Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Trail Ubaye Salomon

Publié le par yanshkov

6h30 camping du Tampico à Barcelonnette : c'est déjà l'effervescence autour des tentes et des caravanes ! Beaucoup de traileurs ont dormi ici et il y a aussi quelques cyclotouristes venus participer à un rallye organisé ce matin . J'ai bien dormi et je suis tout content de voir que le ciel est sans nuage et qu'il fait déjà bien chaud . Une petite douche, un peu de cake maison puis je me prépare tranquillement, sans stress ... Je sais qu'avec toutes les randos effectuées ces dernières semaines j'ai le foncier pour faire une belle course et me faire plaisir aujourd'hui . A 8h, je laisse Murielle et me dirige en trottinant vers le centre de Barcelonnette distant de 2km , en compagnie d'une traileuse, elle aussi du camping .


8h30 place Manuel à Barcelonnette
: nous sommes environ 600 à nous être placés derrière l'arche symbolisant le départ . Je croise quelques connaissances comme Philippe, organisateur du Pilatrail et Christian alias Badgone . Je me suis placé au sein du peloton, pas trop devant pour m'éviter un départ trop rapide avec les cadors . Mais une fois les fauves lachés dans les ruelles étroites de la ville, je me rends compte que je suis quand même bien loin et l'envie de remonter un peu vers l'avant est bien présente ! Un coucou à Muriel Uliana et Martine Volay en passant et je commence à remonter la longue file de coureurs, en faisant gaffe de ne pas me mettre dans le rouge . C'est ultra plat, le long de l'Ubaye et je ne fais que doubler . Je dépasse Corinne Favre  un peu plus loin et je me dis qu'il est sûrement plus facile de la doubler sur le plat que dans une montée !! J'aperçois aussi pas très loin les couleurs Quechua de Guillaume Le Normand et Ludo Pommeret . Bon, je crois que j'ai fait une bonne remontée, ce que me confirme Murielle à la séparation du 21 et du 44km . Je suis 20ème et ça va commencer à grimper ! 

8h45 pied de la Maure (flippant non ?) : dès le début de la grimpette, d'abord sur route, je recolle aux basques de Ludo . J'ai encore doublé quelques coureurs et je ne dois pas être loin de la 10ème place . Moi qui voulais faire une course prudente, je suis peut-être parti un poil vite ! Mais ce rythme me convient bien, avec alternance de marche et de relances, sur des chemins en sous-bois . Je garde le contact avec les deux compères de Quechua pendant quelques kilomètres puis je ralentis un peu l'allure histoire d'en garder un peu sous les semelles . Cette première partie n'est finalement pas trop difficile, ça ne monte pas franchement ou alors jamais bien longtemps . Je suis en compagnie d'un autre gars (t-shirt jaune), en 10 et 11ème position . Tout va bien !

9h15 Rocher Jaumas : c'est le premier ravito après 8km de course . Un arrêt très court pour y prendre une banane et boire un verre de coca et nous repartons en compagnie d'un troisième larron (short rouge) revenu de l'arrière . Nous sommes toujours dans la forêt, alternant partie roulante, légères montées et courtes descentes . Le short rouge ( je ne connais pas son nom !) fait le tempo . Par moment nous apercevons un concurrent juste devant et nous le rejoignons juste avant de déboucher dans les alpages, au niveau de Grande Cabane . Ca y est, ça commence à ressembler à un trail en montagne ! On voit les sommets environnants et le parcours grimpe dans les pierriers .




10h15 Col des Thuiles (2376m)
: je passe au sommet juste derrière mes compagnons de route . Je me sens bien mais j'appréhende un peu la descente, pas encore totalement rassuré par l'état de ma cheville (qui pour autant ne me fait pas mal) . Finalement je me rends compte que je reste facilement au contact des autres . La descente, très agréable, est aussi très courte car avant de redescendre dans la vallée, il nous faut passer par le point culminant de la course, le Péguiéou (2479m) .


10h36 Péguiéou (2479m) : cette partie pour rejoindre le 2ème ravito est vraiment sympa . Nous évoluons sur une crête avec des splendides points de vue . Une vue magnifique de part et d'autre et au loin, tout au bout de la crête le Signal du Péguiéou avec spécialement pour l'occasion d'immenses drapeaux Salomon flottant au vent ! En haut je me ravitaille en coca et m'asperge d'eau car il fait vraiment chaud .

11h20 Uvernet-Fours : que ce fût long ces 1200m de dénivelé négatif durant presque 40 minutes !! Pas très rigolote cette descente sur les pistes de ski, à l'ombre des télésièges . La pente est raide et j'ai toujours du mal à me lâcher vraiment . 2 gars me doublent et je ne peux suivre leur rythme . Mais je ne suis pas le seul à ne pas pouvoir descendre très vite et je laisse derrière moi un de mes compagnons de tout à l'heure qui se plaint des quadris . Petit passage dans la station de Pra-Loup, avec un peu de plat puis c'est la plongée, un peu plus ludique sur Uvernet . Juste avant d'y arriver, j'ai une petite baisse de régime mais l'idée de pouvoir faire une petite pause et de voir Murielle me motive . Je prends donc quelques minutes, pour croquer dans une banane, remplir mon camel-back, boire un peu de coca (encore et toujours) et m'arroser le visage . Murielle m'annonce que je suis 12ème . Nous repartons ensemble, en marchant, le temps de finir la banane et de m'offrir une p'tite compote . Pas la peine de s'affoler, une longue grimpée m'attend ...


12h30 quelque part dans la forêt du Bachelard
: terrible cette montée ! Presque 1h de grimpée et 850m+, sans jamais pouvoir courir . Je gère bien malgré un début de crampe aux adducteurs . Je me concentre sur ma respiration et essaye de me servir de mes bras pour faire le rythme . Au dessus de moi, j'ai toujours mes compagnons en ligne de mire . J'ai l'impression que nous sommes des zombis en train de déambuler dans la forêt . Je me retourne de temps en temps mais je n'apercois personne à nos trousses . A proximité du sommet, je double un coureur et en jetant un oeil en dessous, je vois Corinne Favre revenir !! Je comprends qu'elle a dû faire une montée de ouf  et que si je ne me booste pas un peu, je risque de la voir revenir très vite . Heureusement c'en est terminé de la grimpette, place maintenant à des singles en sous-bois puis dans les alpages . Je recolle au short rouge et au maillot jaune et nous sommes en lice pour la 9ème place . Hélas une nouvelle crampe aux adducteurs m'oblige à fortement ralentir . Un sporténine, des étirements sommaires et de grandes inspirations me permettent de ne pas perdre trop de temps . Mais les 2 compères sont partis sans moi et j'ai une super nana à mes trousses . Le top 10 va être chaud à avoir !!


12h54 Col des Alaris (1724m)
 : j'arrive enfin au dernier ravito, à tout juste 4km de l'arrivée . Je suis repassé 10ème après avoir doublé un concurrent perclu de crampes . Je ne cesse de regarder mon altimètre en calculant le dénivelé négatif restant . Je suis encore et toujours sur la retenue, les crampes n'étant pas très loin pour moi aussi !! De plus une petite ampoule sur le talon commence à me faire un peu mal . Un ultime verre de coca, puis je m'asperge d'eau fraîche à l'aide de verres plastiques posés sur la table . Petit hic, je perds ma lentille droite en m'arrosant . Tant pis, il faudra finir avec une vue un peu floue !!! Après le col, il y a une petite partie sur une piste forestière qui remonte un peu . J'alterne course et marche en me retournant souvent mais en apercevant personne derrière . Je laisse enfin la piste pour plonger sur la gauche vers Barcelonnette . Au passage à proximité d'un groupe de bénévoles, on m'annonce qu'il reste 5 minutes de course . En effet, j'entends la voix du speaker non loin . Mais j'entends aussi une voie féminine saluer ces mêmes bénévoles !! Corinne Favre vient de revenir sur moi . Logiquement je la laisse passer et je me cale dans sa foulée . D'un coup je me mets à descendre à une vitesse folle, malgré la pente et un sol parsemé d'obstacles . Ca fait un bail que je n'étais pas descendu aussi vite et je prends une belle leçon technique dans ce final  . Corinne est toute surprise d'apprendre qu'elle est en course pour la 10ème place et je lui dis que moi, je ne m'attendais pas à être rejoint aussi proche de l'arrivée !! Et là elle me propose de me laisser finir devant elle . Mais ce qu'elle ne me dit pas, c'est qu'il faut que je la suive jusqu'au bout .... et je n'ai plus les jambes !!

13h18 stade de Barcelonnette : je passe sous l'arche d'arrivée, finalement 11ème (4h48'06") mais un grand sourire aux lèvres . Juste après la ligne, je retrouve Corinne qui a l'air désolé pour moi mais une bise et c'est oublié ! Ludovic Pommeret vient aussi me saluer et je retrouve avec plaisir Hervé, auteur d'une très belle 4ème place . 


Nous finissons la journée sur la belle pelouse du parc où est jugée l'arrivée . C'est une belle après-midi comme je les aime, à discuter avec d'autres traileurs comme Pascal Giguet (3ème), David Uliana, Badgone, Hervé et bien d'autres ... Une bonne douche bien fraîche, un bon plateau repas (même si je n'ai pas bien faim), un petit tour chez les secouristes pour soigner mon ampoule, du Compex en récup et encore des discussions avant de monter sur le podium en tant que 3ème sénior (à noter qu'il valait mieux que je finisse 3ème vu la hauteur des marches et les crampes pas loin ...)


    

Publié dans récits 2009

Partager cet article
Repost0

Encore un peu de Chartreuse ...

Publié le par yanshkov

... avant de remettre un dossard au Trail Ubaye Salomon .

Samedi nous avons fait André et moi une fort belle rando-course en Chartreuse au départ du Pont de Valombré (St Pierre de Chartreuse) . Au programme 35km et 2600m+ en un peu plus de 8h . En ce qui me concerne je me suis une fois de plus régalé, en privilégiant la marche afin de ne pas trop taper dedans à 8 jours du Trail Ubaye Salomon .


Les sentiers nous ont emmené au sommet du Charmant Som (1867m) où contrairement à il y a un mois avec Fred, on voyait fort bien le massif de Belledonne, le Mont Blanc et tous les sommets de Chartreuse . 


Un petit détour par le Col de la Charmette et sa descente technique, un peu de jardinage à proximité du Col de la Cochette puis une longue descente pour retrouver la voiture et casse-croûter un bout et la matinée est déjà passée . 

André dans la Suiffière avec Chamechaude au fond

L'après-midi, longue ascension du Grand Som (2026m) via le Col du Frenay, le Pas de la Suiffière, un final d'anthologie sur une arête vertigineuse et une rencontre avec la plus grosse marmotte jamais vue (c'est simple j'ai cru que c'était un ourson !!) . Au passage encore un peu de jardinage, ça devient une tradition quand je viens en Chartreuse mais c'est la faute aux engins de déforestation qui tracent des nouvelles routes un peu partout !


Puis une longue descente vers le Couvent de la Grande Chartreuse via le Col de Bovinant avant de rejoindre la voiture et de faire trempette dans le Guiers Mort . L'eau nous a fait un peu défaut dans les dernières heures, faut dire que le soleil tapait fort cet après-midi alors un petit tour dans le torrent ça fait pas de mal !

 

Encore une belle rando-course, abordée avec sagesse et qui n'a laissé aucune trace physique . C'est le pied de pouvoir faire ça . Merci à André pour la balade, qui n'en fut pas une pour lui mais à 3 semaines du Trail du Galibier, c'était un passage obligé . Avant ce trail, il y aura en ce qui me concerne le Trail Ubaye Salomon à Barcelonnette .

Je suis curieux de voir qu'elles seront les sensations et mes aptitudes physiques après un peu moins de 2 mois où je n'ai fait que des longues rando-courses (261km et 15000m+), en occultant totalement les séances au seuil et à VMA . Je vais aborder l'épreuve un peu comme je l'ai fait à la Sainte Victoire et tenter de finir le moins "cassé" possible . Je partirai avec l'appareil photo et les batons (pas évident de manier les deux en même temps ...) (en fait non ils ne sont pas autorisés) . Les petits plus par rapport aux dernières rando-courses seront les bas Compressport (que je remercie au passage pour le remplacement de ma paire abîmée) et les gels et boissons énergétiques .


Le  profil de la course n'est pas compliqué, une mise en route d'environ 5km, en commun avec le parcours de 21km puis un enchaînement de deux longues ascensions entrecoupées par une toute aussi longue descente . Le profil m'enchante bien même si j'appréhende un peu les 2 descentes . C'est vraiment le gros hic depuis la blessure à la cheville . Je suis encore gêné psychologiquement mais aussi physiquement . Mais j'essaie d'y remédier ...

En ce qui concerne les têtes d'affiche, je pense que je ne verrai pas longtemps Pascal Giguet, Guillaume Le Normand, Christophe Bassons et Sebastien Nain mais pourquoi ne pas rester un moment avec Corinne Favre . Je sais qu'elle est en pleine forme en ce moment mais faut bien rêver un peu non ? 

Résultats après la course sur le site du Trail Ubaye Salomon et impressions à chaud si je trouve une borne internet au camping . Car oui au fait, on reste une semaine à Barcelonnette ensuite ...

Pour finir je lance un concours :  pronostiquez le temps que je vais mettre dimanche . Le ou la plus proche gagnera un pot d'un kilo de miel de montagne !  A vous de jouer !


Vivement dimanche ...

Publié dans OFF

Partager cet article
Repost0

Week-end dans le Beaufortain

Publié le par yanshkov

Il pleut et il ne fait pas bien chaud quand j'arrive à Arêches-Beaufort samedi matin sur les coups de 8h30 . La météo avait hélas vu juste . Alors plutôt que d'aller planter la tente au camping Les Amis, où j'ai mes habitudes depuis 3 ans, je réserve une chambre dans un petit hôtel, on sera mieux pour passer la nuit qui s'annonce humide et très fraiche ...(et tant pis pour le porte-monnaie !) .

Je monte ensuite au Lac de St Guérin où les coureurs de l'Ultra Trail du Beaufortain doivent passer . Il y a une quinzaine de personnes, tous là pour la course . Il pleut toujours et je suis bien frigorifié malgré l'anorak et le parapluie . Les alentours du lac sont dans le brouillard et j'imagine que les conditions climatiques un peu plus haut ne doivent pas être géniales . Le premier traileur arrive sous les applaudissements et le son des cloches et .......... abandonne devant nous !! Malgré les encouragements de sa femme (qui redoute que son homme pris de regrets devienne pénible dans les jours qui viennent !!) il ne veut pas aller plus loin, les conditions étant d'après lui trop difficiles avec la neige et le brouillard sur les sommets .. Ces poursuivants passent sans s'arrêter et je reconnais Guillaume Millet à sa longue barbe ainsi que Guillaume Bernard . Les 7 premiers se tiennent dans une vingtaine de minutes puis après c'est le grand écart ... Et les conditions météorologiques ne s'arrangent pas . D'ailleurs au poste situé juste en contre-bas au niveau du barrage on parle d'arrêter la course . Ca tergiverse un peu puis après quelques minutes la décision est prise : la course est arrêtée au Cormet d'Arêches pour ceux qui sont passés et ici pour tous les autres ! Finalement j'aurai dû m'inscrire, cet ultra n'aura fait que ... 27km !!

Un ravitaillement s'improvise alors rapidement pendant que les concurents arrivent au compte-goutte . Tous donnent l'impression de vouloir et de pouvoir continuer mais c'est une sage décision de l'organisation que de stopper l'épreuve . Une soupe chaude préparée et servie par Dawa et Annie est distribuée aux coureurs . Je croise aussi Jérémie Chapuis qui devait faire la course en relais . 

 
Ensuite comme tous les accompagnateurs présents je me propose de redescendre à Queige où a eu lieu le départ les personnes n'ayant pas de moyen de transport . C'est ainsi que je me retrouve avec un sympathique couple de V2 venu d'Alsace pour préparer ....... la p'tite trotte à Léon, rien que ça ! On discute des épreuves auxquelles ils ont déjà participé, c'est impressionnant  !! 

Vers 13h30, je me retrouve à nouveau seul dans le centre de Beaufort et je mange mes sandwichs en regardant tomber la pluie sur le pare-brise en me demandant bien comment je vais passer le temps cet après-midi ! Finalement alors que j'ai pris la direction de l'Eco-musée de Hauteluce, la pluie cesse ... Ni une ni deux, je retourne à Beaufort, je jette vite fait un oeil sur la carte IGN, j'enfile les Trabucco et je pars sur le premier sentier venu ... 

Tout de suite ça grimpe et je m'élève très rapidement au dessus du village . Je n'ai pas pris les batons car aujourd'hui j'ai envie de me tester sans . Je grimpe penché sur l'avant et les mains sur les cuisses et je me rends très vite que j'ai un peu mal aux lombaires ce qui n'arrive pas avec les bâtons . Pour autant je suis satisfait de ma vitesse d'ascension et je retrouve le petit Lac du Clou (1707m) après seulement 1h et près de 1000m+ . 


Ensuite je retrouve la route forestière juste en dessous et pars en direction d'Arêches . Je cours à un bon rythme et je double des randonneurs qui me demandent si je fais la course ... Après une vingtaine de minutes je tombe sur un panneau indiquant sur la droite le Pas de l'Ane et le Mont Mirantin . Je n'hésite pas longtemps et je m'engage sur ce qui est en fait une variante du GR du Tour du Beaufortain parfaitement balisé . 

Le GR traverse une belle forêt et en sort au niveau de Plan Villard . Jusque là ce n'est pas trop dur mais juste un peu glissant avec les racines et les roches humides . Ensuite le sentier passe au milieu des myrtilles et des rhohodendrons et  en quelques secondes j'ai les pieds complètement mouilliés . Et ouais les trabucco ne sont pas étanches !! 


Les sommets commencent à se dévoiler à travers le brouillard, c'est chouette ! Un peu plus haut je rejoins une large piste bien caillouteuse . J'essaie de trottiner quand c'est possible mais le revêtement ne s'y prête pas trop . Et puis j'ai vraiment l'impression d'avoir les 2 pieds dans un bassine d'eau et c'est pas génial . Par contre au niveau paysage je me régale . Ce mélange de vert (et oui il pleut quand même souvent dans le coin !!) et de blanc est extraordinaire .

 

Je fais une rencontre sympathique (je m'excuse auprès de ces charmants moutons de les avoir dérangé ...) .


Mais alors que je suis toujours le GR et que celui commence à grimper dans les rochers je dois me rendre à l'évidence, ce n'est pas très prudent d'aller plus loin ... Le sentier se transforme en ruisseau et il y a de plus en plus de neige .


Je fais demi-tour juste au dessus des Chalets du Mirantin à presque 2000m d'altitude . Je redescends jusqu'à Plan Villard sans trop prendre de plaisir car je ne suis pas trop à l'aise avec mes chaussures trempées et j'ai un peu mal au pied gauche . En bas je continue de descendre en direction du Planey . Il fait meilleur et le soleil est revenu alors je décide d'aller grimper encore un peu, direction le plateau du Cuvy .

Je sais que c'est la dernière ascension du jour alors je me teste un peu . Et je suis assez satisfait car je boucle les 500m+ en tout juste 1/2h (le panneau au pied indiquait 4h de marche ...) en ayant reussi à maintenir le rythme sur un sentier très agréable dans la forêt avec quelques petits replats . Il est 18h quand je retrouve le chalet-restaurant du Cuvy . Je me souviens qu'avec Murielle nous y avons mangé une fondue il y a 1 an en étant monté et descendu en télésiège la faute à ma tendinite des releveurs . Alors même si j'ai un peu mal au pied gauche en redescendant direction Arêches, je suis content de pouvoir le faire à pied !


Ensuite je suis le balisage de la Frison Roche qui a eu lieu il y a 4 jours et je retrouve Beaufort après 32km et 2375m+ en un peu plus de 4h . Je fais tremper quelques instants mes pieds dans l'eau glacée du ruisseau l'Argentine puis je retrouve la voiture, content d'avoir pu gambader cet après-midi . Ce matin ce n'était pas gagné ! 

Dimanche, le soleil est vraiment de retour sur le Beaufortain . Mais pas de rando/course pour autant, j'ai besoin de souffler un peu . Ce sera donc avec Murielle balade dans Arêches et restaurant au Col du Pré avec table en terrasse et magnfique vue sur le Lac de Roselend et la Pierra Menta .


Et l'après-midi promenade dans Beaufort, Tour de France au P'tit Randonneur et pizza pour finir à Arêches .


Ce week-end c'est repos pour moi . Après 4 week-end bien remplis je sens qu'il est tant de lever un peu le pied . Je me suis régalé pendant un mois et pris un énorme plaisir à parcourir pas loin de 200km et 12000m+, uniquement en montagne . Beaucoup de foncier et de dénivelé qui devrait m'être bien profitable pour la suite ... 

 

Publié dans OFF

Partager cet article
Repost0

Sur les routes et sentiers autour de Briançon ...

Publié le par yanshkov

... ou comment faire 260km et 9100m+ en 4 jours .

D'abord demander à sa maman si elle accepte d'emmener son fiston à Briançon où se tient le traditonnel rassemblement de son club cyclo du 14 juillet . Puis faire rentrer 3 vélos, 2 tentes et tous les bagages dans la voiture . Aucun problème avec André, tout rentre !



Après 4 petites heures de route, nous voilà au camping des Cinq Vallées . Repas, installation du campement et sur les coups de 14h l'appel des sommets environnants est trop fort, je pars en rando-course ...

Vendredi 10 Juillet : Lac du Plan Vallon (2315m)

Après 2 km de route en trottinant tranquillou je rejoins le petit village de Villar-St-Pancrace d'où partent quelques chemins . Je m'engage sur le sentier botanique qui sillone à travers la forêt, alternant secteur en balcon facile et partie très pentue où les batons ne sont pas de trop ! 

  

La première partie de la montée se fait dans la forêt mais je distingue à travers les sapins les montagnes alentours . C'est pas plus mal car le soleil cogne pas mal . 

Après le hameau du Mélézin (1879m) le décor commence à changer et les arbres se font de plus en plus rares .


Les marmottes annoncent mon arrivée en sifflant, j'adore !

Un dernier passage dans un pierrier et j'arrive à Plan Vallon (2315m) .

 
L'endroit est magnifique . Une verte prairie où gambadent quelques marmottes, dominée de part et d'autre par des crêtes et le sompteux Pic de Jean Rey . Par contre pas de lac . A sec ! Je me pose un moment au milieu de ce décor, grignotte des fruits secs, touche la neige et puis demi-tour, il est temps de redescendre .

 
Je suis content car je prends de plus en plus d'assurance dans les descentes . Je trottine pas trop vite mais tout en économie et la cheville ne bronche pas . 

Je retrouve le camping après 20km et 1155m+ en 2h50 de rando-course . 

Samedi 11 Juillet : Col de l'Izoard et Col Agnel

Samedi, c'est vélo . Les cyclos ont prévu le Col de l'Izoard et retour à Briançon en passant par Guillestre . En ce qui me concerne ce sera l'Izoard puis le Col Agnel et retour par l'autre versant de l'Izoard !

Je pars une grosse demi-heure après tout le monde ce qui me permet d'arriver au sommet (2361m) juste avant les premiers du groupe, après 20km de grimpée à 5,7% de moyenne .


Je fais la montée au cardio, en essayant de ne pas trop taper dedans car le programme est copieux aujourd'hui . Petite pause au sommet puis je bascule de l'autre côté direction Château Queras que je rejoins rapidement . De là, j'attaque le long col Agnel (20km) .  D'abord bien pentu (7-8%) jusqu'à Molines, la pente s'adoucit par la suite et je me régale à rouler au fond de la vallée, sur une belle route alternant faux plat montant et descendant .


Les 5 derniers kilomètres sont plus difficiles avec du vent et une pente frôlant parfois les 10% . J'en bave un peu avec mon 38x25 et c'est autour de 12km/h que j'arrive au col Agnel (2744m) où est installé un insolite étalage de bonbons !


Pour moi il est l'heure de casse-croûter, les pieds et le regard tournés vers l'Italie .

 
Ensuite, c'est pas compliqué, il ne me reste plus qu'à faire en sens inverse tout ce que je viens de parcourir ! Le paysage que j'ai eu le temps d'apprécier en montant défile à vitesse grand V dans l'autre sens . En 30' je suis à nouveau à Chateau Queyras et donc au pied de l'izoard . Je sens que ça ne va pas être de la tarte, j'ai déjà 85km et 2650m+ dans les jambes . Après 4km pas trop difficiles, je m'arrête à Arvieux pour y boire un Coca bien frais et qui devrait me permettre de finir le col sans hypo !!

Les 10 derniers kilomètres sont assez durs avec une pente régulièrement entre 8 et 10% . C'est vraiment limite avec mon petit plateau de 38, la prochaine fois j'installe un 36 (et oui j'ai plus mes jambes de 20 ans !!) . J'avance quand même, autour des 13km/h . La très brève descente vers la célèbre Casse Déserte permet de récupérer un peu avant les derniers kilomètres .


A noter en grimpant que j'ai doublé quelques cyclos à pied et un italien, au bout du rouleau qui m'a demandé le nombre de kilomètres restants . Je lui est bien sûr répondu dans sa langue : " due o tre chilometri ! "  .

Et voilà, après 4h45 et 99km de vélo je suis à nouveau au sommet de l'Izoard, un col que je n'avais jamais fait auparavant . J'enfile rapidement le coupe-vent et je me lance dans la descente pour retrouver rapidement la camping .

Un petit saut dans la piscine, ça fait du bien après 120km et 3700m+ pour 5h20 de vélo . La séance de Compex sur les cuisses aussi ...

 

Dimanche 12 Juillet : Mont Thabor (3178m) depuis Névache

Je gare la voiture au dessus du village de Névache, dans la très belle vallée de la Clarée et c'est à 8h20 que je m'élance en trottinant à l'assaut du Mont Thabor . Un petit kilomètre descendant permet une bonne mise en jambe avant d'attaquer le GR de Pays du Tour du Mont Thabor . Le single longe un torrent et c'est assez plaisant car je peux trottiner régulièrement, tout en prenant de l'altitude progressivement . En ce début de matinée, la vallée est encore à l'ombre .


Niveau sensation, le vélo d'hier pèse un peu dans les jambes mais ce n'est pas bien grave, j'en prends plein les yeux . Un peu plus haut, je retrouve le soleil et le col du Vallon (2645m) droit devant .


J'atteins le col après 1h30 de rando-course . J'en profite pour manger une banane avant de m'élancer dans la descente . De ce côté-ci, c'est pierriers et névés à volonté ! Je fais gaffe aux appuis mais je prends de plus en plus d'assurance malgré la caillasse .


550m de dénivelé négatif plus bas, je retrouve une forêt et un sentier bien marqué qui m'amène à proximité du refuge des Chamois juste au dessus de la Vallée Etroite .


De là, c'est parti pour l'ascension du Mont Thabor . Encore une fois ça commence tout doux, le long d'un ruisseau où je bois de temps en temps . Je double régulièrement des randonneurs et ça me booste un peu . Je continue toujours sur le même rythme, en trottinant dès que possible et en me servant des batons dans les côtes .



Au col des Méandes (2727m), le sentier rejoint le GR57 . Beaucoup de randonneurs y pique-niquent tandis que d'autres sont déja partis à l'assaut de la Chapelle du Mont Thabor .


Je m'éclate dans cette partie finale, en doublant régulièrement les randonneurs aux sacs bien remplis ! Certes les 3700m+ de vélo d'hier se font ressentir mais je me régale quand même . La végétation a disparu, il n'y a plus que de la pierre et de la neige . Et tout là haut, presque inaccessible la petite chapelle ...


Encore quelques mètres et je la rejoins . 


C'est la première fois de ma vie que je suis au dessus des 3000m et je dois dire que la vue y est splendide . J'enfile le coupe-vent car un vent froid souffle assez fort .


Je casse la croûte avec chips, saladière, fromage et compote en me régalant de la vue qui m'est offerte .

 
J'avais ensuite prévu de descendre côté ouest mais alors qu'il y a bien une trace sur la carte IGN, j'ai de la peine à la trouver sur le terrain et je ne veux pas prendre de risque sur les arêtes et les névés . Sagement, mais en courant, je redescends sur le col des Méandes . De là, je pars sur le GR57, direction le Col de la Vallée Etroite . 

Dans l'ensemble c'est descendant, sur un sympathique single bien balisé . Je trottine toujours, m'imaginant par moment sur les sentiers de l'UTMB ou autres ultras ... Je me sens bien, je savoure ma chance d'être là, après ma grosse blessure à la cheville .

 
Passage au lac du Peyron puis j'arrive au col de la Vallée Etroite (2434m) . C'est le début d'une longue descente via le GR5 jusqu'à au Refuge de la Vallée Etroite . J'avance bien, sans douleur musculaire et je suis d'ailleurs assez surpris vu ce que je viens de me farcir depuis ce matin .


Il fait bien chaud et je viens de finir l'eau du camel-back . Heureusement je trouve une source au niveau du Refuge Tre Alpini et je fais le plein avant de partir à l'assaut d'une nouvelle ascension jusqu'au Col des Thures (2194m) . Je croise beaucoup de randonneurs, le refuge étant accessible par la route et beaucoup me saluent en italien . En haut je découvre le lac Chavillon où certains font bronzette .


Ca fait plus de 6 heures que je suis parti et pourtant aucune lassitude ne se fait ressentir . C'est alors que me traverse l'idée de m'engager au Tour du Beaufortain qui a lieu dans 6 jours . Ben oui, j'ai prévu d'être à Arêches le week-end prochain pour aller rentre visite à Murielle pendant son jour de repos alors pourquoi ne pas tenter ce pari ? J'en ai envie et je m'en sens capable, si je gère bien mon effort .... 

Après les Chalets des Thures, je plonge sur la droite, direction Névache . 


Pour autant ce n'est pas fini car j'ai décidé de retrouver la voiture en empruntant une variante dans la forêt qui ajoute un peu de dénivelé . Je passe alors au dessus de Névache, sur un sentier en balcon, parfois en pierrier . J'ai 40km et 2600m+ dans les jambes mais j'arrive à bien trottiner même dès que ça monte un peu . Alors je m'inscris au Beaufortain ou pas ???


En tout cas, de retour à la voiture après 43km pour 2765m+ en 7h de rando-course, c'est tentant ...

Lundi 13 Juillet : Col du Galibier (2642m)

Pas de courbatures au réveil, c'est incroyable ! Le programme du jour, c'est vélo, jusqu'au Galibier, en passant par le Lautaret . Ce n'est pas très dur, juste un peu longuet jusqu'au Monetier-les-Bains . La route est hyper fréquentée par les voitures mais c'est comme ça ... Heureusement la vue est belle sur le massif du Galibier juste en face . La pente est douce et je monte tranquillou sans trop forcer . Comme l'autre fois, je suis parti 45' après tout le monde histoire d'arriver presque en même temps au sommet du Galibier . Je rattrape ma mère, André et Jean Robert à 3-4 kilomètres du sommet et je finis tout doux à leur côté en prenant quelques photos . 


Au sommet  je mange une banane et un muffin aux fruits rouges puis je m'élance dans la descente, en sens inverse . 


Une heure après je suis de nouveau au camping, 78km 1500m+ en 2h50 au compteur, pas trop fatigué malgré la chaleur étouffante et surtout un joli programme durant ces 4 jours .

ps : pour l'Ultra du Beaufortain j'ai renoncé . Je pensais qu'il n'y avait que 80km (!!!) mais en fait c'est 98km . Mais je serai quand même du côté de Beaufort ce week-end, avec encore une belle rando ...

Publié dans OFF

Partager cet article
Repost0

Marathon de Chartreuse !

Publié le par yanshkov

C'est désormais une tradition, tous les ans en été je me fais un p'tit sommet de Chartreuse : Grand Som (2026m) en 2006, Dent de Crolles (2062m) en 2007 et Grande Sure (1920m) l'année dernière . Cette fois ce n'est pas un, ni deux mais 3 sommets que nous nous sommes offerts avec mon pote Fred . Quand on aime ...

La journée a, il faut bien l'avouer, un peu mal démarré . Au départ de la Porte de l'Enclos, dans la vallée du Guiers mort, juste avant St Pierre de Chartreuse, pas de problème . Il est 9h30 et nous partons sur une petite route bien visible sur la carte . Là où ça se complique, c'est au moment de trouver le bon chemin ... Sur la carte, il existe bien, tracé en rouge . Mais sur le terrain, avec les grosses traces de tracteurs et les effets de la déforestation, allez vous y retrouver !!! Ajoutez à cela que, ni Fred ni moi ne sommes doués pour la lecture de carte, ça donne 800m+ de grimpée dans le lit d'un ruisseau et 2h à se demander dans quelle galère nous nous sommes embarqués ! Avec les rochers glissants, les passages d'escalade, les pierriers instables et vertigineux, nous n'avons pas fait les malins ...

 

Finalement le jeu en valait la chandelle avec une vue imprenable depuis le Promontoire du Charmant Som où nous avons surpris des chamois et leurs petits . 

 De là haut, nous repérons enfin le sentier, tout en bas . Descente mémorable dans le pierrier, quelques marmottes qui nous sifflent et nous voilà au Collet sur un sentier balisé .

nous étions tout là haut, au niveau du dernier arbre ...

Une fois sur le GR du Tour de Chartreuse, nous voilà rassurés et c'est sur le mode rando/course que nous gagnons le sommet du Charmant Som, assez fréquenté en ce tout début d'après-midi .

 

Nous prenons quelques minutes pour casse-croûter et admirer le panorama qui commence à se fondre dans les nuages de plus en plus noirs . Je remarque devant nous un petit sommet bien particulier . La carte nous indique qu'il s'agit de la Pinéa . Jamais entendu parlé !

la Pinéa (à l'extrême droite)

Nous redescendons en courant sur les Chalets du Charmant Som d'où beaucoup de randonneurs partent . J'ai du mal à me lâcher mais la blessure à la cheville est encore présente alors je reste prudent .

Chalets et Charmant Som en fond

La suite c'est direction le col de Porte que nous distinguons un peu plus bas . Il y a un accès direct par la route mais nous choisissons de continuer sur le GR . Ca monte et ça descend sans arrêt et nous gardons toujours un bon petit rythme en trottinant sur le plat et les descentes et en marchant dès que ça monte . A une intersection, un panneau indique un sentier grimpant à la Pinéa . Ni une ni deux, c'est parti .

En une dizaine de minutes nous voilà au sommet (1771m) . Le panorama y est une fois de plus magnifique . Grande Sure à l'ouest, Charmant Som au nord et Chamechaude (prochaine étape) à l'est .

 Nous retrouvons ensuite le col de Porte après une longue descente au frais dans la forêt . Cela fait 4 heures que nous sommes partis et nous avons déjà fait 1500m de dénivelé positif . Mais ce n'est pas fini et nous devons maintenant grimper à Chamechaude, sommet le plus haut de Chartreuse (2082m) . Le panneau indique 2h50 de montée . Pour nous ça signifie 1h (j'ai constaté que je devais diviser par 3 le temps de marche indiqué pour les randonneurs dans les topoguides pour avoir une estimation assez précise du temps que j'allais mettre) .  

Le début de l'ascension se fait dans la forêt mais il y fait chaud .

Puis le single serpente à travers les pierriers et les fleurs . C'est parfois bien raide mais il nous est possible de relancer en trottinant sur quelques mètres sur des passages moins durs . Je dois bien avouer que sans la présence de Fred je ne serais pas monté si vite mais le bougre n'a de cesse de relancer !!!




Petit passage en via ferrata et nous voilà sur le toit de la Chartreuse . Panorama une fois de plus magnifique avec entre autre une belle vue sur la Dent de Crolles . 1h de montée et quelques arrêts pour 750m+, nous n'avons pas traîné .

Nous faisons une petite pause histoire de reprendre des forces avant une longue descente mais après plus de 5h et 2200m+ nous n'avons plus d'eau !

Heureusement un peu plus bas nous pouvons faire le plein à la source du Bachasson .

 Un sentier dans un bois à la végétation dense puis une piste forestière nous emmène à proximité du village de Cherlieu . Les sous-bois assez humides sont assez agréables à traverser et nous permettent de sentir un peu la fraîcheur alors qu'il fait chaud dès que nous nous retrouvons à découvert .

Quel régal de courir avec le Grand Som en toile de fond !

Nous décidons ensuite de faire encore un peu de dénivelé . Avec Fred on a envie que cette journée ne s'arrête jamais . Les kilomètres s'accumulent et la fatigue avec mais peu importe, on a le temps ... Direction donc ...... le Charmant Som par le GR du Tour de Chartreuse . Un bref orage nous rafraîchit mais très vite le ciel se découvre à nouveau .

Cette dernière montée se fait moins vite que les précedentes mais avec tout autant de plaisir . J'aime ces sensations ressenties après des heures de rando/course, surtout dans un tel décor . Machinalement nous trottinons même sur de courts passages .




rencontre avec un chamois

Nous n'allons pas jusqu'au sommet du Charmant Som, déjà fait en début de journée, mais nous décidons de revenir par le fameux chemin que nous avons loupé ce matin . Nous savons où le prendre et en le suivant nous devrions comprendre notre erreur du matin !

Ce single serpente en lacets dans le bois de Valombré, parfois au milieu de hautes végétations . C'est un peu longuet mais nous nous efforçons de trottiner pour en finir au plus vite . Ma cheville va assez bien même après de longues heures de rando . Mais psychologiquement il est très difficile pour moi de me "lacher" . Tout en bas, à l'endroit où nous rejoignons la route où est garée la voiture, nous comprenons notre erreur . C'était à gauche et non à droite !

Les 2-3 kilomètres de route se font sur un bon rythme et c'est après 9h de rando que nous déposons les sacs, 40km et 3100m+ dans les jambes . Ca mérite bien un petit tour dans le Guiers Mort avant de reprendre la route non ?

 
Ce matin il était prévu de faire 25 bornes et 2000m+ maxi . Mais, pour mon plus grand plaisir, j'ai pu en faire beaucoup plus . Pourquoi se priver alors qu'il fait beau, que je suis bien accompagné (merci Fred!), que les sensations sont bonnes et que le décor est idéal ? En ce moment j'ai envie de prendre les choses comme elles viennent, sans objectif que de prendre du plaisir, avec les moyens du bord . En ce moment, je suis incapable de courir à allure soutenue ou de descendre au taquet mais ça n'empêche pas de se faire plaisir . Je n'ai rien fait à pied pendant 2 mois si ce n'est quelques randos et un premier footing de 30' il y a 3 jours ... Grâce au vélo j'ai pu garder une bonne condition physique . Mais le fait d'avoir pu faire 40km et 3100m+ en rando/course sans trop en chier (excusez l'expression!) provient de la façon d'aborder l'effort . Tranquille, sans taper dedans, en prenant mon temps . Il faut ajouter à cela l'expérience acquise au fil du temps . En fait en ce moment je suis en train d'apprendre à courir différemment et cela est très intéressant . J'ai pris conscience que je pouvais courir longtemps ...

D'autres belles rando sont prévues dans les semaines qui viennent et toujours des assouplissements et du travail en propioception de la cheville .Et si tout va bien, 2 belles épreuves au mois d'Août ...

Publié dans OFF

Partager cet article
Repost0

Week-end à l'Alpe du Grand-Serre ...

Publié le par yanshkov

... ou le plaisir de retrouver la montagne !

C'est dans le chalet de mon oncle et ma tante que nous avons passé, Murielle, Elsa et moi ce dernier week-end de Juin . Une telle invitation ne se refuse pas même si au moment où nous avions coché la date sur le calendrier, je ne savais pas qu'elle serait l'état de ma cheville ... Mais avec une rando de 4h dans les Monts d'Or il y a 15 jours et une autre de près de 23km avec Ph il y a une semaine, je me sens apte à gravir les sommets ! Certes la cheville est encore bien raide et parfois douloureuse  mais je sens les progrès de jour en jour . Les passages entre les mains de Rémy y sont pour quelque chose, ainsi que les assouplissements et .......... le repos ! 

Samedi matin, j'ouvre les volets, impatient de découvrir le décor dans lequel nous allons passer le week-end ( nous sommes arrivés la veille de nuit ) mais malheureusement c'est brouillard à fond et les massifs environnants sont noyés dans la brume . On profite de la matinée pour faire une petite balade autour de la station ( 7km et 300m+) .    


L'après-midi c'est seul que je pars vers le sommet du Grand-Serre qui culmine à 2141m . Je pars en trottinant sur la route qui mène au panneau indiquant le point de départ . La cheville est un peu douloureuse mais c'est supportable . Je sors les batons dès les premières pentes, c'est parti d'un bon pas !


L'ascension se fait sur une large piste donc pas de risque de se perdre malgré le brouillard épais . Je relance en courant un peu dès que la pente s'adoucit mais aussi dans les quelques courtes descentes . Je ne rencontre personne si ce n'est un troupeau de vaches et quelques marmottes ...


Il y a un p'tit vent bien frisquet et je ne traîne pas en route . J'arrive très vite au Col du Parché (1996m) où j'ai l'impression que je vais passer au dessus de la brume . Mais il n'en est rien et ce n'est pas aujourd'hui que je verrai un coin de ciel bleu .  150m de grimpette en pente douce et j'atteins le sommet du Grand Serre .


Je ne vois rien à 5m, je fais alors rapidement demi-tour . Je raccourcis un peu le retour en suivant les cables du téléski du Parché et je retrouve le GR 549 un peu plus bas . J'alterne marche et petit passage de course mais je trouve ce moment un peu monotone .


Je savoure tout de même et après un peu plus de 2h30 et 1040m+, je tape à la porte du chalet, où l'on est tout supris de me me voir déjà là ! 

Dimanche matin, j'ouvre pour la seconde fois les volets .


Et cette fois-ci, c'est magnifique . Le Grand-Serre, gravi hier s'offre à notre vue . La journée s'annonce splendide . Au programme de la petite troupe, le Lac Fourchu, à 2050m . Il est prévu une approche en voiture mais pour moi, ce sera tout à pied . Quelques centaines de mètres de route pour me rendre compte que la cheville ne va pas trop mal et j'attaque le GR50 qui s'élève au dessus de la station à travers la forêt . Mon rythme est bon, autour des 750m+/h et je ne peux m'empêcher de trottiner dès que le chemin s'aplanit . 


J'arrive au Lac de Prévourey (1603m) où deux possibilités s'offrent à moi . A gauche rejoindre directement Combe Oursière d'où est parti le reste de la bande ou continuer tout droit vers le Lac Brouffier (2115m), plus long, plus dur mais ......... plus beau !


Je n'hésite pas une seconde et une grosse 1/2 h plus tard, me voilà au bord du lac avec le massif du Taillefer en toile de fond .


J'ai une folle envie d'y grimper mais je suis parti sans casse-croute et il est prévu que je retrouve Murielle and Co sur le sentier qui mène au Fourchu . Alors pas de folie aujourd'hui, l'ascension du Taillefer (2857m) sera pour une prochaine fois . 
Je repars en direction de Combe Oursière, d'abord sur la crête puis sur un petit single très étroit et très pentu .


Je trottine pratiquement tout du long, en restant hyper attentif aux appuis . Je croise beaucoup de randonneurs en descendant . Je retrouve la voiture garée sur un parking et me voilà lancé à la poursuite de ma chérie, de ma soeur, de mon oncle et ma tante mais aussi du repas !!! Ca commence mal puisque je me trompe de chemin et le temps de m'en apercevoir et de faire demi-tour, je perds un petit quart d'heure . Je retrouve le balisage du GR50 . Jusqu'au Lac de Poursollet, ça serpente à travers la forêt, au-dessus de la route et je trottine encore assez bien . L'endroit est bien fréquenté et je double beaucoup de monde . Le Lac du Poursollet marque le véritable début de l'ascension  vers le Lac Fourchu . C'est aussi le dernier endroit pour garer les voitures, ensuite c'est à pied pour tout le monde ! Je me régale dans cette grimpette, en tout cas beaucoup plus qu'hier . Je préfère largement ces ascensions où l'on prend rapidement de l'altitude et où il faut pousser sur les cuisses pour atteindre le rocher supérieur plutôt que les larges pistes "roulantes" . En plus mes sensations sont bonnes et j'ai l'impression de revivre ma folle remontée du Trail de la Sainte Victoire . Les 1200kms de vélo du mois de Juin sont pour beaucoup dans le fait d'avoir gardé un niveau physique convenable . En 30 minutes je retrouve la famille, après 400m de grimpette . Ils viennent juste d'arriver . Si c'est pas du timing ça !!!


La p'tite part de quiche de ma chérie, la rosette de Lyon et le pain d'épices maison d'Elsa sont bien mérités . Tout en mangeant, nous contemplons l'imposant Taillefer dont le sommet est entouré de nuages . La prochaine fois j'y vais !!! 



 

Nous redescendons tous ensemble, très tranquillement en ce qui me concerne . Mais j'en ai bien assez fait aujourd'hui et il serait dommage de prendre des risques dans cette descente technique . 


Nous retrouvons le Poursollet après 1h de descente ( contre 30' de montée !!) et nous nous attablons à la terrasse d'un petit "troquet" pour y boire un coup ( une bonne bière bien fraîche en ce qui me concerne ...) et y déguster la spécialité maison, une délicieuse tarte aux myrtilles .


Il ne nous reste ensuite qu'à parcourir les 2,5 kms nous séparant de la voiture . Et voilà 17km et 1400m+ de plus dans l'escarcelle et des images de montagne plein la tête .  

Pour ceux que cela intéresse, le 1er Trail du Grand Serre aura lieu dimanche 5 Juillet, autour de la station . Un grand parcours de 18km et 800m+ et un petit de 12km et 500m+ . Pour moi c'est encore un peu juste mais n'hésitez pas, le coin en vaut la peine . 

Merci à Marie-Noëlle et Gérard pour l'accueil ...

Publié dans OFF

Partager cet article
Repost0

Coup de chance !

Publié le par yanshkov

D'habitude lorsque je rentre du boulot, je pars faire un petit tour à pied . Mais évidemment avec l'entorse, pas possible .  Je consulte donc mes e-mails un peu plus tôt et jeudi un message m'indique qu'un nouvel article est en ligne sur le blog du Team Salomon . C'est le concours du mois de Juin . Mon premier réflexe est de regarder tout en bas combien de personnes ont déjà répondu à la question puisque le principe est de répondre le premier ...Et que vois-je :

commentaire (0) !!! 

Trop bon, l'euphorie me gagne car d'habitude il y a  plein de réponses . Alors ce jeu ? D'abord remettre les noms des coureurs sur une photo où on leur a enlevé la tête . Simple formalité !  Puis seconde question, donner le job et le temps de Fred Cretinon sur sa course lors du Festival des Templiers . Rapide recherche sur le net et le tour est joué . Je valide mes réponses . C'est dans la poche !!

A moi la paire de S LAB 2009 


Maintenant reste à finir la rééducation avant de chausser cette nouvelle paire de pompes . Pour le moment ça se passe bien, même très bien . Je marche normalement sans attelle (que je garde au boulot et dans les endroits à risque, ça serait con de se retordre la cheville) et j'ai repris le vélo depuis 3 jours ... Je pense gambader en montagne à la fin du mois ...

Publié dans anecdotes

Partager cet article
Repost0

J'y vais ...

Publié le par yanshkov


Si comme moi vous ne pouvez pas courir le Tonight Trail by Titan le vendredi 19 juin prochain mais que vous souhaitez être de la fête, venez donner un coup de main à toute l'équipe de Zoom Zoom Organisation  . Elle a besoin d'encore quelques signaleurs et de personnes chargées de remettre les dossards . 

Contacter raph par mail : 
raphael.vachet@zoom-zoom.fr

Au fait, la course sera organisée depuis le Xyphos Complex à Couzon et la soirée se terminera par une paëlla et un accès au Titan discothèque !!!

Publié dans esprit-trail

Partager cet article
Repost0

Je cours pour ...

Publié le par yanshkov


" Qu'est ce que Dawa Sherpa et ses frères peuvent bien faire en photo en page centrale du journal local, au milieu des compte-rendus de fêtes de conscrits, de tournois de boules et de repas de chasseurs ? " C'est ce que je me demande lorsque je tombe en tout début d'année sur l'article consacré à l'association Cap Chulemo . Je lis attentivement les quelques lignes accompagnant le cliché et c'est comme ça que j'apprends l'existence, en plein coeur du Beaujolais, d'une petite association ayant pour objectif d'apporter de l'aide à Chulemo, petit village de la région du Solo Khumbu, au Népal . En premier lieu, ce qui m'interpelle le plus est d'apprendre que les membres de l'association, pour la plupart des traileurs avertis, ont en projet l'organisation d'un trail, plutôt longue distance, dans le massif du Beaujolais, dès l'année prochaine . Je pense alors que ce serait un bel objectif pour moi, une possibilité toute trouvée de jouer la gagne dans un ultra et le but humanitaire de Cap Chulemo me passe alors un peu à côté ....

Quelques mois passent mais je n'ai pas beaucoup plus d'infos sur ce fameux trail . Jusqu'au jour où je vois sur le net qu'un week-end est organisé à Lacenas, pour la présentation public de l'association . Quelques échanges de mails plus tard, le rendez-vous est fixé au samedi 9 mai, à 8h30 . Vous pensez, une sortie à pied, sur les chemins du beaujolais en compagnie de Dawa Sherpa, ça ne se présente pas tous les jours . Et puis, ces sentiers, pourtant si proche de chez moi , me sont totalement inconnus, alors ...


La quinzaine de coureurs au rendez-vous au Col du Chêne se connaissent tous pour la plupart . Moi je ne vois pas trop de têtes connues et Philippe Clerc, à l'origine de Cap Chulemo, me demande comment j'ai eu connaissance de la tenue du rassemblement ... Pourtant je me sens tout de suite bien, au milieu des autres . De toute façon c'est toujours comme ça quand on se rassemble entre coureurs, on se sent bien ... Le groupe avance bien malgré les différences de niveau . Et oui ça va du joueur de rugby coureur occasionel au vainqueur 2008 de l'Annapurna Mandala Trail . Mais les arrêts réguliers permettent à tout le monde de se regrouper . Petit moment d'inquiétude lorsque l'on perd Pemba, l'un des frères de Dawa, dans un sous-bois . Un peu à la traîne, il n'a pas pris la bonne direction à un carrefour mais Dawa n'a pas l'air soucieux . Si il se perd, il fait le parcours en sens-inverse et revient au point de départ ! Ou alors il suit les traces toutes fraiches au sol laissées par nos chaussures !!! Philippe part tout de même à sa recherche et quelques minutes après, tous le monde est de nouveau réuni .


Je me régale en découvrant les chemins . Ici, je connais les routes par coeur pour les avoir parcourues en long, en large et en travers en vélo . Mais pas les sentiers . Le trail offre beaucoup plus de liberté que la bicyclette . Je trouve désormais frustrant de franchir un col en vélo mais de ne pas pouvoir aller voir plus haut et de devoir suivre les routes goudronnées, sans aucune autre alternative ...  


Tiens nous voilà en train de dévaler en hors-piste au milieu de la forêt . Philippe à l'air vraiment de bien connaître "son" pays ! Le groupe s'est un peu amoindri depuis le kilomètre 12, certains ayant coupés pour rentrer au plus court . Pour les autres, il est prévu encore une bonne dizaine de bornes et pas mal de dénivelé pour rejoindre les voitures garées au Col du Chêne . Et oui à force de descendre il va bien falloir remonter ! Nous coupons de temps en temps une route et je m'amuse à reconnaitre l'endroit . "Tiens la route qui monte au Grand Vernay ! Ah c'est la route qui descend sur Cogny ! " . 


Dans la dernière côte, on lâche un peu les chevaux et quel plaisir de forcer un peu l'allure et d'entendre le souffle de Dawa juste derrière . Ca me motive à tenir jusqu'en haut ! Il me passe tout de même alors que je me mets à marcher mais je reprends la course dans sa foulée . 


Nous retrouvons la route du col et faisons, en compagnie de Christophe, le petit kilomètre de goudron pour rejoindre le parking, tout en discutant . En attendant le reste de la troupe on jette un oeil à nos montres . A ma Polar, 22km et 1200m+, un peu moins à la Suunto de Dawa qui n'a pas l'air de trop se tracasser par ces chiffres . Il nous avoue d'ailleurs que l'année dernière, sur l'UTMB il n'a pensé
à arrêter son chrono qu'au bout de ................ 71h ! Il est comme ça Dawa .


Il est un peu plus de midi quand tout le monde se sépare . Je rentre sur Albigny, heureux de ma matinée . Une présentation publique de l'association est prévue à 18h à la salle des fêtes de Lacenas . Je n'ai pas spécialement prévu d'y retourner mais j'ai envie d'en savoir plus sur Cap Chulemo et je ressens le besoin de prolonger le moment vécu ce matin sur les chemins .

Alors en compagnie de Murielle, je retourne à Lacenas . Je retrouve coureuses et coureurs du matin, tout propre mais aussi d'autres personnes . Durant presque 2 heures, Philippe parle de l'association, de son origine, de son fonctionnement, de ses objectifs, en s'appuyant sur un diaporama projeté à l'écran et sur les interventions régulières de Dawa Sherpa . On sent tout de suite que Philippe ne s'est pas lancé dans ce projet dans le seul but de se donner bonne conscience . Il sait la vie au Népal pour y être allé plusieurs fois et les projets de l'association sont très structurés . D'ailleurs il n'est pas seul dans l'aventure . Ils sont 6 en fait à former le bureau et à en assurer le bon fonctionnement . Je suis conquis et je ne vois pas comment je ne pourrais pas adhérer à l'association . En plus d'aider financièrement  à la réalisation des projets tels que l'ouverture d'un dispensaire ou l'électrification du village, la rejoindre c'est donner un sens à ma pratique du trail . Ce n'est plus courir contre les autres mais avec les autres . Dawa Sherpa le fait tellement bien . Si il gagne des courses c'est juste qu'il a un don, pas parce qu'il s'entraîne dur pour être le premier . J'ai vraiment envie de donner une nouvelle orientation à ma pratique du trail, de laisser tomber cet esprit de compétition qui laisse parfois un goût amer à l'arrivée d'une épreuve soi-disant ratée et qui bien souvent engendre ( en tout cas chez moi) du stress et des blessures (je crois que je suis très bien placé pour en parler au vu des derniers évenemements  à lire ici ) . Pour moi rejoindre Cap Chulemo , c'est faire de nouvelles rencontres, parcourir les chemins du Beaujolais et d'ailleurs avec d'autres, vivre une aventure humaine et essayer tant bien que mal d'apporter ma petite contribution à la réalisation des projets . 

Il y a des évenements et des rencontres qui vous transforment . Cette journée du samedi 9 mai ajoutée à celle du 13 mai en font partie . Reste maintenant à prendre le temps de me remettre sur pied ... Mais, encore plus qu'hier, je sais pourquoi je cours ...

CAP CHULEMO
Avenue de l'Europe
69640 LACENAS
0474674690
www.capchulemo.fr
capchulemo@gmail.com  

Publié dans esprit-trail

Partager cet article
Repost0

Nouveau coup d'arrêt ...

Publié le par yanshkov

Hier en fin d'après-midi séance au seuil sur mon parcours trail au dessus de la maison . Au programme 5 fois 6' avec 2'30" de récup . La première série se passe bien, tout en montée, les sensations sont bonnes, tout va bien . La deuxième série débute juste avant de m'engager dans la descente . Je fais gaffe aux racines qui dépassent mais dans l'ensemble le sentier est très stable et tout en ligne droite . Je descends, vite, à presque 23km/h, les pulsations autour de 175 . Et soudain, ma cheville se dérobe ... Ca arrive parfois, sans grosse conséquence mais là j'entends craquer, comme si je venais de marcher sur une branche . La douleur est intense, beaucoup plus que lors de l'entorse sur le Raidlight Trail Trophy en janvier 2008 . Je ne peux plus courir et la cheville est enflée terriblement ... Je fais en marchant un peu plus d'un kilomètre puis je retrouve la route pour finir en stop ...

Le diagnostic du médecin confirme l'entorse externe de la cheville mais la radiographie passée ce matin révèle en plus une fracture de la pointe de la malléole externe . J'échappe cependant au platrage mais je dois porter une attelle pendant ... les 6 semaines à venir . J'arrive à marcher mais c'est quand même douloureux ...

Voilà les nouvelles ... Maintenant il n'y a plus qu'à prendre mon mal en patience et à relativiser un maximum . 6 semaines sans sport, puis rééducation, ça veut dire adieu aux rendez-vous estivaux ... Mais je ne suis pas abattu, j'ai déja commencé à analyser le pourquoi du comment de cette nouvelle blessure et  j'ai mon idée là-dessus . Dans les semaines à venir, je vais avoir le temps de réfléchir à une nouvelle orientation à donner à ma pratique de la course à pied ... Il y a tant de chemins à parcourir encore ...

Publié dans santé

Partager cet article
Repost0

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 > >>