Trail des Citadelles 2013

Publié le par yanshkov

logo.JPG

 

Le Trail des Citadelles, je devais le courir en 2012 mais une entorse à la cheville m'en avait empêché . J'avais quand même fait le déplacement et passer un bon week-end à faire l'assistance pour les copains Vivien Batista et Mathieu Robbe et assister à la belle bagarre entre Karrera, Cazajous, Chorier and Co .  Mais une course, c'est quand même mieux de la vivre avec un dossard alors quand Michel Arnaud, l'excellent organisateur me propose de reporter mon inscription sur l'édition 2013, je n'hésite pas longtemps, d'autant que je remarque qu'elle a lieu le 31 mars, jour de mes 34 ans ! Je renonce cependant au grand parcours de 72km pour celui de 40, à 2 semaines du 1er objectif de l'année, c'est plus sage .

 

Comme en 2012, le long voyage par la route se passe sans encombre, on fait un petit crochet par l'aéroport de Montpellier récupérer Sébastien S, un collègue Raidlight de Nantes avant de filer vers Lavelanet où nous récupérons les dossards . Nous rejoignons ensuite notre gîte situé à Lesparrou, à moins de 10 minutes du site de départ (je vous le conseille si vous souhaitez faire les Citadelles un jour) . On "zappe" la pasta party pour une soirée riz plus calme et n'oublions pas d'avancer les montres d'une heure avant de nous coucher !

 

Le départ est donné à 8h sur la place principale de la ville . Je retrouve avec grand plaisir les copains de la Lémur Team, Stéphane et Jean-Marc mais aussi Stéphane Dessilla, rencontré ici même il y a 1 an lors de la pasta ! Je reconnais quelques autres gars prétendants au top 10 comme Lucas Humbert ou Rémy Jégard mais sinon je ne connais personne . Pourtant il parait qu'il y a un gros plateau et qu'une quinzaine de gars peuvent prétendre au podium . Pour ma part, je ne suis pas trop stressé, plutôt serein après avoir retrouvé des sensations correctes depuis une dizaine de jours . Le but est de faire une dernière sortie longue et si possible de ne pas finir trop "cramé" . 

 

Nous nous élançons alors que la petite pluie fine qui tombait depuis ce matin s'est arrêtée . Je me cale vers la 10ème position, le peloton s'étire même si ça ne part pas pas trop vite . Bizarrement, mes pulsations cardiaques ne montent pas et je me sens un peu bloqué . Je maintiens tout de même l'allure sur les premiers kilomètres assez plat . La boue, élément incontournable du trail des Citadelles, ne tarde pas à faire son apparition et je comprends dès la 1ère petite côte que ça ne va pas être qu'une partie de plaisir aujourd'hui .

 Citadelles-2013-Benoit-Afum--11-.JPG

 

Les appuis sont fuyants, ça glisse et ça s'enfonce ! Je ne m'affole pas, ralentis un peu et marche un maximum afin de ne pas laisser trop d'énergie en ce début de matinée . Je perds donc pas mal de place et dois vite me rendre à l'évidence : le top 10 et le panier garni, ça sera pas pour moi aujourd'hui ! 

 

Je fais l'essentiel de la montée vers la crête de Madoual en marchant, en relançant de temps en temps en trottinant . Au sortir de la forêt, le soleil fait son apparition et la vue sur l'éperon rocheux du chateau de Montségur et les sommets pyrénéens encore blancs est splendide . Malgré les sensations moyennes et un petit mal de dos, je me régale ! Je retrouve Murielle dans le pré au pied de Montségur .  

 

au-mied-de-Montsegur.JPG

 

Il y a beaucoup de monde à cet endroit car les coureurs des 3 courses (72,40 et 20km) y passent 2 fois, à la montée puis à la descente car la grimpette vers les ruines du chateau consiste en un aller-retour . D'ailleurs j'ai vite fait de croiser les premiers qui redescendent déjà, à toute vitesse . Le sentier n'est pas large mais ça croise quand même ! Au sommet, pas le temps de s'arrêter, juste un petit tour du propriétaire et il faut à son tour se lancer dans la descente . 

 

derriere-monntsegur.JPG

 

Je prends zéro risque sur les rochers mouillés mais les gars avec moi ne semblent pas vouloir aller plus vite . Nous sommes encouragés par les concurrents en train de monter . Nouveau passage dans le pré après déjà presque 1h15 de course et direction Montferrier où se tient le premier ravitaillement .

 

On y arrive après 4km de faux plat descendant où l'on peut courir sans problème malgré quelques traversées de ruisseaux et de passage bien boueux . J'ai réussi à accélérer un peu et distancer sans trop le vouloir les mecs qui m'accompagnaient mais une petite pause pipi leur permet de revenir . J'arrive au ravitaillement en 1h34, à une lointaine 33ème place .  Je ne m'arrête que le temps de refaire le niveau des bidons et me rendre compte que je n'ai pratiquement rien bu depuis le départ .

 

ravito-de-monferrier.JPG 

Dès la sortie de Montferrier ça remonte fort . Les gars avec moi se mettent à marcher et je décide de me tester un peu en trottinant ce qui me permet de prendre un peu le large sur mes compagnons . Je dois tout de même me résoudre à marcher un peu plus loin tant je m'enfonce dans la boue .

 

La descente qui suit est très très glissante mais je maitrise bien mon sujet, sans prise de risque, les pieds bien parallèles en faisant des petits pas . Je double un gars les jambes complètement écartées et ne maitrisant rien . Je lui conseille ma technique en passant et j'ai tout juste le temps de l'entendre dire merci que je suis déjà bien loin !! Je cours maintenant seul, j'ai repris quelques places au classement et plus personne ne me double .

 

Un gars (Julien Delfau) me revient tout de même dessus et je reste dans son sillage durant de nombreux kilomètres . Le profil est plus roulant et on s'approche assez vite de Roquefixade . Sa présence me permet de ne pas trop mollir et nous attaquons le pied de l'ascension vers le chateau en trottinant, ce qui nous permet de rattraper encore quelques coureurs . La fin vers la crête est plus rude et la marche quasi obligatoire . Delfau me décramponne et s'en va seul, je préfère rester à mon rythme encore un peu .

 

vers-Roquefixade.JPG

 

Au sommet, j'aperçois 4 ou 5 coureurs qui ne sont pas très loin mais je prends le temps de refermer le coupe-vent car il fait un peu froid et une petite pluie commence à tomber .

 

Une longue descente nous emmène vers le ravitaillement de Roquefort-les-Cascades . Je suis bien content de constater que malgré la fatigue, musculairement je suis bien, pas le moindre signe de crampe ou de courbature . Une petite glissade sans gravité me jette au sol et me rappelle qu'il faut être en permanence vigilant (mais une seule chute en 39km de sentiers glissants c'est pas si mal non ?!) . Juste avant d'atteindre le petit hameau où Murielle m'attend (en train de se faire offrir le café par une sympathique grand-mère), nous faisons un petit détour pour passer au pied d'une splendide cascade . Je regrette presque de ne pas pouvoir prendre une photo .

 

Je fais le point sur mes bidons et constate que je ne bois presque rien . Il me reste suffisamment pour faire les 10 derniers kilomètres alors je ne m'arrête que quelques secondes afin de me faire "bipper" au ravitaillement . Murielle m'annonce que je suis 27ème .

 

roquefort-les-cascades.JPG

 

La suite est assez plat au début sur un bon chemin . Je reviens assez rapidement sur 2 gars qui ne peuvent s'accrocher à moi et je vois à une quarantaine de secondes devant le maillot rouge de Delfau . Je le garde en point de mire pendant de nombreux kilomètres . Quelques côtes bien raides viennent émailler le final mais je sais que l'arrivée est proche et que je tiens le bon bout . 

 

Il reste tout de même une belle vacherie à se farcir à la sortie du petit village de Raissac, une côte de 1 km et presque 200m+ . Je monte cependant pas trop mal (1300m+/h) et passe encore 2 concurrents pas au mieux . A l'approche du sommet j'ai même recollé à Delfau qui me laisse passer devant au moment d'aborder la partie finale sur la crête . Il m'encourage sympathiquement en me disant de foncer mais qu'il ne sait pas si le 20ème est loin ou pas .

 

Je ne vois personne au loin alors tant pis pour le top 20 . Je garde ma ligne de conduite tenue depuis le départ : pas de risque et finir pas trop entamé . En plus, le single emprunté est assez technique avec de nombreux rochers saillants propices à entorses . J'entends enfin la voix du speaker annonçant l'arrivée et la descente finale sur la place de Lavelanet . J'en termine en 21ème position après 4h29'22" de course pour 39km et 2000m+ .

 

arrive-copie-1.JPG

 

Je suis bien heureux d'avoir participé à ce très beau trail et de retrouver quelques sensations . A 2 semaines du Beaujolais Villages Trail, je suis rassuré sur mes capacités à être compétitif sur les 64km et 3100m+ et même si je ne suis pas encore au top après la longue coupure hivernale, ça commence à revenir ... Place à 2 semaines de peaufinage avec repos et affûtage !!

 

CLASSEMENT

 

finisher.JPG

Publié dans courses

Commenter cet article

Will 09/04/2013 09:42


Joli Yann !
C'est un bon retour qui doit te mettre en confiance pour la suite de ton programme.
Ton récit est bien rythmé, c'est très plaisant la lire (comme à chaque fois )


A+
Will


 

Fred 08/04/2013 19:12


Belle course et beau CR! Bravo!