Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

esprit-trail

Gagnez une boîte de galettes bretonnes !

Publié le par yanshkov

Des nouvelles à quelques jours du Trail de Belle île et après une longue absence sur la toile en raison d'abord des vacances puis d'un ordinateur plus trop en forme ! Pas d'inquiétude tout est rentré dans l'ordre .

 

2010-7549.jpg 

Donc samedi je serai au départ de la première édition de Belle-Ile en Trail . Je crois que la préparation a été bonne avec une reprise lors de nos vacances à Buis-les-Baronnies (Ventoux en vélo, rando avec Murielle et trail sur les sentiers) puis avec un gros bloc d'entraînement fin Août ( à voir ici ) . Il a fallu travailler la vitesse et les changements de rythme qui seront permanents sur ces sentiers côtiers . J'ai ainsi effectué de bonnes séances en solo mais aussi avec les potes Juju et Rémy notamment lors d'une grosse sortie dans les escaliers lyonnais .

 

En tout cas j'ai hâte de découvrir cette île et d'en faire le tour . Depuis le Beaufortain je n'ai fait que des sorties relativement courtes et courir pendant de longues heures me manque ... D'ailleurs quel temps vais-je mettre pour effectuer les 84km de course ? C'est bien là la question que se pose tout le monde avant cette première édition . Comme le dit si bien Christophe Malardé : "Les pages sont aujourd'hui blanches. Pas de palmarès, pas de temps référence, pas encore de lieux mythiques recensés par les coureurs comme les difficultés suprêmes du parcours, peu d'images et aucun finisher..Pourtant pour cette histoire, le casting est bientôt terminé. Nous avons le lieu du tournage: une île de 80km de périmètre, des sentiers escarpés, des plages isolées et des paysages à couper le souffle. Nous avons aussi les acteurs : vous , un millier de coureurs-traileurs et une bonne centaine de goélands argentés.  Avec tout cela, les scénarios peuvent être nombreux ! ...  C'est un parcours usant où nous subirons l'humeur de la météo. Chaleur, pluie ou vent ? Peut-être les trois... La Bretagne en est capable ! "  .

 

Je vous propose de pronostiquer le temps que je vais mettre lors de ce trail et ainsi de gagner une boîte de galettes bretonnes !! Pour cela indiquez le temps en commentaire ...

 

Bonne chance à tous !

 

2010-7573.jpg

 en grimpant au Ventoux ...

 

Et rendez-vous pour le CR la semaine prochaine ...

 

 

Publié dans esprit-trail

Partager cet article
Repost0

En interview ...

Publié le par yanshkov

 

 

 

En attendant retrouvez-moi en interview sur le site du Team Raidlight et sur le blog de mon copain David (cliquez sur les photos) ...

 

photo-arrivee.JPG 

avec le Dav

Publié dans esprit-trail

Partager cet article
Repost0

Salève nous voilà !!

Publié le par yanshkov

Et ben voilà, la première édition de l'Ultra Montée du Salève c'est samedi ! Nous serons une centaine de privilégiés (enfin on vous dira si c'est vraiment un privilège de grimper pendant 6h !) à nous élancer de la station inférieure du téléphérique du Salève à 10h précises . A priori les conditions météo seront bonnes avec du soleil et une température autour de 10°C ( on aura ni chaud ni froid !) .

 

le-saleve.jpg 

 Côté favori j'ai jeté un oeil à la liste des partants et j'ai reconnu quelques noms qui devraient tirer leur épingle du jeu : le triathlète Romain Buschino, les ultra-trailers Matthieu Girard, Pierre Prost-A-Petit, Laurent Vercueil, Philippe Rossier ou encore chez les filles la marraine de l'épreuve Karine Herry et Martine Volay . 

 

En ce qui me concerne la motivation est là ! Par contre je n'ai pas couru depuis le trail du Ventoux et l'entraînement a été fait uniquement en vélo, la faute à la cheville douloureuse . J'ai ainsi fait 550km durant les 2 dernières semaines dont une grosse sortie sous la pluie de 116km et 2355m+ en 4h15 avec plusieurs cols . J'ai pris pas mal de force dans les cuisses en montant des cols et en luttant face au vent violent pour rentrer après le taf .  On verra bien si ça m'aidera à grimper comme un chamois ... La cheville semble aller mieux grâce au repos, aux anti-inflammatoires, à l'argile verte et aux exercices de kiné (que je fais seul je commence à être rodé !!) . Rémy, mon ostéo de choc a aussi mis toute sa science pour que je sois opérationnel sur les pentes du Salève . Côté poids, comme prévu je suis quasiment à 62kg, y'a plus grand chose à traîner !!!

 

Malgré tout, le déroulement de l'épreuve n'est pas vraiment prévisible et c'est ça qui est beau et excitant (et même flippant !!) . Comment mes jambes mais aussi ma tête vont réagir à cet exercice si particulier ??? Réponse samedi à 16h !!

 

N'hésitez pas en m'envoyer des SMS d'encouragement, je pourrai les lire dans le téléphérique à chaque descente (06 89 43 25 34) . Dès l'arrivée je vous communiquerai alors les nouvelles .

Publié dans esprit-trail

Partager cet article
Repost0

Ultra Montée du Salève c'est dans 1 mois ...

Publié le par yanshkov

L'Ultra Montée du Salève, c'est le 10 avril, donc dans tout juste 1 mois ... Je me suis fait une reconnaissance de la grimpée hier en compagnie d'une grosse dizaine de kikoureurs . Le but était de faire une sortie en bonne compagnie, un bon entraînement et aussi de pouvoir estimer un peu les temps que je devrais pouvoir faire le jour J . 

reco saleve 1
Nous avons fait une première montée relativement cool pour bien repérer le parcours qui se perd parfois en hors-piste . La première impression c'est que ça va être dur !!!

reco saleve 2
Le pied de l'ascension n'est pas très raide mais très vite la pente s'accentue avant d'arriver à 2 séries de marches d'escaliers .

reco saleve 3
Hier certaines marches étaient gelées de chez gelé et il fallait obligatoirement se cramponner à la rembarde pour passer . Heureusement dans un mois ce ne devrait plus être le cas .

reco saleve 12
reco saleve 4
Au tiers du parcours, un petit replat  de quelques centaines de mètres permet de relancer avant d'attaquer une nouvelle côte . Au début ce n'est pas hyper raide mais cela va crescendo et arrivent des passages verticaux où il faut s'aider de ses mains et bien pousser sur les cuisses . 

reco saleve 5
Un nouveau replat permet de récupérer et/ou de relancer mais il est très court avant de se lancer dans les 200 derniers mètres positifs d'ascension . Ca se déroule toujours dans la forêt, pratiquement un tout droit dans la pente . Devant on aperçoit le soleil à travers les arbres et on devine l'arrivée au sommet . 

reco saleve 8
Il ne reste alors plus qu'à traverser une prairie en faux plat sur environ 400m pour rejoindre le téléphérique . 

reco saleve 10
Nous avons mis 44' pour effectuer les 663m+ ce qui d'après mes calculs doit permettre de faire 6 montées le jour J . C'est un rythme relativement cool, tout en marchant, que j'ai fait en endurance fondamentale (70% du max) . 

Nous sommes redescendus tranquillou par les chemins, en faisant gaffe aux passages encore gelés sur les hauteurs avant d'effectuer une nouvelle montée . 

Cette fois mon objectif est de monter vite pour avoir une idée réelle de ce qu'il est possible de faire le jour de l'épreuve . Suite à la première montée, je décide de ne pas prendre les bâtons . Il y a trop de passages où il faut mettre les mains et sur les replats où il faut relancer je les trouve inutiles  . Je pars donc sur un bon rythme et cours jusqu'à l'attaque des escaliers . Là les marches sont bien hautes et je les passe 2 par 2 en marchant et en m'aidant parfois de la rambarde métallique sur le côté . J'enchaine toutes les marches de cette façon et continue de marcher vite jusqu'au premier replat où je relance en trottinant . Ce n'est pas facile mais c'est à mon avis obligatoire car on peut gagner ou perdre pas mal de temps . Je passe pas trop mal les passages verticaux, en m'aidant des arbres et des rochers qui me servent de prise . Les cuisses et lombaires sont mises à rude épreuve et je commence à bien transpirer . Pour autant je ne suis pas en sur-régime et je reste au milieu de ma zone de seuil . Je relance en de très rares occasions en trottinant mais l'essentiel est fait en marchant, les mains posées sur les cuisses pour pousser . Je ne reprends le trot que dans la dernière partie en faux plat menant à l'arrivée . C'est dur de relancer mais on sait que c'est la fin et que l'on pourra récupérer quelques instants en haut et dans le téléphérique . J'arrête le chrono : 32 minutes soit une montée à presque 1300m+/h .  Ca se précise quand au nombre de montées qu'il sera possible de faire pendant 6 heures ...

reco saleve fransescamerci francesca pour cette très instructive reco ...

Tout le monde se regroupe au sommet et nous repartons pour une nouvelle descente . En bas, personne ne veut tenter une troisième fois l'aller-retour mais je ne suis pas venu pour rien et j'ai vraiment envie de voir si les 32 minutes sont réalisables plusieurs fois . Je repars donc seul, en courant . Les jambes commencent à accuser le coup et j'attaque la marche rapide un peu plus tôt que précédemment . Les sensations sont moins bonnes que tout à l'heure mais je reste concentré jusqu'au sommet malgré un petit mal au bas du dos . Je ne regarde ma montre qu'une fois en haut et surprise, je suis en moins de 33' (32'40") . Cool ! 

Cette fois je redescends par la route afin d'allonger la foulée et de finir un peu vite, ça pourrait servir dans une semaine au Ventoux !!

Le bilan de la journée est bon : un gros entraînement (21km 2085m+ environ 3h30) et pas mal d'enseignements . 

reco saleve9
Je suis donc capable de grimper en 32'  . Reste à savoir combien de fois je suis capable de le faire ... Je peux par contre gagner près de 3kg d'ici 1 mois . En effet j'ai grimpé avec mon sac camel-back ainsi que mes bâtons ce qui représente 2kg . Je compte aussi perdre 1 voir 1,5kg pour tomber à un poids de 62kg . Je serai aussi vêtu plus légèrement le jour J . Tout ça pour dire que je pense que les 32' sont réalisables sur les premières montées . Je pense aussi que la première grimpée sera un poil plus rapide en raison de l'euphorie du départ, de l'émulation d'être en groupe et de la fraîcheur physique . 

Ainsi d'après mes prévisions les plus optimistes il m'est possible de réaliser 8 montées (5300m+ quand même !!!) .

NOMBRE DE
MONTEES

TEMPS DE MONTEE

HORAIRE AU
DEPART

1

31'

10h42

2

32'

11h25

3

32'

12h08

4

33'

12h52

5

34'

13h37

6

35'

14h23

7

36'

15h10

8

?

 

 

Dans cette prévision je tiens compte des 800m de plat entre la sortie du téléphérique et le début de l'ascension et que j'estime possible de faire autour de 3 minutes (j'ai mis 3'18" lors de la reco mais tranquillou) et le temps d'attente et de descente du téléphérique soit a priori 8 minutes maxi .

Un aspect très important du règlement est qu'il faut arriver à la sortie du téléphérique avant 15h15 pour pouvoir faire une dernière montée . Il s'agit donc de bien gérer son affaire car ce serait rageant d'être arrêté à 15h16 !!! Dans mes prévisions j'ai une marge de 5', ce n'est pas énorme mais le but sera d'augmenter ce laps de temps en essayant de faiblir le moins possible et de faire la 7ème ascension comme si c'était la dernière . Il doit être possible de gagner du temps au niveau de l'attente du téléphérique et de gagner suivant comment ça se goupille jusqu'à 2 minutes par ascension .

Ensuite en ce qui concerne l'ultime montée le but sera d'arriver au sommet avant 16h car après la montée ne sera pas comptabilisée . Et oui c'est cruel !! Mais bon, y'aura un peu de marge, car au plus vite il faudra grimper en 43 minutes et à moins d'être complètement cuit c'est réalisable . 
 
Voilà, tout ça sera réajusté en temps réel lors de l'épreuve mais il faudra tout faire pour arriver avant 15h15 au pied afin de pouvoir tenter la 8ème ascension et dépasser les 5000m+ . Il faudra donc ne s'occuper que de soi pour réaliser cet objectif . En ce qui concerne les meilleurs, y'aura-t-il quelqu'un capable d'enchaîner 9 montées donc de faire l'ascension en 28' à chaque fois ???

Reste à mettre en place une bonne gestion alimentaire le jour J afin d'éviter les coups de mou . Je ne suis pas encore fixé sur ce que je vais faire mais j'y réfléchi sérieusement ...

reco saleve 11
     Place au Ventoux à la fin de la semaine et je croise les doigts afin que l'on puisse grimper jusqu'en haut . Je vais ajouter aussi quelques séances de gainage à mon programme et tout faire pour arriver à 62kg d'ici 1 mois . J'suis motivé !!!!

Publié dans esprit-trail

Partager cet article
Repost0

Les plus belles photos de l'ascension du Kilimandjaro

Publié le par yanshkov

La suite des photos avec la tant attendue ascension du Kilimandjaro ...

Mise en jambes entre Rongaï et First Cave Camp ...

kilimandjaro I
Invisible la veille, le Kili se découvre au lever du jour ...

 

kilimandjaro II

Il n'y a pas que le Kili dans la vie ... Il y a aussi le Mawenzi !

kilimandjaro IV

On sent les efforts pour attirer les touristes ...

kilimandjaro III

... mais ce petit chemin au coeur de la forêt tropicale est très agréable .


kilimandjaro V

Des plantations de pommes de terre à la lisière de la forêt . 

Dans les hautes herbes jusqu'à Third Cave Camp

kilimandjaro VIIIToujours pas de Kili au réveil ... mais le Mawenzi quand même !

kilimandjaro VIBelle balade dans les landes africaines .

kilimandaro VIIPause à côté d'une caverne . Y'a du monde !

kilimandjaro IXLe brouillard nous empêchera de contempler le Kili ...

kilimandjaro-XI.JPGEncore une nuit sous la tente, à 3900m d'altitude .

Courte marche pour rejoindre School Hut

kilimandjaro XII
Merveilleux réveil au pied du géant !

kilimandjaro XIIIFini les hautes herbes ...

kilimandjaro XV... place au désert !

kilimandjaro XVIA 4800m, on dirait la lune !

kilimandjaro XIVDernière nuit en refuge avant le D-Day ! Demain levé .... 23h !

Sur le toit de l'Afrique ...

kili I
kili I-copie-1
kili II
kili II-copie-1
kili III
kili III-copie-1
kili IV
kili V
kili VI
kili VII
Ca se passe de commentaire non ???

Mise à jour régulière alors n'hésitez pas à revenir !

Publié dans esprit-trail

Partager cet article
Repost0

Les plus belles photos de l'ascension du mont Kenya

Publié le par yanshkov

Parce que les images parlent mieux que les mots, retrouvez une sélection des plus belles photos prises durant le voyage en Afrique . Elles ne sont pas toutes de moi alors merci à Philippe, Guy, Rémi et Marie-Céline pour leurs magnifiques clichés ...

Sur la route entre Nairobi et Sirimon Gates, porte d'entrée du parc national du Mont Kenya ...


sur la route 

Y'a que les routes qui sont belles et peu importe où elles nous mènent ...

sur la route (panorama)

Beaucoup de boutiques le long de la route ... Et des gens qui marchent ou qui attendent assis par terre ...

sur la route (vendeuse)

Une jeune vendeuse de pommes de terre, au milieu de nulle part ... 

sur la route (équateur)

Passage de l'équateur dans le village touristique de Nanyuki . Le pichet d'eau et l'entonnoir bleu sont sensés permettre de vérifier la loi de Coriolis ... en échange d'un peu de monnaie !

sur la route (mt kenya)

Au loin pointe le Mont Kenya et les pics du Batian (5199m) et du Nelion (5189m) ...

Montée à pied jusqu'au refuge Old Moses (3280m)

vers Old Moses (tête de buffle)
Sirimon Gates (2630m) : début du trek ...

vers Old Moses (fôret)
A travers la fôret tropicale au début ...

vers Old Moses (route et antilopes)
... la piste se découvre ensuite, le long d'une ligne électrique, au milieu d'un paysage ravagé par les feux ...

vers Old Moses (refuge)
Nous retrouvons Old Moses Camp après une courte marche de 3h30


vers Old Moses (autour du refuge) 
Le décor pour notre première soirée en refuge est planté ...

En route vers le refuge Shipton's Cave (4180m)

vers Shipton's cave (on laisse le refuge)
 Au petit matin nous laissons le refuge derrière nous ...

vers Shipton's Cave (porteurs)
La végétation disparait et nous cheminons sur un petit sentier ...

vers Shipton's Cave (vallée)
Inoubliable vallée !

vers Shipton's Cave (lobélies et montagne)
Des séneçons à perte de vue ...

vers Shipton'cave (refuge)
Le refuge au pied du Mont Kenya mais à 4180m quand même ... Nous y parvenons après 7h30 de marche .

Contournement du mont Kenya par l'ouest jusqu'au refuge Teleki (4200m)

vers Refuge Teleki (mt kenya)
Le soleil se lève sur le mont Kenya . Une journée grandiose se profile ...

vers refuge Teleki (refuge tout petit)
Nous nous élevons très vite en direction du Hausberg Col (4550m) .

vers refuge Teleki (lacs)
Au col, la végétation a disparu mais des lacs apparaissent .

vers refuge Teleki (lac et lobélie)
Rien à dire !

vers refuge Teleki (Diamond couloir)
Vue sur le Diamond Couloir (cascade de glace) avant la descente vers le refuge Teleki .

Ascension de la Pointe Lenana (4985m)

mont Kenya (départ de nuit)
Levé à 2h du matin ...

mont Kenya (vue sur le Kili)
...pour ne rien louper du lever du soleil sur le Kilimandjaro !

mont kenya (au dessus des nuages)
Au dessus des nuages ...

mont Kenya (sur la crête)
Sur la crête vers la pointe Lenana .

mont kenya (au sommet)
A 4985m et pas le moindre mal de tête ! 

Descente vers Chogoria Camp

descente du mt Kenya (en haut)
Un dernier tour d'horizon avant de redescendre ...

descente du mt Kenya (petit lac)
Un petit lac au milieu de la caillasse .

descente du mt Kenya (lac Mickaelson)
Splendide lac Mickaelson .

descente du mt Kenya (gorge valley)
Gorge Valley ou la vallée des merveilles ...

descente du mt Kenya (campement)
Le campement, après plus de 10h de marche ...

Mise à jour régulière alors n'hésitez pas à revenir !

Publié dans esprit-trail

Partager cet article
Repost0

Bonnes fêtes !

Publié le par yanshkov

 

kili

De retour du Kilimandjaro, je vous souhaite un joyeux Noël et de bonnes fêtes de fin d'année ... 

Prochainement retour sur mon trek en Afrique, sur ma reprise en douceur de l'entraînement, sur les premières épreuves de l'année ...

Publié dans esprit-trail

Partager cet article
Repost0

Retour sur les Templiers et fin de saison ...

Publié le par yanshkov

Selon que je choisisse d'être positif ou alors négatif, ma course apparait comme presque réussie ou alors complètement ratée .


Commençons donc par le côté négatif : l'objectif était de faire autour de 7h30, je boucle les Templiers en 9h41 .... J'ai donc cherché à comprendre comment j'avais pu à tel point passer à côté de l'objectif et plusieurs points me viennent à l'esprit .

Je savais qu'un départ trop rapide me serait fatal et ça n'a pas loupé ... Me retrouver dans le peloton de tête après quelques kilomètres de course aurait dû m'alerter mais je crois que je me suis laissé emporter par la grosse ambiance du départ et l'envie de faire un truc ! Pourtant je m'étais répété qu'il fallait que je fasse très attention au départ, que le rythme des premiers kilomètres influençait le déroulement de la course quelqu'en soit sa longueur, qu'il fallait être facile le plus longtemps possible . Mais dès le passage sur la voie de chemin de fer, je me suis retrouvé seul, dans la nuit noire, abandonné par la meute des cadors que je ne pouvais suivre et à portée de fusil d'un peloton lâché à mes trousses ... Je savais qu'il fallait que je parte comme en 2008 et que je gagnerai du temps par la suite mais j'ai craqué, comme sur la Saintélyon ... J'ai couru comme si je faisais un 20 km . Je pense que cette fois je vais retenir la leçon !

En regardant la courbe des pulsations, on voit bien que très vite j'évolue au-dessus de 180 bpm ce qui correspond à plus de 90% de ma fréquence de réserve (150 bpm) auquel j'ajoute ma fréquence au repos (45 bpm) . Une allure à résistance dure que je vais payer cher !!!


La différence est flagrante avec ma courbe de l'année dernière !! Par contre on constate la même baisse des pulsations au fil des heures ce qui me semble normal étant donné la durée de l'epreuve .


J'ai voulu courir à la sensation mais j'aurais dû jeter un oeil au cardio !

Ensuite, lorsque j'ai constaté que les jambes ne répondaient pas et que je dégringolais dans le classement, j'ai très vite changé mon objectif : parti dans le but de faire 7h30, je n'avais plus en tête que de rallier l'arrivée ... Vous allez me dire que c'est une attitude positive mais je répondrai que j'aurai peut être pu d'abord me fixer de faire autour de 8h, en accrochant les concurrents qui me doublaient dans le Saint Guiral (et qui pour la plupart ont fait moins de 8h ...) . Mais j'ai très vite baissé les bras sans essayer de m'accrocher . Mon leitmotiv était de récupérer de mon départ trop rapide et de ......... finir la course, peu importe la place . Bien loin de mes remontées héroiques (j'abuse là non ?) de la Sainte Victoire et du Galibier cette année .

Pendant la course j'ai ressenti aussi quelques pépins physiques qui m'ont rendu la course encore un peu plus difficile . Ces petits tracas apparaissent souvent lorsque je suis mal : la cheville qui se raidit, mal sous la plante des pieds, oppression thoracique, mal à la nuque et mal au genou... Je m'écoute beaucoup lorsque je suis en difficulté et le moindre petit tracas est fortement ressenti . Depuis, je suis allé faire un p'tit tour chez Rémy mon ostéo préféré et il a eu un peu de boulot, au niveau du bassin notamment ...

Mais tout n'est pas noir dans cette édition 2009 des Templiers . Déjà, je suis à nouveau finisher, d'une course de 70km et 3000m+ . Ensuite, je finis relativement frais et sans crampes . Sur les dernières descentes techniques, je me sentais bien et capable d'aller plus vite . Dans le Roc Nantais, je pense aussi que j'étais capable de grimper en courant tout le long . C'est positif, ça veut dire que ma vitesse n'était pas adaptée pour finir en 7h30 mais qu'elle l'était pour finir "frais" les 70km . Intéressant dans la perspective des ultras ...

En conclusion, je pense avoir manqué d'humilité pour aborder les Templiers . J'ai sous-estimé la tâche après une première participation réussie . Dommage, je pense que j'étais prêt physiquement malgré un volume d'entraînement un peu plus faible qu'en 2008 sur les 9 dernières semaines (383km 12100m+ 38h de cap et 1900km 65h de vélo en 2008 contre 313km 9100m+ 34h en cap et 1590 55h de vélo en 2009) . Mais c'était volontaire, après un été bien plus volumineux que l'année dernière . Pendant la course, j'ai aussi très vite mis mes mauvaises sensations sur le compte du gros week-end basque, seulement 2 semaines avant l'épreuve  (la vidéo en témoigne !!!) 

 


Mais réflexion faite, je ne crois pas qu'il soit bien responsable de tout ça . Pilou, Jean Marc, Rémi et Jean Pierre ont fait une très belle course aux Templiers, de même que Sébastien (Lefebvre) à la Réunion . Les seuls qui aient râté leur objectif sont Niko sur la Diagonale des Fous et Romain et moi dans l'Aveyron . Et a priori tous les 3 sommes partis bien vite ... (lire le CR de Niko ici : GRR 2009)

Je m'étais dit dans les jours précédant la course que si je ratais mon objectif cette année, ça ne pourrait être que de ma faute . Je pense que j'avais bien raison ... J'étais prêt mais j'ai fauté (pardonnez moi Seigneur ....!) .

Cependant je dois dire que je suis vraiment heureux d'être finisher de cette 15ème édition des Templiers et d'avoir emmener mon pote Romain jusqu'à l'arrivée, tout simplement parce qu'il n'y aura plus d'arrivée dans le petit parc de Nant . Les Templiers déménagent du côté de Millau . La nouvelle m'a bien sûr fait quelque chose : sans le passage à Sauclières, le lever du jour sur le St Guiral, l'ambiance du ravito à Dourbies, les descentes sur Cantobre et le fameux Roc Nantais, les Templiers ne perdent-ils pas un peu de leur âme ? Mais je n'ai pas envie de polémiquer sur les raisons d'un tel bouleversement et j'ai envie de faire confiance aux organisateurs . Découvrir de nouveaux chemins, de nouveaux villages, c'est pas mal aussi ... Peut-être l'année prochaine ...

En attendant, c'est repos complet, pendant 3 semaines, visite chez le dentiste, petit tour chez l'ostéo, prise d'un peu de poids . Et c'est aussi la mise en place du planning 2010 et ce n'est pas facile ! Il y a tellement d'épreuves et de régions à découvrir . Je me laisse encore un peu le temps de la réflexion avant de mettre en ligne le planning . Quelques infos quand même : il y aura une montagne mythique au mois de Mars, un défi hors norme mi-avril et de l'ultra par la suite, en course et en OFF ...

Publié dans esprit-trail

Partager cet article
Repost0

Euskal Runner Camp

Publié le par yanshkov

Ou comment passer un week-end inoubliable en terre basque ...



Euskal Runner Camp !  Vous n'en avez jamais entendu parlé, vous n'avez jamais vu d'encart publicitaire dans votre magazine de trail préféré ??? C'est normal ! Il faut être un habitué du blog de Niko Darmaillacq pour savoir que ça existe !!  

Mais alors qu'est ce que c'est ???

Tout simplement un rassemblement entre potes à l'initiative de Niko, le temps d'un long (mais trop court) week-end, sur les pentes de la Rhune, non loin de St Jean de Luz  . Au programme de la rando-course, du run&bike, des apéros, des spécialités basques ou d'ailleurs, de la bonne humeur, de la pluie, du brouillard, du dénivelé, des bornes, des Pottoks ...

Allez, je vous livre un peu plus en détails ces 3 jours passés au pays du Lémurien (c'est le surnom de Niko !) ...


Ascain, lieu du rassemblement, c'est pas la porte à côté quand même . Le plus simple pour un lyonnais comme moi, c'est de prendre le TGV pour Paris puis de faire Paris-Saint Jean de Luz toujours en TGV . Je passe donc la nuit de jeudi à vendredi dans la capitale chez l'ami Romain et nous prenons ensemble le train vendredi matin direction le sud-ouest . Arrivé sur St Jean nous sommes accueillis par Rémy . Nous faisons connaissance en dégustant une bonne assiette de chipirons et de riz puis une belle part de gâteau basque . Ensuite direction le camping d'Ascain où nous installons tranquillement nos tentes . Petite balade dans le village, jus de pomme artisanal à la terrasse d'un bistrot puis retour au camping attendre les autres . Les arrivées s'enchaînent, les présentations se font et un sympathique campement prend forme . Les tentes sont installées de part et d'autre du camping-car de Niko, les tables et chaises sont sorties, les réserves sont à l'abri sous l'immense tente de Yon . Il est 20h, la nuit est tombée ...


Première session, un run&bike à la lueur des frontales sur les petites collines surplombant Ascain . Nous sommes 13 avec 6 ou 7 VTT que nous nous échangeons régulièrement . Le rythme est assez cool et permet de discuter pendant les 2 heures de la sortie . Pas évident quand même le VTT, surtout de nuit, et que ce soit en montée ou en descente, le traileur est bien souvent plus rapide et plus à l'aise ! N'est-ce pas Jean Marc ??!! Nous sommes de retour au camp de base à 22h15 après 16km et 600m+ . La soirée se prolonge autour d'une bonne bière, d'une grosse assiette de pâtes, de chorizo, de jambon et de fromage ... Minuit trente il est temps d'aller se coucher ...

Samedi, réveil 6h30, c'est LA grosse journée du week-end avec au programme la Hard'Rhune ! Là encore ne cherchez pas, on en cause pas dans Endurance Mag ! La Rhune, c'est la montagne qui culmine au-dessus d'Ascain, à 905m d'altitude . Quand on sait que le bivouac est presque au niveau de la mer et qu'il est prévu de monter-descendre une multitude de fois cette petite butte (c'est Niko qui le dit !), y' a de quoi être inquiet !! Surtout quand peu avant que nous nous élancions, à la lueur des frontales, la pluie, jusque là absente, fait son apparition . Mais il nous en faudrait beaucoup plus pour nous décourager et puis une rando-course en terre basque, ça se fait bien toujours sous la pluie non ?? 



Durant près de 8h30, nous allons sillonner l'ensemble du massif, enchaîner les grimpettes et les descentes techniques, les petites singles au milieu des fougères,les pentes herbeuses, la cheminée et son gros pourcentage (44% de moyenne pendant 500m), les passages au milieu de buissons piquants, les panoramas sur la côte basque et l'océan ... 40km et 3400m+ sans jamais la moindre route ni la moindre habitation, c'est le pied !! Un petit arrêt casse-croûte vers 13h permet de se requinquer : délicieuse crêpes bretonnes de Fabrice, tout aussi bon gâteau de riz au chocolat de la maman de Pilou, un peu de coca . Bien meilleur que les pâtes que nous pensions manger et que Jacques, le padre du lémurien, a omis d'ammener !!




Finalement les 8h30 de rando-course passent bien vite mais il est plus sage de rentrer au campement, histoire de prendre le temps de se doucher et de se restaurer avant ....... l'apéro et un énorme repas !  Là encore une grosse soirée ! Cake salé, quiche, flan de courgettes, chorizo, moscatel, vin de noix, leffe pour commencer ! Puis pâtes à la sauce tomate maison et blanc de dinde, accompagné de Pécharmant ... Avant de finir sur un excellent gâteau basque de la belle-maman de Niko . L'ambiance est excellente, les fous rires nombreux et encore une fois ça passe bien vite ... Nous sommes quand même un peu plus sages (ou plus fatigués ??) que la veille et le bivouac s'endort un peu avant minuit .

Dimanche, levés 6h30 (je bosse où quoi ??) sous la pluie !! Heureusement il ne fait pas froid depuis que nous sommes arrivés . Petit déjeuner et hop ! direction les pentes de la Rhune pour participer à la descente des pottoks vers le village . Le principe : grimper jusqu'au lieu de rendez-vous où sont parqués les bêtes en essayant d'emmener le plus possible de pottoks trouvés sur le chemin . De là haut, les animaux doivent être emmenés tous ensemble au village . Simple non ?? Pas vraiment en fait ! 


Je pars d'un côté de la montagne avec Romain, Jean-Pierre et Stéphane et nous essayons tant bien que mal de faire monter les quelques pottoks rencontrés vers le sommet . On arrive à deux reprises à mettre les bêtes sur le chemin mais impossible de les canaliser et celles-ci nous échappent à chaque fois . Et avec le brouillard, on ne sait même pas où il faut aller . Après un peu de jardinage, nous rencontrons des bergers qui semblent maîtriser leur affaire et qui escortent un petit groupe de pottoks . Ils nous emmènent jusqu'au lieu de rendez-vous .. Là c'est un peu sur-réaliste . Alors que nous grimpons, quasiment seuls depuis Ascain, en suivant le chemin de la course de la Rhune, nous débouchons sur une vaste prairie à 550m d'altitude . 


Une centaine de pottoks attendent dans un vaste enclos tandis que des groupes de personnes se forment tout autour . Il y a des bergers, des paysans, des habitants d'Ascain, des familles, des touristes, des jeunes, des moins jeunes et ........... des traileurs !! C'est le reste de la troupe que nous retrouvons pour un petit casse-croûte à l'intérieur d'une cabane en pierre . Ca fait du bien parce que dehors il commençait à faire un peu froid .


Puis les pottoks sont lâchés sur le chemin . Les cris des bergers se mêlent aux hennissements des chevaux qui galopent dans la pente ... Ceux-ci ne peuvent s'échapper du chemin car des centaines de gens les encadrent de part et d'autre du sentier . Parfois un cheval parvient à s'échapper et quelques bergers se lancent alors, baton levé vers le ciel, à sa poursuite . Et je vous assure qu'ils n'ont pas besoin de chaussures de trail dernier cri pour dévaler à toute vitesse en hors-piste . Des bottes en plastique font l'affaire !!! 


A l'entrée du village de nombreux spectateurs regardent passer le défilé de pottoks tandis que la pluie redouble . Pas trop le temps pour nous de nous éterniser à la fête du village, le temps est compté jusqu'à ce que nous prenions notre train . Nous rejoignons le camping après 10km et 570m+ . Douche puis rangement du bivouac, il nous reste heureusement un peu de temps pour déguster de succulents taloas à la ventrèche et au fromage . Pas du tout gras cette affaire !!!!! 

Marcel nous dépose, Seb, Romain et moi à la gare et c'est à 14h15 que nous quittons le pays basque, direction Paris, avec déjà l'envie de revenir pour un autre week-end ... 

Voilà, maintenant y'a plus cas faire cool pendant les 2 dernières semaines avant les Templiers . Je ne sais pas encore comment va se dérouler ma course mais ce qui est sûr c'est que ça va être encore une belle fête entre potes !!

D'autres récits et photos :

http://piloumontagne.blog4ever.com/blog/index-132192.html

 http://romain-basset.over-blog.com/article-session-euskal-runner-camp-autour-d-une-meme-passion--37527857.html

http://nikoverdosedetrail.blog4ever.com/blog/index-114198.html

Publié dans esprit-trail

Partager cet article
Repost0

J'y vais ...

Publié le par yanshkov


Si comme moi vous ne pouvez pas courir le Tonight Trail by Titan le vendredi 19 juin prochain mais que vous souhaitez être de la fête, venez donner un coup de main à toute l'équipe de Zoom Zoom Organisation  . Elle a besoin d'encore quelques signaleurs et de personnes chargées de remettre les dossards . 

Contacter raph par mail : 
raphael.vachet@zoom-zoom.fr

Au fait, la course sera organisée depuis le Xyphos Complex à Couzon et la soirée se terminera par une paëlla et un accès au Titan discothèque !!!

Publié dans esprit-trail

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 > >>