Trail Ubaye Salomon

Publié le par yanshkov

6h30 camping du Tampico à Barcelonnette : c'est déjà l'effervescence autour des tentes et des caravanes ! Beaucoup de traileurs ont dormi ici et il y a aussi quelques cyclotouristes venus participer à un rallye organisé ce matin . J'ai bien dormi et je suis tout content de voir que le ciel est sans nuage et qu'il fait déjà bien chaud . Une petite douche, un peu de cake maison puis je me prépare tranquillement, sans stress ... Je sais qu'avec toutes les randos effectuées ces dernières semaines j'ai le foncier pour faire une belle course et me faire plaisir aujourd'hui . A 8h, je laisse Murielle et me dirige en trottinant vers le centre de Barcelonnette distant de 2km , en compagnie d'une traileuse, elle aussi du camping .


8h30 place Manuel à Barcelonnette
: nous sommes environ 600 à nous être placés derrière l'arche symbolisant le départ . Je croise quelques connaissances comme Philippe, organisateur du Pilatrail et Christian alias Badgone . Je me suis placé au sein du peloton, pas trop devant pour m'éviter un départ trop rapide avec les cadors . Mais une fois les fauves lachés dans les ruelles étroites de la ville, je me rends compte que je suis quand même bien loin et l'envie de remonter un peu vers l'avant est bien présente ! Un coucou à Muriel Uliana et Martine Volay en passant et je commence à remonter la longue file de coureurs, en faisant gaffe de ne pas me mettre dans le rouge . C'est ultra plat, le long de l'Ubaye et je ne fais que doubler . Je dépasse Corinne Favre  un peu plus loin et je me dis qu'il est sûrement plus facile de la doubler sur le plat que dans une montée !! J'aperçois aussi pas très loin les couleurs Quechua de Guillaume Le Normand et Ludo Pommeret . Bon, je crois que j'ai fait une bonne remontée, ce que me confirme Murielle à la séparation du 21 et du 44km . Je suis 20ème et ça va commencer à grimper ! 

8h45 pied de la Maure (flippant non ?) : dès le début de la grimpette, d'abord sur route, je recolle aux basques de Ludo . J'ai encore doublé quelques coureurs et je ne dois pas être loin de la 10ème place . Moi qui voulais faire une course prudente, je suis peut-être parti un poil vite ! Mais ce rythme me convient bien, avec alternance de marche et de relances, sur des chemins en sous-bois . Je garde le contact avec les deux compères de Quechua pendant quelques kilomètres puis je ralentis un peu l'allure histoire d'en garder un peu sous les semelles . Cette première partie n'est finalement pas trop difficile, ça ne monte pas franchement ou alors jamais bien longtemps . Je suis en compagnie d'un autre gars (t-shirt jaune), en 10 et 11ème position . Tout va bien !

9h15 Rocher Jaumas : c'est le premier ravito après 8km de course . Un arrêt très court pour y prendre une banane et boire un verre de coca et nous repartons en compagnie d'un troisième larron (short rouge) revenu de l'arrière . Nous sommes toujours dans la forêt, alternant partie roulante, légères montées et courtes descentes . Le short rouge ( je ne connais pas son nom !) fait le tempo . Par moment nous apercevons un concurrent juste devant et nous le rejoignons juste avant de déboucher dans les alpages, au niveau de Grande Cabane . Ca y est, ça commence à ressembler à un trail en montagne ! On voit les sommets environnants et le parcours grimpe dans les pierriers .




10h15 Col des Thuiles (2376m)
: je passe au sommet juste derrière mes compagnons de route . Je me sens bien mais j'appréhende un peu la descente, pas encore totalement rassuré par l'état de ma cheville (qui pour autant ne me fait pas mal) . Finalement je me rends compte que je reste facilement au contact des autres . La descente, très agréable, est aussi très courte car avant de redescendre dans la vallée, il nous faut passer par le point culminant de la course, le Péguiéou (2479m) .


10h36 Péguiéou (2479m) : cette partie pour rejoindre le 2ème ravito est vraiment sympa . Nous évoluons sur une crête avec des splendides points de vue . Une vue magnifique de part et d'autre et au loin, tout au bout de la crête le Signal du Péguiéou avec spécialement pour l'occasion d'immenses drapeaux Salomon flottant au vent ! En haut je me ravitaille en coca et m'asperge d'eau car il fait vraiment chaud .

11h20 Uvernet-Fours : que ce fût long ces 1200m de dénivelé négatif durant presque 40 minutes !! Pas très rigolote cette descente sur les pistes de ski, à l'ombre des télésièges . La pente est raide et j'ai toujours du mal à me lâcher vraiment . 2 gars me doublent et je ne peux suivre leur rythme . Mais je ne suis pas le seul à ne pas pouvoir descendre très vite et je laisse derrière moi un de mes compagnons de tout à l'heure qui se plaint des quadris . Petit passage dans la station de Pra-Loup, avec un peu de plat puis c'est la plongée, un peu plus ludique sur Uvernet . Juste avant d'y arriver, j'ai une petite baisse de régime mais l'idée de pouvoir faire une petite pause et de voir Murielle me motive . Je prends donc quelques minutes, pour croquer dans une banane, remplir mon camel-back, boire un peu de coca (encore et toujours) et m'arroser le visage . Murielle m'annonce que je suis 12ème . Nous repartons ensemble, en marchant, le temps de finir la banane et de m'offrir une p'tite compote . Pas la peine de s'affoler, une longue grimpée m'attend ...


12h30 quelque part dans la forêt du Bachelard
: terrible cette montée ! Presque 1h de grimpée et 850m+, sans jamais pouvoir courir . Je gère bien malgré un début de crampe aux adducteurs . Je me concentre sur ma respiration et essaye de me servir de mes bras pour faire le rythme . Au dessus de moi, j'ai toujours mes compagnons en ligne de mire . J'ai l'impression que nous sommes des zombis en train de déambuler dans la forêt . Je me retourne de temps en temps mais je n'apercois personne à nos trousses . A proximité du sommet, je double un coureur et en jetant un oeil en dessous, je vois Corinne Favre revenir !! Je comprends qu'elle a dû faire une montée de ouf  et que si je ne me booste pas un peu, je risque de la voir revenir très vite . Heureusement c'en est terminé de la grimpette, place maintenant à des singles en sous-bois puis dans les alpages . Je recolle au short rouge et au maillot jaune et nous sommes en lice pour la 9ème place . Hélas une nouvelle crampe aux adducteurs m'oblige à fortement ralentir . Un sporténine, des étirements sommaires et de grandes inspirations me permettent de ne pas perdre trop de temps . Mais les 2 compères sont partis sans moi et j'ai une super nana à mes trousses . Le top 10 va être chaud à avoir !!


12h54 Col des Alaris (1724m)
 : j'arrive enfin au dernier ravito, à tout juste 4km de l'arrivée . Je suis repassé 10ème après avoir doublé un concurrent perclu de crampes . Je ne cesse de regarder mon altimètre en calculant le dénivelé négatif restant . Je suis encore et toujours sur la retenue, les crampes n'étant pas très loin pour moi aussi !! De plus une petite ampoule sur le talon commence à me faire un peu mal . Un ultime verre de coca, puis je m'asperge d'eau fraîche à l'aide de verres plastiques posés sur la table . Petit hic, je perds ma lentille droite en m'arrosant . Tant pis, il faudra finir avec une vue un peu floue !!! Après le col, il y a une petite partie sur une piste forestière qui remonte un peu . J'alterne course et marche en me retournant souvent mais en apercevant personne derrière . Je laisse enfin la piste pour plonger sur la gauche vers Barcelonnette . Au passage à proximité d'un groupe de bénévoles, on m'annonce qu'il reste 5 minutes de course . En effet, j'entends la voix du speaker non loin . Mais j'entends aussi une voie féminine saluer ces mêmes bénévoles !! Corinne Favre vient de revenir sur moi . Logiquement je la laisse passer et je me cale dans sa foulée . D'un coup je me mets à descendre à une vitesse folle, malgré la pente et un sol parsemé d'obstacles . Ca fait un bail que je n'étais pas descendu aussi vite et je prends une belle leçon technique dans ce final  . Corinne est toute surprise d'apprendre qu'elle est en course pour la 10ème place et je lui dis que moi, je ne m'attendais pas à être rejoint aussi proche de l'arrivée !! Et là elle me propose de me laisser finir devant elle . Mais ce qu'elle ne me dit pas, c'est qu'il faut que je la suive jusqu'au bout .... et je n'ai plus les jambes !!

13h18 stade de Barcelonnette : je passe sous l'arche d'arrivée, finalement 11ème (4h48'06") mais un grand sourire aux lèvres . Juste après la ligne, je retrouve Corinne qui a l'air désolé pour moi mais une bise et c'est oublié ! Ludovic Pommeret vient aussi me saluer et je retrouve avec plaisir Hervé, auteur d'une très belle 4ème place . 


Nous finissons la journée sur la belle pelouse du parc où est jugée l'arrivée . C'est une belle après-midi comme je les aime, à discuter avec d'autres traileurs comme Pascal Giguet (3ème), David Uliana, Badgone, Hervé et bien d'autres ... Une bonne douche bien fraîche, un bon plateau repas (même si je n'ai pas bien faim), un petit tour chez les secouristes pour soigner mon ampoule, du Compex en récup et encore des discussions avant de monter sur le podium en tant que 3ème sénior (à noter qu'il valait mieux que je finisse 3ème vu la hauteur des marches et les crampes pas loin ...)


    

Publié dans récits 2009

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pat 25/08/2009 12:44

Eh bé...Je vais te dire "Môsier" la prochaine fois que je te vois !Bravo !

BADGONE 18/08/2009 12:34

Quelques photos de plus :http://picasaweb.google.fr/martinevolay/TRAILUBAYESALOMON200902encore bravo pour ta perf !

Hervé 17/08/2009 19:41

Lu comme ça , ça parait presque facile. En tout cas, une belle photo de groupe, bravo pour ta perf!!

xavier 17/08/2009 19:23

Rien à dire...Respect !!!Une belle perf...un beau récit...des belles photos...Que du bonheur.Bravo d'un Normand bien triste loin de la montagne.xav

Arthurbaldur 17/08/2009 19:14

Faut pas que je compte sur toi pour manger du miel ... Félicitations !