Trail du Galibier

Publié le par yanshkov

Il est presque 8h sur la place centrale de St Michel de Maurienne . Tout est allé très vite depuis le réveil ce matin : douche, petit déjeuner avec André, transport en car depuis Valloire ... Presque 200 traileurs s'agitent ça et là, certains trottinent, d'autres font quelques sprints et beaucoup discutent . Je retrouve Rémy, chaud pour en découdre sur le 20km, PH et Julien, les collègues passe-montagnes, Eric de Cap Chulemo, Manu (Odin) et aussi Romain avec qui je vais courir le 55km . Nous sommes inscrits en binôme et au vu des inscrits, nous pensons que nous pouvons espérer un p'tit podium ... 

8h pétante, c'est parti ! Dès la sortie de St Michel ça grimpe et le peloton s'étire . Avec Romain nous laissons faire, bien au chaud dans le paquet autour de la 20ème place . Juste devant nous se trouve Ludo Pommeret et juste au dessus Serge Barthes, tandis que nous voyons s'éloigner la tête de course .  Pas d'affolement, la plupart des gars sont partis pour faire 20 bornes . Je suis assez bien et Romain est juste derrière moi . Après environ 200m de dénivelé et un replat sur un chemin nous plongeons dans une belle descente en sous-bois dans laquelle Romain prend la tête . Il semble facile et je perds quelques mètres mais rien de grave, je recolle dès le bas et nous gagnons même quelques places . Puis nous longeons la Maurienne sur quelques kilomètres . Romain me dit qu'il a un peu du mal à se mettre en route et c'est vrai que je pourrais aller un peu plus vite sur cette partie plate . Mais je sais aussi que la route est longue et que l'on aura bien le temps de remonter . En plus il semblerait que nous soyons en tête des binômes alors tout va bien ! 

Très vite nous arrivons dans la première difficulté du jour, l'ascension du Fort du Télégraphe . C'est une belle grimpette en forêt et tout en lacets . Nous adoptons un rythme de marche toujours dans le but de nous économiser pour la suite . Pourtant lorsque je me retourne, j'aperçois mon Romain légèrement distancé . Il n'est pas au mieux et a du mal à hausser le rythme . Je le rassure en lui disant que ça va venir, qu'il y a encore de longues heures de course et qu'il faut qu'il pense à bien s'alimenter et à boire car il fait déjà bien chaud . Des concurrents nous doublent dont 4 qui semblent être en binôme . Je vois bien que Romain n'est pas dans un grand jour et que nous ne sommes pas à notre place . A sa demande, je lui file mes bâtons, encore accrochés à mon sac . J'essaie de le relancer un peu sur les parties moins pentues mais Romain a vraiment du mal . L'ami PH nous revient dessus en compagnie d'une jolie féminine !!!

Finalement nous atteignons le Fort du Télégraphe, niché sur la falaise, après presque 900m+ et un peu moins d'1 heure de grimpée . Il y a pas mal de monde pour nous encourager et la traversée à l'intérieur des remparts est originale . Puis une partie en faux plat descendant nous emmène au col du Télégraphe où il y a encore de nombreux spectateurs . Nous y prenons un verre de coca mais sans nous arrêter .

 

Ensuite nous nous retrouvons sur un large chemin vallonné . Nous courons mais Romain n'arrive pas à rester dans mon sillage alors que je ne force pas vraiment . Je suis obligé même de m'arrêter pour l'attendre parfois . Les 2 grosses grimpées vers les télécabines de la Brive semblent être un chemin de croix pour mon ami .


Je l'encourage en lui disant qu'une très sympathique descente nous attend et qu'il pourra se ravitailler et se requinquer à Valloire . La descente est en fait une piste noire de VTT !! Mon Romain passe devant et retrouve un peu de couleur et nous faisons une belle descente, en enchainant les lacets dans un nuage de poussières et en rattrapant quelques coureurs !! En bas dans la rue principale de Valloire, Romain retrouve sa chérie et je les laisse échanger quelques mots, tout en trottinant . Et là, alors que nous venons de passer sans encombre une descente très technique, je ripe sur le goudron et m'affale de tout mon poids devant une terrasse de bistrot bondée de monde !! Je me relève très vite, les paumes des mains bien rapées mais je rassure tout le monde, y'a pas de mal ! Au ravito, je remplis mon camel back et retrouve Rémy qui vient de s'imposer sur le petit parcours . Avec Avrillon et Pellicier au départ, c'était pas gagné d'avance mais il l'a fait !!  

On discute un peu, Julien qui suit en VTT et m'a vu tomber est là aussi tandis que PH nous rejoint . Petite déception, pas de bananes au ravito !! J'espère qu'il y en aura au prochain .
Nous restons bien 5' à papoter et  je laisse le temps à Romain de se ressourcer avec Anne-Sophie puis il est quand même temps de repartir ... (à ce moment là nous sommes en fait la 1ère équipe (sur deux !) car les autres binômes courent sur le 22 km  ...)

Mais dès les premières centaines de mètres, alors que ça ne monte pas vraiment et que j'essaie de relancer, Romain ne peut suivre . Mes pulses sont autour de 140 bpm alors que je pourrais être à 175 bpm ! Là je me dis que ça va être très long pour lui et ....... pour moi . Il nous reste quand même 35km et 2000m+ à faire . Il me dit qu'il sent que ça va de moins en moins bien et je vois bien qu'il n'arrive même pas à trottiner et à accrocher les quelques traileurs qui nous doublent . Je lui avoue que je ne me vois pas faire le reste de la course comme ça au risque de m'emmerder un peu et que pour sa santé il vaudrait mieux qu'il arrête ici . Romain est tout à fait d'accord et décide de faire demi-tour et de rejoindre Valloire en contre-sens . Il me refile mes bâtons . Il est 11h, une nouvelle course commence pour moi ...

Alors que j'ai plus de 20 kms et 1700m+ dans les jambes, je suis tout frais ! Heureusement d'ailleurs car la partie qui arrive n'est pas très facile . Une large piste, longue et monotone qui grimpe sans grimper !J'alterne course et marche très rapide en m'aidant des bâtons . Par contre le paysage est splendide . Nous sommes dans la vallée de la Neuvachette et les montagnes se dressent de chaque côté . Droit devant je contemple l'imposante Aiguille Noire .


Je remonte très vite 2 concurrents mais par la suite malgré la vue dégagée sur une centaine de mètres, personne à l'horizon . Un bénévole me signale que je suis en 12ème position .  Je continue sur le même rythme en essayant de ne pas me griller et en espérant apercevoir quelqu'un au loin . Mon voeux s'exauce un peu plus loin et je distingue 2 silhouettes au loin . Je les vois marcher à la sortie d'un large virage et je passe en courant . Il y a une nana et un gars . C'est Isabelle Jaussaud la première féminine  . Un petit mot d'encouragement en passant et je continue sur ma lancée . Par la suite, nous laissons la piste pour un petit sentier beaucoup plus sympa . La vitesse y est moins rapide mais on a pourtant l'impression d'aller plus vite . Je me régale à trottiner, à sauter les petits ruisseaux, à grimper sur les rochers, au milieu d'un décor typiquement montagnard . Le balisage nous fait traverser au milieu d'un troupeau de vaches et de jeunes ...... taureaux ! Mais pas la moindre trace de sang sur les cornes, pas d'inquiétude à avoir !


Au loin je distingue un coureur en train de s'élever dans la caillasse . Il est dans l'ascension finale du col de la Plagnette . C'est vraiment très raide sur quelques centaines de mètres mais je ne m'affole pas et je continue à mon rythme . Je reviens bien sur le gars et ça me motive . Au sommet j'attaque une petite descente très courte pour rejoindre le Lac du Grand Ban avant de passer au Col des Rochilles (2496m) .



Mes supportrices sont là et m'ont même préparé une surprise !!! 


Je ne m'arrête pas car juste en dessous à lieu le ravitaillement une fois de plus tenu par des militaires aux petits soins . J'y retrouve le gars (Joseph Albert) que je poursuivais jusqu'à présent et aussi Emmanuel Odin en train de faire des étirements . Je remplis mon camel avec de l'eau et je bois un peu de coca . Hélas ! toujours pas de bananes .... Je repars en compagnie des 2 autres et je dois dire que je suis bien content de ne plus être tout seul . Manu fait la descente jusqu'à Plan Lachat et je suis sans problème avec Joseph . En bas il y a encore du monde pour nous encourager mais le replat est de courte durée et nous voilà déjà dans l'ascension finale vers le Galibier . Manu nous laisse passer devant et c'est Joseph qui prend la tête du trio pendant un long moment . J'ai un petit coup de moins bien sur les premiers mètres d'ascension mais un petit gel énergétique et je retrouve mes esprits . On discute un peu avec Manu mais il faut faire gaffe car au moindre écart c'est la chute quelques mètres en contrebas . Cette grimpée du Galibier et très difficile . Il n'y a pas de chemins et c'est souvent droit dans la pente .


 L'idée de sauter sur un cycliste en train de monter par la route pour lui piquer sa machine me traverse l'esprit !! On voit le sommet au loin mais on ne s'y approche que très lentement . Au plus fort de la pente nous rattrapons un gars (Jean Pierre Pepey) en perdition ... Je lui dis qu'il pourra se refaire une santé au prochain ravito mais il me dit qu'il n'avance plus depuis Valloire ! Et ben bon courage mec !!  Sur la fin de l'ascension, Manu a pris un peu d'avance, motivé par la présence tout en haut de ses collègues du club d'Arches Beaufort et Joseph est un peu décroché mais chacun est monté à sa main et après le passage sur la crête du Galibier où une vue splendide sur la Meije nous attend, nous nous retrouvons tous au ravitaillement situé au col du Galibier (2642m) quelques centaines de mètres en contrebas .


Je remplis mon camel d'eau et de coca mais j'ai un peu du mal à le refermer si bien que lorsque je repars, mon sac se met à fuire . Mais je ne m'arrête pas, tant pis je serai un peu collant mais j'aurai bien assez d'eau pour rallier l'arrivée . Les 2 autres sont partis juste avant moi mais je rejoins très vite Manu qui souffre de crampes . Pour une fois je suis bien dans la descente malgré les 40km et 3600m+ dans les jambes . J'arrive à bien me lâcher et je retrouve Joseph un peu plus loin . Il s'arrête pour enlever des cailloux dans ses chaussures ce qui ne m'arrive plus depuis que je cours avec des guêtres ! Après une descente bien raide, c'est maintenant beaucoup plus roulant, le long du Torrent de la Lauzette . J'ai une petite pensée pour Romain car nous étions passé ici il y a 4 ans, en sens inverse pour aller voir passer le Tour de France au Galibier . On ne parlait pas encore trail à l'époque et les sacs à dos étaient remplis de bières !! Mais déjà nous aimions marcher en montagne ... Une crampe aux adducteurs droits me ramène sur terre et m'oblige à stopper quelques secondes . Joseph revient mais j'arrive à le suivre . On discute un peu pour faire connaissance mais une nouvelle crampe, côté gauche, me stoppe encore ! Je parviens très vite à repartir et je prends un nouveau comprimé de sporténine et je m'arrose les jambes d'eau fraîche au passage d'un ruisseau . Joseph a repris un peu d'avance mais une fois les crampes passées je reviens sur lui .


Cette descente relativement roulante semble m'avantager . Nous en finissons finalement vite avec cette descente et pour une fois je n'ai ressenti aucune lassitude . Ca fait presque 7h que nous sommes partis mais j'ai encore de bonnes jambes . En tout cas assez bonnes pour laisser Joseph en plan et revenir sur un gars en rouge (Claude Mottard) que nous apercevions depuis la fin de la descente . Je l'encourage au passage puis continue sur ma lancée . Quel régal d'être aussi bien sur cette partie roulante, de pouvoir allonger la foulée . Lors d'un bref passage le long de la route je peux lire sur une borne que Valloire est à 4km . Un rapide calcul pour constater que je vais finir en moins de 7h30 . Il reste quand même une petite patate pour finir, sur une large piste et je vois droit devant un concurrent qui marche . A ma vue il se met a courir puis marche à nouveau . Je crois que je suis en train de lui mettre la pression !! Mais le bougre a des ressources et je ne parviens pas à revenir sur lui . Pas grave, je rejoins l'arrivée à la 5ème place en 7h24'25" . 


Ludo qui est arrivé il y a 45' en compagnie de Serge Barthes vient me féliciter et je retrouve Murielle, Elsa et ma maman . Un petit mot au micro pour féliciter et remercier l'organisation (mais quand même dire que  les bananes m'ont manquées!!) et j'attends l'arrivée de mes collègues d'aventures . Joseph finit 5' après tandis que Manu semble avoir beaucoup souffert dans la descente et passe la ligne d'arrivée 15' derrière moi . 

 

Moi je savoure ! Ce n'est pas tellement la place que je retiens mais ce sont surtout les sensations éprouvées tout du long . Quel plaisir de ne pas marcher en canard une fois la ligne d'arrivée franchie ! Et que de chemins parcourus depuis un an et le Tour de la Grande Casse terminé douloureusement en 9h36 à plus de 2h ............ de Ludo ! Alors que j'avais souffert du genou droit et que cela m'avait aussi handicapé sur les Templiers, je n'ai eu aucun souci de ce côté là même après 7h d'effort . De bonne augure ...

reportage photos d'Elsa : http://picasaweb.google.fr/pasdetempsaperdre/Galibier?authkey=Gv1sRgCNb50Oil7pjWMQ&feat=directlink 

Analyse de tout ce que j'ai fait cet été avec des chiffres, des courbes, des photos ... la semaine prochaine !

Publié dans récits 2009

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Oslo 27/08/2009 20:02

Eh bien, tu as bien gazé dis moi ! Content pour toi ! Tu es en forme, ça le fait bien. J'avais hésité entre le trail du Galibier et les Hauts Forts en prépa du Sancy mais une petite blessure en a décidé autrement... En tous cas tes photos sont sublimes, que c'est beau quand même la montagne ! Bonne récup et que ça continue sur les mêmes bases pour les Templiers !

the way of my life 27/08/2009 06:47

Toutes mes félicitations encore une fois!Tu as fait une formidable course. De plus, ta classe commence a éclaboussé le monde du trail...Ca promet pour le mois d'octobre:Bravo