Trail de la Fontaine des Anes

Publié le par yanshkov

logo.JPG

 

Cette seconde édition du Trail de la Fontaine des Anes à Rivolet, je ne devais pas y participer quand j'avais en début d'année fait mon planning . Il était prévu après avoir participé à la Maxi Race fin mai de faire une coupure et donc de venir voir en spectateur les copains en découdre . Mais en cette première partie de saison, rien ne se déroule comme prévu et suite à mon forfait pour la Maxi Race, je décide de faire du Trail de Rivolet un objectif . 

 

Le Beaujol'trail couru le 13 mai et où je finis 4ème me remet en confiance malgré des sensations moyennes . Mais je ressens beaucoup de fatigue les 2 semaines qui suivent, et j'ai beaucoup de difficultés à faire de bonnes séances d'entraînement après des grosses journées bien prenantes au boulot . D'ailleurs je passe complètement au travers sur le Trail du Grand Som (13ème) où je sens bien que je ne suis pas au niveau où je devrais être .

 

Je décide alors de revoir complètement mon entraînement en ne gardant que 2 séances par semaine et une sortie longue le week-end . Je décide de laisser de côté le vélo, qui ne m'apporte rien si ce n'est de la fatigue supplémentaire . Le mardi c'est donc VMA à base de 45/30, le jeudi c'est sortie trail autour de 14km et le dimanche longue sortie de 3h . J'ajoute aussi un peu de gainage, d'abdos et de lombaires de temps en temps . Je suis persuadé que c'est de cette façon que je vais pouvoir retrouver la forme . Pour optimiser tout ça, je n'hésite pas à enfiler des chaussettes de contention avant (chaussette Medilast Relax Sport) et après (Medilast Recup-Sport) ce qui me permet de moins ressentir les jambes lourdes après la journée de taf et de mieux récupérer après l'entraînement . J'utilise aussi désormais les chaussures Team R-Light 001 . Je reviendrai ultérieurement dessus mais je suis pour le moment vraiment satisfait notamment du confort et de l'amorti . 

 

En 3 semaines, je retrouve de bonnes sensations et c'est donc motivé que j'aborde le Trail de la Fontaine des Anes . Je connais les 34kms du parcours par coeur et je sens que si je cours intelligemment je devrais pouvoir viser au moins le podium . Cela signifie de ne pas partir trop vite (comme j'ai pu le faire à Lantigné et au Trail du Grand Som) mais en ne m'occupant que de moi, au moins dans les premiers kilomètres de course .

 

trace.JPG

 

Le jour J, le soleil est présent, la température est idéale et le plaisir de retrouver tous les copains est grande . Ce trail est la 4ème étape de l'Endurance Challenge Tour et la plupart des protagonistes du challenge sont présents dont mon ami Philippe Lafay, 3ème, avec qui j'ai fait une reconnaissance du parcours début mai . 

 

avec-philippe.JPG

 

Pour me suivre durant l'épreuve, Murielle est accompagnée de mon pote Fred et de son fiston Esteban .

 

Allez, prêt ? Voici le récit de ma course :


depart-copie-4.JPG

 

Rivolet-Chapelle de St Bonnet (4,1km 350m+) : le départ est donné à 8h30 . Après une bonne descente d'une centaine de mètres sur l'asphalte, les quelques 200 coureurs tournent sur la gauche et entament la traversée en faux plat descendant de Rivolet . Je suis tranquillement calé en 10ème position et c'est à cette place que j'entame le début de la longue ascension vers la chapelle de St Bonnet, dès la sortie du village . Cette grimpette, je la connais très bien et je sais à quel rythme la négocier pour ne pas y laisser de plumes . Les pulsations autour de 175 bpm, je trouve rapidement ma vitesse de croisière . 3 coureurs, Cyril Mazure, Didier Ballandras (leader du challenge) et un autre gars que je ne connais pas se détache légèrement dans le début de l'ascension, tout en lacets au milieu des vignes et des hautes herbes .

 

dans-les-vignes.JPG

 

Je ne suis pas très loin derrière, en compagnie de Jérome Trottet, Jean Paul Bolle, Stephane Vinot et Jean-Luc Raset . Je sens que j'ai de bonnes jambes et en constatant que les pulsations redescendent un peu à la faveur d'un court replat, j'accélère et reviens aisément dans le sillage du trio de tête .

 

au-loin.JPG

 

Je perds à nouveau du terrain dans les forts pourcentages marquant la traversée de Montmelas mais je ne m'en inquiète pas, trottinant de partout, l'oeil rivé sur le cardio . Seul Raset m'accompagne et à entendre sa forte respiration, je me dis qu'il doit être déjà bien au taquet !! 

 

trio-de-tete.JPG

 

avec-jl-raset.JPG

 

Ma maman est là et je lui annonce que je me sens bien . Après Montmelas, je fais un pointage avec la tête de course et je constate que je ne suis qu'à une vingtaine de secondes . Je perds encore quelques secondes dans la partie finale menant à la Chapelle, mais je grimpe tout de même assez bien sur le chemin pierreux traversant au milieu des genêts . Je passe au sommet après 24' de course, en 4ème position .

 

Chapelle de St Bonnet-Ruisseau de Montrichard (5,6km 140m+/390m-) : la très courte descente qui suit me permet de constater que Raset n'est pas très à l'aise et je lui prends quelques longueurs en allongeant un peu ma foulée . Sur le chemin forestier menant au Col de St Bonnet où m'attend mon staff, j'aperçois à nouveau Ballandras et Mazure, une trentaine de secondes devant mais pas le 3ème concurrent qui semble s'être fait la malle .

 

au-st-bonnet-copie-1.JPG

 

Le passage au col est très sympathique, je suis fortement encouragé, faut dire que je suis un peu chez moi ici ! En passant, j'informe Fred et Murielle que tout va bien et je continue mon bonhomme de chemin, avec toujours Jean Luc Raset dans mon sillage .

 

La descente très raide en ligne droite menant au Failly me permet de le lâcher et de me rapprocher nettement des 2 gars qui me précèdent . Au trail de Lantignié, j'avais pu constater que Ballandras et Raset n'étaient pas de très bons descendeurs et cela se confirme ici . Pour ma part, je ne me considère pas non plus comme un as dans cet exercice, mais quand les jambes et la confiance sont là, j'arrive à bien me lâcher . C'est le cas aujourd'hui !

 

La partie plate au milieu de la forêt me permet de grignoter encore quelques secondes et surprise à la sortie d'un virage, je croise Cyrille Mazure qui revient sur ses pas en marchant . Je lui demande rapidement ce qui ne va pas et j'ai juste le temps d'entendre : "tendinite, j'insiste pas ... " . Je reste concentré et n'oublie pas de prendre un gel énergétique alors que nous sommes partis depuis 40 minutes.

 

La descente tout en lacets menant le long du ruisseau de Montrichard me permet de recoller à Didier Ballandras sans trop de problème . Pour le moment tout se passe sans accroc, je me fais bien plaisir et retrouve des sensations que je n'avais pas rencontré depuis la dernière Saintélyon . Par contre, l'homme de tête a complètement disparu et il est difficile au milieu de la forêt de savoir quel écart nous sépare de lui .

 

Ruisseau de Montrichard-St Cyr le Chatoux (4km 330m+) : je passe immédiatement devant Didier pour imprimer mon rythme . Je suis surpris de constater qu'il n'a pas de réserve d'eau et bien qu'il ne fait pas très chaud je suis persuadé qu'il va le payer un moment ou à un autre . Après avoir longé quelques instants le ruisseau nous attaquons une nouvelle longue ascension . Les pulsations entre 175 et 180 bpm, je fais attention à ne pas dépasser cette zone, synonyme de mise dans le rouge souvent fatal pour moi . Je m'attends à ce que Didier me double, lui qui est très à l'aise dès que la pente s'accentue . Mais apparemment il ne peut pas aller plus vite et reste quelques longueurs derrière moi . Jean-Luc fait aussi de la résistance et n'est pas très loin derrière.

 

Nous coupons la route du Cruizon, bien connue des cyclistes qui l'appellent le petit Izoard.  Je demande aux bénévoles si ils ont un écart sur le premier et ils m'annoncent que nous sommes à une minute . Je suis surpris, j'aurais pensé plus mais je sais aussi qu'il ne faut pas trop se fier aux écarts donnés par les spectateurs , qui le font bien souvent sans regarder leur montre !!

 

Je ne m'arrête pas au ravitaillement installé là, je bois régulièrement dans mon bidon depuis le départ et un bidon plein m'attend au sommet de la bosse . Je continue à mon rythme, en trottinant de partout, même dans le passage très raide en pleine forêt, au milieu des sapins fraîchement coupés et recouvrant le sol .

 

Un peu plus haut, alors que la pente se fait moins raide, Didier est revenu dans mon sillage et passe même devant . Je suis légèrement moins bien mais pour être passé ici à de nombreuses reprises, je sais que je n'y suis rarement très en jambes . Je garde cependant le sillage de mon compagnon jusqu'à ce que nous atteignons la route de Vieille Morte devant nous mener au petit village perché de St Cyr . Je me débarrasse de mes lunettes en passant à côté de Thomas un collègue de boulot venu en spectateur puis je repasse devant Didier à la faveur du faux plat descendant menant au pied de la côte du village . Et bonne surprise, nous apercevons au loin l'homme de tête qui vient d'attaquer l'ascension . Je fais un pointage à ma montre alors qu'il passe à côté d'une remorque grise et lorsque je passe à mon tour à côté, je constate qu'il y a bien qu'une petite minute qui nous sépare . Je me sens bien dans cette côte et Didier décroche un peu . J'ai désormais les yeux rivés sur le gars de tête et un nouveau pointage alors qu'il disparait derrière des maisons m'informe que je viens de lui reprendre une vingtaine de secondes en quelques centaines de mètres . Rien de tel pour me donner le moral !

 

merah-en-tete-copie-1.JPG

 

A la sortie du village, il faut encore grimper sur la colline surplombant St Cyr . L'homme de tête est juste devant et je suis encouragé par beaucoup de monde .

 

passage-a-st-cyr.JPG

 

Le petit Esteban, chargé des bidons m'en tend un plein et je procède en un éclair à l'échange avec le vide . Fred me donne une demie-banane que j'ingurgite aussitôt . Nous venons de parcourir 14km en 1h10, je suis en 2ème position, non loin de l'homme de tête . Pour le moment tout va vraiment très bien .

 

St Cyr le Chatoux-Fontaine des Anes (5,3km 200m+/180m-) : la partie qui arrive est beaucoup plus roulante que tout ce que nous avons fait jusqu'à présent . Fini les longues montées sur plusieurs kilomètres, il va maintenant falloir courir relativement vite et bien négocier les 2 ou 3 petites côtes à venir . Pour le moment c'est un faut plat descendant jusqu'au petit hameau du Sandrin . Je reviens rapidement sur le gars de tête et nous échangeons quelques mots (je n'apprendrai son identité qu'à l'arrivée mais pour mettre fin au suspens de ce récit, je vous informe qu'il s'agit de Derradji Merah, ancien champion de france de boxe, reconverti au trail depuis peu !) . Dès l'entame du long faut plat montant traversant la forêt de la Cantinière je passe devant et imprime mon rythme . Très vite je constate que mon compagnon ne peut pas suivre et je creuse mètre par mètre le trou sur lui . Je pense partir alors pour un long cavalier seul jusqu'à l'arrivée mais nous ne sommes qu'à mi-course et au détour d'une courbe je remarque non loin derrière le maillot flashi de Ballandras . Ca va pas être si simple de me débarrasser de lui !!! 

 

Nous rejoignons et accompagnons pendant un moment les concurrents du petit parcours de 15km . La plupart marchent et je dois un peu zigzaguer pour passer mais je ne suis pas ralenti et garde un rythme proche de 12km/h . Les encouragements à mon encontre me booste un peu plus .

 

Je négocie très bien la descente menant au ravitaillement installé à côté de la Fontaine des Anes, en doublant sans cesse les coureurs du petit parcours . Je ne m'arrête pas et continue sur ma lancée, laissant le petit parcours partir sur la gauche . Il reste 15km, je suis en tête depuis quelques kilomètres mais Ballandras est toujours là et ne veux rien lâcher ...

 

Fontaine des Anes-Col du Joncin (200m+ 300m-) : une bonne côte bien raide se présente très rapidement après le ravitaillement . Je l'ai passé en trottinant à l'entraînement mais cette fois ci, après 1h40 de course, je suis quand même un peu entamé . Je négocie alors ce passage au milieu des pierres en marche rapide . Pas Didier qui, encore très à l'aise dès que les pourcentages se font plus fort, s'échappe à nouveau . Mais je reste calme, sachant que le final descendant est tout à mon avantage . D'ailleurs, une fois sur les crêtes, je reprends la course et bouche très rapidement la vingtaine de secondes concédées dans la côte . Le moral est bon, j'ai vraiment l'impression de maitriser mon sujet  et que rien ne peut m'arriver aujourd'hui . Mais alors que je viens de lâcher Didier à la faveur d'une courte descente, ma cheville gauche plie une nouvelle fois et en une fraction de seconde je passe du mec  totalement serein et heureux au gars blessé et totalement abattu . La douleur est vive, les jambes sont coupées et le moral est au plus bas . J'hésite alors à abandonner et me mettre à marcher pour rejoindre mon assistance qui ne se trouve pas très loin . J'envisage aussi un instant de raccrocher définitivement les chaussures de trail et d'arrêter ce sport peut-être pas fait pour moi ...

 

Mais j'arrive malgré tout à courir, sans boiter, et je suis en tête du trail . En plus mes petites nièces Philomène et Adèle m'attendent avec leurs parents à l'arrivée et je n'ai pas envie d'y arriver en voiture, la mine déconfite . Bien que cet épisode m'ait un peu ralenti, je constate en me retournant que Didier n'en a pas profité pour se rapprocher .

 

Je me retourne beaucoup, notamment dans le petit raidard qui suit et que je monte en marchant les mains sur les cuisses . J'aperçois Didier en bas alors que je suis presque au sommet . Je reprends la course sur la large piste menant au Col du Joncin où m'attendent Murielle, Fred et Esteban .

 

au-joncin.JPG

 

Malgré la cheville, j'arrive à bien courir et je dis en passant à Fred que je me suis tordu la cheville et que ça ne va pas être simple de conserver ma première place . Mais je suis toujours en tête, à 8 km de l'arrivée .

 

Col du Joncin-Rivolet (8km 150m+ 360m-) : Je ne suis pas trop rassuré même si a priori Ballandras ne revient pas sur moi . Mais il reste encore une petite côte à grimper et j'ai un début de crampe aux mollets . Je croque un peu de Sporténine et arrose le tout d'un peu de boisson qu'il me reste dans le bidon .

 

au-chatoux.JPG

 

Au pied de la bosse, Murielle et Fred sont là et me disent qu'il n'y a personne derrière . J'attaque alors en marchant, les mains sur les cuisses en regardant sans cesse derrière moi . Je sais que si j'arrive en haut en tête, Ballandras ne devrait pas pouvoir me revenir dessus dans la descente, même si ma cheville blessée m'oblige à beaucoup de prudence .

 

En haut je me retourne une n-ième fois, personne en vue, ça sent bon !! Je relance en courant . La cheville se fait un peu sentir mais c'est très supportable et j'arrive à courir sans boiter . Je double encore quelques concurrents du petit parcours et les encourage en leur disant que c'est bientôt fini . Il y a encore un dernier passage un peu technique avec pas mal de cailloux mais malgré l'entorse, je descends pas trop mal .

 

Je savoure les derniers kilomètres, sans trop penser à la blessure et à ce que cela va entraîner dans les semaines qui viennent ... Mais après un début de saison compliqué, je suis vraiment content de vivre un moment comme ça . J'aperçois le village de Rivolet tout en bas et me laisse tranquillement descendre jusqu'à l'arrivée, sans prendre de risque inconsidéré . 

 

arrivee-copie-3.JPG

 

Après 2h40' de course, j'arrive enfin dans l'artère principale du village . Il y a beaucoup de monde pour applaudir et je profite comme je peux de ce moment . Virage à gauche et côte finale très courte pour franchir la ligne d'arrivée . J'ai des crampes aux mollets et je termine en marchant en agitant bien haut le point gauche . Une petite tape dans la main d'Elodie, l'organisatrice du trail et je passe la ligne avant de me coucher par terre !

 

tonton-yann.JPG Qu'est ce qu'il fait Tonton Yann ???

 

Didier Ballandras arrive 3'37" après et Jean Luc Raset complète le podium quelques instants plus tard.

 

 RESULTATS

 

podium-II.JPG

 

courbe-copie-3

 

Je suis bien évidemment hyper content de remporter cette seconde édition du Trail de la Fontaine des Anes, à domicile et devant la famille et les copains . Cette victoire aurait du me remettre sur de bons rails mais malheureusement une entorse va une nouvelle fois contrarier mes plans . Comme à chaque fois, je vais prendre mon mal en patience et annuler les prochaines épreuves . J'ai toujours su revenir en étant patient et plein de sagesse, je vais continuer ainsi pour ne pas aller au casse-pipe avec ma cheville gauche . Après un peu de repos total, le vélo va être de sortie ...

 

entorse.JPG

Vaut mieux en rire, n'est ce pas Vincent ??

 

Je vous donne des nouvelles très vite ...

Publié dans courses

Commenter cet article

estebane 23/06/2012 13:02


merci d'être le premier

Sport aventure 18/06/2012 10:13


Super compte rendu de course ! et felicitations !

Arnaud 14/06/2012 21:24


Encore bravo et bon rétablissement ; reviens-nous vite !

Will 14/06/2012 08:37


Bravo Yann pour cette belle victoire! Bonne récup et bon courage pour la cheville.
"La patience adoucit tout mal sans remède" - HORACE