Saintélyon 2013 version sprint !

Publié le par yanshkov

depart-copie-1.jpg

 

La Saintélyon devait être mon ultime objectif de la saison comme de coutume depuis 2011. Mais la blessure au mollet resorbée seulement fin octobre m'a obligé à sagement renoncer à la courir . Car si j'adore cette épreuve je n'ai pas envie d'y participer sans y être correctement préparé, surtout après 2 éditions bien réussies . Mais les organisateurs ont ajouté une nouvelle épreuve solo sur les 21 derniers kilomètres du parcours (22,5km plus précisément) et comme je bosse ma vitesse en ce moment et que j'ai très envie d'être de la fête, ni une ni deux je prends un dossard pour la Saintésprint . Voilà comment je me retrouve samedi en début de soirée au Palais des Sports pour retirer la fameuse chasuble et le livre de l'excellent Benjamin Steen relatant l'histoire de la Saintélyon .

 

livre.jpg

Vers 21h nous embarquons à bord des bus qui nous emmènent rapidement à Soucieu-en-Jarrest où sera donné le départ à 23h . A la descente du car je constate immédiatement que la température est fraîche mais que mon ensemble short-maillot et manchettes fera l'affaire . Les quelques 1500 coureurs se regroupent dans l'immense salle polyvalente où je termine ma préparation : frontale réglée, lacets serrés, baume du tigre sur les genoux, gants ajustés et quelques gorgées de boisson d'attente ... 22h30 il est temps d'aller trottiner à l'extérieur histoire de ne pas partir à froid ...

 

22h59, le départ est imminent en plein centre de Soucieu habituellement évité par le parcours de la Saintélyon . Je retrouve des têtes connues au départ comme Eric Grandjean, avec qui je suis venu de Villefranche et Bruno Achard (Endurance Shop Villefranche) . Je suis placé en première ligne au côté de Martin Reyt (Team Sigvaris) et d'autres concurrents que je ne connais pas mais tous plus affûtés les uns que les autres ! Une minute d'applaudissements en souvenir de Sébastien Bresle puis une ola lumineuse et le départ est enfin donné .

 

Ca part très vite et au bout d'une centaine de mètres Martin Reyt et 2 autres gars ont déjà quelques longueurs d'avance . Je ne suis pas très loin derrière en 4ème position mais l'allure est rapide et je me demande si je ne fais pas une connerie de partir si vite ! Tant pis faut savoir prendre des risques si je veux aller chercher un podium à Gerland (c'est à dire finir dans les 5 premiers) . Je refais mon retard dans la descente juste après la salle polyvalente à plus de 18km/h et en prenant au maximum au plus court dans la légère courbe à gauche . Je suis donc dans le groupe de tête au moment d'aborder le premier sentier . L'allure ne faiblit pas et c'est Martin qui mène la danse . C'est grisant d'aller si vite mais je sais que si ça ne ralentit pas je ne pourrais pas tenir longtemps ... Je reste au contact encore quelques minutes avant de voir s'éloigner doucement mais inexorablement le trio . Un peu plus loin 2 coureurs reviennent sur moi . Heureusement je ne faiblis pas et on reste un moment ensemble . Je leur dis que peut-être ils sont partis trop vite devant et qu'on peut peut-être les revoir avant l'arrivée . Mais Mathieu Rival, qui est un des coureurs qui vient de me rejoindre m'annonce que dans le trio de tête il y a Flavien Thomas 30'09" sur 10km ... Ah ouais, pas sûr de le revoir avant Lyon celui-là !

 

Mathieu (qui lui aussi n'est pas mauvais avec moins de 33' sur 10 bornes) me lâche dans l'inédite descente vers le Garon . Bien que sans grosses difficultés je ne prends pas de risques inutiles même si il me semble que je n'amuse pas la galerie ! On traverse la passerelle du Chabran avant d'attaquer la remontée vers Chaponost . C'est moins raide que sur l'ancien parcours mais ça semble monter plus longtemps . J'ai une bonne allure et je prends plaisir à crapahuter au milieu des cailloux . Un coureur m'accompagne et reste dans mon sillage avant de me passer le relais alors que nous retrouvons la route et le plat . J'ai du mal à relancer et mes cuisses se durcissent brutalement si bien que je dois laisser partir mon compagnon . Je suis 6ème et le top 5 commence à séloigner . Mais je ne me désunis pas et garde ma vitesse de croisière . Les sensations s'améliorent petit à petit et je parviens à revenir sur le 5ème alors que nous approchons du parc du Boulard . Mais 2 autres coureurs nous ont rejoint et c'est un quatuor qui se forme alors . Je mène le groupe dans les allées le long de l'étang, passe sans problème le petit passage boueux avant d'attaquer une courte montée . Un des coureurs attaque et je dois serrer les dents pour rester au contact mais personne ne "saute" et c'est à 4 que nous continuons notre périple, alternant routes et sentiers . Ca fait bizarre de courir si vite, d'habitude j'ai plus de 50km dans les jambes quand j'arrive ici et l'allure est bien différente !

 

Plus loin j'accélère afin d'aborder en tête une descente un peu scabreuse et les 3 autres emboitent le pas . Un peu après je commence à avoir des points sous les côtes que j'essaie de faire passer en soufflant profondément mais ça ne passe pas . Je perds quelques mètres mais rien de dramatique et je suis juste derrière le trio au passage au ravitaillement de Beaunant où personne ne s'arrête . On attaque la célèbre montée des aqueducs en courant . En 2011 et 2012 j'étais passé naturellement en marche rapide si bien que je ne m'étais pas rendu compte que c'était si raide !! Pas loin de 20% au pied, les cuisses brûlent mais je fais toute la bosse en trottinant . Malgré cela je ne peux suivre mes compagnons qui mètre par mètre me distance . Cette fois c'est mort pour le top 5 mais je ne suis pas déçu puisque j'ai tout donné avec la forme du moment .

 

Au sommet il ne reste que 5km, essentiellement en descente et je parviens à bien relancer l'allure . Le parcours est désormais urbain et il faut faire gaffe au balisage un peu léger . Je me concentre pour ne pas râter les flèches indiquant les multiples directions à prendre . D'un coup j'aperçois un coureur juste devant . Je me dis qu'il a dû se planter mais à son allure je comprends qu'en fait il est cuit . C'est Mathieu Rival, il m'encourage en me disant qu'ils ne sont pas très loin devant et je lui souhaite bon courage pour la fin . Je négocie une par une les 200 marches du chemin du Grapillon et retrouve les bords du Rhône au niveau du quartier de la Confluence . Le final est 2 fois moins long que lors des éditions précédentes mais je le trouve moins beau . Le passage au bord du périphérique est moins sympa que la longue traversée jusqu'à la pointe de la Confluence . L'avantage c'est que le pont Pasteur et les allées du parc de Gerland sont atteints plus vite ! Je cours encore à plus de 15km/h et les dernières minutes de course passent plus vite . Dans la dernière ligne droite je jette un oeil à mon chrono et constate que je peux finir en moins d'1h30 . J'accélère et accélère encore et entre dans le palais des sports en 1h29'51" en 6ème position (un coureur a dû se perdre dans le final) .

 

arrivee-copie-1.jpg

 

Je ne suis pas dans le top 5 mais la règle du non cumul me permet de pouvoir monter une nouvelle fois sur le podium d'une épreuve de la Saintélyon en tant que 1er sénior .

 

SAINTELYON-2013-032.JPG

 

 RESULTATS

 

SAINTELYON-2013-003.JPG

 

De mon arrivée à 0h30 jusqu'à la remise des prix à 11h, je ne rate pas une miette des arrivées successives des coureurs et je ne vois pas le temps passer à discuter avec les copains rencontrés ici et là . Et que d'émotion quand le surprenant Benoit Cori franchit l'arche d'arrivée de la Saintélyon . Je n'ai pas pu m'empêcher de me lever de mon siège pour l'ovationner car il a fait un truc énorme . Je vous conseille son CR à lire ICI .

 

Du plaisir aussi de voir mon pote du Team Raidlight Alex Mayer finir 3ème . Après sa grosse déception de l'Ultra des Templiers il a su rebondir et prouver qu'il faisait partie des tout bons .

 

SAINTELYON-2013-004.JPG

 

Dommage que l'aventure du Team Raidlight Elite s'arrête après seulement 2 ans. Notre petit groupe s'entendait à merveille et prenait plaisir à se retrouver sur les rassemblements et les courses . C'est ainsi, chacun va continuer son petit bonhomme de chemin, ce qui ne nous empêchera pas j'espère de se croiser de temps à autre . 

 

En tout cas merci Raidlight pour le partenariat depuis 4 ans et je souhaite longue vie au Team Ouvert à Tous !

 

Je vous informerai prochainement de mes projets 2014 . Je suis toujours motivé et ma collaboration avec un entraîneur devrait me permettre de progresser après 2 saisons difficiles malgré quelques bons résultats de temps en temps ! En tout cas après seulement quelques semaines je sens déjà la différence ...

Publié dans courses

Commenter cet article

pascal 26/12/2013 23:17


En surfant sur le net, ma curiosité m'a amené sur ton blog sur lequel je me suis régalé de quelques compte-rendus de trails qui me sont familiers. Ca m'a permis de revivre ces
courses mais...dans le peloton de tête (que je ne connaitrai jamais, et oui...chacun son niveau !). Mais je vois qu'il te manque le Trail des Coursières à ton palmarès : tu devrais pouvoir y
remédier en y participant le 12 janvier !

Jérôme 17/12/2013 15:49


Bravo Yann pour ce beau résultat à travers les mont du Lyonnais, sur courte distance cette fois. Au plaisir de se recroiser bientôt (en 2014 sur le Stevenson ?).

Will 11/12/2013 10:28


Bravo Yann pour cette course très rapide et pour la perf !!
Passe de bonne fête
A+