3 jours de Chartreuse

Publié le par yanshkov

logo-3-jours-de-Chartreuse.jpg

 

Jeudi 2 Juin : environ 15h sur un parking d'un supermarché de Pont de Beauvoisin . J'enfourche mon vélo pour faire les 42km restant pour rejoindre St Pierre de Chartreuse pendant que le reste de la famille continue en voiture . J'ai décidé de faire l'impasse sur la première journée des 3 Jours de Chartreuse . Des spéciales, mêmes courtes, courues à fond sur les parcours balisés de la nouvelle Station de Trail ne sont pas idéales pour reprendre en douceur après ma blessure à la cheville et je me fais donc monter le coeur en pédalant dans le col du Cucheron que je grimpe dans le brouillard et le froid . Je rejoins ensuite Murielle, ma mère et André au gîte loué à St Hugues pour les 3 jours . Une bonne douche bien chaude puis direction St Pierre pour l'inauguration officielle de la première Station de Trail où je retrouve avec plaisir beaucoup de copains . 

 

Vendredi 3 Juin : c'est le jour du kilomètre vertical et une grande première pour ma chérie et ma maman qui se sont inscrites pour cette épreuve . Les départs de la Diat, en contrebas du village de St Pierre sont libres entre 14h et 17h, très pratique, chacun gérant son après-midi comme il l'entend . Les filles s'élancent dans les premiers, le but étant que je l'on arrive presque ensemble au sommet .

 

Murielle et Martine

 

Avec André, qui se réserve pour le lendemain, nous allons les encourager au passage dans St Pierre après 100m de dénivelé positif . Pour patienter je fais quelques lignes droites et je suis agréablement surpris de constater que je n'ai pas de gêne (ou alors infime) à la cheville .

 

Je m'élance à mon tour un peu avant 15h . Pas question pour moi de faire la montée à fond, après 1 mois sans course à pied et surtout avec un trail de 45km prévu le lendemain . Je profite donc du bas du parcours le long de la rivière pour m'échauffer et faire monter les pulsations . Les premiers pourcentages arrivent avec la petite grimpette vers le centre de St Pierre où nous sommes "bipés" au niveau du panneau 100m+ . Un peu de plat pour sortir du village et cette fois-ci c'est vraiment parti pour une longue ascension . Je grimpe en marche rapide en m'aidant des bâtons et en relançant par moment en trottinant .

  

montee-de-la-scia.JPG

 

Je double pas mal de monde et je suis encouragé par les concurrents en train de descendre, l'ambiance est bien sympa ! Un gars me revient dessus et j'emboîte ses pas ce qui me permet d'accélérer un peu alors que j'avais tendance à mollir un peu . Les minutes passent vite et je ne rattrape Murielle qu'à quelques centaines de mètres du sommet . Un petit bisou au passage et je lui dis que je l'attends en haut . Ma mère est déjà arrivée et je la croise en train de redescendre alors que je suis dans la partie finale, une cheminée de pierre où il faut mettre les mains pour atteindre le sommet . Je rejoins le sommet de la Scia après 52'03", pas trop marqué mais heureux !! Murielle termine juste après en 1h41 . J'avais pronostiqué beaucoup plus, bravo chérie !!

 

Murielle-ds-la-Scia.JPG 

J'ai la chance d'assister aussi à l'arrivée d'Augustin Guibert, ancien collègue cycliste qui explose le chrono !!!

 

augustin-guibert.JPG

 

André ayant pu monter en voiture, nous évitons la redescente à pied, ce dont profite aussi Mathias de Kikourou .

 

En bas, nous encourageons les derniers à s'élancer dont mon pote Rémy, arrivé in-extremis de Lyon et qui finira 2ème de cette ascension (5 places de 2 à nous deux en 2011, va falloir mettre la balle au fond un de ces jours ... ) !!!

 

Remy-dans-la-Scia.JPG 

 

Il nous rejoint en fin d'après-midi au gîte pour y passer la nuit .

 

Samedi 4 Juin :

 

Chartreuse-MAratour.jpg

 

Je suis zen ce matin au départ, je pars dans l'optique d'une belle rando alors no stress . Je retrouve avec plaisir les copains, Damien Vaugoyau, Guillaume Bernard, Grégoire Millet, Bruno Lorens et j'en passe . Le départ est donné à 8h .

 

depart.jpg

 

Alors que j'imaginais un départ tranquille au vu de ce qui nous attend, c'est au sprint que la course est lancée !! Après quelques centaines de mètres Benoit Laval, très discret sur les 2 premiers jours est déjà loin devant, suivi à plusieurs longueurs du globe-trotter Christophe Le Saux et d'Augustin Guibert qui tente de s'accrocher . Je laisse évidemment faire car les premières places ne sont pas l'objectif du jour et je profite des 2kms de route en faux plat montant pour m'échauffer et faire monter les pulsations tranquillement . Juste avant le hameau de Perquelin nous délaissons la route et attaquons la longue ascension vers le Col des Ayes .

 

Je déplie les batons et opte dès le pied pour un rythme en marche rapide avec quelques relances en trottinant dans les passages moins raides . Je double Sylvain Bazin en train lui aussi de déplier ces batons, on s'encourage et il me dit qu'il va sortir sa caméra pour filmer .

 

Les sensations ne sont pas terribles et j'ai du mal à garder un rythme rapide . Devant les premiers se sont envolés et je commence à me faire régulièrement doubler par des concurrents ... C'est l'occasion de faire quelques mètres avec les copains Paulo Romestin, Guillaume Bernard ou encore Christian Poigny du CMI . Mais quelques mètres seulement car je n'ai pas les jambes pour faire mieux . Au niveau de la cheville ça tiraille un tout petit peu mais rien d'inquiétant et au niveau du souffle ça va aussi mais le manque d'entraînement à pied se fait sentir . Le Col des Ayes (1538m) est atteint dans le brouillard au bout de 45' . Je perds encore pas mal de places dans la descente pourtant pas très technique mais je ne veux (et ne peux) prendre aucun risque . Mathias Gery (kikourou) me passe et je le charie en lui disant que ça se voit qu'il n'a pas fait la descente de la Scia hier après midi (vu qu'on la descendu en voiture ) !!! La petite portion sur route menant au sommet du Col du Coq me permet de relancer un peu l'allure . Je ne m'arrête pas au ravito installé ici si bien que je grignote quelques places . 

 

Nous empruntons ensuite le GR9 tracé au coeur de la forêt sur un tout petit single . Je ne suis vraiment pas à la fête avec toutes ces racines et ces devers boueux et je laisse logiquement passer les coureurs qui me reviennent dessus . Mon pote Bruno Lorens en fait partie ainsi que la première féminine Mélanie Rousset . A peine 10km de parcouru et j'ai l'impression que j'en ai fait 80km ... J'aperçois par moment le Charmant Som à travers les nappes de brouillard et je me demande si les organisateurs vont nous y faire monter ou non . On verra bien au pied, pour le moment il faut se hisser au Col de l'Emeindras, assez court (500m) mais très raide (200m+) . Malgré une vitesse ascensionnelle pas très élevée (900m+/h) je reviens dans le sillage de Bruno et garde le contact avec la première fille . Une partie beaucoup moins raide nous emmène ensuite au pied de Chamechaude  . J'y retrouve Bruno Caillet de Raidlight . Je m'arrête discuter quelques secondes et lui demande qui se trouve en tête de course et je suis ravi d'apprendre que c'est Rémy qui fait cavalier seul à l'avant .

 

Je m'élance à mon tour vers le sommet, sur un petit single serpentant au milieu des pierriers. Depuis un peu plus de 2h nous courons au milieu de la forêt sans véritable panorama alors c'est un vrai régal de prendre de la hauteur et de pouvoir voir les sommets environnants. Quitte à en baver, autant avoir une belle vue !! En levant la tête je peux voir la file de coureurs grimpant vers le sommet mais aussi les premiers qui redescendent déjà puisqu'il s'agit d'un aller-retour pour atteindre Chamechaude . Je croise Rémy qui semble très bien et je le motive du mieux que je peux. Christophe Le Saux suit à plus de 3 minutes puis Benoit Laval qui malgré l'effort encourage ceux qui montent. Grégoire Millet, Augustin (qui me dit qu'il ne va pas tenir) et Damien ne sont pas très loin derrière . Ce moment est sympa et même si j'aurai préféré être avec eux, je savoure le fait de pouvoir courir après 1 mois d'abstinence ! Juste avant le sommet je croise Guitoune qui ne semble pas au mieux puis je passe à côté de Cyril Cointre venu encourager et faire des photos . Il s'enquiert de l'état de ma cheville et je le rassure en lui disant que ça va mais que je suis sec !! " C'est bon ça" me lance-t-il en se marrant !!

 

ascension-chamechaude.JPG

 

Je rejoins le point culminant après plus de 2h30 de course . Il ne fait pas très chaud tout là-haut au mileu du brouillard et des plaques de neige mais je prends tout de même le temps de ranger les bâtons dans le sac et de sortir une banane que je prendrai le temps de manger pendant la longue descente vers le Col de Porte où se trouve le 2ème ravitaillement . Il me faut bien 30 minutes pour y arriver, sans prendre de risques, sur un train de sénateur dixit Raymond que je croise en descendant .

 

descente-de-Chamechaude.JPG

 

Ca commence aussi à tirer un peu dans les jambes et je me pose alors des questions sur la suite de la course . Ne serait-ce pas plus raisonnable d'abandonner pour ne pas risquer une nouvelle blessure et reprendre l'entraînement sérieusement la semaine prochaine ? Bon a priori Murielle et ma mère m'attendent du côté du Charmant Som alors il va falloir que je pousse un peu plus loin . 

 

J'arrive au col de Porte après presque 3h d'effort . Rémy est passé il y a 45' et continue de creuser l'écart sur ces poursuivants ... Je refais le plein des bidons avec de l'eau et du coca et je grignote un peu de fromage . Je prends mon temps, presque 4' et je repars avec Bruno, juste derrière la 2ème féminine, autour de la 50ème place . On plaisante en se disant que l'on va avoir du mal à faire un podium chez les filles !! J'ai aussi une pensée pour André qui fait le trail de 21km dont le départ a été donné ici même il y a une heure . Ca va être impossible de le rattraper avant l'arrivée !

 

Il y a presque 7kms pour rejoindre le pied du Charmant Som sur un chemin alternant petites côtes et secteur plus plat . Et là je me dis que si je marche tout le long je vais mettre du temps pour rejoindre ma chérie qui doit m'attendre impatiemment . Alors je me motive et décide de trottiner le plus possible et de ne marcher que dans les secteurs trop difficiles . Je laisse Bruno et je commence alors à rattraper des coureurs . Physiquement je ne suis pas mieux que tout à l'heure mais c'est psychologiquement que je reprends le dessus . Je double Guitoune encore plus sec que dans Chamechaude, un peu plus loin Mathias et juste avant de retrouver la route goudronnée menant au Chalet du Charmant Som je reviens dans le sillage de Mélanie Rousset . Sur la route je garde mon rythme et continue ma remontée . Je ne sais pas encore si je vais continuer, je déciderai à tête reposée quand j'aurai retrouvé mon assistance .

 

Charmant-Som.JPG

 

Alors que j'arrive non loin du parking d'où commence la courte ascension vers le sommet du Charmant Som (1867m) mon portable sonne . C'est Murielle qui avec ma mère sont redescendues direction St Pierre de Chartreuse de peur de rater l'arrivée d'André !! Bon il reste moins de 15km et la cheville va bien alors je vais aller au bout de ce putain de trail ! Je sais que les efforts produits en ce moment me serviront  lors des prochaines échéances et puis moralement c'est jamais bon d'abandonner . Et puis c'est tellement bon de couper une ligne d'arrivée surtout après plusieurs heures de course .

 

Je resors à nouveau les bâtons et c'est parti pour la grimpée vers le Charmant Som . Au loin je distingue le maillot vert flash et le sac à dos orange fluo de Christian et ça me motive à avancer . Comme à Chamechaude, il faut faire un aller-retour pour atteindre le sommet et c'est l'ami Franck Fauchon (lui aussi du CMI) qui aiguille les coureurs . Je croise Christian bien cuit et passe au pointage juste après . Je ne m'arrête pas (je connais le coin, j'y ai déjà pique-niqué !) et me lance dans la descente . 

 

C'est pas encore ça mais je retrouve un peu d'assurance . Mais je fais gaffe car la section jusqu'au Collet est très techinque avec beaucoup de pierres et des hautes marches à descendre et pas mal de secteurs glissants . Puis changement de décor, on s'enfonce dans la fôret, la caillasse laisse place aux racines, à la boue et au dévers piégeux . Je connais là encore cette descente tout en lacets et je ne m'emballe pas car je sais que c'est assez long pour arriver en bas . Je rattrape encore quelques coureurs et double aussi les derniers du petit parcours . La fin de la descente se fait sur la route menant à la Porte de l'Enclos . J'adore cet endroit avec le Grand Som et le Couvent de la Grande Chartreuse en toile de fond . J'essaie d'allonger un peu la foulée et je suis agréablement surpris d'y arriver après 5h et 35km dans les jambes . Le soleil fait son apparition à travers les nuages et il commence à faire chaud .

 

J'arrive au dernier ravitaillement installé sur le pont du Grand Logis surplombant le Guiers Mort . Quelques coureurs dont Christian et Théodore du CMI repartent juste à ce moment là . Je prends quelques instants pour faire remplir mon bidon par des gamins très attentionnés et boire quelques verres de coca . Une petite poignée d'abricots secs et je suis paré pour le final . 

 

Le Grand Som n'est donc pas au programme du final en raison des orages prévus pour la fin d'après-midi mais les organisateurs l'ont remplacé par une côte pas très longue mais de presque 300m+ . Je double rapidement le groupe de Christian, on échange quelques mots et je continue à mon petit train de sénateur, marchant dans les forts pourcentages et trottinant dans les quelques replats . Je suis stoppé 2 ou 3 fois par des crampes aux adducteurs qui heureusement pour moi ne sont pas simultanées !! Je croque un peu de sporténine avec de l'eau pour les faire passer et je ralentis un peu l'allure en essayant de ne pas trop tirer sur les cuisses . En haut de la côte nous retrouvons une large piste forestière en faux plat descendant . Je cours tout le long en encourageant les participants du petit parcours : "Allez, on est presque arrivé !!" . Pas tout à fait vrai puisqu'il faut encore passer une dernière petite grimpette avant de rejoindre la partie basse de l'ascension vers la Scia que nous avons emprunté hier lors du km vertical .

 

arrivee-copie-1.JPG

 

Au bord des crampes je rejoins enfin St Pierre de Chartreuse en 6h11 après 45km et 2900m+ à la 22ème place à un peu plus d'heure de Benoit Laval qui aura eu le dernier mot malgré la grosse résistance et le panache de Rémy, Damien et Augustin !

 

Quel plaisir de franchir cette ligne d'arrivée . Il y a 4 jours j'étais sceptique quant à l'état de ma cheville mais finalement tout s'est bien passé !

 

Un petit tour dans la fontaine bien fraîche ou comment optimiser la récupération !!

 

dans-la-fontaine.JPG

 

Ce trail va me faire une bonne base foncière pour les prochaines échéances et notamment le TGV qui sera vite là (3 juillet) . Bon j'ai du pain sur la planche pour retrouver toutes mes capacités mais la coupure d'un mois à pied me sera bénéfique j'en suis certain . Et puis le gros objectif c'est entre Courmayeur et Chamonix fin Août ...

 

Un grand coup de chapeau à toutes les personnes ayant oeuvré pour que la station de trail voit le jour et à tous les bénévoles présents durant les 3 jours !!

 

LES CLASSEMENTS DES 3 JOURS DE CHARTREUSE

Publié dans courses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hervé GIRAUD-SAUVEUR 21/06/2011 14:49



Bravo ,super que tu es pu faire ce trail qui te donne toute la confiance pour le TGV, j'espère que la récup se passe bien et que la cheville est au top!!


De mon coté ça va mieux et espère remettre un dossard soit le 3 juillet ou le 17.


 


Et merci pour tes messages sur mon blog, c'est toujours trés agréable;Au plaisir de te voir trés bientôt


Hervé



jujutrail 12/06/2011 09:03



N'oublie pas que j'habite pas très loin de chez toi et que je cours tjrs dans les monts d'or.


MErcredi soir ?