Tour des Glaciers de la Vanoise

Publié le par yanshkov

A Julien qui devait participer avec moi et qui se bat en ce moment sur un autre ultra ... 

 

En feuilletant je ne sais quel magazine j'avais lu que le Trail des Glaciers de la Vanoise était l'un des plus beaux trails de France . C'est donc sans hésiter que j'ai coché en début d'année cette épreuve sur mon calendrier . A 2 mois de la TDS, le TGV (on aime les abréviations dans le monde du trail !) et ses 72km sont idéalement placés . 

 

Côté forme, beaucoup de progrès depuis un mois et les 3 jours de Chartreuse . La gêne au niveau de la cheville a complètement disparu depuis 10 jours et j'ai pu effectuer quelques bonnes séances d'entraînement . L'objectif est de faire moins de 9h et même si cela parait ambitieux j'ai l'intime conviction que je peux le faire si je cours intelligemment ...

 

Je co-voiture avec Julien C., rencontré sur le site de ..... co-voiturage . En route, il m'explique un peu le parcours lui qui a déjà participé au TGV à de nombreuses reprises . Il me confirme que c'est assez roulant . 

 

profil-tgv.jpg

Au camping, je retrouve les copains de Cap Chulemo, nous sommes une douzaine de l'association à participer à la course . Rémy nous rejoint un peu plus tard dans la soirée . Les polaires ne sont pas de trop au moment du repas, il fait vite froid quand le soleil se couche derrière les montagnes !! 

 

Je dors assez bien mais le réveil à 3h45 est difficile . Dehors il fait à peine 5°C et nuit noire .. Pas évident de se préparer mais bon y'a pire que de s'habiller pour aller crapahuter dans les alpages ! 

 

Sur la ligne de départ je retrouve Christophe Boebion et Anne Valéro ainsi que Sylvain, un copain caladois . Après une trentaine de secondes de silence en hommage à Werner Schwezer, Philippe Delachenal donne le départ de la 8ème édition du Tour des Glaciers de la Vanoise . 

 

Un peu enfermé sous l'arche de départ, je profite du trottoir pour remonter sur l'avant du peloton et saluer Franck Bussière que je n'avais pas croisé depuis un moment . Très vite les choses sérieuses commencent avec l'ascension vers le Col de la Vanoise (2512m). Je suis dans les dix premiers mais je sens que le rythme est un peu trop rapide pour moi et je décide de lever un peu le pied . J'ai du prendre un peu froid sur la ligne de départ et j'attends avec impatience que le soleil vienne me réchauffer . Le jour n'est pas complètement levé mais on y voit suffisamment clair pour se passer de frontale (ça tombe bien je ne l'ai pas prise !) . Les premiers disparaissent très vite de mon champ de vision et je me retrouve au sein d'un bon groupe dont la vitesse me convient mieux .

 

vers-le-col-de-la-Vanoise.jpg

 

On alterne marche et trot sur une pente irrégulière mais dans l'ensemble pas très raide . Je ne suis pas en terre inconnue puisque nous étions descendus par là lors du Tour de la Grande Casse 2008 . Le passage des dalles du lac des vaches est toujours aussi sympa même si l'eau se fait de plus en plus rare de chaque côté . Pas de photos pour immortaliser cette traversée, j'ai rattrapé Pascal de Photogone juste avant !! Finalement j'atteins le col de la Vanoise après environ 1h12 d'ascension aux alentours de la 15ème place . C'est le premier ravito et je prends le temps de remplir mes bidons (je n'en avais chargé qu'un au départ pour être plus léger), de ranger mes bâtons dans le sac et de manger un bout de banane . Une bonne dizaine de gars en profite pour me passer devant dont un qui m'interpelle par mon surnom (yanshkov) et me dit qu'il est un copain de Juju avec qui il a fini l'ultra 6000D l'année dernière . Pas le temps d'en savoir plus que le bougre est déjà parti !

 

500x333_00000038.jpg

 

Après 2'30" d'arrêt, je reprends mon petit bonhomme de chemin . Pour avoir étudié un peu le parcours et m'être renseigné à droite et à gauche, je sais que la suite est relativement roulante . En effet c'est assez plat, avec traversées de ruisseaux et magnifiques passages à proximité de lacs . Je commence à me sentir mieux, le soleil est venu me réchauffer et la vue des sommets environnants me booste . Toujours à mon rythme, sans me soucier des autres, je grignote régulièrement des places . Je négocie sans encombre un délicat passage dans un impressionnant pierrier d'environ 500m . Heureusement que c'est sec parce que sinon ... 

 

gros-pierrier.jpg

 

Je recolle aux basques du copain de Juju et l'on fait plus ample connaissance . Lui aussi s'appelle Yann, on fait un bout de chemin ensemble en discutant un peu . Je m'arrête une trentaine de secondes pour un petit arrêt toilette (je n'y suis pas allé ce matin !!) puis j'arrive au ravito du refuge de l'Arpont (2330m) en compagnie de Yann . Nous avons parcouru 22km en 2h45 environ . On nous annonce en 12ème et 13ème position et cette fois-ci je décide de moins traîner au stand . Je repars vite après avoir refait le plein . Yann me suit quelques centaines de mètres derrière .

 

Les sensations s'améliorent au fil des heures et je prends beaucoup de plaisir à courir dans ce magnifique décor . Le sentier en balcon donnant sur la vallée de la Maurienne est très agréable à courir .

 

chemin-en-balcon.jpg

 

Je négocie assez bien les 2 courtes ascensions suivantes et je reviens sur 2 concurrents qui semblent accuser le coup . Impossible pour eux de suivre mon rythme, c'est motivant d'autant que je suis désormais dans le top 10 . Au loin j'aperçois quelques coureurs . Je fais un pointage à ma montre, un gars est 3 minutes devant et deux autres à 5 minutes . Allez, on va essayer d'aller les chercher !!

 

Mais une méchante crampe aux adducteurs de la jambe droite vient freiner mon ardeur ! J'ai voulu attaquer un peu trop fort dans une descente et je suis vite rappeler à l'ordre . Je bois et rebois, croque un Sporténine et la crampe passe . Mais je suis prévenu, la route va encore être longue jusqu'à Pralognan . J'essaie de me relacher un maximum et finalement les crampes me laissent tranquille . Je continue alors toujours en courant et me rapproche de plus en plus du gars devant moi . Je reviens sur lui au 3ème ravitaillement au refuge de Plan Sec (2300m) . 36km en 4h40, je suis dans les temps pour faire moins de 9h . Comme d'hab, je fais le plein, avec de l'eau et du coca, je grignote quelques bouts de bananes et des abricots secs avant de repartir . Je passe alors 9ème puisque le gars que je viens de rejoindre prend son temps, apparemment bien fatigué . 

 

lac-apres-Plan-Sec.jpg

 

Je commence à doubler et croiser pas mal de randonneurs . Tous me laissent gentiment passer et m'encouragent au passage . On se souhaite alors bon courage pour la suite .

A proximité du Pont de la Stéria, j'ai l'agréable surprise d'apercevoir pas très loin devant un trio de coureurs . J'ai du mal à y croire et un rapide coup d'oeil à ma montre me donne l'écart sur les trois hommes : à peine 1 minute . Je suis gonflé à bloc . Pour autant je ne m'enflamme pas et monte à mon rythme la difficile côte qui suit . Environ 200m+ qui chauffe bien les cuisses . Sur le haut je reprends la course sur un single en balcon à nouveau roulant . Je fais régulièrement un pointage et constate que je grignote seconde par seconde mon retard sur le trio . Contrairement aux autres mecs rattrapés précédemment, ceux là ne vont pas beaucoup moins vite que moi et je ne dois rien lâcher pour revenir dans leur sillage . Après plusieurs kilomètres de poursuite, je reviens enfin sur les trois compères (Bruno Durand, Damien Trivel et Frédéric Fuss) . Je reste un moment à l'arrière puis vient me placer en tête du groupe pour imprimer mon rythme et faire ralentir un peu la cadence afin de récupérer . 

 

Nous attaquons une franche descente dans une fôret et Bruno se fait la belle . Je ne tente pas de suivre de peur de voir réapparaitre les crampes et par chance, Damien et Frédéric ne semblent pas pouvoir aller plus vite que moi . Le rythme est tout de même correct et je suis content de mes sensations, très loin de celles d'il y a 1 mois sur le Maratour de Chartreuse . Je reprends confiance et l'entorse de la cheville n'est plus qu'un lointain souvenir .  Bruno creuse un bel écart si bien qu'il est déjà reparti lorsque nous arrivons groupés au refuge de la Porte de l'Orgère (1850m) où se tient un nouveau ravitaillement . Coca, eau, eau gazeuse, un peu de salé avec tuc et Beaufort pour moi ! Je sors les bâtons du sac car nous sommes au pied de la grosse difficulté de ce TGV : l'ascension du Col de Chavière, 6km et presque 900m+ avant la plongée finale vers Pralognan . Je repars en compagnie de Damien et Frédéric et je prends rapidement la tête pour imprimer mon rythme . Dès le pied, Frédéric qui semblait pourtant costaud est lâché . Je me retrouve alors seul avec Damien et nous faisons plus ample connaissance . On parle entre autre de notre prochain objectif commun, la TDS . Damien demande régulièrement aux spectateurs des nouvelles de la tête de course puisque son fréro Lionel est en tête avec un autre Lionel, Bonnel celui-là .

 

vers-Chaviere.jpg

 

L'ascension du col est entrecoupée par quelques descentes et passages plus plats mais on a un peu de mal à relancer avec Damien . On aperçoit Bruno loin devant qui maintient bien son avance . On double beaucoup de randonneurs, certains font le TGV sur 2 jours et portent un dossard accroché à leur sac à dos . Mais le gars que l'on double sur un replat et qui semble pas au mieux est bien un traileur . Je lui demande si ça va et il me répond qu'il est cuit . Je vous mentirai si je vous disais qu'avec Damien nous ne nous sommes pas dit : " une place de gagnée ..." !!

 

On voit enfin le sommet enneigé de Chavière mais que son approche est longue ... Nous atteignons le sommet après presque 1h15 d'ascension . Il y a beaucoup de monde au sommet . Damien ne s'arrête pas et plonge directement dans la descente . Je prends quelques secondes pour plier les bâtons et jeter un oeil sur le beau panorama qui se présente à moi .  

 

descente vers Pralognan

 

Le début de la descente est un peu délicate, quelques névés bien glissants et beaucoup de caillasse . Je ne suis pas hyper à l'aise et j'ai du mal à suivre la bonne trace balisée par des cairns . Le maillot jaune de Damien s'éloigne devant, je sens que je vais avoir du mal à rester au contact . Un peu plus bas je retombe sur un sentier plus marqué qui m'emmène au dernier ravitaillement du refuge de Peclet Polset . Damien vient de partir mais  je prends quand même le temps de ranger les bâtons dans le sac et de remplir les bidons .  Puis je m'élance à mon tour sur la piste roulante menant à l'arrivée . Il reste environ 15km de course et ma montre indique que nous sommes partis depuis 7h50 ...

 

Les sensations sont encore très bonnes et je conserve une belle foulée . Je double et croise toujours de nombreux randonneurs et leurs encouragements font du bien . Au loin je vois parfois Damien mais je ne parviens pas à refaire mon retard . Je jette régulièrement un oeil au chrono car l'objectif de finir sous les 9h est réalisable mais faut pas traîner . Pralognan se fait désirer et je commence à trouver les kilomètres vraiment longs sur la fin !! D'autant qu'une petite bosse vient casser le rythme rapide de la descente . Mais je relance bien au sommet et à la sortie de la forêt quelle joie de voir enfin le camping où j'ai passé la nuit . J'accélère car j'en ai encore sous la pédale et savoure la traversée du centre ville de Pralo . Il y a du monde sur les terrasses pour applaudir, c'est bien sympa ! Je franchis la ligne d'arrivée en 8h55'55" à la 7ème place .

 

500x333_00000991.jpg

 

 Je retrouve Damien et Bruno à l'arrivée, on se félicite chaleureusement . Je retrouve Rémy, encore 2ème, sur le parcours de 30km, cette fois derrière l'intouchable François Hivert . Je file rapidement à la douche avant de revenir vers l'arrivée assister à l'arrivée de tous les copains . 

 

Le bilan est très positif . J'ai vraiment pris beaucoup de plaisir à courir ce TGV et c'est vraiment sur ce genre de format de course que je m'éclate le plus ! J'ai l'impression de progresser à chaque nouvelle épreuve courue et ma cotation Rodio (1345), sensiblement identique à celles de l'Ultra Tour du Beaufortain (1351) et de Belle-Ile en Trail (1345), alors que la forme est nettement plus basse est prometteuse pour les prochaines échéances ... L'aspect que je peux améliorer est le côté diététique . Je ne rencontre pas de grosse baisse de régime et encore moins d'hypoglycémie donc je  ne dois pas être loin de la vérité au niveau alimentation mais j'ai quand même régulièrement des petits points de côté ... Si un spécialiste en diététique de l'ultra-trail veut bien me conseiller, je suis très intéressé par une collaboration .

 

Place maintenant à la préparation pour la TDS . 110km et 7000m+, il va falloir grimper . Et c'est justement dans ce domaine que je pioche un peu en ce moment (comme si ma non-participation à l'Ultra Montée du Salève se faisait sentir contrairement à 2010) . Une semaine dans les Pyrénées avec la Lémur Team puis quelques week-ends à la montagne, ainsi que des séances clés à VMA devraient je l'espère me faire arriver au top le jeudi 25 Août du côté du Mont Blanc ...

 

Encore bravo à toute l'équipe organisatrice de ce TGV et un grand merci à François Degat (pour l'inscription et les photos qui sont celles de sa reconnaissance au mois de Juin) .

 

 

Publié dans courses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Arnaud 01/09/2011 16:36



Franchement, félicitations pour ce parcours, et surtout pour ce récit détaillé, parfaitement rédigé et très immersif. Je compte me mettre au trail, mais j'attends d'être plus à l'aise sur routes
et chemins. Encore bravo !



Jean-Luc 05/08/2011 15:50



Salut Yan,


bravo pour ta course et ravis d'avoir fait ta connaissance au camping.


A bientôt



vogoy' 21/07/2011 21:10



Salut Yann !!!


 


bravo, bonne remise en jambe après l'entorse !


Tu peux peut être te programmer seul une petite ultra montée du Salève pour bosser le pentu ! hi hi ou alors suivre Thomas voekler sur les pentes du tour :-)


 


bravo et vivement fin Aout.


 


Damien



Laville Alexandre 19/07/2011 09:22



Salut mon gars. Je vois que tout va pour le mieux. Les petits soucis font partis du passé. Maintenant tu auras peut être un peu plus de fraicheur par rapport à certains.


Un bien jolie récits, de belles photos et une super course.


Bonne continuation, bonne suite de préparation et bonne TDS.



Pipo-CAP Chulémo 14/07/2011 10:04



Yanskhov, t'es hors norme : tu vas encore nous faire plaisir sur les prchaines courses, car c'est un vrai plaisir de te voir briguer les top 10 régulièrement, quand c'est pas les podiums !!


Nous avons été heureux avec @ny et tous les daï de partager des moments ensembles.....au camping!!!


 


Bonnes courses pour la suite