Trail des 3 Dents

Publié le par yanshkov

9h10 à Véranne petit village au coeur du Pilat  . Dans 5 minutes sera donné le départ du 7ème Pilatrail des 3 Dents . Contrairement à mes habitudes, je ne me suis pas placé en première ligne . Pas envie de partir à bloc et d'être cuit au bout de 10 bornes . Alors j'attends noyé dans la masse des 450 coureurs prêt à en découdre sur les 20km du petit parcours ou les 40km du grand . Je suis serein, l'approche du jour J a été bonne . Pas de blessures depuis longtemps, un entraînement régulier et bien équilibré et une dernière semaine de qualité avec un semblant de régime dissocié (légumes en début de semaine et féculents depuis jeudi) . Pour mettre toutes les chances de mon côté, nous avons même passé la nuit non loin de là, à Pélussin chez les parents de mon ami Matthieu . La nuit à été bien bonne, sans trop de stress, j'ai fait quelques mouvements de réveil musculaire ce matin au saut du lit avant d'engloutir une grosse part de gateau sport . C'est clair, je devrais être pas mal aujourd'hui . Seule interrogation : ma capacité à tenir la distance . Mais malgré cette petite interrogation, je me suis bien échauffé : une bonne dizaine de minutes avec des accélérations sur 15" . Tiens, ça m'a fait 2 bornes . Avec les 40km de course en plus, je vais courir aujourd'hui mon premier marathon ! 

"Rollerman ?"
  Un groupe de 3 nanas m'interpelle . Elles pensent que je suis un adepte du roller avec ma combinaison rouge et blanche des Passe-montagnes ! C'est vrai que ça aurait pu le faire, ce vêtement étant en fait conçu pour le vélo, mais moi je le trouve aussi très agréable pour courir . 
Je me hisse sur la pointe des pieds pour essayer de voir si il y a des "stars" du trail devant mais je ne reconnais personne . On verra toute à l'heure ..................... en consultant les classements !
Les habituelles recommandations sont données puis nous reprenons tous en coeur le décompte des dernières secondes avant le départ . Cinq !..... quatre !..... trois !..... deux !...... un ! ..... je savoure déjà .....  
C'est parti ! Il faut jouer un peu des coudes pour avancer mais je ne m'affole pas . Tranquillou je remonte la longue file de coureurs qui s'étire dans les ruelles de Véranne . Très vite les choses sérieuses commencent avec la grimpée vers la Croix de Trève via un chemin caillouteux serpentant dans la fôret . Je me sens bien, je cours là où quelques uns marchent déjà . " 3ème féminine, bravo ! " Tiens c'est pas pour moi cet encouragement ! Je double d'ailleurs un peu plus haut Cathy Dubois (Team Asics) et tout de suite après, la fille qui mène le bal . Ca bagarre déjà sévère chez les dames !!! Moi je n'ai aucune idée de la place à laquelle je me situe, mon seul souci étant de respecter les temps de passage que je me suis fixé . D'ailleurs je me les suis inscrits sur la paume de la main  ce matin au stylo .
Mon ascension jusqu'à la Croix de Trève a été plus rapide que prévu, j'ai presque 4' d'avance après 3km mais je suis assez bien et puis, c'est toujours ça de gagner . La petite descente qui suit me rappelle celle, pas très loin d'ici, où je me suis tordu la cheville en début d'année . Alors je me concentre bien sur mes appuis .

Les coureurs sont maintenant bien clairsemés sur le chemin . Je grapille petit à petit du terrain sur les gars qui me précèdent jusqu'à revenir à leur hauteur . Les 6 kilomètres qui arrivent sont relativement roulants avec une succession de petites montées qui se passent facilement, en tout cas pour moi . Par contre c'est trempé au sol et il y a de bonnes grosses flaques que j'essaie tant bien que mal de contourner . J'ai à portée de fusil 3 mecs qui ont l'air de ne pas musarder . J'ai même l'impression qu'ils se mettent des attaques en pleine poire ! Moi j'observe ça de derrière, un peu étonné . L'un des trois craque et je fonds rapidement sur lui . " Ils t'ont mis une grosse mine ou quoi ? " " Non non , c'est moi, je ne suis pas bien " Je reste un court instant à ses côtés le temps d'échanger quelques mots . Le gaillard a couru un trail de 65km il y a 3 semaines et a voulu essayer de voir s'il avait récupéré ! " C'est bon de se prendre des claques aussi de temps en temps " me dit-il ! Puis à la faveur d'une petite côte, je le laisse derrière . Toujours sur le même rythme, je rejoins les 2 autres . Je leur demande quel parcours ils font et les deux me répondent qu'ils sont inscrits sur le 20 . " Et toi ? " " Le 40 kilomètres ! " " Et ben , tu es pas mal alors ! " Puis mètre par mètre je les abandonne ...
Le ravito de Buet est en vu . Déjà 10km de fait, un oeil au GPS, près de 8 minutes d'avance sur l'horaire prévu !  Je me suis peut-être sous-estimé ? Ou alors j'ai cru que la topographie serait plus hostile . En tout cas, ça me permet de prendre le temps de boire un verre d'eau et un verre de coca .
 "Allez Passe-montagne !! Allez Yann !! Une photo pour ton blog !! "  Je suis agréablement surpris d'être reconnu et d'avoir des supporters au bord du chemin . Ca doit être Hervé, le mec qui m'a laissé des conseils sur mon blog cette semaine . Je me souviens qu'il m'a écrit que l'ascension qui suit, vers la Chapelle St Sabin se fait en marchant . Je décide de grimper vraiment à l'aise, sans trop taper dedans . Ca monte sévère par endroit au mileu de ce bois, mais de façon irrégulière et jamais bien longtemps . Je me cale sur le rythme du concurrent qui me précède, alternant marche et petits pas de course sur les replats . On atteint ainsi assez rapidement le sommet . Déjà 700m de dénivelé positif dans les pattes !
Comme prévu, Murielle  a grimpé par l'autre versant pour venir immortaliser le moment . Je m'arrête auprès d'elle . Un petit bisou, une petite gorgée de boisson Maxim et quelques mots sur mes sensations et je repars . Entre temps 2 ou 3 mecs me sont repassés devant mais ce n'est pas très grave . Je fais gaffe dans la descente car c'est un single avec des gros rochers bien pointus qui dépassent ça et là . Puis je reprends une bonne vitesse de croisière sur la route forestière qui conduit à la bifurcation des 2 parcours .  
14ème kilomètre et 1h14 de course . A gauche c'est parti pour encore 26km et à droite plus que 6 bornes de descente ... Sans hésiter je m'élance sur la gauche à l'assaut du Col du Gratteau . Des bénévoles sont là pour vérifier que chaque concurrent prend bien la bonne direction . Je leur demande en quelle position je suis . " 7ème , c'est bien ! "  . Je n'en reviens pas . Je ne pensais pas être aussi bien placé . En plus j'aperçois le 6ème pas très loin devant et même le 5ème .
Un peu plus haut, Hervé m'attend de nouveau . Encore une photo pour le blog ! " Tu es à 1'30" du 5ème, mais t'emballe pas ! "  Pas de souci, malgré l'effervescence dans ma tête, je sais qu'il reste encore du chemin .
Je décide de calquer mon allure sur le mec en rouge juste devant . Il court, je cours . Il marche, je marche ! Malgré ça je grignote petit à petit mon retard . Le passage au col du Gratteau est sympa, ça sent bon les genêts et devant nous se dresse le Crêt de l'Oeillon que nous devrons franchir en fin de trail . Mais pour le moment nous replongeons sur notre gauche, à travers des herbes hautes pour reprendre sur quelques centaines de mètres la petite route en contrebas . Et là, surprise, Murielle se retrouve juste derrière moi, au volant de la Punto . Je lui crie que je suis bien et que je pointe en 7ème position . Puis, après lui avoir fait un petit au revoir de la main je m'engage à nouveau dans un sentier au coeur de la forêt . 
D'après ce que j'en sais, l'ascension jusqu'au Crêt de la Perdrix est longue mais pas trop raide . Je me rends compte que je suis assez à l'aise sur ce genre de parcours sans gros pourcentages . On court sur un sentier puis par moment le balisage nous emmène en hors-piste . Il faut être très vigilant si on ne veut pas se perdre . D'ailleurs alors que je m'apprête à le rattraper, mon compagnon se trompe à une bifurcation . Je le rappelle à l'ordre et en profite pour lui passer devant . Je crois que si je n'avais pas été là, il aurait perdu un peu de temps ! J'aimerai bien qu'il revienne à mes côtés mais malgré quelques passages très courts où je marche et le voit un peu revenir, je reprends du champs dès que je recours . Dommage, à deux on aurait pu se motiver mais je ne vais quand même pas l'attendre .

Chemin faisant me voilà au 2ème ravito . Comme lors du premier, je m'enfile un verre d'eau puis un de coca, je regarde les assiettes de pain d'épices et de saucissons mais rien ne me dit ( même les fruits secs dont je rafolle tant ! ) . Cela fait 2h05 et 23.5km avec près de 1150m de dénivelé positif que je cours, j'ai encore beaucoup d'avance sur l'horaire prévu . Le Crêt de la Perdrix, point culminant du trail avec ses 1432m n'est plus très loin . C'est le GR7 qui nous y emmène . J'aperçois au bout d'une longue ligne droite la silhouette d'un coureur qui marche . Ca me motive une fois de plus mais je décide d'attendre d'être à la table d'orientation marquant le sommet pour accélérer . Là-haut c'est du pur plaisir . On se retrouve à découvert alors que l'on courait depuis un long moment abrités dans la fôret . La vue sur le plateau se dégage et je plonge sur une vaste prairie balayée par le vent . Je suis seul au monde à cet instant . Au loin le mec vient juste de disparaître de ma vue . Moi, je fais gaffe où je mets les pieds dans un difficile pierrier puis allonge un peu la foulée une fois revenu sur la monotrace . Un nouveau passage difficile tout en montée dans les pierres se présente . Au sommet un bénévole est là pour mettre une petite croix au feutre sur le dossard et ainsi contrôler que tout le monde prend bien le bon parcours . "Allez c'est facile jusqu'aux 3 dents maintenant ! " .  Bon et ben on va essayer d'accélérer un peu alors !
La grande piste qui suit est propice à cela, j'ai encore de bonnes jambes, tout va bien . Je suis surpris par le passage tout à côté de moi d'un petit avion de tourisme mais le manchon rayé rouge et blanc flottant au vent m'informe qu'il doit y avoir une piste de décollage tout près . Je passe quelques groupes de marcheurs mais à part ça, je ne vois pas grand monde . Malgré la beauté des lieux, il me tarde d'arriver à l'Oeillon où m'attend ma chérie ...
En fait, elle m'attend un peu avant, dans l'ascension très roulante du Crêt de Bote . J'ai encore pas mal de boisson dans le camel mais je ne sais pas pourquoi je bois au bidon qu'elle me tend . Je ne m'attarde pas trop et reprends presque illico ma route .
Pas très loin se trouve le dernier ravito, juste au pied du Crêt de l'Oeillon . J'y arrive très vite par une bonne descente où j'envoie la sauce !! L'accueil y est comme lors des autres ravitos très chaleureux . Un peu d'eau, du coca mais toujours pas envie de prendre du solide . Les gels énergétiques suffisent amplement . En me retournant, je vois débouler un mec sorti de nulle part ! Quel retour ! Je ne traîne pas et me lance dans le petit raidillon qui conduit à l'antenne . Je me prends à m'imaginer au sommet du Ventoux ....
Le gars est déjà revenu et alors que l'on se lance sur un pierrier très difficile, je le laisse prendre les devants . Il me dit de bien suivre ses pas mais le bougre crapahute comme un chamoix ! Je m'accroche tant bien que mal mais je perds inexorablement du terrain . Nous attaquons dans une partie très technique avec beaucoup de caillasse puis une descente très raide et glissante sur le col de l'Oeillon . A son passage on nous annonce que nous sommes à 17' du premier . C'est bien quand même non ? 
Puis l'instant tant attendu arrive : les 3 Dents s'offrent à ma vue (en avril dernier sur la photo ci-dessus) . Pour arriver à leur pied c'est toujours aussi technique : succession de montées/descentes dans les pierriers assez glissants, gros décrochage au niveau du relief et un peu de boue ... Pour grimper jusqu'à la cîme de chacune des dents, pas le choix, il faut mettre les mains pour escalader . Avec un léger brouillard en prime, on se croirait à plus de 2000m en train de franchir un col pyrénéen (en tout cas ca me rappelle le pic du Han de l'été dernier ...) . Malgré ma prudence je me fais une petite frayeur . Alors que je joue les dahuts à flanc de montagne je glisse sur l'herbe mouillée et me mets à descendre en contrebas . Heureusement je suis stoppé par un buisson juste en dessous !
 
Au sommet de la dernière dent, une petite famille est venue encourager les traileurs . Je félicite les petites filles d'être montées tout là-haut et les remercie pour la bouteille d'eau qu'elles me tendent . 

Allez encore une petite descente délicate où une corde permet de passer sans encombre et me voilà à recourir sur un large chemin . Le gars de toute à l'heure a disparu de mon champ de vision . Je cours encore pas trop mal dans cette partie un peu plate . Peut-être vais-je pouvoir revenir sur lui ?  Mais lors de l'entame d'une descente bien boueuse et rendue très glissante par le passage juste avant des 300 concurrents du petit parcours, l'inexorable crampe aux adducteurs survient !! On est au 36ème km, c'est pas ça qui va me ralentir quand même . Je reste un peu sur la retenue dans les forts pourcentages mais arrive à allonger la foulée sur les replats . Comme aux Cabornis et au Pont du Gard, je gère très bien ce moment, sans trop savoir comment d'ailleurs ! En tout cas, les crampes ne viendront plus m'embêter par la suite .

Un panneau indique un ravito à 100m, je ne l'attendais pas celui-ci . J'asperge d'eau fraiche mes adducteurs, m'enfile un fond de coca et repart à l'assaut des derniers kilomètres . Je peux savourer sereinement ce moment car je n'aperçois personne derrière moi . C'est sûr je suis en moins de 4h ! D'ailleurs j'entends s'élever vers moi le carillon des cloches de l'église de Véranne . Il est 13h, j'entre dans le village après une courte descente caillouteuse . Un petit coup de cul goudronné que je passe au pas de course et c'est l'ultime descente à travers un lotissement . Au bout de la rue s'élève la grande arche rouge symbolisant l'arrivée . Il y a du monde pour applaudir tous ceux qui arrivent et j'ai même l'impression que j'ai le droit à une grosse ovation . En fait c'est plutôt pour l'ancien qui en termine avec son parcours de 20km juste devant moi !
Je retrouve ma chérie une fois la ligne franchie . Je suis vraiment content de ma performance, c'est même passé trop vite ces 40 bornes ! En tout cas ça mérite une bonne petite pression à la terrasse du café restaurant le Tableau Gourmand (un coucou à l'une des maîtresse de maison qui se reconnaîtra !) . J'ai troqué mes chaussures complètement trempées par une bonne paire de tatanes . On regarde se succéder les arrivées en savourant la bière . Bon j'ai un peu froid et j'ai bien envie de prendre une petite douche . Les organisateurs ont pensé à tout . Ils ont installé derrière l'église un paravent de bâches plastiques au-dessus desquelles ils ont fait venir des tuyaux d'arrosage . C'est un peu glacé froid mais ça fait un bien fou !!! La paëlla servie dans la rustique salle des fêtes fait aussi du bien même si je n'ai pas une faim de loup . Un passage au stand photo pour retirer un joli cliché et nous laissons derrière nous Véranne et le massif du Pilat . C'est vraiment passé trop vite ...

analyse et bilan la semaine prochaine ...

Publié dans courses

Commenter cet article

John-David 28/02/2010 13:31


Salut,
j'ai beaucoup aimé ton CR trouvé au hasard sur la toile, ça m'a rappelé ma course, merci à toi, et bravo pour ton résultat.
 


Pat 09/06/2008 08:42

Bravo ! Quelle aisance ! Quelle facilité !!! Presque je suis jalouse !!!! C'est quoi ton truc ??? Moi aussi je veux jouer au chamoix !!! ;-)Et merci pour tes CR aussi détaillés, limite j'ai l'impression d'avoir fait le parcours, cool c'est toujorus ça en plus dans les jambes !!!!

gaucher 08/06/2008 13:25

salut yann et superbe course je n'etais pas tres loin devant.Tres beau recit.Je vois que beaucoup de monde ont souffert ds les 3 dents.@+tinoy

COLIN 07/06/2008 14:36

Salut yann, seul moyen de ta parler, tu répond jamais au tél, toujours dans les bois ou sur le vélo.Bravo a tes dernières perf et ton marathon montagnard. Ton prochain trail c'est la dent du chat?

Pybou 06/06/2008 21:56

Un grand grand bravo pour cette très belle perf ! Outre la performance, je trouve que tes CR rendent une grande partie de tes émotions et ça c'est bon, vive les sensations ! Merci d'arborer ces magnifiques couleurs rouges et noirs :D P.S : si si c'est bien un cuissard de VTT avec un bon rambourage !