Saintélyon 2012

Publié le par yanshkov

saintélyon

 

23h50 Saint Etienne : Me voilà à quelques minutes du départ d'une nouvelle Saintélyon . Que le temps est passé vite depuis la dernière édition . Ma 7ème place m'avait laissé augurer de belles choses pour la saison 2012 mais je dois bien avouer que je n'ai pas vraiment été à la hauteur de mes espérances . La pression est donc sur mes épaules pour finir l'année sur une bonne note même si je sais très bien qu'il sera extrêmement difficile de faire mieux cette fois-ci . En plus la préparation a été perturbée ces dernières semaines et il y a quelques jours de ça je n'étais même plus trop sûr de participer en raison d'une douleur aux ischio-jambiers . Heureusement mon ami Rémy Viala m'a remis le pied à l'étrier en début de semaine et c'est un peu grâce à lui que je suis parmi les 6000 participants prêts à en découdre sur les 70km de course.

 

depart-copie-8.JPG

 

A minuit le départ est donné au milieu d'une foule nombreuse . Comme prévu ça part très vite, plutôt sur une allure semi-marathon qu'ultra-trail (en tout cas pour moi !) . Le fait de partir avec les relayeurs des différentes formules (de 2 à 4 coureurs) et les grands boulevards relativement plats sur 6kms se prêtent bien à ce départ rapide . Je ne cherche pas à suivre à tout prix le gros groupe de tête qui s'échappe et j'essaie de ne m'occuper que de moi . Je sens de suite que les jambes ne sont pas terribles pour le moment mais une semaine sans le moindre footing y est peut-être pour quelque chose . La course est longue et je ne m'affole pas.

 

L'arrivée à Sorbiers marque le début de la longue ascension vers St Christo . Après presque 30' entre 15 et 16km/h la vitesse chute un peu même si les pourcentages ne sont pas très élevés . Je perds pas mal de places dans la traversée du village . Stephane Celle, Hervé Giraud-Sauveur, Benoit Nave, mon copain du Team Augustin Guibert, Jérôme Ossedat, Arnaud Brémond et quelques autres me passent. 

 

A la sortie de Sorbiers  où il y a encore beaucoup de monde pour encourager et mettre l'ambiance, nous quittons la civilisation pour nous enfoncer dans l'obscurité . Il est alors temps d'allumer la frontale . Le premier sentier nous met de suite dans l'ambiance : il va y avoir beaucoup de verglas et pas mal de neige !! Devant moi il y a un long serpentin lumineux, signe que je suis assez loin au classement . Je me répète en boucle dans ma tête que je ne dois m'occuper que de moi et que le plus important pour le moment est de ne pas tomber, de garder des forces pour plus tard et de bien s'alimenter . Je reste donc très prudent dans les passages verglacés et ne cherche pas à aller trop vite dans la neige qui se fait de plus en plus épaisse au fil de la montée.  

 

St-Christo.JPG

 

1h10 Saint Christo : C'est le premier ravitaillement, au 15ème km . Encore beaucoup de monde pour applaudir malgré l'heure . Bizarrement je ne regarde pas ma montre pour savoir si je suis dans les temps par rapport à l'objectif . J'ignore aussi la place à laquelle je suis mais me doute bien qu'il y a pas mal de monde devant ( 46ème ) . Pour autant je suis toujours dans ma bulle et alors que j'avais prévu de marcher dans la côte bien raide à la sortie du ravito, je me surprends à trottiner jusqu'en haut et à bien relancer au sommet . Alors que j'avais tendance à me faire doubler jusqu'à présent, je commence à grignoter quelques places et à prendre un peu plus de plaisir. 

 

Il y a vraiment beaucoup de neige sur la crête, parfois jusqu'aux genoux et le brouillard très présent vient renforcer la sensation de froid . Moi qui ne suit pas très à l'aise dans la neige, je trouve que je m'en sors pas si mal . Je vise avec mes pieds les traces laissées par mes prédécesseurs en évitant des mouvements trop amples, bouffeurs d'énergie . Je rejoins et double des coureurs connus . Stéphane Celle, Arnaud Brémond, Guillaume Vimeney et j'en passe . Je n'ai pourtant pas l'impression d'avoir accéléré mais malgré tout je remonte au classement, sans me mettre dans le rouge . Pour moi la course commence à Soucieu, dans plus de 20 km, alors autant en garder sous le pied.  

 

Ste-Catherine.JPG

 

2h12 Sainte Catherine : Juste avant la courte descente menant au 2ème ravitaillement, je rejoins Michel Verhaeghe a priori pas dans un grand jour . Doubler un tel coureur me booste (2 fois 3ème de la Saintélyon) mais je n'en oublie pas pour autant de remplir mon petit bidon (600ml) avec de l'eau et de prendre quelques morceaux de banane . Là encore, je ne regarde pas ma montre et personne ne m'indique mon classement (27ème) . Je ressors de la tente ravito en compagnie de Jérôme Ossedat, ex-cycliste avec qui j'ai partagé pas mal de courses depuis la catégorie cadet . On discute un peu de la suite du parcours et je lui indique que les prochains kilomètres sont plus techniques et casse-pattes que ce que nous avons fait jusque là . Un peu plus loin, nous rattrapons Hervé Giraud-Sauveur et nous faisons un petit bout de chemin ensemble . Mais sans le vouloir vraiment je distance mes deux compagnons alors que se présente la descente du Bois d'Arfeuille . C'est un peu glissant mais je m'attendais à pire . Pour autant je suis un peu crispé et j'ai du mal à me lâcher.

 

A la sortie d'un virage, je me retrouve nez à nez avec une frontale . C'est Augustin qui est tombé et qui dans la chute a perdu sa montre . Désolé de ne pas mettre arrêté, l'important c'est que tu l'ais retrouvée !  Malgré ma prudence, je me retrouve à mon tour par terre en 2 temps 3 mouvements . Mon genou tape violemment le sol, je me relève rapidement mais je boite un peu . Heureusement je retrouve assez vite un geste normal malgré une petite douleur.   

 

3h Saint Genoux : Passage au 3ème ravitaillement, je ne m'arrête pas, le bidon est encore bien rempli . De temps en temps je suis doublé par un coureur de relais mais pas de solo en vu . Je suis surpris d'ailleurs parce que j'ai l'impression de traîner un peu ... Au passage dans un hameau on m'informe que je suis 20ème . Je me dis que c'est pas si mal mais que si je veux conserver ce classement, il ne va pas falloir trop mollir . 

 

J'appréhende un peu les prochains kilomètres inédits du parcours . 2 descentes suivies chacune d'une bonne remontée . Je ne suis pas venu reconnaître ce secteur mais on m'en a beaucoup parlé . La première descente dans le bois de la Gorge n'est pas technique du tout . Ca ne m'empêche pas de descendre doucement et de perdre pas mal de temps . D'ailleurs Hervé accompagné de Didier Verchère me redouble un peu plus loin . Ils semblent bien mieux que moi et j'ai du mal à accrocher ce wagon .

 

La descente dans le bois de la Dame est plus délicat . Plus technique et plus long, je ne m'y fait pas tellement plaisir mais je me rassure en me disant qu'il s'agit du dernier passage technique et qu'après il n'y a plus qu'à courir jusqu'à Lyon (ou enfin presque ...) . Dans la remontée, je marche à un bon rythme et commence à doubler beaucoup de marcheurs qui sont partis de Sainte Catherine à 23h . En haut je retrouve la route de l'ancien parcours.

 

Je tente d'augmenter un peu l'allure puisque maintenant il n'y a plus trop de raison de s'économiser ... Mais les jambes ne répondent pas bien et ne veulent pas passer la vitesse supérieure . En plus il faut faire très attention à la présence de verglas ici et là . C'est légèrement en descente jusqu'à Soucieu et je maintiens tout de même une allure autour de 13km/h jusqu'au ravitaillement. 

 

4h06 Soucieu : C'est clair, je suis moins fringant que l'année dernière . Je m'arrête remplir mon bidon et boire quelques verres de coca accompagnés de bouts de banane . En repartant, mon genou qui s'est refroidi un peu me fait mal et boiter . Il me faut quelques centaines de mètres pour que ça passe . Je sais maintenant qu'il me reste environ 2h de course et en jetant un oeil à la montre je comprends que je ne serais pas sous les 6h et probablement pas dans le top 15 . Mais vu les sensations et les conditions de course, je me contenterais bien du top 20 . C'est pas gagné puisque Alexandre Hayetine puis Mickael Lemaitre me doublent à tour de rôle . Ils ne vont pas beaucoup plus vite mais je ne peux pas suivre leur allure . Mais si les jambes ne sont pas au rendez-vous, le moral est bien là et je sens qu'il ne faut rien lâcher car tout peut arriver dans les derniers kilomètres . La perspective de retrouver ma chérie au pied des Aqueducs de Beaunant sous peu m'aide aussi à tenir le coup.

 

Je négocie sans problème le passage du Garon et sa courte mais raide remontée . L'année dernière j'y avais ressenti de bonnes crampes mais rien cette année ... Je me motive en me disant qu'il peut y avoir des défaillances et me rappelle que j'avais doublé Thierry Breuil pas très loin d'ici la dernière fois.   

 

5h18 Beaunant : J'arrive enfin au dernier ravito, à 10km de l'arrivée . Malgré la fin proche, je m'arrête rapidement prendre un verre de coca, quelques bananes (la routine quoi !) et quelques cookies qui me font envie sur la table . Je repars en marchant la bouche bien pleine . Juste après le ravito, je suis encouragé par Régis Durand et un peu plus haut m'attendent Murielle, ma maman et André .

 

avec-ma-cherie.JPG

 

J'ai aussi la surprise d'y croiser Rémy venu à ma rencontre en vélo . Je ne m'arrête pas mais leur présence me motive . Ils m'annoncent que je suis 18ème (en fait je suis 21ème ...)

 

Je négocie la dure grimpée vers Ste Foy en marchant mais une fois la pente moins raide, je reprends la course . Je demande à Rémy de faire un pointage sur les poursuivants et il m'indique que j'ai au moins 3 minutes d'avance . Beaucoup et peu à la fois car j'ignore leur état de forme.

 

La proximité de l'arrivée me redonne des forces et je retrouve une bonne allure . Un ou deux relayeurs me doublent et me permettent de relancer l'allure . Chaque kilomètre est désormais indiqué par un panneau, le compte à rebours a commencé...

 

sur-les-quais.JPG

 

Sur les quais il ne reste plus que 5 km . Je cours encore bien, autour de 13km/h . Il y a un peu de lassitude, j'ai hâte d'en finir et je rêve au fond de moi que la fin ait été raccourcie ... Ce n'est pas le cas mais le fait de connaître parfaitement les derniers kilomètres aide à tenir le coup.

 

Alors que je double régulièrement des participants de la Saintexpress avec des dossards à 5 chiffres, j'aperçois devant moi le n°70 de Lemaitre . En passant à ses côtés je lui demande si ça va et je vois à sa tête qu'il est cuit . L'idée qu'il y a peut-être encore une ou deux places à gagner me fait accélérer et je parviens même à courir aussi vite que les relayeurs autour de moi . J'entends enfin au loin la voix d'Eric Garcia qui anime l'arrivée.

 

par-la-petite-porte.JPG

 

6h16 Palais des Sports de Gerland : Je rentre dans le Palais des Sports par la célèbre porte sur le côté . Un sourire en passant auprès de la famille et je passe sous l'arche d'arrivée après 70,7 km et 6h16'41" de course à la 20ème place.

 

avec-Alex.JPG

avec Alex Mayer, 4ème

 

 

CLASSEMENT

 

Certe l'objectif n'est pas atteint et je fais moins bien qu'en 2011 mais pour autant je suis content . Content d'avoir tenu le coup et d'être allé au bout d'une édition rendue difficile par les conditions climatiques . Pour faire un peu mieux, il aurait fallu prendre des risques (le vainqueur Manu Gault a dû tomber une dizaine de fois) mais j'ai préféré assurer .

 

Après une saison difficile, cette course va me permettre de passer un bon hiver et de préparer sereinement la saison 2013 . Et il y a de grandes chances que je sois au départ de la 60ème édition de la Saintélyon ... J'aime cette course, son ambiance, son profil qui me va bien ... Ne pas y aller serait un peu comme ne pas faire Noël !!

 

Mais dans l'immédiat place au repos . Alors bonne fin d'année à tous et rendez-vous l'année prochaine !

Publié dans courses

Commenter cet article

Benoît 24/12/2012 10:52


Belle perf et beau récit... De mon côté je verrai pour 2013 mais en relais surement.

Runners to the Pole 15/12/2012 16:45

Excellent récit de la course. Et bravo pour votre perf malgré les conditions !

Laville Alexandre 12/12/2012 19:56


Encore félicitations pour ta STL!


Malgrès les pépins rencontrés et les conditions météo tu as fais une belle course.


Bon repos et à bientôt pour une bonne bière!

Will 06/12/2012 11:47


Bravo Yann !
Très belle perf


Au plaisir de te rencontrer.
Bonne coupure, bon hiver
Will

bertrand 06/12/2012 09:19


c'est toujours un plaisir de lire tes CR remplis d'humilité et de passion..je suis et je resterai un lecteur assidu de tes aventures. bon repos..et au plaisir de te croiser sur une course en 2013