Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Saucona Raid

Publié le par yanshkov

Pour clore une bonne semaine d'entraînement, légèrement perturbée par un petit rhume et une chute sur une descente même pas technique (!!!), rien de tel qu'un samedi bien rempli .
Pour commencer, une sortie vélo de 82 km dans le Beaujolais avec excusez du peu, l'un des meilleurs coureurs cyclistes du monde, David Moncoutié . C'était à l'occasion de la Bessyclette, rallye cyclo organisé par le fan-club de mon copain Fred Bessy; dont j'étais un fidèle supporter pendant les 12 ans de sa carrière professionelle . Au programme 2 belles bosses : le col de Saint Bonnet puis le col du Joncin par une petite route et de terribles rampes à plus de 15% . L'occasion de travailler au seuil et de jauger la différence pouvant exister entre un ex-modeste cycliste reconverti au trail et un pro venant tout juste de finir meilleur grimpeur du Tour d'Espagne avec une victoire d'étape à la clé ! 


Le temps de repasser rapidement à la maison et de manger une assiette de pâtes, me voilà parti direction Neuville pour mon premier raid . A force de lire des articles sur le sujet et de cotoyer des pratiquants, j'avais envie de m'essayer à la discipline . Le raid Saucona se déroulant à 2 kilomètres de chez moi l'occasion était bonne . 


C'est ainsi que je me retrouve aux alentours de 20h sur les berges de la Saône, avec mon co-équipier passe-montagnes Pierre-Henry à écouter le briefing des organisateurs . Je suis un peu anxieux car l'épreuve qui nous attend pour commencer est un aller-retour en canoë sur la rivière . Et moi le canoë, j'ai jamais fait !!! Nous embarquons munis de nos jolis gilets de sauvetage et prenons place sous le pont de Neuville au milieu des 60 autres équipages . Ca va, je pense que l'on va s'en sortir niveau pilotage . Par contre niveau efficacité c'est pas ça et une fois le départ donné, il me faut un peu de temps avant de manier convenablement la pagaie mais je suis rassuré, nous ne sommes pas la dernière équipe, loin de là . Et après 36' pour environ 4 km de navigation nous retrouvons le sol ferme . A noter que comme la majorité des participants nous avons décidé de ne pas faire la boucle supplémentaire optionnelle de 5km malgré les 50 minutes de pénalité infligées . Faut pas pousser quand même !

Une fois sorti du bateau, il ne faut pas traîner . Déjà afin de se réchauffer car nous sommes trempés et les soirées estivales sont bien finies mais aussi car il nous faut attraper notre carte de CO et partir à la recherche des 29 balises, disséminées dans Neuville et le bois au-dessus . La tactique adoptée (et probablement pas la meilleure) est d'aller chercher les balises les plus éloignées et de finir par celles se trouvant les plus proches de l'arrivée . Avec PH, nous commençons relativement bien, en poinçonnant rapidement nos 2 premières balises mais très vite cela devient plus galère . Les balises positionnées sur les chemins ne nous posent pas trop de problème mais celles dans les sous-bois ... Déjà de jour c'est chaud alors de nuit je ne vous explique pas ! Mais nous prenons quand même énormément de plaisir à errer seuls accompagnés par le craquement des branchages sous nos pieds ou à croiser de temps en temps un duo de frontales . Je regarde régulièrement ma montre car ils nous faut rentrer avant 3h d'épreuve si nous ne voulons pas que les minutes de retard soient multipliées par 10 (!!!) .  Finalement nous décidons de retourner intra-muros alors qu'il nous reste une bonne cinquantaine de minutes . Le pointage des balises y est une formalité et nous franchissons l'arche d'arrivée en 2h33 mais avec les 5 balises manquantes et les 50' de pénalité c'est 2 heures qu'il faut ajouter à ce temps ! Nous terminons 32ème de cette première journée remportée par le Team Sport 2000 Lafuma en 2h10 avec les 9 bornes de canoë et toutes les balises trouvées ! Donc énormément de progrès à faire pour devenir un orienteur car quand il s'agit de courir, grimper, descendre, sprinter voir même esclader nous sommes à l'aise mais quand il s'agit d'aller chercher les fameux sésames c'est plus la même histoire . En contre-partie quel bonheur de dénicher enfin une balise quand cela fait plus de 20' que l'on galère dans d'interminables aller-retours . Hein PH ? La 20 c'était quelque chose non ?

Dimanche matin, seconde journée du Saucona Raid avec le Saucona Tri (vtt-trail-canoë) . Nous sommes cette fois presque 200 équipages car certains ne font que l'épreuve du dimanche . Notre objectif est d'améliorer notre classement au Raid . C'est pourquoi nous nous plaçons dans les premières positions afin d'éviter les éventuelles bouchons par la suite . Même si je monte sur un VTT pour la 4ème fois de l'année, je suis dans mon élément et je ne trouve pas que cela parte très vite . J'encourage PH qui se bat comme un beau diable mais qui n'est pas vraiment dans son élément (sauf en descente où j'ai du mal à suivre!) . Après un bon départ, nous perdons régulièrement des places mais en arrivant au parc à vélo après 20km nous ne sommes tout de même pas trop loin de la 20ème place . Malgré un parcours sympa et très agréable du côté de Montanay, Fleurieux et Rochetaillé, nous ne sommes pas mécontent de laisser nos montures et de partir pour notre épreuve de prédilection .

Les premiers hectomètres se déroulent idéalement, nous doublons 2 équipes (l'effet coca ?) mais très vite en me retournant je m'aperçois que mon jeune co-équipier a laissé des plumes sur le vélo et lors de la CO d'hier . Alors je l'encourage de mon mieux afin de le motiver à ne pas baisser le tempo . Le parcours concocté par les organisateurs est très original : un tunnel de 500m où nous sommes dans l'obscurité totale et les pieds dans l'eau puis la remontée du ruisseau des Echets, sur environ 2 bornes, avec des galets glissants et de l'eau jusqu'aux cuisses par endroits . Je ne manque d'ailleurs pas de chuter mais heureusement sans trop de mal . Nous laissons le cours d'eau au Bois des Côtes, où je viens de temps en temps m'entraîner . Je ne cesse d'encourager PH qui serre les dents et ne lâche rien . Beaucoup aurait marché dans les côtes mais pas lui ! Dans le final après une belle descente nous retrouvons Neuville et le bord de Saône . Il y a 4 ou 5 équipes qui sont revenues sur la fin et nous ont doublé . Il était temps que l'on arrive à la transition et PH en profite pour se ravitailler et se requinquer . Moi je prends un verre de coca et un abricot sec, pour la forme !


Et nous voilà repartis pour une boucle en canoë de 5 kilomètres . Le fait d'avoir pratiqué hier nous permet de prendre tout de suite notre rythme de croisière . PH va mieux et malgré un début de crampe a repris du poil de la bête . En tout cas cette dernière épreuve est du pur bonheur . Il fait beau et c'est sympa de voir la Saône sous cet angle là . Nous essayons de faire de notre mieux mais malgré tout, nous perdons encore quelques places . Cependant nous nous offrons un sprint rageur avec un équipage qui débarque juste devant nous et que nous coiffons juste sous l'arche d'arrivée après 200m de course à pied !


La suite c'est une bonne collation mais aussi un corps frigorifié . Je suis tremblant juqu'à la douche salvatrice prise à la maison dans la foulée . Nous retournons ensuite au repas d'après course que nous partageons avec le duo
Juju (trail) et Sylvain Velon , auteur d'une belle 3ème place au Saucona Tri . En ce qui nous concerne nous remontons à la 21ème place du Raid, trop handicapés par nos lacunes en CO . Mais satisfait quand même .

A titre personnel, une bosse séance en endurance (134 pulses de moy et 167 de max) qui conclut une très bonne semaine d'entraînement . Les voyants sont au vert et les temps effectués jeudi lors de ma séance au seuil m'ont prouvé que j'étais en progression niveau forme (je reviendrai là-dessus ultérieurement) .

Pour conclure, je voudrais remercier Vincent Rohmer pour le prêt du VTT (le mien n'était pas en forme !) et je lance un appel à un(e) raideur-orienteur aguerri(e) qui voudrait bien de moi pour participer en 2009 à une ou deux épreuves du genre . Contre une bonne leçon de CO, j'offre mes qualités de cycliste et de traileur . A bon entendeur ...

Le classement du raid c'est en cliquant ici :
RESULTATS

Publié dans courses

Partager cet article

Repost 0

Trail du Revermont

Publié le par yanshkov

Au programme, en ce dernier dimanche d'été, un semi-marathon . Mais pas celui de Lyon, pourtant pas loin de la maison, mais trop plat et trop goudronné à mon goût et pas idéal dans la préparation Templiers . Non, c'est du côté du Revermont que je compte dégourdir mes gambettes, sur un parcours de 21km comptant 655m+ . Les sensations des derniers jours laissent penser que je peux réussir une belle performance mais volontairement, je n'ai pas couru depuis mercredi afin de récupérer des grosses charges de la semaine d'avant . Mais bon, je suis affûté comme jamais (61.5kg), alors on verra bien ...


Sur la ligne de départ, au côté de mon pote triathlète Fred, je constate qu'il y a de très bons coureurs et notamment Nicolas Duclos et son énorme palmarès sur les courses du département de l'Ain . Je vais essayer de prendre sa foulée le plus longtemps possible ... Le départ est donné je ne sais pas comment, je n'ai pas entendu l'ordre du speaker ni de coup de pétard mais pourtant on est bien parti ! Comme dans un cross, le long du stade sur une pelouse instable et dans un brouillard digne d'un mois de janvier . Je suis en 15-20ème position, non loin de Duclos . C'est vraiment parti vite mais je remonte tout de même sans trop de problème sur la petite route de campagne, jusqu'à revenir dans les 5 premiers . Et là, alors que je suis à ses côtés, Duclos me tend une poignée de main : " Salut ! Nico01 de kikourou ! "  " Ah salut moi c'est Yanshkov " " Oui je sais "  Et nous voilà en train d'échanger quelques mots !

Mais la grosse côte du parcours et ses 320m+ se présente déjà à nous . Hélas je sens bien que je n'ai pas les bonnes cannes ce matin et ça monte pas mal dans la caillasse . Je me laisse décrocher par Nico01 mais aussi Pascal Balducci du team Asics . D'autres reviennent petit à petit de derrière mais il faut dire que je me mets à marcher par endroit . Il vaut mieux que je laisse passer l'orage pour le moment . Malgré tout, le sommet est atteint assez vite et c'est là, au Mont July, que les 2 parcours, le 21 et le 10 se séparent . Je bifurque à gauche, en 7ème position . J'ai un peu de mal à relancer sur les singles qui suivent, faut dire que ça monte encore un peu en fait, sur un single-track sur la crête . J'y perds encore 3 places mais je commence à aller un peu mieux sur la partie plane puis descendante qui suit . Le soleil a fait son apparition et c'est bon pour le moral . Cependant les rochers sont glissants et je fais quand même gaffe . Ca va, les sensations en descente sont bonnes, j'arrive à courir relâché . Je prends mon rythme de croisière après mon départ un peu cahotique ... 

Je vais courir un moment tout seul, n'ayant pour seule compagnie que les marcheurs partis à l'aube réaliser le même parcours que les traileurs . Mais je ne m'ennuie pas, le tracé est plaisant et pas trop technique à cet endroit . Je jette un oeil derrière moi pour voir si je ne suis pas sous la menace d'un concurrent mais personne en vue . Devant non plus d'ailleurs ! J'ai un nouveau coup de moins bien dans une côte pourtant roulante qui nous ramène du côté du Mont July alors j'alterne marche et relance en course . Finalement je me dis que j'aurais dû mettre les manchons de contention ce matin . Je crois que je suis devenu dépendant de ces trucs et quand je ne les porte pas, les cuisses brûlent bien plus ! Mais bon je préfère les réserver pour les grands objectifs, afin de sentir la différence en course .
 Je retrouve le village de Ceyzériat après une descente très rapide que je négocie assez bien . Le parcours serpente au milieu des ruelles et en jettant un oeil au GPS je me rends compte qu'il reste au moins 5 kilomètres . Bizarre, on va quand même pas se taper 5 bornes intra-muros quand même . Et là, que vois-je ? Une flèche au sol et une rubalise indiquant la direction d'un chemin herbeux tout en descente . C'est vrai, j'avais oublié que dans le final il y avait un passage vers une cascade et surtout presque 90 marches à grimper pour remonter dans le village . Je n'ai pas vu la cascade mais les marches oui ! Une vingtaine en courant, les autres d'un bon pas et me voilà plus très loin de l'arrivée . J'aperçois un concurrent pas trop loin, un qui m'avait enruhmé dans un single en début de parcours . J'allonge un peu la foulée, me rapproche mais l'écart est quand même conséquent . Pas grave, je finis tout de même 10ème, en 1h37 soit à presque 13km/h de moyenne à une dizaine de minute de Duclos et Balducci arrivés main dans la main .



C'est vrai que j'espérais un peu mieux ce matin au moment du départ mais finalement le résultat n'est pas anormal :  

-des grosses charges de travail il y a une semaine pas encore totalement assimilées
-un repos complet à pied depuis mercredi ce qui peut expliquer mon départ un peu difficile
-une course rapide avec des spécialistes de la distance gagnée à 14,5km/h .


En tout cas une bien belle sortie ce matin, en famille, avec André et Vincent, ainsi que mon pote Fred (14ème le bougre !) et l'ami Jean-Robert au départ . Avec aussi les filles pour les encouragements . L'occasion de croiser mon ex-coéquipier de duathlon à Macon Seb Gauthier, auteur d'une belle 4ème place et Alain Petit qui m'avait battu sur le duathlon de Guéreins début mai, deuxième aujourd'hui sur le 10 . Et puis Pat que je rencontre enfin en chair et en os (mais on a oublié de faire une photo ensemble !) ...

Publié dans courses

Partager cet article

Repost 0

Chronique n°1 de la prépa Templiers ...

Publié le par yanshkov

... où comment retrouver la forme rapidement .

lundi 25 août : aller-retour au boulot en vélo  60km 2h18 au  lendemain du Tour de la Grande Casse . Difficile mais je m'oblige à cet entraînement de récupération malgré les grosses courbatures .

jeudi 28 août : aller-retour au boulot en vélo  60km 2h04  toujours sur le mode récupération (petit plateau en moulinant bien) .

vendredi 29 août
: aller-retour au boulot en vélo  60km 2h03 .

dimanche 31 août : 87km de vélo en 3h avec 1255m+ . Je n'ai plus de courbatures alors j'en profite pour monter quelques petites côtes . A noter une piqure de guêpe au-dessus de l'oeil en pleine descente !!! Heureusement que je n'étais pas trop loin de chez ma grand-mère !

lundi 1 septembre : aller-retour au boulot en vélo  60km 1h53 .

mardi 2 septembre : footing de reprise sur route et chemin . Un peu "encrassé" au début, je me sens mieux au fil des kilomètres . 9km en 42' .

jeudi 4 septembre : footing valloné sur route de 12,6km en 57' avec une accélération de 15" toutes les 5 minutes .

vendredi 5 septembre : aller-retour au boulot en vélo  46,5km 1h31 . Nouveauté avec un parcours plus court pour cause de délocalisation de mon lieu de boulot (heureusement pas en Roumanie) . Un peu moins bucolique puisqu'il faut que j'emprunte la N6 et que je traverse Villefranche . Mais je mets moins de temps en vélo alors ....

samedi 6 septembre : entraînement trail autour de la Croix Rampau  12,5km et 600m+ en 1h12 . Je fais une séance non-stop en courant dans toutes les côtes . Les sensations sont assez bonnes (159 pulses de moyenne et 187 pulses de max) . Petite frayeur quand un chevreuil a surgi devant moi alors que les environs étaient infestés de chasseurs !

dimanche 7 septembre : je participe ce matin à la cyclosportive Poly Vélo organisée sur un circuit de 11km avec à chaque tour l'ascension du Mont Verdun . Pour moi l'objectif est de faire une bonne séance de rythme et je suis servi . Il ne m'a pas manqué grand chose pour être dans la bonne échappée de 6 coureurs mais j'arrive dans un groupe de 5 coureurs pour la 7ème place que j'obtiens lors du sprint en côte (j'ai senti une force énorme dans les cuisses) . 67km et 1445m+ en 2h04 , soit un bon 32.4km/h de moyenne . C'est sûr j'ai de bons restes et la forme est là !


lundi 8 septembre : aller-retour au boulot en vélo  46km 1h30 puis enchaînement sur un circuit trail au dessus de chez moi : 2.5km composés d'une côte de 1250m avec 100m+ avec quelques replats puis d'une descente . Je fais 3 tours en montant la bosse allure rapide puis en récupérant dans la descente (6'46"/6'24"/6'44"/6'17"/6'47"/6'23) . Bonnes sensations, je n'ai pas fléchi et suis resté hyper régulier . 10km et 425m+ en 56'  (156 pulses de moy et 182 de max) .

mardi 9 septembre : aller-retour au boulot en vélo 50km 1h42  renforcement des quadriceps en montant quelques côtes avec du braquet (51x13-14) .

mercredi 10 septembre : aller-retour au boulot en vélo 44,5km 1h29 puis enchaînement à pied avec Romain : on se fait 30' d'échauffement puis 8 fois 2' vite avec 1' récupération . Excellentes sensations, l'impression de pouvoir en faire plus et même d'aller plus vite . Pourtant on n'a pas amusé la galerie ! 15km en 1h10 (159 pulses de moy et 181 de max) .


jeudi 11 septembre : aller-retour au boulot en vélo 45km 1h32 . Je me tape les averses de pluie le matin mais c'est pas grave, rien ne peux m'arrêter cette semaine !

samedi 13 septembre : très gros entraînement aujourd'hui . Départ à 6h du matin avec la frontale sur le casque pour 6h de vélo . Je fais mon parcours au feeling, ce qui me mènera du côté de Brignais, Mornant, Sainte Catherine (ça sent  bon la Saintélyon ici !), Saint Symphorien sur Coise, un court passage dans la Loire à Chazelles sur Lyon, Sainte Foy l'Argentière, Duerne (elle est raide cette côte !), Col des Brosses, Col de Malval, Col de la Luère, Col de la Croix du Ban, Lozanne, Charnay, Lachassagne, Anse, Chazay, Saint Germain et maison ! 167km et 2600m+ . Les connaisseurs apprécieront ... Puis illico presto, après m'être changé, je pars pour 24km de trail dans les Monts d'Or (2h17 et 880m+) . Excellentes sensations (149 pulses de moy et 176 de max), je me sens vraiment bien . Je me suis appliqué à bien me ravitailler durant toute la matinée et à bien boire et le résultat est très positif .


Bilan : si la motivation et la forme qui va avec n'étaient pas présentes il y a 3 semaines, il n'en est rien désormais . Je suis surpris d'ailleurs d'avoir retrouvé si vite des sensations mais je suis revenu à mon poids de forme ce qui n'est pas anodin . J'enchaine bien les séances mais le risque maintenant est de vouloir en faire trop . A 6 semaines des Templiers il va falloir gérer tout ça astucieusement . La semaine qui vient sera beaucoup moins chargée avec en fil rouge le Trail du Revermont (21km et 630m+) .

Publié dans entraînement

Partager cet article

Repost 0

Pour repartir de plus belle ...

Publié le par yanshkov

Petit bilan de ma participation non prévue au Trail du Tour de la Grande Casse .


Pourquoi ce trail ?

Premièrement si je vous dis que c'est par manque de motivation et de sensation à l'entraînement que je me suis décidé 2 jours avant à m'inscrire à l'épreuve vous me croyez ? Et pourtant ce n'est pas loin d'être la vérité . De retour de vacances, j'ai eu beaucoup de mal à me remettre au travail comme je l'avais pourtant prévu . Mes bonnes résolutions en matière de séances VMA, seuil et PPG sont très vite passées à la trappe . Pas le goût en fin d'après-midi, après le taf, de me taper une grosse séance . Alors c'est en lisant une interview de Dawa Sharpa sur je ne sais quel magazine que je me suis dis : " Et si tu ne t'entraînais plus la semaine et que tu ne faisais que courir ? " .*  Comme il était prévu que j'accompagne André du côté de Pralognan la Vanoise, ni une ni deux me voilà inscrit de dernière minute au Tour de la Grande Casse .   

* rassurez-vous je suis revenu sur cette décision depuis !

La seconde explication est l'envie pressante de participer à une "grande" course . Mon blog était sous-titré LES AVENTURES DE YANSHKOV NEOPHYTE DU TRAIL QUI REVE DES PLUS GRANDES EPREUVES  . Et ben 3 jours avant la Grande Casse, je me suis réveillé en me disant qu'il était temps d'arrêter de rêver  et qu'il était venu l'heure ,pour moi aussi,de relever le défi de l'ultra, sans attendre la course des Templiers dans 2 bons mois . En fait depuis le Trail du Pilat où j'ai finis assez frais les 40km en moins de 3h50 et le stage autour du Mont Blanc, j'ai pris un peu mieux conscience de mes capacités . Ainsi je ne suis pas parti à l'assaut des 63km et 3800m+ sans savoir en moi même que j'étais tout à fait capable de le faire . La question était plutôt : " En combien de temps et dans quel état à l'arrivée ? " .

Et puis peut être qu'un an après mon opération du genou  j'avais envie de m'offrir un joli cadeau !


Ce que j'en retiens :

Et ben qu'on s'en fait une montagne pour pas grand chose de ces longs trails en ...............montagne !!! Plus sérieusement; 9h30 de marche/course, ça passe assez vite en fait, malgré une forme moyenne .

Dans les côtes, je n'avais plus les jambes de juin/juillet mais avec le manque d'entraînement et 2kg en plus rien d'anormal ! J'ai grimpé les 3870m de dénivelé positif pendant un total de 5h23' soit 719m+/h . Je pense que je peux atteindre les 800m+/h en étant bien en forme (et donc gagner une demi-heure rien qu'en montée !) .

Le plus difficile pour moi a été les descentes, bien trop longues à mon goût, surtout celle menant à l'arrivée . C'est là qu'il y a du boulot et que je peux gagner aussi énormément de temps  . Pour cela il va vraiment falloir faire du renforcement musculaire cet hiver .

J'ai aussi le problème récurrant de manque de gnac !! Je gère trop sans doute et passe à pas mal d'endroits en marchant alors que je pourais trottiner . Il n'y a qu'à voir comment je me suis fait lâcher par Daniel Boebion dans le col du Palet ! En même temps c'est peut être cette façon de faire qui m'a permis de ne pas avoir de passage à vide et de ne connaître aucune baisse de régime durant les 9h30 de course . Il va falloir apprendre à mixer ces deux paramètres que sont la vitesse et la gestion afin d'aller loin mais ........... vite ! 

Niveau récupération, j'ai eu des grosses courbatures sur le devant des cuisses pendant près de 5 jours mais ça allait de mieux en mieux au fil du temps . C'est sûr je n'aurai pas pu recourir immédiatement après ce trail . Cependant j'ai integré quelques aller-retours au boulot en vélo la semaine suivant l'épreuve dont un dès le lundi, pas bien vite c'est sûr mais qui aura eu le mérite d'accélérer la récupération . Et hier petit footing de 9km pendant  42' qui m'a permis de constater que tout allait bien et que j'étais près pour une grosse prépa Templiers ... 

En ce qui concerne mes chaussures, je suis assez satisfait des Lafuma Activ Trail que j'utiliserai à coup sûr du côté de Nant . Seul hic, les petits cailloux qui pénètrent à l'intérieur des chaussures et qui m'ont obligé à un arrêt pour les retirer . Peut être devrais-je songer à utiliser des guêtres ?   

Pour ce qui est de mon sac à dos, pas toujours très pratique : deux petites poches sur la ceinture et 2 filets sur les côtés pour y mettre des gels et le tube de Sporténine . Par contre pour atteindre le reste de ravito à l'intérieure du sac, il faut bien sûr le retirer du dos ce qui n'est pas très pratique . Idem pour remplir la poche à eau . C'est pourquoi je m'élancerai sur les prochains trails longs avec un nouveau sac, le Salomon XA Pro Pack Vest 15 où je pourrai glisser dans les poches ventrales mes petits sandwichs et autres victuailles mais aussi transporter 2 bidons à hauteur des épaules, beaucoup plus pratique à remplir .

Côté alimentation, je ne dois pas faire beaucoup d'erreur puisque je n'ai connu aucun souci gastrique ni aucune hypo durant l'année . Sur la Grande Casse, j'ai opté pour un déjeuner à base de gateau sport Maxim accompagné de thé puis j'ai mangé régulièrement pendant la course : une tranche de pain de mie aux 7 céréales  avec crème de marron au bout d'une heure, une autre tranche avec un morceau de cake salé fait maison * et des fruits secs à mi-course (après 5h) . A cela s'ajoute la prise d'un comprimé de Sporténine toute les heures, quelques encas à chaque ravito (saucissons,morceau de banane,fruits secs ...) ainsi qu'un verre ou deux de coca sans oublier une gorgée de gel énergétique Maxim avant chaque moment difficile (en général au pied des cols) . Sinon j'ai pu constater que je n'avais pas besoin de boire exclusivement de la boisson Maxim Neutre à base de polymères de glucose . Je suis parti avec un peu moins d'1,5L puis j'ai tourné à l'eau, les réserves étant suffisantes pour finir la course . Et en plus je n'ai pas chopé ce petit point que j'avais l'habitude de prendre sur les autres trails . A l'arrivée mon sac était encore rempli de ravito, je sais maintenant que je peux partir beaucoup plus léger .

* cake salé sport Yanshkov : 300g de farine, 3 oeufs, 10cl bière sans alcool, 10cl de lait de soja, 150g de Comté rapé, un peu de carottes rapées et d'herbes de Provence, sel et bicarbonate de soude . 45' au four T.6  

Quelques bobos mais assez minimes : une petite ampoule sur l'extérieur du talon droit mais sans gêne particulière mais aussi et surtout l'ongle du pouce bien bleu à l'arrivée ! La faute à un ongle qui dépassait un peu trop mais je dois pouvoir rectifier cela très facilement avec un peu plus d'attention et une coupe régulière des mes petits orteils ...



Conclusion

Ce Trail du Tour de la Grande Casse m'aura permis de prendre encore un peu plus confiance en moi sur mes capacités à aligner les kilomètres . Je suis maintenant très optimiste pour les Templiers et suis motivé à 200% pour les 8 semaines de préparation . 

PS : quelques mots sur l'UTMB que j'ai vécu par procuration devant mon écran d'ordinateur ce week-end . J'ai suivi heure par heure le déroulement de la course afin de suivre la progression des copains mais aussi des favoris . J'ai souffert avec eux, j'ai été triste lors des abandons de certains et j'ai vibré en voyant les places grapillées au fil des heures par les autres . Qu'on le veuille ou non, cette épreuve est à part et me fait envie . Car finalement en y regardant de plus près c'est probablement l'une des courses les plus dures au monde mais où j'ai pourtant l'impression que  tout le monde part avec la même chance au départ . Avoir un gros moteur ne suffit pas, il faut aussi savoir gerer impeccablement,avoir une humilité sans faille et aussi un peu de chance pour faire le tour complet du toit de l'Europe . 

Alors pourquoi pas moi très bientôt ? Jusqu'à présent la raison me disait de patienter, d'attendre quelques années avant de me lancer un tel défi  .  Mais de nombreuses rencontres cette année avec des traileurs ayant déjà fait l'UTMB m'ont prouvé qu'il n'y avait pas besoin d'être un surhomme pour accomplir l'exploit . C'est vrai quoi, on a tous 2 bras et 2 jambes et 2 poumons . Bien sûr la préparation d'une telle course demande quand même beaucoup d'abnégation dans la vie de tous les jours et c'est probablement ça le plus dur . A moins que ce ne soit de s'inscrire qui soit le plus difficile . En tout cas j'ai encore jusqu'à la fin de l'année pour décider de me lancer dans l'aventure . Pas celle de l'UTMB pour l'instant mais celle de la CCC (Courmayeur Champex Chamonix 98km 5500m+) ... A voir ... 

Publié dans entraînement

Partager cet article

Repost 0