Trail de la Dent du Chat

Publié le par yanshkov


Pour mon premier trail à la montagne, je n'ai pas choisi le plus difficile . Alors que ce matin certains courent au coeur de la Vanoise et que d'autres récupèrent du Marathon du Mont Blanc ou de la traversée de la Chartreuse, je suis au départ du
Trail de la Dent du Chat au Bourget du Lac . Comme l'annonce l'affiche, 25km et 1500m de dénivelé positif au programme de l'épreuve . En étudiant un peu le parcours sur la carte IGN j'ai constaté qu'il y aura probablement 250m+ en moins . Certes ce n'est pas très important ... J'aborde cette course sans grosse préparation et très peu d'entraînements à pied depuis 5 semaines (je reviendrai en fin de semaine plus précisément sur le sujet) . Mais les bonnes sensations ressenties dernièrement et un poids descendu sans effort à 62kg font que j'aborde l'épreuve avec l'objectif de tenter mon va-tout en début de course et de voir où cela me mène . Osé quand on retrouve sur la ligne de départ des mecs comme Aurélien Brun (vainqueur notamment aux Cabornis et à Faverges) ou Frank Gorry (6ème au Nivolet et à Faverges) ! Je m'applique donc dans mon échauffement avec mon pote Romain, descendu d'Ile de France tutoyé les sommets ! Une vingtaine de minutes, avec lignes droites,des montées de genoux et des jambes tendues , le tout sous une pluie battante . Et oui il pleut depuis que nous sommes arrivés et le massif de la Dent du Chat est recouvert de brume . Pas grave cela ne me dérange pas plus que cela ! C'est en tout cas ce que je crois à ce moment là ...


9h le départ est donné . Un peu de plat sur une piste cyclable permet au peloton de s'étirer . Ca bouscule un peu, les coureurs du petit parcours étant partis avec nous . Je me cale rapidement au côté du grand Brun, dans les 5 premières positions . Il regarde son cardio sans arrêt . On est parti trop vite ? Dès la sortie du Bourget du Lac nous attaquons l'ascension sur une portion goudronnée . Les jambes sont bonnes et la respiration aisée . Allez, je prends la tête de course, c'est pas tous les jours possible ! Un seul mec prend ma foulée et nous prenons quelques mètres sur les poursuivants immédiats . Nous quittons la route et entrons dans les chemins . La pente n'est pas très régulière mais j'adapte assez bien ma foulée . Un coup d'oeil au cardio, 186 pulses ! Au bout d'une dizaine de minutes de course, je décide de lever un peu le pied . Les sensations sont bonnes et je crois fort en une belle place à l'arrivée . Quelques gars me passent alors que je passe en marchant les rampes les plus pentues (et parfois celles un peu moins) mais mes pas sont suffisants pour ne pas perdre de terrain trop vite . Au premier ravito placé assez tôt, je m'enfile expressément un verre de coca et continu ma progression . Un peu plus haut c'est la séparation des 2 parcours, l'occasion de faire le point sur ma place . La bénévole placée là m'informe que je suis 5ème .

Le single-track emprunté depuis le pied de l'ascension laisse maintenant place à une large route forestière en faux plat montant . Ma vitesse y est bonne, suffisamment en tout cas pour empêcher tous retour de l'arrière . Puis un nouveau single, avec de raides lacets et de plaisantes montagnes russes . Le sol est très glissant et l'on peut rapidement dégringoler en contre-bas si l'on ne fait pas gaffe . Je fais attention et alterne intelligemment marche et course . C'est bon de pouvoir relancer aussi bien l'allure après un court instant marché . Ma Polar indique que le sommet ne doit plus être bien loin et je constate, après une heure de course que j'ai déjà un petit peu plus de 1000m+ dans les pattes . Ca fait une belle vitesse d'ascension non ? Quelques esses plus bas j'entends quelqu'un gueuler des encouragements . Merde, il y a des mecs qui reviennent . En fait je m'aperçois un peu plus haut que c'est un homme seul qui arrive . Il n'est pas bien épais et je ne suis pas étonné par son aisance en côte . Nous finissons l'ascension ensemble, en s'aidant parfois des mains sur les derniers mètres tracés dans la falaise . Au sommet, pas de point de vue . Il pleut toujours et les sapins sont encore nombreux  . Pas de descente non plus . Le tracé emprunte la ligne de crête via le Molard Noir (1452m). Je fais rapidement connaissance avec mon compagnon venu en voisin d'Aix les Bains . Très bref arrêt au deuxième ravito pour un petit verre de .............. coca . Le temps de contempler pour la première et seule fois de la journée des massifs enneigés sortant des nuages, au loin . La pluie redouble et le brouillard fait son apparition . C'est le début de la galère pour moi . Avec mes lunettes de vue je commence à ne plus rien voir : buée et gouttelettes d'eau, c'est pas le top . Malgré tout ,sur la partie roulante qui suit, je lâche mon collègue . Mais vraiment c'est pas facile pour moi de voir où je mets les pieds . Je me retrouve d'ailleurs au sol sans rien voir venir . Heureusement plus de peur que de mal . 

un jour de beau temps !


Au moment de me lancer dans la descente, j'aperçois le mec qui nous a fait le briefing au départ . Je lui demande si il n'a pas un mouchoir pour essuyer mes lunettes et le voilà tirant sur son tee-shirt, resté sec sous son coupe-vent, puis donnant un petit coup sur mes verres . Merci c'est vraiment sympa ! Mais ce n'est pas pour autant la fin des mésaventures . La buée refait très vite son apparition et l'obscurité du sous-bois donne l'impression de plonger d'un seul coup en pleine nuit . Ajoutez à cela un sol extrêmement glissant et une descente technique à souhait, je peux vous dire que je ne m'amuse guère . Je me fais doublé par 6 coureurs et suis dans l'impossibilité de les suivre . C'est simple, je ne vois quasiment rien . Je me fais même à plusieurs reprises de bonnes frayeurs en évitant de peu la chute . Plus bas la trace technique devient un chemin forestier et le brouillard disparu, je commence à retrouver la vue !!! . Mais j'ai mal au pied et je regrette de ne pas avoir chaussé les Lafuma . J'ai aussi les pieds trempés, je sens les cailloux sous la plante des pieds et il me tarde vraiment d'en finir avec cette descente . Un dernier coup de cul me permet de repasser comme une balle un des gars m'ayant pausé un peu plus haut . Mais au moment de me lancer dans la dernière descente, empruntée toute à l'heure mais dans le sens de la montée, la traditionnelle crampe aux adducteurs droits (j'ai oublié la sporténine ...) survient . Conséquence, je perds une nouvelle fois une place . De retour sur le goudron, les crampes disparaissent et je peux ainsi finir convenablement mais toujours sous une forte pluie, à la 11ème place en 2h28 à 17' du vainqueur Franck Gorry .


Légère déception à l'arrivée mais vite estompée par la suite . Je tire pas mal d'enseignements de ce trail qui me serviront pour la suite des festivités . Rendez-vous en fin de semaine sur le blog ...  

Bravo à PH pour sa 17ème place sur le petit parcours (mais faudra penser à mieux se placer au départ ...) et à André pour la gagne en V3, de bonne augure avant le Canigou !

Et faites un tour sur
le blog de Romain qui lui aussi a eu quelques ennuis ...

 

Publié dans courses

Commenter cet article

titifb 17/07/2008 05:38

C'est vrai que c'est pas le top de courir avec des lunettes. J'en sais quelque chose. Maintenant j'ai des lentilles et ça CHANGE TOUT ! Penses-y !Belle course, sinon. Tu aurais mérité le top five !

seb 10/07/2008 22:42

Salut Yann, merci pour ton commentaire, je vois que tu es passé à cette magnifique discipline qu'est le trail.ça me tente beaucoup d'essayer aussi, mais difficile de courir plusieurs lievres à la fois, le tri me pompe déjà beaucoup d'energie, mais n'empêche que j'ai très envie de prendre le départ du petit parcours des templiers en octobre.Tes conseils seront surement les bienvenus.à+ Seb

fred.94 09/07/2008 23:06

tu t'entraines les yeux fermés ??!!!Belle perf pour un mec qui voit rienfélicitations

caro 09/07/2008 21:28

Rien à voir, mais depuis que mon homme porte des lentilles, il revit!! (et oui, en aviron aussi, on craint les gouttes et la buée!). Bravo pour ta course!A bientôt sur une course??

gaucher patrick 08/07/2008 13:26

Salut yann et merci pour ton commentaire toujours très pertinent sur monblog.La perf que tu réalise dans des conditions de course difficile(et encore plus pour toi---------achéte des lentilles)et superbe.J'éspere povoir faire ta connaissance sur les templiers.Encore bravo.@+ patrick