Analyse et perspective post Sainte Victoire

Publié le par yanshkov


Ou comment faire 50km de trail sans entraînement (ou presque) ...


Petit retour sur les 4 mois précédant le Trail de la Sainte Victoire

 


Décembre 2008 : 15ème kilomètre de la Saintélyon, grosse douleur au mollet droit, je suis contraint à l'abandon . Diagnostic : déchirure !

Janvier 2009 : je reprends l'entraînement après 24 jours d'inactivité, par une sortie vélo de 50km . Par contre je repousse la reprise à pied car il y a toujours une gêne au niveau du mollet au cours de la journée .
Je tente un footing de 15' le 16/01 mais la douleur est toujours présente . J'essaie encore quelques jours plus tard mais ça ne passe pas ... Je décide de repousser de quelques semaines la reprise . Heureusement j'ai le vélo et je recommence les aller-retours pour aller bosser . En parallèle je continue la rééducation chez la kiné .

Bilan : 8 aller-retour boulot-vélo + 3 entraînements d'un peu moins de 2h soit 544km de vélo, tout plat sur le petit plateau 
14km de footing 
une rando de 24km avec un peu de dénivelé 1200m+
  

Février 2009 : toujours les aller-retours boulot-vélo, 3 fois par semaine et deux sorties longues en vélo de 3h et 4h . Mais le moral n'y est plus, je n'arrive toujours pas à courir, et les médecins n'arrivent pas précisément à me dire ce que j'ai ... J'annule les premiers trails auxquels je devais participer et je commence à remettre en question les objectifs estivaux . Psychologiquement c'est dur, je ne fais plus trop gaffe à ce que je mange et je suis à +5kg du poids de forme . J'ai vraiment l'impression de n'être plus bon à rien ...

Bilan : 12 aller-retour boulot-vélo + 2 entraînements longs avec des cols soit 732km 
quelques tentatives de footings très vite avortées !

Mars 2009
: je retrouve petit à petit la motivation . L'IRM n'a rien montré de grave et la gêne au mollet est de moins en moins présente . Ainsi je rallonge quelques fois mes retours vélo du boulot et je fais une fois par semaine une longue sortie de 4h, au cardio, pour bosser le fond mais aussi commencer à perdre les kilos pris durant l'hiver (4h avec une seule banane comme ravito, ça fait perdre un peu ...)
A pied j'arrive enfin à enchaîner les footings et je décide même très rapidement de me lancer sur des parcours trails pour faire du dénivelé . Je cours ainsi à 13 reprises durant le mois mais ne dépasse pas 1h10 . Il n'y a quasiment plus de gêne mais les sensations sont mauvaises . Impossible de courir en côtes, les descentes sont pénibles . Mais l'envie est là et le moral revient, en même temps que les jours rallongent et que les températures augmentent ! 

Bilan : 13 aller-retour boulot-vélo + 4 entraînements longs de 4h avec des cols soit 1180km
130km à pied (enfin !!!) et 2900m+ 
une rando de 11km et 635m+

Avril 2009
 : je décide de prendre le départ du Trail de la Sainte Victoire pour faire les 20 premiers kilomètres sur le mode rando/course et ce malgré des sensations vraiment pas top et même une légère douleur au tibia à la suite d'un footing sur route un peu (trop) appuyé . Mais le week-end du 4 et 5 avril est réservé depuis de longue date et je ne veux pour rien au monde rater ce rendez-vous avec les potes .

En résumé je me présente au départ du trail avec un très bon kilométrage en vélo, tout sur le mode endurance et tout juste 3 semaines d'entraînements à pied à peu près régulier mais sans aucune séance VMA ou seuil . J'ai un peu fondu et je n'ai qu'entre 2 et 3 kg de trop . Au sujet du poids j'ai constaté qu'autour de 66kg, je n'attrape pratiquement pas de rhume (aucun cet hiver) mais par contre les sensations en courant sont très mauvaises avec des douleurs aux articulations, notamment celles des genoux . Le problème disparait quand je me rapproche du poids de forme (62kg) mais je suis alors un peu plus fragile . Au départ à Rousset, je suis tout juste entre les deux . 

Alors comment avec un entraînement si sommaire ai-je pu réaliser une assez bonne performance, en tout cas au-delà de mes espérances ? 


Quelques éléments de réponses :

1.l'approche de la course : pour moi c'était clair au départ, je ne devais faire qu'une vingtaine de kilomètres, en prenant mon temps, sans souci de classement . Ainsi je n'ai pas ressenti l'habituel stress d'avant course, celui qui vous fait faire la queue aux toilettes !! 

2.les premiers kilomètres : je suis parti assez doucement, sans me soucier de la tête de course, un peu comme je l'avais fait sur les Templiers mais encore moins vite . Pour moi c'est clair, les tous premiers kilomètres d'un trail sont un moment crucial dans la suite de l'épreuve et ce malgré le kilométrage . Je crois me souvenir que Jerôme Trottet, ancien vainqueur des Templiers et de la Saintélyon disait que l'un des 3 endroits stratégiques de ces courses était le premier kilomètre . Je suis assez d'accord avec lui et je suis persuadé qu'il est possible de compromettre un ultra juste à cause d'une allure trop rapide sur les 2-3 premiers kilomètres .

 

3.la gestion : quasiment parfaite !! je n'avais pas de cardio mais j'ai fait l'essentiel de la course sans forcer et en ne me mettant a priori jamais dans le rouge . Une toute petite accélération au sommet de la dernière ascension et une autre dans les 2 derniers kilomètres .

4.le mental : une météo parfaite et un parcours de toute beauté, ça aide, malgré la difficulté de l'épreuve . Mais ce qui m'a le plus "aidé", c'est quand j'ai commencé à doubler des concurrents un peu avant la mi-course . Psychologiquement je me suis senti pousser des ailes et ce jusqu'à la fin de l'épreuve . J'ai vraiment eu l'impression que quelque chose me poussait !  

5 .le physique : malgré les 3 mois sans courir, j'ai été capable de faire ce que j'ai fait puisque .................. je l'ai fait !! (vous suivez ??) . Ainsi l'importance du vélo est encore une fois démontrée . Le passé sportif ainsi que des dispositions naturelles à la course à pied jouent aussi un rôle prépondérant dans ma performance . J'ai passé un cap important en 2008 lors de ma première année consacrée au trail longue distance et j'en ressens aujourd'hui les bénéfices (aussi bien physique que mental) . Au niveau de la "caisse", le test effectué la veille du Trail de la Sainte Victoire lors du Trail Expérience by Asics a révélé une VMA de 17.85 km/h . Pas mal quand on sait que je n'ai pas fait une seule séance spécifique depuis le .............. 19 octobre 2008 ! 
Reste le problème des crampes aux adducteurs que j'arrive cependant assez bien à surmonter . Sur le TSV j'ai bu tout de même 5L d'eau et consommé toutes les heures un comprimé de sporténine .

Que m'a apporté le Trail de la Sainte Victoire ?

 
1. Du plaisir ! Un excellent week-end passé avec les potes et la satisfaction d'avoir couru sans bobo une magnifique épreuve, que demander de mieux ?

2. Un gros moral pour les prochaines échéances .

3. La perte des derniers kilos superflus .

4. Les points 2 et 3 font que je me sens prêt pour attaquer un gros programme d'entraînement pour le prochain objecif .

En 2008, j'avais participé au Trail du Tour de la Grande Casse en ne me décidant que 2 jours avant alors que la forme n'était pas là et le moral pas trop . J'avais couru sans ambition et pas trop mal figuré quand même . Après une période de 10 jours de repos, j'avais alors entamé ma prépa Templiers, en pleine forme ! J'en conclus qu'il me faut participer à une épreuve longue et assez difficile afin de me "décoincer" avant d'attaquer un plan d'entraînement . Habituellement, une course de prépa est conseillée en milieu de plan ou 1 mois avant l'objectif . Chez moi la course de prépa courue cool c'est avant de commencer le plan d'entraînement . 

Alors la suite c'est quoi ?

Après une bonne semaine de repos avec du vélo, du Compex et une rando sur 3 jours avec Murielle et l'âne Séraphin, j'ai repris à pied avec d'assez bonnes sensations .

 


de mi-avril à fin mai, travail axé sur la VMA et le seuil, il faut que je retrouve de la vitesse . En ce sens, je participerai au Trail de Douvres le 3 mai et au Merrell Oxygen Challenge du 21 au 23 mai, sur le format court . L'objectif sera de se donner à fond !! 

en juin, entraînement basé sur le dénivelé et la vitesse spécifique ultra avec entre autre un wek-end choc dans le Beaufortain le 20 et 21 juin .

début juillet, repos avant le premier objectif de l'année : 
 


Initialement j'avais prévu de faire l'ultra 6000D fin juillet mais après mûre réflexion j'ai décidé d'opter pour l'Annecime, un peu plus court (80km contre 110km) et 2 semaines avant . Je pourrai ainsi participer au Trail du Galibier le 23 Août avant d'attaquer la prépa Templiers .


Et cette année, je ne risque pas de me "déchirer" sur la Saintélyon puisqu'au moment où le départ sera donné, je serai dans l'avion direction le Kenya . Au programme 15 jours de trekking avec ascensions du Kilimandjaro et du Mont Kenya ...

Publié dans entraînement

Commenter cet article

vincent 02/05/2009 20:41

merci d'avoir mis en relief le TRAIL  DU GALIBIER  et en espérant votre présence le  23 AOUTLe secrétaire de l'association "le trail du galibier"

Hervé 26/04/2009 10:19

L'expérience commence à payer, c'est ce qui compte dans le longue distance. Comme on dit, on ressort toujours grandit d'une défaillance ou d'une blessure. Bien vue ton analyse.

Arthurbaldur 23/04/2009 14:29

« Alors comment avec un entraînement si sommaire ai-je pu réaliser une assez bonne performance, en tout cas au-delà de mes espérances ? »Le point 4 à propos du mental me parait un élément très important. Je l’ai ressenti très fortement à l’occasion de la Piste des Seigneurs. Doubler, ça donne des ailes … Compte tenu de tes résultats, je ne trouve pas ta VMA extraordinaire, loin de la. Ton atout c’est surtout ta capacité à l’exploiter au maximum. Et la je te rejoint : tu as une sacré caisse ! Pas besoins d’aller chercher bien loin, ton passé de sportif de cycliste y est probablement pour beaucoup.Cool ce trekking … dommage quand même que tu ne puisses pas participer à la SaintéLyon.Bonne continuation.

Arthurbaldur 23/04/2009 14:28

« Alors comment avec un entraînement si sommaire ai-je pu réaliser une assez bonne performance, en tout cas au-delà de mes espérances ? »Le point 4 à propos du mental me parait un élément très important. Je l’ai ressenti très fortement à l’occasion de la Piste des Seigneurs. Doubler, ça donne des ailes … Compte tenu de tes résultats, je ne trouve pas ta VMA extraordinaire, loin de la. Ton atout c’est surtout ta capacité à l’exploiter au maximum. Et la je te rejoint : tu as une sacré caisse ! Pas besoins d’aller chercher bien loin, ton passé de sportif de cycliste y est probablement pour beaucoup.Cool ce trekking … dommage quand même que tu ne puisses pas participer à la SaintéLyon.Bonne continuation.

Pilou 21/04/2009 21:26

Je te souhaite que toutes tes prochaines aventures soient à l'image de cette Sainte Victoire : du plaisir, de l'humilité et de la satisfaction dans l'effort.L'homme venu du froid respire la joie de vivre et c'est ce que nous recherchons tous dans ces sports nature. Bonne continuation à toi. Et à la prochaine sur les chemins. Pierre