Trail du tour de la Grande Casse

Publié le par yanshkov

5h50 parking de la mairie à Pralognan la Vanoise : il fait nuit, le centre ville est encore tout endormi et seule une grosse centaine de traileurs s'agite et sautille pour se réchauffer sous l'arche symbolisant le départ et l'arrivée du premier Trail du Tour de la Grande Casse . J'en fait partie, moi qui il y a deux jours encore devait seulement être ici pour accompagner André et en profiter pour faire une petite rando en famille . Mais en y réfléchissant bien, je me suis dit que j'allais sûrement avoir des regrets de voir partir sans moi ce petit troupeau à l'assaut des sommets . Alors tant pis si je ne me suis pas préparé en conséquence et si je n'ai pas vraiment eu le temps d'analyser le parcours . Je n'ai aucune idée du temps que je vais mettre : 8h30, 10h, 11h ... ? Ce n'est pas l'essentiel . Le plus important est que je suis là, avec les autres,frontale sur la tête et bâtons à la main et que je vais m'élancer à l'assaut de mon premier vrai grand trail . Je ne suis même pas trop anxieux, j'ai tellement envie .... 6h ! C'est parti ... 

7h14 col de Leschaux (2564m)
: nous n'avons fait que monter depuis le départ, d'abord sur un peu de route puis très vite sur un sentier . J'ai éteint la frontale il y a longtemps, le jour s'étant levé, dévoilant un ciel sans nuage . Les sensations n'ont pas été géniales dans cette longue ascension toute en lacets . J'ai du laisser filer Juju et quelques autres mecs qui m'accompagnaient au pied du col . Pas grave, je suis resté concentré, essayant d'être le plus régulier possible, sans m'affoler et en poussant bien sur mes bâtons . J'ai essayé de me rassurer en me disant que ça ira mieux par la suite et j'en ai profité pour admirer le paysage, Pralognan en contre-bas, de plus en plus petite et les sommets environnants . Et au-dessus de moi une file de traileurs formant un esse dans la pente . "Tu veux une bière ?" m'a crié Juju .  Merci mais je vais me contenter de mes polymères de glucose !!

8h01 Plan Fournier (1732m) : c'est le premier ravito, km 13, mais je ne m'y arrête pas . Après le col de Leschaux, j'ai pris quelques secondes pour grignoter une tranche de pain de mie et de la crème de marron . Il a fallu que je m'arrête pour accéder au sac à dos et depuis lors je suis avec un gars, une soixantaine d'année, qui court comme un cabri . C'est Daniel Boebion, André le connait pour avoir discuté avec lui à l'arrivée d'une 6000D . Je lui ai emboité le pas dans la descente mais malgré une chute sans gravité, il m'a mis quelques longueurs  . Ce n'est pas trop technique mais je fais gaffe quand même, on a doublé un mec sur la piste forestière en bas de la descente (qui était d'ailleurs dans le même gîte que nous la veille) en train de boitiller, la cheville en vrac . Ca serait dommage de s'arrêter là ! J'ignore donc le ravito et repasse devant l'ancien . J'aborde ainsi avec un peu d'avance sur lui la courte mais terrible montée de la Tour du Merle, 227m de dénivelé en un rien de temps, à l'ombre d'une forêt . Celle là heureusement que nous l'abordons relativement frais ...

9h03 Laisonnay d'en bas (1560m) : cette fois je m'arrête à ce ravito, pour remplir le camel et grignoter un peu de saucisson et de beaufort et boire un verre de coca . Je suis toujours avec Boebion mais il me mène la vie dure . En effet depuis un moment nous sommes sur une piste de ski de fond longeant le Doron . Mais ça monte sans monter et je n'aime pas trop ça . Il faudrait courir mais je suis obligé de marcher par moment, mon cerveau me conseillant d'être prudent . Je m'encourage à voix basse : " allez Yann, court ! allez gros, tu es capable de le faire !!! " En fait j'attends avec impatience les premières pentes du prochain col mais mon compagnon m'a indiqué que ça allait être comme ça encore pendant un long moment ... Petit coup au moral !

10h59 Col du Palet (2650m) : et voilà la mi-course est passée et j'en ai fini avec ce très long col . Il ne grimpe pas très raide, sur une large piste carrosable . Je n'ai même pas fait gaffe au début que l'on pouvait couper par de petits sentiers qui coupent la piste principale . C'est quand j'ai vu surgir juste derrière moi une silhouette de traileuse que j'ai compris que j'aurai sans doute pu m'épargner quelques centaines de mètres . Cette fille, c'est Sylvie Negro, une vraie spécialiste de montagne . Je dois dire que j'ai pris une belle leçon dans son sillage au cours de l'ascension et cela m'a relancer alors que je commançais à un peu m'endormir et à marcher trop souvent . Pour l'anecdote, je lui ai tenu ses batons pendant que l'on courait afin qu'elle  enlève sa veste sans perdre de temps ... Au sommet, où la pente devient plus raide, nous sommes revenus sur quelques concurrents . Le moral est au beau fixe !!  Là haut je retrouve ma chérie, ma soeur et ma maman, qui ont fait la montée tout à l'heure à la fraîche . Je décide de m'arrêter 5 minutes, histoire de manger un bout, pain de mie aux céréales, cake salé fait maison et fruits secs . Pas grave si les mecs que je viens de rattraper s'éloignent à nouveau, je sens que je peux revenir sur eux un peu plus tard . Ma family team m'indique que je suis en 22ème positon et c'est gonflé à bloc et après un petit bisou que je m'élance dans la descente vers Tignes .

11h25 Val Claret (2100m)
:
c'est par le GR55 que j'arrive à la station de Val Claret où se tient un nouveau ravito . Depuis le passage au sommet du col du Palet je distinguait en contre-bas des immeubles et des terrains de tennis (rien à voir avec le décor sauvage rencontré jusqu'à présent) et il me tardait d'arriver ici et d'en finir avec la descente . J'enlève mon sac à dos pour en extraire ma poche à eau et quelqu'un s'approche pour m'aider à remplir . Oh !! c'est Dawa Sherpa en personne . Je n'ose pas lui avouer que c'est en lisant une interview de lui cette semaine que j'ai décidé de me lancer dans mon premier ultra montagnard . Je lui demande juste comment est la suite du parcours et il m'explique gentiment par où passer et que ça va ............. monter !  Puis je pioche quelques fruits secs un petit morceau de banane et le traditionnel verre de coca et pars en direction des pistes skiables de la Grande Motte . 
  
12h28 Col de la Leisse (2740m) : après presque une heure d'ascension je passe le point culminant de la course . Je me suis bien fait plaisir dans cette montée même si je n'ai fait que du 600m+/h . J'ai doublé pas mal de randonneurs mais surtout j'ai pu rattraper deux gars . Un premier au plus fort de la pente . Il était avec nous au gîte cette nuit, on a échangé quelques mots, il m'a dit que ça commençait à être dur pour lui puis m'a demandé comment j'allais . Le second je l'ai gardé un petit moment en ligne de mire mais inexorablement j'ai gagné du terrain sur lui, courant là où lui marchait . Il s'est accroché un peu à mes basques, je l'ai encouragé mais il a dû me laisser filer . C'est motivant de doubler des mecs même si c'est plutôt parce qu'ils craquent . Moi pour le moment je n'ai pas le moindre signe de faiblesse . Pourvu que ça dure !

13h41 Pont de Croe vie (2100m) : j'ai bien cru que je n'y arriverai jamais à ce fameux pont romain en pierre !! Qu'elle fut longue cette traversée de la vallée de la Leisse, seul pendant presque 1h10 . Ce ne fut pas trop technique même si il y avait quelques pierriers . Mais ça ne descend pas beaucoup pour venir jusqu'ici alors on a l'impression que l'on ne va jamais toucher le fond du décor ! Heureusement qu'il y a de magnifiques lacs et ces montagnes toujours aussi belles . Je commence à avoir un peu mal aux jambes quand même, mais après plus de 7h c'est normal non ? J'ai alterné marche et course, essayant de relancer l'allure tant bien que mal . Au passage au refuge de la Leisse où se tenait un ravito, je suis arrivé alors que 2 gars repartaient . J'aurai pu partir illico avec eux, ça m'aurait fait de la compagnie mais j'ai préféré assurer et boire un petit coca et grignotter quelques airelles sechées et des amandes ! Allez, je traverse le torent de la Leisse et m'engage dans le dernier col de la journée, le col de la Vanoise . A mon GPS il ne reste que 350m+ . Allez Yann, dans 30' tu es au sommet ...

14h35 Refuge de la Vanoise (2517m) : la grimpée au col de la Vanoise s'est bien passé, je me suis rapidement élevé au dessus de la vallée, distinguant tout en bas quelques coureurs en tout petit . Au sommet j'ai à nouveau rejoint et dépassé un gars puis sur la partie plus plate menant au refuge j'ai pu courir par endroit . J'ai croisé beaucoup de randonneurs, Pralognan n'est plus très loin et en cette magnifique journée, tout le monde en profite . Je n'ai pas compté le nombre de fois où j'ai dit merci à la suite d'encouragements . Par contre les "allez c'est fini, il n'y a plus que de la descente !" ne m'ont pas vraiment aidé ... J'aime pas les descentes (surtout après 8h de trail !)

15h36 Pralognan la Vanoise (1450m) :
et voilà !!! la boucle est bouclée et je suis finisher du Tour de la Grande Casse . Quel bonheur de traverser l'artère principale de Pralognan, colorée de monde, surtout après avoir beaucoup souffert dans la dernière descente . Une douleur au genou droit est apparue mais j'ai pu me soulager à l'aide des bâtons . Ce fut vraiment long ces derniers kilomètres sur des larges pistes, au milieu des randonneurs . Mais c'est oublié, je savoure et je lève d'une main mes bâtons à la vue de l'arche . J'apperçois André qui est là au bord de la route et qui se lève prestement à mon passage  Je comprends qu'il a abandonné mais à le voir il est heureux de ma prestation du jour, je lui tape dans la main au passage . C'est un peu grâce à lui si je suis ici aujourd'hui . Puis je passe la ligne en 19ème position après 63km et 3870m+ en 9h36 ...
Analyse de mon premier ultra semaine prochaine ...

Publié dans courses

Commenter cet article

Oslo 02/09/2008 08:54

Bravo à toi, très belle perf... Ce trail m'attire bien, j'étais pas en conditions pour le faire cette année mais qui sait l'an prochain... Et puis j'ai aimé ton récit, l'anecdote sur Dawa Sherpa (grand bonhomme) et les encouragements entre coureurs... C'est ça qui fait la force du trail. Performance et Humilité... Encore bravo, bonne récup à toi.   

herve 01/09/2008 15:23

9h36, rien que le chrono m'en coupe déjà les pattes! N'empêche, ta perf montre bien que le travail foncier du début de saison est bénéfique à long terme! Désormais bonne récup et bravo

Arthurbaldur 01/09/2008 11:43

Bon je suis rassuré ... tu es obligé de te reposer quand même un peu à l'arrivée ! J'ai eu peur que tu ne sois pas humain ... ;-))Félicitation !!!

fred.94 31/08/2008 20:31

Bravo a toi pour cette perf !!!

yanshkov 31/08/2008 20:41


C'est rien par rapport à ce que tu viens de réaliser sur la CCC !! Chapeau !!!


julien 31/08/2008 18:45

Félicitation, tu avais raison, après une tendinite du releveur on revient plus fort!!Bonne récup@ bientot sur les sentiers..superbe les photos..