Trail des gorges de l'ardèche

Publié le par yanshkov

logo.JPG

 

Ce trail des Gorges de l'Ardèche n'était pas prévu au programme en début d'année pour la simple et bonne raison que j'en ignorais l'existence . Ce n'est que mi-mars à l'occasion du Trail du Ventoux que je suis tombé sur le tract l'annonçant . Un coup d'oeil au planning et ni une ni deux je décide que le dernier week-end de mai serait ardéchois !!

 

C'est ainsi que nous nous rendons à St Martin d'Ardèche samedi matin . Un pique-nique au bord de la falaise surplombant les gorges, une petite rando d'une heure sur une partie du trail sous un soleil de plomb, le retrait du dossard puis une balade dans le magnifique village classé d'Aiguèze nous occupent tout l'après-midi . On monte la tente en attendant Rémy qui nous rejoint en début de soirée . Il hésite encore entre le petit parcours (23km) et le grand (41km) mais je suis assez convaincant et il décide finalement de partir avec moi sur le long . On discute devant notre assiette de pâtes puis il est temps d'aller se coucher .

 

Je me réveille un peu avant 7h . Le temps est un peu couvert mais la température est bonne . C'est le calme plat dans le petit camping que je traverse pour aller prendre une douche . Puis le temps de manger un peu et de se préparer, il est temps de se rendre sur la place du village . Le camping est juste à côté et c'est donc en marchant que nous nous rendons au départ . Je suis serein et content d'être là avec Rémy car le parcours s'annonce de toute beauté . Je fais en guise d'échauffement à peine 100 mètres au trot avant d'aller me placer sur la ligne . Vraiment très peu de têtes connues si ce n'est Jean Pierre Pepey de Belley (un client pour la gagne) et Seb Capel des Passe-montagnes .  

 

avec-Remy.jpg

 

depart-I-copie-1.jpg

 

Le départ est donné à 9h et c'est groupé que nous empruntons le pont surplombant l'ardèche . Je suis aux alentours de la 15ème place au côté de Rémy sur un rythme pas trop rapide permettant de s'échauffer un peu .

 

le départ

 

depart-II-copie-1.jpg

 

Nous entamons le faux plat montant vers Aiguèze dans le sillage de Jean Pierre Pepey . Devant, quelques coureurs sont partis vraiment très vite mais ils doivent probablement faire le 23km . En tout cas je ne m'en préoccupe pas trop et garde mon allure . Nous traversons le beau village d'Aiguèze qui commence à peine à se réveiller .

 

traversee-d-Aigueze-copie-1.jpg

 

On se croirait dans une corrida à tournicoter dans ces étroites ruelles . Puis arrive les premiers chemins, alternant monotraces et pistes plus larges . Je  prends le relais de Rémy qui menait le train jusque là et prends même quelques longueurs d'avance à la faveur d'une côte en pente douce . Je me sens vraiment bien, il fait chaud mais c'est très agréable . Le décor est splendide, ça sent le Sud à plein nez !!! Je me retourne de temps en temps pour voir si mon copain est toujours là . Ce serait vraiment cool si on pouvait faire toute la course ensemble .... J'encourage un jeune coureur que je suis en train de doubler et celui-ci me dit qu'il connait mon blog ! Il me demande pourquoi un gars si fort (il parle de moi !!) part aussi doucement (!!!) . Je lui réponds que la course est encore longue et qu'il est fort possible que je sois déjà en tête de l'épreuve (je n'imagine toujours pas que les fusées de devant vont faire le 41km)  . On se souhaite bonne continuation ( n'hésite pas à me laisser un message si tu passes par là ! qu'as-tu fais sur le 23 km finalement ??) . Après un début de course assez roulant nous attaquons la partie très technique de la Combe de Sentouze . A la faveur d'une descente raide dans un pierrier Rémy revient et nous sommes alors 4 ou 5 coureurs ensemble . Mais dans une côte où il est impossible de courir à cause du pourcentage mais aussi du sol rendu instable par la caillasse nous nous retrouvons plus que tous les 2 . Rémy a quelques soucis avec ses chaussures et s'arrête deux trois fois pour les resserrer  mais il revient à chaque fois . Le retour sur Aiguèze se fait sur le GR 4 qui surplombe les gorges . Rémy décide de prendre les devants et de relancer un peu l'allure histoire de ne pas s'endormir sur un faux rythme . Le profil est légèrement descendant maintenant et nous pouvons allonger la foulée . De temps en temps nous apercevons 2 gars juste devant . Rémy doit encore faire un arrêt express . Puis alors qu'il me revient dessus je l'entends pousser un cri ! Il vient de se tordre la cheville et a entendu craquer . Putain c'est pas de bol ça, j'espère que ça va aller pour la suite ... Pour le moment il peut encore courir, ça à l'air de tenir le coup . Alors que nous rejoignons Aiguèze, nous voyons en bas le pont de bateaux et les premiers concurrents y passant sous les encouragements de nombreux spectateurs . Il doit bien y avoir au moins 3 minutes d'écart, les gars font vraiment un début de course rapide !! Nous empruntons les longues marches en pierres pour descendre le long de l'ardèche .

 

escaliers

 

Murielle se trouve là, je prends un bidon plein et Rémy part avec de nouvelles fioles . Elle nous indique que le dossard 51 est passé depuis environ 2-3 minutes . Vraiment je ne pensais pas qu'un gars du 41km allait partir aussi vite !! Y'a du costaud devant mais la course est encore longue, il reste plus de 30km et beaucoup de choses peuvent se passer .

 

sur-le-pont-de-bateaux.jpg

 

sur-le-pont-avec-Remy-copie-1.jpg

 

C'est donc en marchant que nous traversons ce pont inédit puis nous reprenons la course sur l'autre rive . Dès que c'est un peu roulant je prends quelques mètres à Rémy mais le premier ravito permet à mon ami de recoller . Je prends un peu de banane et boit quelques gorgées d'eau avant de repartir . J'ingurgite les morceaux de fruit tout en trottinant . Quelques mètres plus loin nous laissons la rivière et le petit parcours sur notre gauche pour nous élancer à l'assaut du grand circuit . Je négocie sans problème le long raidard goudronné qui nous permet de rejoindre le bois au-dessus  de Saint Martin et un passage à nouveau hyper technique : de la monotrace, du pentu, de la falaise, il faut mettre parfois les mains, il faut sauter de hautes marches de pierre mais malgré la technicité je me régale . Rémy n'est pas très loin derrière mais je ne le vois plus tant le tracé virevolte dans tous les sens . Ensuite c'est plus roulant sur un large chemin et je me retourne pour constater que je suis désormais tout seul . Rémy doit être trop handicapé par sa cheville et je ne peux résolument pas attendre, les jambes répondant vraiment bien aujourd'hui . Dans une descente bien raide, je croise un vététiste qui me dit que le premier est passé il y a 2 minutes environ . A priori ça veut dire que je ne perds plus de terrain depuis quelques kilomètres, c'est encourageant ça !! Je passe à côté d'un champ de lavande avant d'emprunter un petit tunnel passant sous la route . Puis c'est la plongée vers les gorges de l'ardèche que nous allons longer pendant près de 3 kilomètres . Et là c'est encore du pur trail !! Des dalles de pierres parfois glissantes, du sable, des échelles, des passages étroits juste au-dessus de l'eau et même un tunnel où il faut ramper tant cela ressemble à un trou de souris . Je n'avance pas très vite mais pour autant je ne me retourne jamais et reste focalisé sur mon allure . D'ailleurs je n'imagine pas un coureur passer plus vite ou alors c'est qu'il prend vraiment des risques insensés . Je double par moment quelques coureurs du petit parcours puisque cette partie est commune jusqu'à un ravitaillement en eau . J'y remplis mon bidon et m'arrose le visage . On m'indique alors que le premier est passé il y a 2-3 minutes ... Toujours ce même écart qui me rassure quand à ma progression relativement lente le long de l'ardèche ... C'est apparemment pour tout le monde pareil . Je repars et pour la première fois de la journée j'aperçois le gars de tête au loin . Un petit coup d'oeil au chrono pour constater qu'il y a bien 2 à 3 minutes d'écart entre nous deux . Derrière je ne sais pas où sont les autres et je me concentre sur ce qu'il y a devant . 

 

Nous arrivons alors à un autre gros morceau de la journée avec la grimpée de la forêt de la Coutelle . Fini le plat le long de la rivière, place à du pentu . Ce n'est d'ailleurs pas pour me déplaire et dès les premiers mètres d'ascension je vois le gars de tête de course quelques lacets plus haut !! Je reviens assez vite sur lui sans pour autant me mettre dans le rouge . Je ne le sais pas encore mais il s'agit de Bastien Bavrais au palmarès déjà bien rempli actuellement en tête du TTN court !  . Je lui demande si ça va et il me répond qu'il a une allergie mais je ne comprends pas exactement de quoi il s'agit . Je prends ensuite la tête sans pour autant accélérer . Nous faisons alors quelques kilomètres ensemble à travers la garrigue . Des passages techniques se succèdent avec des descentes en pierriers et des remontées dans les rochers . Il faut même éviter un joli serpent au travers d'un chemin . Il fait bien chaud et un nouveau ravito en eau est le bienvenu .

 

ravito-express-copie-1.jpg

 

Je remplis mon bidon une fois de plus et m'asperge la figure et repars toujours avec mon compagnon de route . Mais cette fois je prends quelques mètres et il semble lâcher prise . Nous arrivons sur le secteur où nous avons randonné la veille avec Murielle et je ne suis donc plus en terre inconnue .

 

murielle sur le parcours

 

Je profite alors d'un long faux plat montant pour creuser l'écart et à la faveur d'une ligne droite de 200 ou 300 mètres je constate que Bastien a disparu . Ca me booste un peu d'autant que je sais que Murielle m'attend juste en haut . Ca y est je la vois, elle a préparé un bidon d'eau et du coca . J'en prends quelques gorgées sans m'arrêter et continue mon chemin sous les encouragements de ma chérie . Je débouche assez vite au 3ème ravito qui se tient à la grotte de St Marcel . Mais je ne m'arrête que quelques secondes pour prendre des morceaux de bananes et boire à nouveau un peu de coca . Il faut que je fasse l'écart sur Bavrais pendant que les jambes répondent bien .... 

 

vers la grotte de st marcel

 

La suite est assez roulante et je peux courir de partout . Je double régulièrement des coureurs du petit parcours et je les encourage en leur disant que c'est bientôt fini pour eux . Par contre je peste contre toutes ces bouteilles d'eau jettées au sol après le ravito . Vraiment débile comme comportement !! 

 

Il reste encore du chemin mais je ne sais pas exactement combien puisque je n'ai pas emmener mon GPS ni mon cardio, je fais tout à la sensation . Et les sensations sont vraiment bonnes alors que je cours depuis presque 3h . Dans une descente, des crampes aux adducteurs me font tout de même descendre de mon petit nuage . Je prends illico de la sporténine et une gorgée de gel Maxim framboise/passion . Je bois aussi de façon plus régulière et soigne ma respiration . Les crampes disparaissent petit à petit et je peux reprendre le trot dans le faux plat suivant . Il faut maintenant penser à s'hydrater constamment et tenter de ne pas s'emballer dans les descentes . Je passe une côte bien raide en marchant et au sommet un bénévole m'indique que c'était la dernière . La suite n'est pas totalement plate mais les côtes ne présentent plus de gros pourcentages . Je prends un plaisir énorme à toutes les passer en trottinant et je remonte même sur mon petit nuage et m'imaginant en Julien Rancon ou Kilian Jornet ( t'exagères pas un peu non ??!!??) . J'arrive au dernier ravito perdu au milieu de la garrigue . Comme à chaque fois je ne prends qu'une banane et pendant que je remplis mon bidon je discute avec les 3 bénévoles qui sont là . D'après eux il me reste environ 6kms et lorsque je leur demande s'il ne reste que de la descente ils me répondent que ce n'est pas tout à fait ça ... Il va falloir attendre un peu avant de se laisser descendre sur l'arrivée !! Je repars et quelques minutes après j'ai encore le ravito en vu et  je peux me rendre compte qu'aucun coureur n'y est arrivé . Sauf grosse défaillance, je dois pouvoir finir en tête du trail des gorges ...

 

Je dois quand même faire avec un nouvel épisode "crampesque" dans une petite descente mais comme à chaque fois je maitrise assez bien la situation . Puis je retrouve à nouveau des coureurs du petit parcours ce qui signifie que je suis rentré dans les derniers kilomètres de course . La plupart sont des nanas que je double pour la seconde fois de la matinée . J'espère ne pas trop leur avoir sapé le moral ... Je reconnais le pont derrière le camping, ça y est je suis dans les ruelles de Saint Martin et je cours encore bien vite . Je débouche sur la route bordant l'ardèche et aperçoit l'arche d'arrivée quelques centaines de mètres plus loin . Je lève les bras vers le ciel pour exprimer ma grande joie !! Un bisou à Murielle et je passe la ligne d'arrivée en 3h50'15'" . Le speaker est tout étonné et me demande à plusieurs reprises si j'ai bien fait le grand parcours !! Oui oui je vous assure, j'ai tout fait !!

 

arrivée-copie-1

 

Encore une fois je ne suis pas "fracassé" à l'arrivée et c'est vraiment très agréable de pouvoir marcher normalement après 41km . Je me change tranquillement au bord de la fontaine en discutant avec des coureurs du petit parcours curieux de savoir comment je m'entraîne . Un petit coup de fil à ma mère (et oui c'est sa fête aujourd'hui) et Bastien franchit la ligne en compagnie de son fidèle chien, Dexter .

 

avec Bastien Bravais

 

Ca fait 22 minutes que je suis arrivé, il a du avoir un bon coup de moins bien dans le final . Nous montons sur le podium répondre aux questions et de là-haut je vois mon Rémy arrivé en marchant au milieu de la place . Je comprends alors qu'il a du jeter l'éponge à cause de son entorse . C'est pas juste, lui qui s'occupe tellement bien de moi lorsque je suis blessé ou que j'ai quelques pépins physiques ... Finalement c'est un autre copain qui vient compléter le podium en la personne de Seb Capel . Je descends le congratuler, il est blanc comme un linge et nous fera même un petit malaise par la suite . Je le chambre en lui disant que c'est pas raisonnable de se mettre dans un état pareil !! 

 

Nous allons plier les affaires de camping puis vient le moment des récompenses . Séjour dans un centre Pierre et Vacances, bon d'achat, short, bouteille de côtes du Rhône, ça valait le coup de venir non ?

 

podium-copie-1

 

On boit un coup en terrasse (qu'elle fait du bien cette mousse bien fraîche !!) puis vient  l'heure de remonter sur Lyon ...

 

Le prochain trail sera le Marathon du Mont Blanc le 27 Juin puis l'Ultra Tour du Beaufortain le 18 Juillet . En attendant je vais continuer mon entraînement sur les mêmes bases puisque j'ai trouvé la bonne formule me concernant ... Ca commence par un gros week-end vélo avec 2 fois 220km au programme à l'occasion de Lyon-Mont Blanc-Lyon !!

 

ps : j'ai perdu mes lunettes de soleil entre le passage du pont de bâteaux et le ravito de la grotte de St Marcel . Si quelqu'un les a trouvées ça serait cool de me le faire savoir ... (lunettes Rudy Project verres bleus) .

 

photos : Alexis Vettoretti et Murielle

Publié dans récits 2010

Commenter cet article

Hervé 16/06/2010 11:22



Pleins feux, pleins gaz! Bravo



Carotte pour tous 11/06/2010 09:03



Salut toi!


Juste pour info si tu ne le sais pas : il y a une belle photo de toi dans le dernier Trail Attitude. (je ne l'ai pas acheté sinon je te l'aurais scanné).


Une vraie star de Yann!


Bisous



Taz le Diable 10/06/2010 12:55



Et ben, je prends le temps de lire mes CR en retard et je m'aperçois que tu performes toujours autant !!!


Bravo à toi et bonne chance pour la suite ;-)



Arthurbaldur 09/06/2010 14:21



Bravo m'sieur. Une de plus dans la poche. Tu t'imagines en Rancon ou en Jornet sur les chemins ... moi m'imaginer en yanshkov me va déjà très bien.
Encore toutes mes félicitations.



Tercan 07/06/2010 08:16



Et de 3 !!!


Fàlicitations, ça semble limpide comme gestion de course !!! Impressionnant