Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Prépa Trail des 3 Dents : dernière(s) ligne(s) droite(s)

Publié le par yanshkov

Lundi 19 Mai : aller-retour au boulot en vélo (55km 1h50) puis footing très rapide histoire de ne pas trop "rouiller" après un week-end un peu lent ..... 4,8km en 18'

Mardi 20 Mai : séance de vitesse sur la piste de Cibeins . Je me fais 10 fois 250m en 43" avec récupération complète sur un tour (1'09") . 14,5km en 56' 

Mercredi 21 Mai : aller-retour au boulot en vélo (55km 1h54)

Jeudi 22 Mai : 15km et 600m+ de trail dans les Monts d'Or en 1h10 . Cet entraînement me rassure sur ma condition physique, je passe les 2 longues bosses au programme sans marcher et je double même des VTTistes .

Vendredi 23 Mai : aller-retour au boulot en vélo (57km 1h53)

Samedi 24 Mai : 86km de vélo en 2h45 . Il ne fait pas un temps à mettre un cycliste dehors mais malgré la pluie et le vent , je suis bien décidé à faire le retour de chez la belle-famille en vélo . Les sensations sont bonnes, et même vent de face, je rentre à 31km/h, sur un parcours assez plat .

Dimanche 25 Mai : REPOS

Lundi 26 Mai : cap 6,5km en 29' avec 5x 1'vite/1'récup 

Mardi 27 Mai : REPOS

Mercredi 28 Mai : aller-retour au boulot en vélo (56km 2h05) avec 5 sprints en vélocité de 30" toutes les 5 minutes au retour .

Jeudi 29 Mai : cap 6.5km 30'  avec accélérations sur 15"

Vendredi 30 Mai : REPOS

Samedi 31 Mai : cap 4km 20' avec accélérations sur 15"

Analyse : enfin 2 mois sans blessure :  j'ai pu enchaîner régulièrement les entraînements ( 1600km de vélo et 400km à pied (en comptant les randos)) . J'aborde donc le trail des 3 dents avec beaucoup de sérénité et d'envie .   

Objectif : malgré un entraînement régulier tout au long de ces dernières semaines, je sais qu'il me manque des séances à allure course et de vraies séances de VMA pour jouer les premiers rôles dimanche . Donc pas question de partir au taquet dans les premières positions, ce serait aller au casse-pipe ! Non, je me suis fixé comme objectif de boucler en moins de 4h les 40km et 1720m+ du parcours . Au trail des Cabornis j'ai couru pendant 3h45 à 9,2km/h de moyenne, mais je n'étais pas dans un grand jour et le parcours présentait un peu plus de dénivelé, et au Trail du Pont du Gard  , j'ai tenu pendant 2h15 à 10.7km/h de moyenne (24.5km et 800m+) . Alors dimanche, j'espère tenir 4h à 10km/h . Bien sûr ce n'est qu'une moyenne et ma vitesse de croisière devra évoluer suivant le relief . J'ai ainsi étudié le dénivelé et découpé le parcours en plusieurs tronçons :
du départ jusqu'à la Croix de Trève (3ème km) : ça grimpe ! il ne faudra pas s'affoler ni se mettre dans le rouge d'autant que les concurrents du 20km partent avec nous ...

du 3ème au 9ème km : ça à l'air pas trop dur, l'occasion d'accélérer un peu et de regagner quelques places ...

du 9ème km jusqu'au Crêt de la Perdrix (point culminant au 24ème km) : les choses sérieuses commencent !! 15km de grimpettes entrecoupées de quelques descentes . L'idéal sera de monter à ma main, régulièrement et d'atteindre le sommet dans un état de fraîcheur convenable . J'espère passer là-haut au bout de 2h40 .

du Crêt de la Perdrix à l'arrivée à Véranne : 16km de descente avec quelques petites remontées, ça sera le moment de tout donner . Il faudra courir à 12km/h de moyenne afin de réussir l'objectif des 4 heures . 

Tout cela est très théorique et ne tient pas compte des sensations que j'aurai le jour J . Mais la clé de la réussite sera de ne pas se brûler les ailes durant les premiers kilomètres et d'être à l'aise le plus longtemps possible ! 
merci à Stéphane Darmaisin pour les photos du Trail du Pont du Gard 

Publié dans entraînement

Partager cet article

Repost 0

Prépa Trail des 3 Dents acte 2

Publié le par yanshkov

Lundi 21 Avril : footing rapide sur route  13km en 57'

Mardi 22 Avril : aller-retour au boulot en vélo (56km 1h50) puis 1h10 de trail avec Ph et Juju qui nous fait découvrir des endroits inconnus des Monts d'Or   10km et 665m+

Mercredi 23 Avril : aller-retour au boulot en vélo (56km 1h55)

Jeudi 24 Avril : le matin 27km de vélo  en 57' toujours pour aller bosser et en fin d'après-midi je rejoins la piste de Cibeins en vélo (14km) et j'y fais une bonne séance VMA avec  6x250m autour de 43" , 2x500m en 1'31" et 1x750m en 2'21" puis retour à la maison (16km) en vélo . 

Vendredi 25 Avril : aller-retour au boulot en vélo (57km 2h04)

Dimanche 27 Avril : Trail de la Côtière à Beynost  (15,7km 420m+)

Mardi 29 Avril : aller-retour au boulot en vélo (55km 1h56)

Mercredi 30 Avril : je profite du lever matinal de Murielle (concours de profs des écoles oblige!) pour aller crapahuter dans les Monts d'Or à 5h30 du mat !! De nuit pendant une vingtaine de minutes je monte à jeun au Mont Thou avec de bonnes sensations (11km 445m+ 56') . Petite déception, je ne croise aucun renard ni aucune biche !

Jeudi 1 Mai : Sathoverte en OFF  (16km 1h27)

Vendredi 2 Mai : aller-retour au boulot en vélo (55km 1h57)

Samedi 3 Mai : 6km de footing en 27' avec 9 sprints de 15"

Dimanche 4 Mai : Duathlon de Guéreins

Lundi 5 Mai : aller-retour au boulot en vélo (57km 2h01)

Mardi 6 Mai : aller-retour au boulot en vélo (57km 2h06) 

                                              
Du 7 au 12 Mai : vacances dans le Gard

Mercredi 7 Mai : petit décrassage après les 5h de voiture pour rejoindre notre lieu de villégiature . Je fais 3.2 petits kilomètres sur le GR6 qui traverse le massif des Alpilles, juste avant la tombée de la nuit .

Jeudi 8 Mai : Trail du Pont du Gard (24,5km 790m+ 2h17')

Vendredi 9 et Samedi 10 Mai : on ne peut pas vraiment parler d'entraînement mais les visites des Baux de Provence et surtout de Marseille, tout à pied, en long en large et en travers ne sont pas de tout repos ! 

Dimanche 11 Mai : rando dans les Alpilles avec Murielle . 6h30 de marche pour 27km et 710m+ . On fait l'aller retour aux Baux de Provence où l'on casse la croûte au milieu des touristes . 

Lundi 12 Mai : une dernière sortie trail à jeun avant de reprendre la route vers Lyon : 11,5km 345m+ en 53' . Les sensations sont très bonnes, j'ai bien récupéré du Trail du Pont du Gard . Je prends beaucoup de plaisir à tournicoter dans le massif des Alpilles qui se prête très bien à la pratique du hors-stade : de belles pistes bien roulantes pour faire de la vitesse, des petites sentiers serpentant sur les crêtes pour faire de la côte et quelques descentes techniques . 

Mardi 13 Mai : aller-retour au boulot en vélo (55km 1h48)

Mercredi 14 Mai : aller-retour au boulot en vélo (56km 1h53) puis j'avais prévu d'enchaîner avec une grosse séance de dénivelé assez tonique . Mais dès les premières minutes je sens que je suis scotché au sentier ! Impossible de grimper sans marcher, je n'insiste pas trop et ne fait "que" 9km et 510m+ en 52' . Plusieurs hypothèses à ce coup de moins bien : j'ai fait un peu la brute en vélo juste avant, en rentrant assez vite avec du braquet .  Mais je ne crois pas que ce soit vraiment la cause principale . Peut être le contre-coup du Trail du Pont du Gard mais là encore l'hypothèse est peu probable . Non, je crois qu'il faut plutôt chercher du côté de ce putain de rhume que je viens de choper (nez pris, gorge sèche, etc ...) et qui m'a mis un peu à plat .

Jeudi 15 et Vendredi 16 Mai : repos (rhume) !

Samedi 17 Mai et Dimanche 18 Mai : week-end organisation du Trail des Passe-montagnes

Pour cette grande organisation qui mobilise tous les membres du club, je suis chargé le samedi du balisage du parcours : le matin 11km à poser des rubalises et flécher au sol et l'après-midi même chose sur 12km .  Bilan 23km de rando-course et un peu plus de 1000m+ . 

Le dimanche, je joue le rôle de serre-file, c'est à dire que je ferme la course, tout en débalisant le parcours . Donc rebelote 23km et 1000m+ . Rapidement je suis derrière un concurrent qui avance à un petit rythme mais qui courageusement tient à boucler le trail . Il marche beaucoup et trottine sur le plat . Comme je m'arrête environ tous les 100m ou 200m pour enlever les rubalises et que je discute un peu avec les copains-signaleurs rencontrés ça et là, je peux courir de temps en temps mais je reviens toujours assez vite sur le bonhomme . On atteint la ligne d'arrivée après un peu plus de 4h . 

Mine de rien, 46km et 2100m+ en 2 jours (mais pas à un rythme bien élevé (126 pulses de moyenne)) . 

Analyse : la première des choses que je retiens c'est je que n'ai pas rencontré de pépins physiques depuis un bon moment . Le relatif faible kilométrage (142,5km) effectué à pied pendant le mois qui vient de s'écouler y ait pour quelque chose et je préfère toujours pour le moment être prudent et augmenter les charges d'entraînement par la suite . 
Les sorties foncières n'ont cette fois-ci pas été faites en vélo mais en rando ou rando-course cool (70km répartis sur 3 jours) afin d'être plus proche de la gestuelle du traileur . 
Toujours du vélo (560km), pour aller bosser, avec de temps en temps du travail avec du braquet pour renforcer les cuisses .
J'ai pris aussi à 2 reprises la 2ème place sur une compétition : au duathlon de Guéreins où mon faible niveau en VTT m'empêche de faire mieux et au Trail de Beynost où j'ai peut être manqué de "panache" pour inquiéter un peu plus Franck Bussière du Team Asics, très beau vainqueur ce matin du Trail des Passe-montagnes . 



Il reste donc 2 semaines avant le Trail des 3 Dents, c'est-à-dire peu de temps . Il ne sert donc plus à rien de faire de sorties longues maintenant (sauf dimanche prochain où j'ai prévu 4h de vélo) . On verra bien si ce que j'ai fait pendant la prépa sera suffisant . Par contre je sens qu'il faut que je fasse encore du rythme car c'est ce qui me manque pour être plus performant et cette semaine a été un peu poussive de ce côté-là !! Direction la piste de Cibeins à deux reprises dans les jours qui viennent ...

Publié dans entraînement

Partager cet article

Repost 0

Trail du Pont du Gard

Publié le par yanshkov


Jeudi 8 mai et lundi de Pentecôte, obligé de faire le pont ........................... du Gard . Après une courte nuit dans un camping au pied des Alpilles, nous prenons Murielle et moi la direction de Lédenon, joli petit village tout en pierres où doit être donné le départ du Trail du Pont du Gard . Pas trop le temps de visiter, nous sommes tout juste dans les temps pour retirer le dossard et le beau T-shirt, s'équiper et rejoindre l'arche dressée dans le parc en plein coeur du village . Nous sommes près de 360 coureurs à se presser et j'ai réussi à me faire une place en première ligne . C'est sympa d'entendre l'accent chantant des gars d'ici ! 

Le trail commence par un tour dans les ruelles de Lédenon, histoire d'étirer un peu le peloton . Je pars tranquillement, autour de la 20ème position, conscient que ce qui nous attend ne va pas être facile, 24km et un peu plus de 1000m+, avec la chaleur en prime . Des mecs sont partis comme s' ils disputaient un 10 bornes !! . A la sortie du village, ça grimpe un peu et malgré moi je remonte quelques places puis à la faveur d'une descente bien raide que j'aborde relaché je double encore et me retrouve alors 6ème . On aborde le premier chemin, c'est assez roulant pour le moment . Petit à petit je recolle à un trio qui s'était détaché et j'aborde dans le sillage des 3 gars un long single-track . C'est assez technique, en profil descendant et ça tourne dans tous les sens . On se croirait dans un labyrinthe, la végétation est assez haute et on ne sait pas ce qui va apparaître derrière chaque virage . Je reste concentré pour garder le contact, en assurant bien mes appuis . Difficile de ralentir car ça pousse aussi derrière et il est impossible de doubler . Malgré des sensations assez bonnes je me demande si je vais pouvoir tenir à ce rythme . Une première côte dans un bois de chênes me permet de ralentir un peu ! En fait je décide de passer en marchant et de ne pas suivre à tout prix les dingues qui m'accompagnent !!! Je perds donc quelques places mais je préfère être prudent, on ne court que depuis une trentaine de minutes . 3 côtes se succèdent ainsi, avec des passages dans les rochers où il faut grimper à l'aide des mains . Au sommet de chacune d'elles, un panorama sur 360° de toute beauté sur la vallée du Gardon et la vallée du Rhône . Je prends le temps de regarder autour de moi et à un coureur qui me passe sans s'arrêter je lance un " je ne suis pas d'ici alors je contemple ! ".  C'est vrai qu'après mettre mêlé à la bagarre sur les premiers kilomètres, j'ai maintenant envie de prendre un peu mon temps ... Et que c'est beau de voir en se retournant une file multicolore de traileurs en train de descendre, au milieu de la garrigue, au fond du vallon dans lequel je suis passé il y a quelques minutes . Ca me fait penser à certaines photos de magazines de trail, celles qui me donnent envie de partir sur les chemins de notre belle France . Je regrette presque de ne pas avoir pris sur moi l'appareil photo .  

Bon, c'est pas le tout quand même, je ne suis pas en rando ce matin ! Je ne descends pas trop mal, sur une monotrace difficile avec pas mal de caillasses . La moindre erreur peut être fatale mais à ce jeu là je ne  m'en sors pas trop mal . Au bout de 45' et à la suite d'une descente plus facile je débouche sur le site du Pont du Gard . Il est 9h15 et ce n'est pas encore la cohue, les parkings sont vides . Le balisage nous emmène le long du Gard et droit devant se dresse le célèbre monument . Je cours au milieu d'une carte postale, c'est le top ! Il faut faire attention où l'on pose les pieds : entre les gros rochers tout plats mais glissants et les failles il y a de quoi se plier une cheville ! Une surprise m'attend après le passage sous l'imposant pont, ma chérie est venue en voiture immortaliser le moment . Ca mérite bien une nouvelle petite pause avec bisou au passage !  

Je reprends ma route, le long de la rivière avant de bifurquer sur la gauche, et suivre ce qui devait être il y a bien longtemps le lit d'un cours d'eau . C'est très difficile de courir là dedans, on ne sait pas trop où mettre les pieds . A ce moment, je ne me sens pas très à l'aise et en plus, malgré une seule petite heure de course, j'ai un petit coup de moins bien . Je laisse gentiment passer 3 gars mais je n'accroche pas à leurs basques, ils ont l'air si facile ! Je continue sur mon rythme de croisière en espérant que ça aille mieux par la suite . Ca monte tout doux jusqu'à rejoindre une grande piste de terre, au milieu de la garrigue et sous un soleil qui commence à être pesant . Au loin le ravito et quelques mecs en train de boire un coup . Les "sauvages" de tout à l'heure ne sont pas si loin ... Je prends à mon tour un verre d'eau pour compléter la boisson énergétique et un autre pour m'arroser et refroidir le moteur ... ( j'ai peut être été un peu trop radical l'autre fois en pensant qu'il serait souhaitable de supprimer les ravitos sur les courses à pied ...)  .

 La suite est encore une succession de montées et descentes très techniques de vallons, au milieu d'un décor typiquement provençal . Depuis le départ nous n'avons croisé aucune route goudronnée ni rencontré le moindre petit hameau . Du trail sauvage à l'état pur !  Un passage ludique nous est proposé par les organisateurs dans un bois de chênes : une descente sur une piste en terre noire et en feuilles, un tout droit des plus vertigineux où il faut s'accrocher à une corde installée sur le côté . Je négocie pas trop mal l'endroit mais je pense que certains plus casse-cou que moi ont dû se laisser glisser tel des skieurs . Notamment les mecs du groupe qui me reviennent dessus au pied d'une n-ième côte . Et dans ce groupe, une nana , hyper à l'aise, ne semblant pas du tout à la peine . Elle me passe au plus fort de la pente, elle ne porte même pas de poche d'eau ! Je le lui signale et elle m'explique simplement qu'elle n'a pas eu le temps de bien se préparer ce matin . Ben voyons ! Sur la piste que nous rejoignons au sommet, je relance un peu le rythme et repasse devant, abritant ainsi la gazelle . Une spectatrice se trouvant là m'indique que je suis en 17ème position, devant la première féminine (merci, ça je le savais !) . Et puis, dans un nouveau passage technique en montée, je laisse partir sans réagir, marchant là où les autres courent ... 

Cependant je retrouve un peu de gnac dans le final . Un regard sur le chrono et le GPS pour me rendre compte qu'il sera difficile de faire moins de 2h sur un tel parcours mais ce n'est pas très grave, plus c'est long, plus c'est bon ... Et puis je suis aussi là pour faire une sortie longue, à 3 semaines du Trail des 3 Dents . J'apercois quelques centaines de mètres devant moi un gars et le rejoinds assez rapidement . Est-il mort où alors ai-je accéleré un peu ? Sûrement un peu des 2 . On échange quelques mots sur le parcours mais il ne connaît pas mieux que moi le coin et ne peut me renseigner sur les derniers kilomètres . Je le relaisse partir, le temps de refaire mes lacets défaits puis reviens tranquillement à sa hauteur et le lâche à la faveur d'un sentier grimpant au milieu des oliviers . Le parcours n'est pas très difficile maintenant, je vois les kilomètres défilés rapidement, j'ai repris un bon rythme de croisière . Sur une belle piste, je double un autre gars . Nos différences de vitesses sont importantes, je suis à 13-14km/h et lui plutôt calé autour de 10km/h . C'est plaisant de finir comme ça ce trail, c'est la première fois que ça m'arrive . Dommage de ne pas avoir trouvé ce rythme et surtout cette gnac un peu avant . Je passe en coup de vent au ravito situé à .................. 2 bornes de l'arrivée et je file sur la corniche surplombant Lédenon . J'entends la voix du speaker en contre-bas et je me jette dans la dernière descente, très technique et bien pentue . Ouille, un début de crampe aux adducteurs droits !! J'essaie de passer outre mais je ralentis un peu . Ca va ce n'est qu'une alerte . Je retrouve le goudron à l'entrée du village et descends tout sourire en direction du parc . De nombreux spectateurs sont là et applaudissent généreusement . Ca fait plaisir . Je franchis la ligne en 2h17'34" après un peu plus de 24.5km et 790m+, en 17ème position . 

Encore beaucoup de plaisir pris aujourd'hui sur ce trail, le plus beau que j'ai couru jusqu'à présent . Côté performance, je finis à 21' du premier, David Laget, excellent marathonien avec un record à 2h15 et 8ème des Templiers en 2007 . Beaucoup s'en contenterait, moi je crois que je peux faire mieux . Je suis un peu trop prudent, notamment lorsque je franchis certaines côtes en marchant alors qu'il est possible de passer en courant . On peut mettre ça sur le compte de mon inexpérience et un peu de timidité sur les longues distances, ce trail étant le 2ème plus long jamais couru jusqu'à présent . Le positif c'est qu'à l'arrivée je ne suis pas cramé et que je me sens capable de continuer encore à courir . L'épisode de la crampe aux adducteurs (déjà ressentie au Trail des Cabornis) s'explique par la forte chaleur mais aussi peut-être par le fait que je n'ai pas assez bu (il me restait un peu de flotte dans le camel à l'arrivée) et que je n'ai pas consommé de Sporténine durant l'épreuve . Il y a aussi du renforcement musculaire à faire à ce niveau là . 


Il me reste trois semaines avant le Trail des 3 Dents . 40km pour 1500m+ (en ce qui concerne le dénivelé j'ai remarqué sur les trails courus cette année que le dénivelé annoncé était toujours beaucoup plus important que la réalité), cette distance ne m'effraie pas . Je sais que si je gère bien mon affaire il n'y aura pas de problème pour aller au bout . Je vais tabler sur 4h maximum . Je détaillerai ma tactique de course la semaine précedent le jour J . En attendant, il reste deux bonnes semaines pour peaufiner la forme avec des grosses séances au programme . J'ai déjà mis à profit les quelques jours dans le Sud avec une belle rando en amoureux dans les Alpilles (27km de marche et 700m+), encore de la marche mais intra-muros pour découvrir Marseille, sa basilique, son vieux port et ses plages et un footing-trail d'une heure à jeun avant de reprendre la route nous conduisant à Lyon . Les premières impressions sont que j'ai très bien récuperé des efforts du trail de Lédenon . 

Pour finir, coup de chapeau à Sonia Furtado qui s'impose donc facilement chez les filles . C'est la seconde fois cette année qu'une nana me laisse sur place dans un trail (et peut-être pas la dernière) . Bravo les filles !


 

Publié dans courses

Partager cet article

Repost 0

Duathlon de Guéreins

Publié le par yanshkov

Il y a le choix pour les amateurs de trail longue distance en ce week-end de l'ascension : entre l'Annecime, l'Ardéchois, le Nivolet-Revard ou plus près de chez nous l'Ultra des Coursières, il y a de quoi se faire plaisir sur des distances supérieures à 50 bornes . Pourtant c'est bien pour aller faire un duathlon (très) courte distance que je me suis levé à 6h30 dimanche matin, histoire de bosser encore la vitesse et le rythme .

Nous sommes une centaine sur la ligne attenante au stade de football de Guéreins . Il y a là mes collègues des Passe-montagnes Romu et Fifi, mon pote ironman Yannick Henry, le vainqueur de 2007 Alain Petit et d'autres mecs que je ne connais pas mais qui arborent de bien belles tenues de triathlète .  Au baissé de drapeau, je prends un départ ultra canon . En effet le premier tour à pied ne fait que 3.6km et il faut absolument que je creuse un écart suffisant sur mes adversaires avant d'enfourcher le VTT . J'effectue donc un cavalier seul sans me retourner . Le parcours est agréable, d'abord un tour de stade, quelques relances sur gravier pour rejoindre un chemin légèrement montant, une très courte portion de route permettant d'allonger un peu la foulée avant une ludique section en sous-bois, single-track et slalom au programme sur un sol bien gras et enfin à nouveau du goudron pour rejoindre l'aire d'arrivée . 

Je retrouve donc en tête le parc à vélo où j'effectue une assez bonne transition . J'échange mes runnings contre une paire de chaussures VTT et enfile mon casque en un rien de temps . C'est parti pour 2 tours d'un circuit de 9.5km . On a essayé de saboté mon vélo pendant que je courrais, en faisant sauter mon étrier de frein avant ! Qu'importe, il me reste le frein arrière ! Je profite du relief pas trop difficile au début pour souffler un peu et très vite un mec revient à ma hauteur . C'est Alain Petit qui hélas ! pour moi est un très bon spécialiste de VTT . Il prend assez rapidement le commandement et me lâche dès l'entame de la partie hyper technique en sous-bois (single-track, boue, traversée d'une rivière, zig-zag .... ) . Je m'arrête pour remettre les freins (bonne idée au vu des descentes qui nous attendent) ce qui permet à Yannick Henry de revenir . J'arrive à  tenir un moment sa roue mais dans un nouveau passage technique, je perds mètre par mètre le contact . Dans ma tête je joue déjà battu et étant donné que je n'aperçois personne revenir de l'arrière je pense assurer la 3ème place . Pourtant la seconde moitié de la boucle est moins technique et beaucoup plus physique . Dans une côte bien raide où nous sommes obligés de passer en poussant le vélo, je me rends compte que Yannick n'est pas si loin . Mais au sommet le bougre embraie de nouveau  et regagne du terrain sur ma pomme . Il reste encore une côte, une succession de petits virages sur une route à environ 10% . Et c'est à la sortie de l'un deux que j'aperçois Yannick, assis sur la selle en train de mouliner . Ni une ni deux, je passe en force et recolle juste avant de basculer dans la descente . 
Nous rejoignons le stade de football et repartons ensemble  à l'assaut de la seconde boucle . L'envie est revenue et je compte bien me battre pour la deuxième marche du podium .  Je laisse faire le plus gros du boulot à Yannick et je me concentre sur sa roue arrière afin de garder le contact dans les slaloms . J'arrive à prendre du plaisir dans le sillage de mon pote . J'attends la bosse dans laquelle je suis revenu tout à l'heure afin de tenter de le lâcher . 

Mais que vois-je arriver en me retournant ? Un maillot rouge des Passe-montagnes, c'est Romu effectuant un retour canon . Et à peine revenu à notre hauteur, il place une attaque sur la droite du chemin . Pendant un court instant j'ai l'impression que Yannick ne peut répondre à cette attaque mais en guerrier qu'il est, il baisse les dents et comble l'écart avec mon co-équipier . Moi je suis sagement derrière, attendant mon heure .... Nous voilà dans la côte que nous n'abordons pas très vite . Je suis resté sur le grand plateau et à mi-pente je place une banderille, un sprint jusqu'au sommet . J'entends gueuler derrière moi, c'est Romu qui a lui aussi laissé sur place notre compagnon de route . "A bloc, à bloc !!!" . C'est donc roue dans roue que nous entrons pour la dernière fois dans le parc à vélo .
 
Encore une excellente transition, je chausse mes runnings comme des pantoufles et pars à l'assaut des 2,6 km . Les sensations sont toutes bizarres, j'ai l'impression de ne pas avancer et de ne pas pouvoir accélérer . Mais je connais ça et je ne m'affole pas . Romuald est très vite lâché et comme toute à l'heure, je ne me retourne pas . Pourtant je m'attends à un retour possible de Yannick, en grand spécialiste de triathlon . Heureusement, petit à petit, je reprends une bonne foulée et je rentre dans le sous-bois avec une avance suffisante pour conserver la deuxième place après 1h16 d'effort .

Au final je suis très satisfait, les sensations à pied sont très bonnes et je n'ai fait aucune erreur durant la course . Bien sûr je suis à 2' du vainqueur mais je manque considérablement de sortie en VTT et il faut dire qu'Alain Petit marche du tonnerre . L'essentiel est d'avoir passé une belle matinée, d'avoir pris plaisir à guerroyer avec mon ami Yannick et d'avoir fait une bonne course d'équipe avec Romu .
 

Merci aux supporters présents, les encouragements à chaque passage ont été très stimulants .

Je retrouve le chemin du trail dès jeudi du côté du Pont du Gard . Et comme je sens que j'ai retrouvé un peu de vitesse ....
 

Les résultats sont ICI

Publié dans courses

Partager cet article

Repost 0

Un peu de promo sur la Sathoverte ...

Publié le par yanshkov

Jeudi 1er mai, jour traditionnel de la fête du Travail . Jour aussi de la Sathoverte, une course nature organisée comme son nom l'indique à Sathonay-Camp . C'est l' occasion pour moi d'aller promouvoir le Trail des Passe-montagnes que nous organisons le 18 mai prochain dans les Monts d'Or . L'objectif du jour : partir à bloc pendant les premiers mètres puis se laisser doubler par tous les concurrents afin qu'un maximum de personnes puissent lire la pancarte accrochée dans mon dos (Trail des Passe-montagnes le 18 Mai 2008 Du pur bonheur dans les Monts d'Or) . Bien que je ne compte pas "faire" la course , j'ai pris un dossard, par respect pour les organisateurs et aussi pour prolonger cette matinée par le repas offert avec l'inscription .

J'arrive avec Murielle qui arbore le maillot des Passe-montagnes 5 minutes avant le départ (c'est quand même férié aujourd'hui et on a mis le réveil le plus tard possible !!!) . Ph et Gégé, the président, sont déjà là depuis une bonne heure, à distribuer des tracts . Nous rejoignons avec Ph la ligne de départ où tout le monde est déjà installé . Petit coucou à Photogone et clic ! c'est dans la boîte . La pancarte interpelle et on nous pose des questions sur le trail . Un "ancien", lisant lui aussi les quelques mots sur le carton m'explique qu'on ne dit pas les Monts d'Or mais bien le Mont d'Or . Parait-il que c'est une erreur que tout le monde commet . Info ou intox ? Si un historien pouvait me répondre ...

9h30, la foule est lachée . Grosse accélération, slalom afin de prendre la tête puis ......... déccélération ! Nous sommes dépassés de toutes parts par les premiers, pas vraiment le temps de lire en ce qui les concerne . Ca me fait tout drôle de voir passer tous ces mecs, à gauche et à droite . Rapidement la première féminine aussi nous double . Puis j'entends une voix : "Salut Yann ! " . C'est Caro ! Depuis qu'elle a remis un dossard, on ne l'arrête plus ! Nous restons à ses côtés quelques instants mais si nous voulons terminer dernier, il faut bien que l'on ralentisse !!! Nous profitons d'une descente sur macadam très raide pour ralentir un maximum . Les gens qui passent alors sont plus attentifs à notre publicité . Nous nous arrêtons quelques instants au pied de la première bosse, la pancarte s'étant fait la malle . Pas grave, on va la tenir à la main . On profite du passage d'Obélix et de son ami le clown pour repartir . 

Dans la côte nous montons à notre main et redoublons ainsi pas mal de monde . Sur les hauteurs, à notre gauche, nous pouvons apercevoir les Monts d'Or (ou le Mont d'Or, je ne sais plus moi maintenant ! ) . Je montre malicieusement du doigt aux coureurs qui nous repassent, alors que nous sommes à l'arrêt, le terrain de jeu du Trail des Passe-montagnes . Beaucoup nous informe de leur présence dans 15 jours . Plus loin, nous courons sur d'interminables chemins agricoles et nous pouvons contempler la longue queue multicolore de coureurs serpentant autour des champs . Encore un arrêt pour attendre les derniers . C'est marrant la diversité de personnages que l'on peut rencontrer sur les courses à pied  : le coureur venu faire un temps, les copains ici à la suite d'un pari, le mari accompagnant sa femme, les déguisés, la fille avec les écouteurs sur les oreilles dont on se demande si quelqu'un l'a forcé à venir, un ancien champion du monde de boxe reconverti (
Hacine Cherifi), des triathlètes venus préparer les futurs échéances, les inconditionnels qui courent à leur petit rythme tous les dimanches et j'en passe .... Quelque soit leur motivation, tous ces gens permettent à la course hors-stade d'exister, bravo !  

Voilà le ravito . Beaucoup s'y sont arrêtés, je prends juste une barre de céréales par pure gourmandise, mon eau étant dans le camel . A ce sujet, en voyant tous ces gobelets en plastique par terre le long du chemin, je me dis qu'il serait peut-être intelligent de proscrire les ravitos . De plus en plus de monde court avec leur propre réserve et à l'heure actuelle le moindre effort au niveau écologique peut avoir une importance capitale sur l'avenir de la planète . On supprime les ravitos sur le parcours donc un peu moins de boulot pour les organisateurs et un prix d'inscription revu à la baisse . Tout le monde est content et on agit pour la planète ! Qu'en pensez-vous ?

Avec Ph je crois que l'on commence à en vexer quelques uns à force de passer et repasser mais les remarques qui nous sont faites sont toujours tintées d'une pointe d'humour . Un petit passage vers Photogone et nous arrivons dans la partie finale de la course . Un single-track hyper technique et rendu très glissant par la pluie tombée la veille . Pas question de doubler les gars devant nous, nous restons sagement derrière . On entend au coeur de ce sombre sous-bois le chant féerique d'une flûte . La musique se fait de plus en plus distincte et au sommet d'un petit coup de cul, une jeune fille est là, jouant derrière son pupitre . Très sympa !  On continue à zigzaguer dans la forêt, à monter-descendre et à faire attention où l'on met les pieds . D'ailleurs les obstacles sont très bien signalés et un bénévole nous avertit : "Attention souche à 50m !" . Et ben cela ne m'empêche pas de m'affaler au sol, la souche étant en fait un peu plus loin que les 50m annoncés . C'est ma faute !  On entend à nouveau une musique et en haut d'une côte, à la lisière du bois, une jeune violoniste ! Ni une ni deux, je m'arrête et lui demande de me prêter son instrument . Je vois bien sa surprise dans son regard mais elle me tend en rigolant le violon . Et sûr de moi, je pars dans une délicieuse improvisation . Et oui, une dizaine d'années de violon dans ma jeunesse et une reprise depuis quelques mois me permettent de m'offrir ce petit plaisir . Les coureurs qui passent sont bien évidemment surpris mais personne ne s'arrête ( même pas une petite pièce mon bon monsieur !), l'arrivée étant très proche . Je repars avec Ph et franchissons la ligne sous les chaleureux applaudissements d'une foule nombreuse, au côté d'Obélix que nous venons de rattraper .  15.8km et 295m+ en un peu plus de 1h32 !

La matinée se termine autour d'un bon petit repas dans la salle des fêtes de Sathonay, avec ma chérie, Ph ainsi que Caro . L'occasion de faire plus ample connaissance et de boire un petit coup de blanc (puis de rouge !) .

Au fait rendez-vous le 18 Mai à Albigny pour le Trail des Passe-montagnes .

Publié dans esprit-trail

Partager cet article

Repost 0