelle je me dirige . C'est un truc que j'ai lu dans le bouquin que ma chérie m'a offert cette semaine !


Je n'ai pas eu le temps de plus peaufiner mais je compte bien m'y mettre lors des longues soirées d'été ... J'ai rapidement 4 balises en poche ( en fait il faut relever la lettre indiquée sous le numéro de la balise et la marquer au stylo sous la carte ) . Mais la suite se gâte un peu . Comme dimanche dernier, je n'ai pas vraiment analysé la carte et établit le chemin le plus court . Je reste ainsi de trop longues minutes à courir entre 2 balises alors qu'un parcours plus "intelligent" me permettrait sans doute un relevé plus rapide . Facile à dire après coup ! Heureusement ma vitesse me sauve un peu et c'est vrai que j'avance quand même autour de 16km/h par moment . 

La nuit tombe rapidement et malgré la frontale, l'exercice devient de plus en plus difficile . Il y a au moins 5 balises que je ne trouve pas alors que je dois être à à peine quelques mètres . Sur le coup et pour ne pas perdre trop de temps je me dis que les balises installées la veille ont dû être arrachées . Mais à l'arrivée le verdict est clair : c'est moi qui suis bigleux car certains les ont bien vues ces foutues balises . 

Niveau timing, je gère assez bien mon truc puisqu'alors qu'il me reste qu'une vingtaine de minutes je suis à proximité du centre de Trévoux . Et même si je ne les ai pas toutes trouvées, je suis allé vers toutes les balises . Je suis un peu déçu quand même de n'avoir que 13 balises au compteur et je décide de mettre à profit le dernier quart d'heure pour repartir à l'assaut de la n°12 positionnée selon la carte juste à côté du château-fort . C'est un très mauvais stratagème (un de plus) niveau gain de temps mais par contre pour une séance en côte c'est le pied ! Ca grimpe !!! Mais là-haut pas de balise, juste 2 ronds verts surgissant de la pénombre et me passant entre les jambes en miaulant . 
Je sprinte dans la descente afin de retrouver l'appartement à temps . Ouf, 1h57 ! 


Certains sont déjà là dont les impressionnants Seb Capel et Benoit Bourlier qui en 1h45 ont tout validé ou presque . J'ai du boulot moi .... Les arrivées se succèdent de façon assez surréaliste, certains franchissant le palier de la porte complètement exténués (n'est-ce pas Président ? ) . Mais tout le monde est pleinement satisfait de cette soirée dont il n'y a rien à redire . Classement informatisé, parcours pas trop dur, ravitaillement à l'arrivée. Ca fait du bien ces petites madeleines et ce verre de Jeanlain après 2 heures non-stop .  Bravo à Fx pour tout le travail réalisé afin que l'on s'éclate en cette douce soirée et merci !

Une bien belle soirée et une bonne séance d'entraînement (22km et 380m+) :

Publié dans esprit-trail

Partager cet article
Repost0